ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Perception multisensorielle et conscience du soi

Acupuncture : quand le RHI pose les questions qui fâchent…

Rédigé par le Mercredi 4 Mars 2015



© JPC-PROD - Fotolia.com
© JPC-PROD - Fotolia.com
Aujourd’hui, les commentaires sont placés avant la brève :

« Eh bien moi Monsieur, mes patients sont très satisfaits de l’acupuncture, et c’est bien tous les jours que je constate les effets bénéfiques de ce traitement ! »
« Vous parlez de quelque chose que vous ne connaissez pas : je suis allé jusqu’à Pékin pour me former alors je sais de quoi je parle ! »
« Eh puis Monsieur, vous n’êtes qu’un théoricien ! Toujours à critiquer les techniques : mais vous, que faites-vous avec votre patient ? Du blabla ? »


Je pourrais vous en écrire un livre… en général, j’ai ma phrase casse-partout qui apaise les esprits, une sorte d’anti-recette aux plats préparés, une bouffée d’air avant de bouffer tout cru mon interlocuteur qui n’en manque pas : « Eh vous comptez résoudre une douleur chronique avec ça ? ».

Silence. Elle commence cette brève ? Il fallait bien que je prévienne : ça va piquer !


Les preuves solides en faveur d’une action spécifique de l’acupuncture sont extraordinairement minces. La plupart des scientifiques considèrent aujourd’hui l’acupuncture comme un placebo « amélioré » (1,2). Si l'on souhaite résumer la situation (il existe plusieurs centaines d’ECR à ce sujet!), on retiendra que :
- Peu importe où vous piquez car l’effet est le même (il faut se reporter aux études qui utilisent majoritairement le terme « sham acupuncture » pour décrire le fait de comparer deux techniques où l’on traverse la barrière de la peau mais au niveau de deux localisations différentes : sur un méridien/point VS n’importe où)
- Peu importe si vous piquez ou si vous faites seulement semblant (il faut se reporter aux études qui utilisent majoritairement le terme de « placebo acupuncture »)


A cette triste situation dichotomique vient désormais s’ajouter la notion de « phantom acupuncture » (3) qui correspond à l’utilisation du Rubber Hand Illusion (notre fameux RHI!) pour étudier les mécanismes de fonctionnement de l’acupuncture. L’idée est de réaliser une technique d’acupuncture directement sur le membre factice en situation d’illusion.


Une étude récente (4) utilisant cette technique vient éclaircir notre compréhension des mécanismes de l'acupuncture. 17 sujets sains droitiers ont participé à cette étude. Une IRMf était utilisée tout au long de l’expérience pour enregistrer les réponses neurophysiologiques des sujets. On réalisait une illusion standard de type RHI. Une fois l’appropriation du membre factice par le sujet, on effectuait une stimulation d’acupuncture au point LI4. On évaluait la bonne sensation d’appropriation du membre (qualité de l’illusion) et la qualité de la sensation du Qi à partir d’un questionnaire (échelle de Likert à 7 items).


Lorsque les sujets expérimentaient le RHI, l’acupuncture du membre factice déclenchait une sensation de Qi et on observait sous IRMf une activité dans le cortex préfrontal dorso-latéral, l’insula, S2 et dans l’aire visuel mediale-temporale. Ces zones sont également celles qui sont activées dans une séance d’acupuncture sur main réelle : une étude précédente du même groupe (5) avait confirmé que les changements dans les réponses neurophysiologiques qui suivent une stimulation d’acupuncture sur main réelle sont similaires à ceux observés sur une main factice sous RHI.


Il semble aujourd’hui possible de conclure que les effets de l’acupuncture ne sont pas spécifiques (ils fonctionnent sans doute via la visualisation de l’aiguille, la voie d’attente de bénéfices, etc.). Il ne reste plus que quelques essais cliniques à conduire pour placer définitivement l’acupuncture en dehors des techniques de l’EBM.


Question provocatrice du jour (pour finir de remuer le bousin) : le dry-needling sous RHI, cela vous tente ?



Références

(1) Colquhoun D, Novella SP. Acupuncture is theatrical placebo. Anesth Analg. 2013 Jun;116(6):1360-3.

(2) McGeeney BE. Acupuncture Is All Placebo and Here Is Why. Headache. 2015 Feb 6.
Abstract ici

(3) Lee J, Napadow V, Kim J, Lee S, Choi W, Kaptchuk TJ, Park K. Phantom acupuncture: dissociating somatosensory and cognitive/affective components of acupuncture stimulation with a novel form of placebo acupuncture. PLoS One. 2014 Aug 7;9(8):e104582.
En accès libre ici

(4) Chae Y, Lee IS, Jung WM, Park K, Park HJ, Wallraven C. Psychophysical and neurophysiological responses to acupuncture stimulation to incorporated rubber hand. Neurosci Lett. 2015 Feb 11;591C:48-52.
Abstract ici.

