ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Organisations des soins

AP-HP: un rapport de la Chambre régional des Comptes qui fait du bruit

Rédigé par P T le Lundi 12 Avril 2010



AP-HP: un rapport de la Chambre régional des Comptes qui fait du bruit
Voici un extrait du rapport de la Chambre régional des Comptes d'Ile de France sur le "premier employeur de la capitale: l'AP-HP".

"Les comptes d’exploitation en 100 % T2A des établissements montrent des situations extrêmement différentes. 11 hôpitaux apparaissent excédentaires, 27 ressortent déficitaires. Parmi les situations les plus dégradées figurent :

- l’hôpital Trousseau qui contribue aux recettes de l’AP-HP à hauteur de 2,23 % mais représente 8,56 % de son déficit total ; son déficit représente plus de 20 % de ses recettes propres ;
- l’hôpital Broussais-HEGP qui participe à hauteur de 4,91 % aux recettes totales de l’AP- HP mais contribue à son déficit à hauteur de 11 % ; son déficit propre représentant 12 % de ses recettes ;
- l’hôpital La Pitié-Salpétrière qui contribue pour 10 % aux recettes de l’AP-HP mais représente près de 16 % de son déficit global ; son déficit propre repésentant 8,6 % de ses recettes.

En outre, la chambre note que les cinq premiers hôpitaux (Rotschild, Trousseau, Avicenne, Broussais - HEGP, La Pitié-Salpétrière, Cochin) sont à l’origine, en 2007, de plus de la moitié du déficit global de l’AP-HP.
Parmi les hôpitaux en excédent, on en compte quatre qui ont principalement une activité en court séjour (Saint Antoine, Antoine Béclère, Robert Debré et Raymond Poincaré), les autres étant des établissements de long et moyen séjour
."

On note également :
"- L’effectif en la matière de l’AP-HP est donc supérieur de 44 % à celui observé en moyenne dans l’ensemble des hôpitaux pour réaliser la même part d’activité."
"- Ainsi, si l’AP-HP emploie en moyenne 35 % de personnel soignant de plus que la moyenne des hôpitaux publics, elle compte 46 % d’agents administratifs et 115 % de personnels de direction de plus que la moyenne."
"- En moyenne, un agent non médical est absent 22,25 jours, soit plus d’un mois par an, en sus des jours de congés habituels, de RTT et de repos récupérateur. Pour le personnel soignant, cette moyenne est supérieure à 24 jours, dont près de sept jours d’absence pour maladie ordinaire."

Pour lire le rapport de 53 pages, cliquez ici

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1714 fois


1.Posté par ANDRE le 13/04/2010 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a 50 ans alors que j'exerçait dans las hopitaux de Paris, nombre employés parfois soignants prenaient un peu moins 90 jours de maladie par an (au delà ils étaient en demi solde) vous voyez que nous progressons ! A l'époque il n'y avait pas de statistiques, tout comme il n'y a pas de statistiques comparatives publiées actuellement sur les arrêt de travail maladie par type de pathologie entre la MGEN et les caisses de comerçants artisants et professions libérales, il me semble que cela pourrait être édifiant et de bonne gouvernance, purquoi rêver ?!!

2.Posté par Fred S le 14/04/2010 00:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis toujours "étonné" avec quel degré de réactivité ce genres de rapports de la CDC donnent lieu à des mesures de fermetures d'hôpitaux, et de services même dans les hôpitaux dit "en excédent" (puisque St antoine à Paris va fermer un service de niveau 2 en néonat) et avec quel aplomb les mêmes rapports issus de la même CDC concernant les dérives des dépenses de l'État sont jetés aux oubliettes

3.Posté par Jean-Yves Garnier le 22/04/2010 08:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qui me désole le plus c'est le fatalisme (à commencer par celui de certains les cadres de proximité). Comme si ce fatalisme avait été politiquement orchestré sur du long terme. Quelques dispositions réglementaires et une paie en lien avec les tâches et les responsabilités serait un préalable pour ensuite pouvoir rétablir les fameuses relations humaines.
Mélange savant permettant de donner du sens à son exercice quotidien et de faire prendre conscience de l'impact négatif d'absences humainement border line. Ce qui manque tant dans des entreprises comme Orange.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires