ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Déontologie Ethique

3 nouveaux avis du Conseil National de l'Ordre

Rédigé par le Lundi 28 Mars 2016

Ils ont été publiés ce 25 mars 2016 et concernent les dérives thérapeutiques, l'ostéopathie crânienne et la mise en oeuvre d'activité physique et sportive par les kinésithérapeutes.



Dérives thérapeutiques

A ce jour la pratique de la « fasciathérapie », de la « microkinésithérapie », de la « kinésiologie », de la « biokinergie » et de « l’ostéopathie crânienne » constituent pour chacune de ces techniques une dérive thérapeutique et contrevient aux règles déontologiques.

Pour plus de détails concernant l'avis du CNO, cf. pdf en pièces jointes.

Ostéopathie crânienne

L’ostéopathie crânienne n’est pas un soin conforme aux données scientifiques et sa pratique par un kinésithérapeute constitue une dérive thérapeutique .

Pour mémoire, l'article concernant le rapport sur l'ostéopathie crânienne publié en début d'année . Les réponses à ce rapport avaient été vives .

Pour plus de détails concernant l'avis du CNO, cf. pdf en pièces jointes.

Mise en oeuvre d'activité physique et sportive par les kinésithérapeutes

Voici quelques extraits choisis :
"Le kinésithérapeute enseigne des méthodes et techniques qui visent à entretenir et améliorer la condition physique, et il conduit des séances de préparation physique sportive.
Il dispose ainsi de la qualification pour encadrer des activités physiques ou sportives adaptées à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical de tout patient.
Il peut donc exercer la fonction d’éducateur d'une activité physique ou sportive et user de ce titre, sous réserve de respecter également les conditions d’honorabilité et de déclaration fixées par le code du sport
".

Les kinésithérapeutes sont donc autorisés à mentionner sur leurs documents et leur plaque professionnels le titre de « éducateur sportif » ou « éducateur sportif en activités physiques et sportives adaptées », après avoir obtenu leur carte professionnelle d’éducateur sportif auprès du préfet du département dans lequel ils exercent cette activité à titre principal .

Estelle Villiot-Danger précisait il y a quelques jours la possibilité d'obtention de cette carte professionnelle .

Pour plus de détails concernant l'avis du CNO, cf. pdf en pièces jointes.


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 3420 fois


1.Posté par CAJGFINGER Thierry le 29/03/2016 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En dehors du rapport de Cortecs, qui contient des éléments intéressants, toute cette démarche ressemble à s'y méprendre à une stratégie de désinformation ou plutôt d'information orientée pour mieux organiser une stratégie de politique professionnelle qui ne va tarder à se montrer.
Nous en sommes à l'étape 2, nul doute que d'autres vont suivre.
On se rapproche de ce qui a été fait au USA et dans le même canevas.

Sans m'étendre, on confond non existence de la preuve avec dérive thérapeutique un peu comme on le fait, même surement, avec l'EBM*
"Tout ce qui n'est pas prouvé n'existe pas" est plus à rapprocher d'une dérive scientiste que scientifique.

Ce qui est étonnant, avec tout ce qui se fait et se pratique dans la kinésithérapie actuellement, largement non codifié et/ou non éprouvé, et que le CNOMK est en train d'ouvrir une nasse qui pourrait parfaitement se refermer sur les kinésithérapeutes eux-mêmes !!
Avouer que ce serait un beau gâchis ?
A se demander qui pilote !

2.Posté par CAJGFINGER Thierry le 29/03/2016 17:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'ai oublié, pardon :)
Petite lecture.

http://www.jle.com/fr/revues/med/e-docs/evidence_based_medicine_critique_raisonnee_d_un_monopole_premiere_partie_aux_sources_de_l_ebm_298773/article.phtml?tab=texte

3.Posté par Thomas le 29/03/2016 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Thierry,
"la preuve de l'absence n'est pas l'absence de preuve",
certes, une fois qu'on a dit ça, il ne faut pas oublier qui à la charge de la preuve...
Quand à la dérive thérapeutique, elle n'est pas loin quand aucune étude ne soutien une pratique pourtant ancienne...
En espérant changer d'avis et ne pas avoir passé toutes ces heures de crânien en vain, comme toi ;-)

4.Posté par Desespérant le 07/06/2016 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A quand les kinés s'octroieront le droit de faire de la psychologie, sophrologie ou préparation mentale ?!!
C'est tout ce qu'il vous manque et vous aurez peut être fait le tour !!
Je pense que les Staps pourraient se prétendre Kiné aussi !! ce serait de bonne guerre!

5.Posté par PM le 11/06/2016 23:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Désespérant, faites une recherche juridique, et vous verrez que ce n'est pas d'aujourd'hui que les kinésithérapeutes détiennent ce titre. Cela fait plus de 50 ans.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires