ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cardio-respiratoire

Bronchiolite ! Un guideline ! Vite ! (3)

Rédigé par le Vendredi 5 Décembre 2014

Tous responsables



Le sujet de la bronchiolite en France est devenu intraitable.
Il n’est plus possible d’en parler de manière sereine, honnête et scientifique. Les affirmations sont péremptoires, les réactions empreintes d’émotions déplacées, les arguments sont lancés de la tranchée des « pour » vers la tranchée des « contre » dans une guerre ou la science est incomprise, mal interprétée et utilisée de la manière la plus mauvaise qui soit. Ce phénomène mériterait à lui seul d’être étudié pour montrer les enjeux considérables autour de cette pathologie : financier avec les formations  professionnelles non contrôlées et la garantie de clientèle due à la saisonnalité de la pathologie, la fierté du praticien sauveur seul recours possible face à la détresse et le l’angoisse parentales.
Pour s’en convaincre il suffit de lire quelques commentaires à ce sujet sur les forums qui ne manque pas. L’argent et l’amour propre ne font pas un rempart contre le doute. Tout cela renforce pour nous l’idée que hors de la science point de salut. Les croyances et la sous  culture scientifique fond décidément des ravages.
Pour aujourd’hui  il nous reste deux sources d’information pour intervenir : les recommandations de la HAS sur prise en charge de la bronchiolite et les recommandations de la HAS sur l’hospitalisation en cas de bronchiolite.
Nous les rappelons ci-dessous.

Prise en charge de la bronchiolite

Recours à l’hospitalisation pour bronchiolite

Tout est bien expliqué dans les recommandations. Il est urgent de s’y référer.
Les techniques, à quel moment les pratiquer. Vous noterez l’absence de l’AFE (accélération du flux expiatoire) qui ne fait pas partie des recommandations et pourtant  très pratiquée parmi les praticiens mais de manière assez disparate malgré les efforts faits par la formation continue.
Souvent le traitement de la bronchiolite se résume à la pratique de l’AFE. Ce qui nous paraît légèrement décalé et hors de propos dans ces pathologies car une fois l’installation de la bronchiolite sur les voies aériennes inférieures la gravité de la maladie exige la plus grande prudence et la plus grande attention. Cette technique est d’ailleurs responsable de la méfiance des parents vis-à-vis de la prise en charge de la bronchiolite et de sa brutalité.
Les risques de lésions ne doivent pas être sous estimés.

La rédaction et la diffusion d’un guideline pour la prise en charge de la bronchiolite devient urgent.
Un guideline qui prendrait en compte toutes les  évolutions depuis les recos de 2000.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2211 fois


1.Posté par Anthony BENDER le 06/12/2014 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais alors chez nous, à qui revient la charge (et la légitimité) d'établir un tel guideline?
SFPédiatrie? SPLF? GTK? FFKR? SFPhysiothérapie?
Les collaborations étant nombreuses avec nos voisins belges sur ce domaine, comment envisager un travail commun francophone?

2.Posté par Greivmeuh le 07/12/2014 07:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le mal est fait : depuis 3 ans, le nombre de KR pour bronchiolite a fondu comme neige au soleil, nous n'avons plus qu'un à deux bébés par semaine en période épidémique, alors qu'on en avait jusqu'à 6 avant. Par contre, l'année dernière, 80% des nouveaux-nés qui nous étaient adressés sortaient de l'hôpital. C'est un constat, je ne tire pas de conclusion quant à une éventuelle corrélation. N'ayant pas trouvé d'étudiant intéressé par le sujet, je crois que je vais m'en occuper.

3.Posté par Michel GOURGUES le 09/12/2014 17:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le guide line : Quelle définition ? Merci.

4.Posté par Guy POSTIAUX le 10/12/2014 21:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En ce qui concerne les techniques.
1) Les choses sont pourtant publiées, mais leur prise de connaissance nécessite deux préalables:
- lire l'anglais
- acquérir la culture scientifique pour le décodage du contenu.
2) Attendre la prochaine mise au point Cochrane (in press)
3) Prier.
Postiaux.

5.Posté par lapoumeroulie le 12/12/2014 08:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour
soyez patients une etude cochrane va bientot pazraitre
amicalement

6.Posté par Guerin le 13/12/2014 09:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L''AFE apparaît bien dans les techniques recommandées par l''HAS pour la désobstruction des voies respi inf (Pagé 17)
Quand vous parlez du risque de lésions qui est sous estimé, vous pensez aux fameuses fractures de côtes ?

7.Posté par Jean Christophe Villiot-Danger le 16/12/2014 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si une association de kinés se charge du boulot il y a un fort risque de corporatisme, Il suffit de relire le communiqué du CMK à ce sujet qui n’était pas vraiment scientifique.
Le mal est fait c’est sur mais il me semble que les kinés en portent largement la responsabilité par toutes ces réactions contre ceux qui cherchent à savoir. L’ennemi serait, comme je l’ai très souvent entendu, la revue Prescrire, qui aurait fait du mal à la profession. Une offense faite à la gloire de la kiné respi, ultime recours contre cette maladie comme le sous entendait les fameuses recos de 2000. Aucun traitement valable sauf la kiné. C’était à ce moment que tout aurait du commencer, les investigations, les expérimentations. Au lieu de ça ce furent des formations qui poussèrent un peu partout pour ne laisser entendre qu'il n'y avait que l’AFE comme technique contre la bronchiolite. Ce n’était peut être pas l’intention des formateurs mais sur le terrain c’est ce qui a été retenu.
La brutalité et la violence de cette kinésithérapie a laissé des souvenirs impérissables chez de nombreux parents.
L’étude baptisée Bronkinou l’a d’ailleurs bien mentionné : ce côté brutal.
Le risque de fracture de côte quant à lui, fait partie de ces effets secondaires tristement sous estimés ou pire niés en bloc par certains d’entre nous.

8.Posté par fausser le 17/12/2014 12:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vous écrivez concernant l'AFE "L’étude baptisée Bronkinou l'a d’ailleurs bien mentionné : ce côté brutal." ... j'ai participé à l'étude Broukinou et vos propos au regard de ce qu'elle"mentionne" manque d'objectivité de votre part.
vous écrivez "Le risque de fracture de côte quant à lui, fait partie de ces effets secondaires tristement sous estimés ou pire niés en bloc par certains d’entre nous" . D’où vous parlez pour écrire ainsi? connaissez bien ce qu'est l'AFE? et d'autre part , une étude rétrospective assez récente FRACONOU ne va pas tout à a fait dans ce sens....Fracture costale???Pas de traumatisme thoracique révélé
Risque < 1/4103 séances lors de séances de kinésithérapie respiratoire chez le nourrisson en milieu ambulatoire

9.Posté par Henri LAMBERT le 13/01/2015 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JLE, pourquoi ne pas mettre en accès libre l'étude française "Bronchiolite et kinésithérapie respiratoire : un dogme ébranlé"
"Acute bronchiolitis and chest physiotherapy: The end of a reign" de fin 2014 ???
B. Sterling*, E. Bosdure, N. Stremler-Le Bel, B. Chabrol, J.-C. Dubus
Service de spécialités pédiatriques et unité de pneumopédiatrie, CHU de la Timone, 264,
rue Saint-Pierre, 13385 Marseille cedex 05, France

Cela ne manquerait pas d'être commenté par les lecteurs des 3 articles de Jean-Christophe.

10.Posté par Jean Christophe Villiot-Danger le 31/01/2015 22:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A fausser (merci pour votre remarque)
Gajdos écrit dans l’article sur Bronkinou : « For parents, predictably, the perception of the arduousness of the procedure was significantly higher for IET + AC as compared to NS. ».
Je constate juste que l’AFE a été peut être bien enseignée, avec de bonnes intentions, mais cette technique est souvent mal appliquée. Trop vite, trop fort, trop systématique et sans auscultation.
C’est une remarque de terrain, une constatation. Avant de s’occuper du bébé il faut faire une espèce de catharsis avec les parents : ils avouent avoir peur de la séance, appréhender les manœuvres brutales. La semaine dernière c’est la grand mère qui sur le ton de l’humour m’a dit que si je faisais mal au bébé j’aurais des problèmes.
Aujourd’hui à l’heure de la notion de bénéfice-risques on doit réfléchir à notre manière de faire. Se poser la question. Il y a un doute, et quand il y a un doute la réponse qui consiste à dire « non, nous somme sûr de nous, nous ne doutons pas de nos techniques, de notre méthode » n’est pas très pertinente. Pourquoi n’y a-t-il pas eu d’audit, une sorte de moratoire pour prendre le temps de mesurer l’étendue des dégâts.
L’étude FRACONOU. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas ce travail, il consistait à interroger les kinés libéraux et leur demander s’ils pensaient avoir fracturé une côte chez le bébé après une séance de kinésithérapie respiratoire. Que celui qui a cassé la côte du bébé lève la main…
Aujourd’hui avec le recul on peut se demander comment on a pu diffuser ce travail qui a un peu plus fait reculer la réflexion. L’extrapolation des résultats laisse dubitatif et montre qu’un sursaut sur la capacité à interpréter les études cliniques fait défaut.
La question du risque de fracture de côte est toujours posée. FRACONOU restera cependant un travail remarquable par l’ampleur de la tâche et des moyens mis en œuvres ainsi que le panorama des pratiques décrit de manière très détaillée et fort intéressante. Les auteurs le disaient d’ailleurs volontiers et à juste titre.
Tant que la bronchiolite sera un fond de commerce en péril pour les séances de kiné respi autant que la formation continue et non un sujet de travail à traiter sérieusement on continuera à s’enfoncer comme dans des sables mouvants, plus on gesticule, plus on s’enfonce.
Un guideline, vite.

11.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 01/02/2015 00:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JLE, pourquoi ne pas mettre en accès libre l'étude française "Bronchiolite et kinésithérapie respiratoire : un dogme ébranlé"
"Acute bronchiolitis and chest physiotherapy: The end of a reign" de fin 2014 ???
B. Sterling*, E. Bosdure, N. Stremler-Le Bel, B. Chabrol, J.-C. Dubus
Service de spécialités pédiatriques et unité de pneumopédiatrie, CHU de la Timone, 264,
rue Saint-Pierre, 13385 Marseille cedex 05, France

Cela ne manquerait pas d'être commenté par les lecteurs des 3 articles de Jean-Christophe.


Ce fut fait 10 jours avant votre demande ;-)

12.Posté par Greivmeuh le 01/02/2015 07:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jean Christophe, je trouve votre argumentaire très pertinent !

Merci.

13.Posté par Henri LAMBERT le 01/02/2015 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
10 jours avant, c'est vrai, mais à destination des seuls abonnés, non?
Or, dans ce cas, il s'agit d'une remise en question concernant toute la profession!

14.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 01/02/2015 14:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il a du trainer quelques jours en accès libre. Et si le lecteur préfère s'acheter 2 paquets de Marlboro de plus dans l'année mais n'est pas complètement idiot, il trouvera l'article à la lecture des commentaires. Pour les grippe-sous idiots, c'est vrai, la vie n'est pas toujours facile ;-)

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires