ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Politique Professionnelle

Appel à manifestation le mardi 6 novembre 2012 de la part de la FNEK

Rédigé par Mathieu Noirot le Vendredi 19 Octobre 2012



Appel à manifestation le mardi 6 novembre 2012 de la part de la FNEK
Communiqué de presse

À Paris, le mercredi 17 octobre 2012.


Profession en danger, étudiants kinés mobilisés !

Ce Vendredi 12 octobre, le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé affirmait envisager un nouvel arbitrage pour la réforme des études de masso-kinésithérapie. Suite aux discours du Ministère, plus qu’inquiétant pour leur formation, les étudiants en masso-kinésithérapie ont décidé d’organiser une manifestation nationale à Paris.


La Fédération Nationale des Étudiants en Kinésithérapie (FNEK), adhérente à la Fédération des Associations Générales Étudiantes (FAGE), a rappelé ses positions sur la sélection des étudiants et sur la formation initiale, puis a interrogé le Ministère sur sa vision de la réforme des études. Le résultat est sans appel : il semble que la volonté du gouvernement soit de mettre de côté tout le travail réalisé sur l’actualisation du programme de la formation durant les 6 dernières années, et de nous faire revenir plus de 20 ans en arrière !


Enfin, après avoir attendu deux mois pour obtenir un rendez-vous au cabinet du Ministère, ce dernier a fait comprendre aux représentants étudiants qu’il ne souhaitait pas de rendez-vous supplémentaire avant l’arbitrage de la Ministre de la Santé. Est-ce ainsi que la démocratie doit s’appliquer ? Mme la Ministre appuie depuis plusieurs semaines sur l’importance du dialogue social au sein de l’hôpital. À l’heure actuelle, ce dialogue reste une illusion pour les étudiants !


La FNEK tient à garantir un système de soin efficient, avec des professionnels de santé compétents et capables d’initiatives.

La FNEK tient à ce que chaque étudiant puisse être acteur de sa formation.
La FNEK tient à assurer une formation accessible à tous, supprimant toute forme d’inégalités sociales.

C’est pour toutes ces raisons que les étudiants en kinésithérapie réclament une integration universitaire pleine et entière de leur formation avec un diplôme reconnu au grade master. Afin d’être entendus, les étudiants se mobiliseront à Paris, le mardi 6 novembre.


Mathieu Noirot
Président de la FNEK
06 67 28 26 40
president@fnek.fr

Guillaume Rall
1er Vice-président enseignement supérieur
06 89 21 41 47
etudes@fnek.fr



--
Mathieu Noirot
Etudiant en 3ème à l'IFMK de Toulouse-Purpan
Président de la FNEK
Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie

president@fnek.fr
GSM: +336 67 28 26 40
www.fnek.fr
Suivez la FNEK sur twitter et facebook

FNEK c/o FAGE
5 rue Frédérick Lemaître
75020 Paris
tel : +331 40 33 70 70
fax : 01 40 33 70 71

12_10_17_cdp_fnek.pdf 12_10_17 CDP FNEK.pdf  (176.84 Ko)


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 4417 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

21.Posté par raslesp le 25/10/2012 20:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le collectif avec près de 17 questions posées par les députés au gouvernement notamment sur le niveau master avait en son temps,je pense aider à l'arbitrage vers le master.

20.Posté par Thomas le 25/10/2012 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Michel,
tu peux m'accuser de beaucoup de chose, mais pas de ne rien faire pour notre profession.
par contre une "manifestation musclée" pour des professionnels qui prétendent à une maturité suffisante... c'est antinomique et je me désolidarise complètement.

L'intérêt d'une association, c'est d'appeler à une action groupée, une lettre seule, comparé à 10000 lettres ensemble expliquant le sujet...

19.Posté par Baptiste MICHAUX le 25/10/2012 18:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le CNKS est en train de revivre, ils ont un nouveau président (Daniel Michon), une nouvelle équipe, ont actualisé leur site internet et organise les JNKS le 30 novembre (cf leur site. Cependant ils se déclarent comme groupe de pensée et non syndicat.

Je pense sincèrement que les syndicats libéraux devraient réfléchir à s'ouvrir aux salariés. Cela montrerait une réelle envie d'union en arrêtant d'opposer systématiquement libéraux contre salariés. La création d'un syndicat uniquement salarié est selon moi chronophage et à contre sens de cette volonté de réunification.

Pour ce qui est de la manif, je l'évoquais uniquement dans ce cadre que : si je veux faire grève sur un sujet "corporatiste", qui peut appeler à manifester ?! Personne pour l'instant !
Pour les autres actions je suis totalement d'accord, il faut que nous réfléchissions à comment sensibiliser les politiques (députés, ministère, etc). Quand tu évoques la FNEK, je pense que cette association a un grand rôle à jouer. Mais essayons que les professionnels se bougent plutôt que les étudiants nous prennent par la main ;)

18.Posté par Michel GOURGUES le 25/10/2012 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'histoire de notre profession montre bien, que les MK trouvent très souvent une bonne raison de ne rien faire, ou de laisser faire les autres. Voyez ce que ça donne!

17.Posté par thomas le 25/10/2012 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Baptiste,
même soucis pour moi depuis 2ans, pas de représentant en vue, un CNKS qui semble inactif, sans réponse aux sollicitations, les syndicats de libéraux qui essayent de nous chercher, mais qui ne parlent que des soucis des libéraux... j'ai donc abandonné l'idée du syndicat.

je pense que l'action de discussion à plus de poids pour montrer sa maturité professionnelle qu'une "descente musclée" dans la rue... un nombre suffisant de lettres, envoyées le même jour coordonné par un syndicat étudiant par exemple :-) serait à mon sens plus productif

16.Posté par Baptiste MICHAUX le 25/10/2012 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JLE, j'arrive pas à avoir la même interprétation du CdP de la FF. C'est écrit qu'ils n'acceptent pas le silence des ministères et qu'ils souhaitent reprendre les négociations, pas qu'ils envisagent de descendre dans la rue.

Moi, en tant que salarié, je ne sais pas trop comment défendre mes convictions. La seule organisation salariée est le CNKS, mais constitue plus un groupe de pensée qu'un syndicat. Qui pour appeler à la grève des salariés ? Je vois mal les confédérés (CGT, CFDT, etc) appeler à manifester uniquement pour les kinés et pour la défense du master...

15.Posté par JL E le 25/10/2012 08:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

14.Posté par Francois GAUME le 25/10/2012 07:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait d'accord avec Thibaud RIVAL ! on aimerait bien entendre un peu plus les 3 syndicats professionnels sur ce sujet... un grand nombre de professionnels sont ulcérés par cette décision idéologique et esperaient (sic) une réaction et un appel à la manifestation (on peut toujours rêver...) pour défendre une réforme qui était pourtant théoriquement définitive! On ne peut pas faire confiance à un politique, ça ce n'est pas nouveau, et le seul langage que ces oiseaux là comprennent, c'est, comme le dit Michel Gourgues, le langage de la rue, si-possible musclé !

13.Posté par Thibaud RIVAL le 24/10/2012 18:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que font les syndicats? Pourquoi ne pas se joindre à l'action des étudiants.
A quand la grève générale? faisons-nous entendre! Ceci est nettement plus important que les petites querelles avec l'ordre!

12.Posté par Michel GOURGUES le 22/10/2012 17:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui tous les moyens de pression, ou presque, sont envisageables .
Mais rappelez- vous qu'en fait de dialogue, de concertation, de négociation, d'art du consensus ; le seul langage que comprennent les politiques et leurs valets bureaucrates : c'est la détermination musclée!

11.Posté par Florence le 20/10/2012 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,

Je vous joint la lettre que la Corporation des Etudiants en Kinésithérapie de Reims a envoyé aux députés, sénateurs de la région Champagne Ardenne, au doyen médecine, au président de l'URCA et au recteur. Depuis nous avons pris 3 rendez-vous (Benoist Apparu, Philippe Adnot et Françoise Ferat).

Si cela peut vous inspirer.

"Monsieur,

En tant que représentante des étudiants en Masso-Kinésithérapie de l’IFMK de Reims, je vous interpelle au sujet de nos études. Actuellement, nos trois ans de formation initiale sont reconnus comme bac+2, le mode de sélection reste disparate (PAES, concours PCB, STAPS,…). Le 27 octobre 2011, le gouvernement de François Fillon a sorti un arbitrage pour la réforme de la formation initiale en cours depuis 2007. Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le Ministère de la Santé se sont prononcés sur la reconnaissance de la formation au niveau Master 1, une sélection universitaire harmonisée et généralisée d’ici 2017 et la reconnaissance de la formation avancée au niveau Master 2.

Face à cette évolution historique de notre formation, l’intégration universitaire des instituts de formation et la mise en place du LMD sont plus que jamais des enjeux capitaux pour nous. Il s’agira de l’aboutissement d’un travail de nombreuses années pour faire évoluer une formation initiale qui n’a connu aucune modification depuis 23 ans.

L’intégration universitaire et la mise en place d’une co-tutelle entre les deux ministères permettra de nombreuses avancées pour les étudiants en kinésithérapie : l’acquisition d’un véritable statut d’étudiant (accès au SUAPS, indépendance du CHU), la possibilité d’accéder aux laboratoires de recherche et de pouvoir faire évoluer une profession qui se développe en fonction des besoins grandissants de la population.

La politique actuelle ne présage pas d’une intégration universitaire et d’une mise en place rapide du processus LMD. Ainsi la FNEK (Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie) s’inquiète de cette réforme qui ne reflète pas nos véritables besoins et qui peine à voir le jour.

Je vous sollicite, pour vous exposer les propositions énoncées par la FNEK. Nous pourrions alors étudier ensemble les solutions qui pourraient être apportées tant sur le plan national que sur le plan local. Dans l’attente d’une réponse positive de votre part, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée."

10.Posté par Michel GOURGUES le 20/10/2012 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui les masters , les doctorats, et pourquoi pas agrégations et béatifications.
Mais,plus sérieusement, ne croyez- vous pas qu'il soit indispensable et urgent ,depuis trop longtemps, de booster le niveau scientifique et technologique de notre formation initiale. Or dans les formats d'études bâtards que l'on cherche à nous imposer ce serait une gageure.

9.Posté par sebastien Lefort le 20/10/2012 14:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous avons la chance à ce jour d'avoir 85 kinésithérapeutes français qui ont entrepris une démarche universitaire. C'est une force, dont nous avons besoin actuellement.

Ainsi si tous les doctorats , les Doctorants kinésithérapeutes, les Master, et les titulaires de DU se proposent de rencontrer tous ensemble la Ministre de la Santé pour lui faire part de l'importance de l'univertisation de notre formation avec une sortie master et une entrée Paces, ce serait l'idéal.

Je lance un appel à tous: écrire à ses députés, sénateurs mais surtout les rencontrer. Et mobiliser les docteurs, master, DU pour qu'ils demandent un RDV et rencontrer la Ministre de la Santé.

Nous avons la chance à ce jour d'avoir 85 kinésithérapeutes français qui ont entrepris une démarche universitaire. C'est une force, dont nous avons besoin actuellement.

Nous avons pu identifier trois grands domaines de recherche :

- Santé, biologie et sciences du mouvement (56 thèses soutenues, 272 articles publiés recensés dans Pubmed),

- Sciences de l’éducation (21 thèses soutenues),

- Sciences psycho-sociales et politiques (8 thèses soutenues).
Nous observons à travers cet inventaire que les universitaires kinésithérapeutes traitent de sujets parfois en marge de leur formation initiale. Cependant, il existe une réelle réflexion sur les pratiques et techniques kinésithérapiques en France, relayées par des revues non indexées qui publient de nombreux articles. L’intégration pleine et entière de l’enseignement et de la recherche en kinésithérapie dans le giron universitaire devrait permettre l’émergence d’une nouvelle génération d’enseignant-chercheurs.

8.Posté par sebastien Lefort le 20/10/2012 00:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci.
Je pense que plus nous serons à le faire, plus nous nous donnons de chance.
De même, je crois que demander un rdv avec son député pour lui expliquer notre position portera encore plus de fruits. Perso,j'ai demandé un rdv avec mon député.
Enfin, si tous les doctorats (une centaine), les Doctorants kinésithérapeutes, les Master, et les titulaires de DU se proposent de rencontrer tous ensemble la Ministre de la Santé pour lui faire part de l'importance de l'univertisation de notre formation avec une sortie master et une entrée Paces, ce serait l'idéal.

Je lance un appel à tous: écrire à ses députés, sénateurs mais surtout les rencontrer. Et mobiliser les docteurs, master, DU pour qu'ils demandent un RDV et rencontrer la Ministre de la Santé.

Nous avons toujours le choix.

Sébastien

7.Posté par Philippe AUDION le 19/10/2012 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Perso, j'ai envoyé cette lettre à une dizaine de députés aujourd'hui, merci sébastien

6.Posté par Thomas le 19/10/2012 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Michel, même si j'aimerais bouger, comme beaucoup de confrères, il est difficile de se libérer 2 semaines avant la date prévue, d'où l'idée déjà évoquée de cette lettre.
Celle de Sébastien me plaît beaucoup, mais il manque la touche étudiante qui pourrait amener une lettre vraiment globale, des étudiants aux professionnels.
D'où l'idée de demander ça à la FNEK, éventuellement avec les syndicats professionnels salariés et libéraux, l'ordre... mais là je rêve un peu... (une co-signature ordinale et alizéenne ça montrerait une belle cohésion sur la question, non ;-) )

5.Posté par Francois GAUME le 19/10/2012 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellente idée que la lettre type! Les professionnels pourront la reprendre! En plein sauvetage de l'Ordre, les députés et sénateurs sont abreuvés de kiné et ça tombe donc bien! Pour la journée du 6 nov, il faut bouger les 3 syndicats qui peuvent lancer rapidement un mot d'ordre...Beaucoup de pro vous soutiennent!

4.Posté par Michel GOURGUES le 19/10/2012 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jusqu'à présent les news de la FNEK ne semblent pas beaucoup émouvoir les médias de nos soucieux syndicats : silence radio. Est-ce le procédé,toujours le même, pour nous préparer à digérer un nouveau coup tordu? Où bien une banderille plantée par la tutelle, pour voir si la bête kinésithérapie bouge encore?
Il est à craindre que même sur "LE dossier de la profession" (SIC) les MK resterons chez eux.

3.Posté par Thomas le 19/10/2012 17:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il y a quelques points estudiantins qui me semblent importants
de manière non exhaustive :
-l'accès homogène par la fac (donc hors PCB),
-le coût des études...

2.Posté par lefort le 19/10/2012 14:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour pour faire suite au message de thomas,


Voici ce que j'ai envoyé à mes deux députés de Paris , sénateur de Paris, ministre de la santé, premier ministre et président de la république en ce qui concerne la réingénierie en cours des études en Masso-kinésithérapie.

Si nous sommes plusieurs à écrire et avec une manif le 6 novembre, j’espère que cela fera fléchir le gouvernement.

Objet : Réingénierie en cours des études en Masso-kinésithérapie.


Monsieur le Premier Ministre,

Pour rappel en 2011, une lettre de cadrage de Xavier Bertrand proposait un niveau de sortie de la formation de niveau Master 1 (bac +4) et la possibilité de développer des pratiques avancées en Master 2 (bac +5). Or, visiblement même si l’arbitrage de Mme la Ministre Marisol Touraine n’a pas été encore été rendu, il a été annoncé à la fédération nationale des étudiants en kinésithérapie (FNEK) que le niveau Licence semblait le plus adapté avec 3 ans d'études et que l’intégration universitaire serait trop coûteuse et des universités autonomes ne permettraient pas de cadrage national.



Tout ceci est vraiment très loin de l'évolution actuelle de la physiothérapie (kinésithérapie) dans le monde et de la mise en adéquation avec les standards de la physiothérapie des pays européens et nord-américains, et très loin même des réalités du terrain.

En effet, ne nombreux pays Européens et anglo-saxon sont au niveau Master tel que les USA, le Canada, l’Australie, les Pays-bas, l’Espagne, la Belgique, la Finlande conformément aux recommandations de la Confédération mondiale de kinésithérapeutes (WCPT) qui définissent la nécessité d'un minimum de quatre ans de formation professionnelle après un processus de sélection.

Aux USA pour 2020 tous les kinésithérapeutes auront un niveau doctoral, en Angleterre ils ont la possibilité de prescrire des médicaments (antalgiques, anti-inflammatoires ...) dans certaines pathologies (Asthme, troubles neurologiques ...), au Canada, Belgique, en Suède, en République tchèque, aux Pays Bas, pour ne citer qu’eux, il existe des doctorats en Kinésithérapie. La recherche dans notre domaine et donc l’intégration universitaire est primordiale pour l’émancipation de notre profession et prendre en charge les patients en fonction des données actuelles de la science. Comme toute profession scientifique, la recherche est une nécessité pour faire avancer nos pratiques.

Si en France nous n’avons pas la possibilité de faire de la recherche en Kinésithérapie, nous auront plus de difficulté à évaluer l’efficacité de nos techniques selon les critères de l’evidence based practice.



De même dans de nombreux pays, la consultation en première intention ou la délégation de tâche médical pour certaines pathologies est mise en place depuis plusieurs années et a démontrée plusieurs points positifs. Comme, 1/3 des patients ayant consulté un Kinésithérapeute sans passer par leur médecin traitant, ou bien que le nombre de consultations s’avère moins élevé et avec des résultats plutôt meilleurs.

En 2009 la WCPT avait consacré son sommet annuel à l’accès direct et mis en évidence divers avantages qui en découlent: « l’accès direct est sûr et ses avantages nombreux. La plus grande précocité des soins qu’il permet est bénéfique pour la prévention et le contrôle des maladies chroniques. La satisfaction des patients augmentent, tandis que le coût des traitement diminue ». Ainsi l'évolution des besoins de la population pourrait être satisfaite en optimisant l'efficience des prises en charge préventives ou curatives.



Il me semble, que toutes ces avancées dans le monde de la Kinésithérapie sont en adéquation avec le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013, tel que :

- les mesures d’économies par une action structurelle de maîtrise des prescriptions et d’amélioration des pratiques.
-pour faire face à la montée des pathologies chroniques liée au vieillissement de notre société et aux nouvelles attentes des patients, notre système de santé doit évoluer en profondeur. Il s’agit d’organiser davantage les soins autour des patients, en créant de véritables parcours de santé (par exemple pour le diabète), pour mieux mobiliser les soins préventifs, l’éducation thérapeutique et accompagner les patients dans la durée, en cohérence avec les préconisations de l’avis du 22 mars 2012 du Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie.



Or, tout ceci n’est possible que si nous sommes reconnus au minimum niveau Master 1, la possibilité de développer des pratiques avancées en Master 2 (bac +5), par une intégration universitaire, et un développement de la recherche en Kinésithérapie. Nous prendrions un retard considérable en comparaison avec d’autres pays Européens et Anglo-saxon dans l’amélioration de l’organisation des soins, des pratiques professionnelles, et une maîtrise des prescriptions.



En espérant, vous avoir sensibilisé sur l’importance d’une réingénierie des études en Masso-kinésithérapie en adéquation avec les enjeux de l’avenir de notre système de santé, je compte sur vous pour respecter la lettre de cadrage de Xavier Bertrand en 2011.

L’avenir de ma belle profession est en jeux principalement à travers cette émancipation universitaire.





Je vous prie d'agréer, Monsieur le Premier Ministre, l'expression de ma très haute considération.









Sébastien LEFORT

1 2
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires