ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Organisations des soins

Acte de kinésithérapie en urgence remboursé au patient ; la CNAMTS recommande une prescription a posteriori

Rédigé par le Jeudi 16 Mars 2017

MàJ du 16 Mars 2017



Ce patient vient vous consulter en première intention pour une prise en charge urgente en kinésithérapie parce qu’il ne peut pas obtenir de consultation en temps et en heure de la part de son médecin traitant habituel ou de tout autre prescripteur.

Depuis la loi Touraine de janvier 2016, vous savez que vous ne vous placez désormais plus dans l’illégalité lors de telles pratiques ; auparavant, hormis pour des actes de bilans ou des actes de confort, où dans le cas où vous disposiez d’un titre d’ostéopathe, il n’était pas licite de pratiquer votre métier sur ce patient sans prescription.

Reste les modalités de prise en charge de ces prestations par l’Assurance-Maladie : est-ce possible de facturer le lundi une séance alors que l’ordonnance la concernant n’est libellée que trois jours plus tard ?

La CNAMTS estime que oui comme vous pouvez le constater sur le document joint en PDF.

En pratique, cela conduit à un conflit de date dans le logiciel qui lui ne permet pas de réaliser une séance antérieure à la date de l’ordonnance. C’est donc une feuille papier qu’il vous faudra faire, à moins que votre logiciel ne soit paramétré pour les soins d’urgence.

16.3.2017 : Le CNOMK s'est prononcé sur la notion d'urgence et la première intention.

reponse_cpam_première_intention.pdf Réponse CPAM première intention.pdf  (2.25 Mo)


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 6303 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

48.Posté par Vincent le 30/03/2017 10:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salut à tous,
Ok c'est très bien tout ça les amis, mais en pratique, je facture comment ? Parce que les actes d'urgence, ou d'"urgence" (...) on en voit à peu près tous les jours. Et jusqu'à présent, de mon côté, soit c'est gratos, soit c'est pas gratos, mais il n'y a pas encore eu de remboursement sécu.
Ha oui, et au fait... ça coûte combien un acte urgent ? Parce que si c'est un pauvre ams 7.5 remboursé, honnêtement je préfère continuer comme avant.

47.Posté par Pierre-Louis BOSSY le 22/03/2017 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une fracture suite à une mobilisation?!?!
Un peu sereiux...
Lors de la première séance d'un patient, nous faisons un bilan
Celui ci est dans un premier temps fait pour voir si le patient n'a pas de red flags!!! Par un interrogatoire rigoureux et un scan du patient (examen neuro, traction/compression..)
Si doute lors du scan redirection au médecin!!! Et si relève de notre compétence on fait alors un examen détaillé!!
Je ne vois donc pas en quoi la case médecin est indispensable...
Je fait cela pour chaque patient tant bien même qu'il est vu le médecin avant!! Notre responsabilité est enjeu, une prescription ne nous dédouane pas!!

46.Posté par Sebb le 22/03/2017 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ju , nous sommes responsable de nos actes que le diagnostic du médecin soit correct ou non, qu'il y ai prescription ou non. Aujourd'hui la LOI nous permet d'intervenir sans Le diagnostic Du médecin et sans prescription...c'est une ouverture vers la première intention.

45.Posté par ju le 22/03/2017 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo pour votre expérience , mais relisez les messages du début . Il était question de la possibilité de prendre en urgence un patient sans qu'il soit passé chez un médecin . Imaginez que ce patient soit allé voir un kiné sans ordonnance , sans diagnostic , et qu'il ait eu un problème de fracture suite à une mobilisation .. cela serait, il me semble difficilement défendable .
Après pour votre cas vous étiez couvert par la prescription du médecin donc tout allait bien , et vous avez eu le flair de demander d'autres examens , parfait .

44.Posté par Bernard DELALANDE le 22/03/2017 17:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
Il n'est pas possible d'être d'accord avec vous.
J'ai eu le cas l'année dernière le cas d'une telle lombalgie et j'ai renvoyé le patient chez le toubib et l'IRM a trouvé des métastases osseuses.
Je n'éprouve aucune crainte à toucher un malade car je sais qu'il est équipé de la parole et d'un système de sécurité à toute épreuve ; un cerveau.

43.Posté par ju le 22/03/2017 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand un médecin écrit "rééducation lombaire " cela nous indique que c'est une lombalgie idiopathique , commune . Il a donc écarté toute autre affection médicale comme un cancer, une fracture , une infection etc..
et à partir de là nous pouvons faire notre diagnostic kiné, c'était ce que je voulais dire ..
Et au risque de me répéter nous avons besoin de cette "exclusion " de causes médicales, donc d'un diagnostic médical, pour ensuite intervenir . Car le danger serait de prendre en charge un patient qui aurait une contre indication absolue de rééducation par exemple ..

42.Posté par Bernard DELALANDE le 22/03/2017 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
Il est pourtant démontré que la première intention en kiné est bénéfique et diminue les dépenses.
http://www.csp.org.uk/professional-union/practice/your-business/evidence-base/physiotherapy-works/physiotherapy-works-prim

41.Posté par Sebb le 22/03/2017 07:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ju, je ne sais pas ou tu travaillé Mais Dans Les faits Dans 95% des cas, je n'ai pas de diagnostic...Parce que écrire "rééducation Du rachis lombaire ou n'importe quoi d'autre n'est pas diagnostic...

40.Posté par ju le 21/03/2017 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pierre Louis,
Bien sûr que le kinésithérapeute fait son diagnostic, je parlais du diagnostic médical qui nous est nécessaire . Si vous faites allusion aux "erreurs de diagnostic " des médecins ce n'est pas à nous de juger de ça .. je disais juste que nous avons besoin du "feu vert " du médecin qui aura jugé que le problème du patient relevait de la kinésithérapie et donc de notre diagnostic. Mais nous ne pouvons pas nous passer de ça.
C'est pour cela que je pense que la consultation en première intention d'un kiné pour un traitement urgent n'est pas un gain d'efficacité pour le patient

39.Posté par Michel GUILLOT le 21/03/2017 17:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le traitement d'un VPPB serait il un acte "urgent"?

38.Posté par Henri LAMBERT le 20/03/2017 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pierre-Louis, veux-tu dire que les MK sont formés pour réaliser un vrai diagnostic ? En France ?

37.Posté par Pierre-Louis BOSSY le 20/03/2017 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ju comment faites vous pour traiter une personne si vous ne faites pas un diagnostic?? De plus les médecins font (souvent) des erreurs de diagnostic donc vous plongez avec?!
Je vous suggère de vous ouvrir à ce qu'il ce fait dans le monde, on trouve des physios chargés de trier les patients donc de poser un diagnostic dans des services d'urgences de certains pays ,
Ainsi que de lire la littérature qui a prouvé qu'une rééducation précoce dans le cadre d'une lombalgie aigu est bénéfique sur le long terme avec moins de récidive donc moins d’arrêt de travail donc un moins de dépense de santé

36.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 19/03/2017 23:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne pense pas qu'il soit admis que la lombalgie "guérisse toute seule", même si certains épisodes sont sans lendemain.

Les notions de rééducation "pour empêcher la récidive" secondairement au traitement médical "à visée antalgique", une fois que la douleur est passée sont plutôt passées au second plan ces derniers temps...

Une lomb-algie est une douleur lombaire et la douleur est le coeur du problème du MK. Plus rapidement il démontrera au cerveau du patient qu'il est possible de "brutaliser sans douleur" la région qu'il considère fragile, moins la douleur s'engrammera dans le cerveau du patient.

On peut bien sûr lui faire la démonstration plus tard, en renforçant l'endurance des muscles de son véhicule, ce qui le confortera aussi dans l'idée que les structures formant le canal rachidien lombaire (lieu de passage du câblage de commande de l'appareil locomoteur) ne sont pas fragiles ni blessées, mais pourquoi attendre ?

D'autant qu'il n'y a pas de risque avéré à une prise en charge en première intention, ce qui est démontré dans tous les pays où elle existe pour les physiothérapeutes, et que notre législation ne permet qu'un abord limité dans le temps avec renvoi immédiat au médecin du patient.

35.Posté par ju le 19/03/2017 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis kinésithérapeute et je disais que ça ne servait à rien de faire de la rééducation pour une lombalgie aiguë en première intention. C'est à dire le jour même de la survenue du problème .Si on attend ou bien s'il va voir son médecin pour se faire rassurer il y a 90 % de chances qu'il soit guéri en 7 jours .
Et encore une fois ce n'est pas en critiquant les médicaments ( je ne remets pas en cause vos arguments ) que nous devons nous positionner en soignant de première intention . Il me semble dangereux et non pertinent de prendre des gens avant qu'ils aient vu un médecin , car c'est à eux de faire le diagnostic d'une pathologie et pas à nous , encore une fois . C'est aussi d'un point de vue légal que je disais ça. Et pour finir je m'interroge sur le caractère " d'urgence " dans la kinésithérapie sachant encore une fois que nous intervenons théoriquement sur prescription et avec un diagnostic !
Même avec les drapeaux rouges dont vous parlez cela me semble inadéquat concernant notre profession .

34.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 19/03/2017 18:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Et à qui il est prouvé qu'il ne sert à rien de faire de la kiné en première intention ?"

Vous êtes médecin ? pharmacien ? Les conceptions anciennes sont encore vivaces.

- Ce qui reconnu comme aussi efficace qu'un placebo aujourd'hui, mais évidemment beaucoup plus dangereux à doses importantes et/ou prolongées, c'est le paracétamol [1].

- Ce qui est moins efficace que la thérapie manuelle, ce sont les AINS [2].

- Ce qui est indispensable, c'est de prendre en charge en kinésithérapie ces patients le plus tôt possible pour en maximiser l'efficacité [3], et donc arrêter de promettre "des massages" au patient s'il est gentil et qu'il prend bien des médicaments inutiles pendant 15 jours (il sera de toute manière allé voir toutes sortes de manipulateurs dans ce laps de temps sans vous le dire) ou arrêter de prescrire à tour de bras des examens radiologiques coûteux, inutiles, voire néfastes [4].

- Que vous soyez médecin ou non, le facteur prédictif le plus reconnu dans les 2% de lombalgies spécifiques retrouvées entre 18 et 65 ans (0,5% si on élimine les causes rénales) ou après, ce sont les antécédents de cancer (rares avant 18 ans, mais fréquents après 65 ans), soit la capacité de verbaliser la question auprès du patient, ce qui est à la portée de tout kinésithérapeute non mutique [5].

_______________________________

[1] Machado Gustavo C, Maher Chris G, Ferreira Paulo H, Pinheiro Marina B, Lin Chung-Wei Christine, Day Richard O et al. Efficacy and safety of paracetamol for spinal pain and osteoarthritis: systematic review and meta-analysis of randomised placebo controlled trials BMJ 2015; 350 :h1225

[2] Wolfgang J. von Heymann, Patrick Schloemer, Juergen Timm, Bernd Muehlbauer. Spinal High-Velocity Low Amplitude Manipulation in Acute Nonspecific Low Back Pain : A Double-Blinded Randomized Controlled Trial in Comparison With Diclofenac and Placebo. Spine 2013. Volume 38, Number 7, pp 540–548.

[3] Paul F. Beattie, Cathy F. Arnot, Jonathan W. Donley, Harmony Noda, Lane Bailey. The Immediate Reduction in Low Back Pain Intensity Following Lumbar Joint Mobilization and Prone Press-ups Is Associated With Increased Diffusion of Water in the L5-S1 Intervertebral Disc. J Orthop Sports Phys Ther. May 2010. Volume 40, No. 5

[4] Chou R et al. Diagnosis and treatment of low back pain: a joint clinical practice guideline from the American College of Physicians and the American Pain Society. Annals of internal medicine. 2007;147:478–491

[5] Childs JD et al. Implications of early and guideline adherent physical therapy for low back pain on utilization and costs. BMC Health Serv Res. 2015 Apr 9;15:150

33.Posté par ju le 19/03/2017 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sauf que vous ne pourrez pas sortir de l'impasse : ce n'est pas à nous de faire un diagnostic !! Et ce n'est pas parce que les médicaments peuvent aussi être dangereux qu'il faille l'être nous aussi en prenant les patients en première intention .. et pour faire quel traitement dans la réalité ? Le patient qui s'est bloqué le dos ? Et à qui il est prouvé qu'il ne sert à rien de faire de la kiné en première intention ?

32.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 19/03/2017 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais des médicaments en vente libre et à la consommation encouragée sont désastreux pour le foie voire mortels à dose à peine supérieure à ce qui est marqué sur la boite, d'autres, tous aussi disponibles, sont des abortifs puissants et il n'est pas mentionné que leur prise doit être soumise à la possession d'un diplôme médical ???

La connaissance des contre-indications absolues et relatives à notre exercice est j'espère suffisamment répandue pour que nous ne fassions pas courir aux patients des risques inconsidérés même en présence d'une prescription (la détention d'un diplôme médical ne peut être une garantie à 100% d'une absence d'erreur diagnostique).

A minima, les reds et yellows-flags pour des pathologies usuellement rencontrées en kinésithérapie peuvent être retrouvées ici, même si ça date un peu :

Australian Acute Musculoskeletal Pain Guidelines Group. Evidence-based Management of Acute Musculoskeletal Pain. A Guide for Clinicians. Australian Academic Press. PTY LTD. 2004

Accès au document

31.Posté par ju le 19/03/2017 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que la loi reconnaisse le caractère urgent d'une consultation en kinésithérapie m'interpelle .. Il faudrait comprendre que l'on pourrait prendre en charge un patient avant qu'il ait pu voir un médecin ??
Il me semblait que nous étions des auxiliaires médicaux . Les gens qui veulent prendre des patients sans avis médical préalable sont bien sûrs d'eux ..
Si l'on commence à instiller dans l'esprit de la population que l'on peut aller voir en première intention un non médecin nous nous dirigeons vers des pertes de chances pour le patient qui ne sera pas rapidement orienté vers un médecin et des soins adéquats .. sans parler des réels dangers à aller se faire mobiliser, manipuler quand cela peut être dangereux ..
Bref que la profession s'intéresse à une vraie amélioration des pratiques me semblerait plus intelligent ..

30.Posté par Jérémy le 17/03/2017 23:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi j'ai bien l'impression que c'est encore une loi pour rien...

29.Posté par jeanfD le 07/10/2016 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De plus l'acte en urgence dans cette première intention est en tarification libre. Le remboursement éventuel A posteriori ne pourra , pour l'assuré, ne se faire que sur la base d'une séance de kiné nomenclaturée.

1 2 3
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires