ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Evidence Based Practice

10 erreurs fréquentes quand on interprète des essais cliniques (5/10)

Rédigé par le Mardi 5 Janvier 2016



The Conversation UK
The Conversation UK
Un peu d’autocritique n’a jamais fait de mal à personne. Si vous lisez des essais cliniques et si vous tentez d’interpréter leurs résultats, les expliquer à des confrères ou les transposer à votre pratique de terrain, il faut veiller à ne pas tomber dans quelques pièges classiques récapitulés sur le blog the Conversation. Vous pouvez être certain d’avoir commis au moins une fois une des 10 boulettes répertoriées dans les notes qui vont suivre : 10 erreurs en 10 semaines sur ActuKiné : en voiture !

Boulette n°5 : « Un protocole pour montrer que ça marche »

Jean Tube, surnommé Pipo par ses amis, est expert autoproclamé en thérapie XXX, la méthode qu’il a mis au point dans son garage un jour d’été en cherchant à réparer un ventilateur pour brasser de l’air. Évidemment, vous êtes déçu d’apprendre que cette méthode XXX n’est ni le dernier film de Vin Gazole ni un truc un tantinet cochon : il s’agit seulement d’une énième technique de soin basée uniquement sur l'effet placebo (vous savez, le "truc qui marche très bien tout seul").


Quand Mr Tube enseigne Son art à Ses disciples moyennant une forte rétribution financière, il sait désormais (depuis qu’il ne mélange plus l’EBM avec une marque de voiture de luxe) qu’il manque à Sa méthode le soutien de solides preuves scientifiques. Pour rester à la page et continuer d'aller à la plage (vivre de Ses formations), il met tout en œuvre pour fournir à Ses disciples les plus,… enfin les moins, disons, dociles, des preuves montrant que Sa méthode fonctionne. Le problème, c’est qu’elles ne sont pas nombreuses...

D’accord, il y a bien quelques études en italien des années 60-70 (l’époque hippie où la randomisation se faisait principalement en fonction de la masse capillaire) complétement dépassées… et oui, il existe des preuves en faveur de mécanismes qui n’ont rien à voir avec la méthode XXX mais que Jean Tube pourrait utiliser pour tenter d’expliquer Ses bons résultats ("100% des patients satisfaits ont tenté leur chance")… mais bon voilà, toute cette "tenségrité de « briques » à brac" ne suffit plus. Alors, en fin de compte (bancaire), il se dit qu’il ne doit pas être bien sorcier pour un scientifique comme lui de monter Sa propre étude pour montrer que Sa méthode XXX fonctionne à plein tube!


Évidemment, vous êtes déçu d’apprendre que cette situation n’est pas totalement fictive quand vous lisez quelque part fortuitement :
"Objectifs de nos études : démontrer par des mesures scientifiques l’efficacité de la méthode XXX sur l’amélioration des flux sanguins et la modification de la souplesse des organes et des tissus"

"Nous nous préparons à évaluer l'efficacité de la méthode XXX sur les douleurs cancéreuses en évaluant la douleur des patients avant et après traitement XXX. L'analyse des résultats permettra de conclure à une efficacité de la méthode XXX sur ces douleurs. Une telle étude randomisée permettra d'assoir la légitimité de la méthode XXX dans les centres de lutte contre le cancer."


Nous avons parlé dans les notes précédentes du biais de sélection (au sens commun). En fait, ce terme fait plutôt référence aux statistiques où il correspond à une erreur à l’échantillonnage. Il est sans doute préférable d’utiliser le terme "biais de confirmation", plus généraliste, pour évoquer la tendance plus ou moins consciente qui consiste à privilégier toute information allant dans le sens de ses propres opinions (sans se soucier de la véracité de ces informations) et/ou à accorder moins d’intérêt aux idées défavorables à ses propres opinions (la plupart des gens ont même tendance à être plus exigeant envers les idées qui ne vont pas dans leur sens : c’est le "biais de non confirmation"). Le biais de confirmation possède donc un sens très large puisqu’il ne se résume pas à la recherche sélective de preuves allant dans le sens de nos croyances mais peut concerner également l’interprétation des données (deux individus peuvent lire et interpréter différemment les mêmes résultats) voir même le choix de la méthode d’un essai clinique. Derrière ce biais se cache souvent la notion de conflit d’intérêts.


COMMANDEMENT N°5 : « Copiez 500 fois : Je ne tenterai pas de montrer QUE ça marche mais je tenterai de savoir SI ça marche ! »


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 300 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base