(5) Chae Y, Lee IS, Jung WM, Chang DS, Napadow V, Lee H, Park HJ, Wallraven C. Decreased peripheral and central responses to acupuncture stimulation following modification of body ownership. PLoS One. 2014 Oct 6;9(10):e109489.
En accès libre ici


Note préparée à partir du blog suivant


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2026 fois


1.Posté par Benjamin Bolla le 05/03/2015 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Yannick de nous éclairer sur les effets non spécifiques de l'acupuncture.

Il est certain que les mêmes effets interviennent dans le Dry Needling mais peut-être que le dry needling "profond", cad intra-musculaire n'est pas qu'un simple placebo.
Les intervenants des JFK2015 comme Barbara Cagnie ou Tim Flynn étaient là pour en témoigner et étayer leur propos de plusieurs articles scientifiques de qualité.

Concernant ta proposition de Dry Needling sur un membre factice, il y a un biais du fait qu'il n'est pas possible de palper de trigger point ni d'obtenir de "twich response" dans un membre factice... Cela semble donc compliqué à réaliser à moins que quelqu'un ait une idée.

Au plaisir
Benjamin.

2.Posté par Yannick Barde-Cabusson le 05/03/2015 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
« Eh vous comptez résoudre une douleur chronique avec ça ? » ;)

Salut Benjamin, bien d'accord avec toi sur les modifications de protocoles à adopter concernant l'évaluation du dry-needling... mais il y a peut être des solutions du côté des Out-of-Body Experiences... affaire à suivre en tout cas, merci pour ta remarque pertinente.

3.Posté par Laurent ROUSSEAU le 05/03/2015 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LaurentR
"ll ne reste plus que quelques essais cliniques à conduire pour placer définitivement l’acupuncture en dehors des techniques de l’EBM. "

Bonjour Yannick.
Cela veut il dire que les effets non spécifiques et notamment l'effet placebo, ne sont pas pris en compte dans l'EBM? Doit on alors envisager de ne plus prendre en compte l'effet placebo dans l'efficacité d'un traitement? Je croyais pourtant qu'un traitement se composait de l'interaction de la technique, de l'opérateur, du patient et du contexte. Cette volonté d'exclure les techniques non spécifiques me semble aller dans un sens ou le clivage des "bons contre les méchants" prendra une tournure peu productive. On ne peut pas exclure comme ça l'effet placebo, car il fait parti intégrante du soin quel qu'il soit. Il potentialise les soins EBM et permet un effet positif pour un grand nombre d'approche que l'EBM exclu. Au final que veut dire soigner?

4.Posté par Yannick Barde-Cabusson le 05/03/2015 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Laurent, on entre dans des considérations éthiques (notamment) où il ressort plus de questions que de réponses... à tes questions s'en ajoutent d'autres : par exemple : est-il convenable de proposer des traitements qui ne fonctionnent que sur un mode non spécifique ? Quid des effets secondaires de traitement placebo ? Quid des risques de rallonger le parcours de soin et de "chroniciser" (davantage) les patients ? etc, etc. Il ne faut pas mélanger les effets non spécifiques qui s'ajoutent à des effets spécifiques de traitements labellisés EBM avec ces mêmes effets non spécifiques qui ne s'ajoutent à rien... que veut dire soigner ? Proposer un traitement qui a des effets spécifiques, tenir compte et potentialiser les effets non spécifiques, considérer l'individu dans toutes ses dimensions, etc.

5.Posté par Laurent ROUSSEAU le 05/03/2015 11:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LaurentR
Merci de ta réponse. J'ajouterais quelque chose qui est rarement pris en compte, ce sont les croyances des patients, qui restent le point de départ du traitement et de son efficacité. Je parle bien des croyances et non pas des attentes qui elles sont en relations directes avec l'effet placebo. On est toujours à la frontière de l'art et de la science...

6.Posté par Thomas le 05/03/2015 13:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,
je ne pense pas que les croyances soient rarement pris en compte, tant dans la pratique que dans les papiers scientifiques. En recherche quantitative, c'est un paramètre qui me semble difficilement exploitable pour toutes les raisons de standardisation nécessaire. Par contre, la litétrature qualitative est plutôt dense à ce sujet... Tout en restant dans la Science

7.Posté par Laurent ROUSSEAU le 05/03/2015 16:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LaurentR
Bonjour Thomas. Je fais juste référence à ce que j'ai constaté quand je demande à mes collègues s'ils prennent connaissance des croyances de leurs patienst en matière de douleur. Partant du fait que les collègues qui viennent en formation sont déjà dans une démarche de qualité, on peut craindre le pire pour les autres. Quand j'interroge mes patients sur leurs croyances, ils me disent tous que c'est la première fois qu'on leur demande une chose pareille. Je suis bien conscient que c'est un critère qui retient l'attention de certains, mais dans l'exercice libéral, c'est assez rare et pourtant ce serait très instructif dans une démarche d'éducation à la santé, outil au combien utile et pertinent dans le traitement de la douleur chronique.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Expliquer la douleur | Placebo | Veille bibliographique sur la douleur | Perception multisensorielle et conscience du soi