ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Infos générales

Comment faire changer les propos d'un médecin sur l'osteopathie en direct à la radio ...

Rédigé par le Jeudi 29 Décembre 2011

Ou l'art de plier sous la pression



Comment faire changer les propos d'un médecin sur l'osteopathie en direct à la radio ...
Voici encore une note intéressante de l'excellent site cortex qui révèle et décortique une interview radio sur France Inter d'un médecin qui sous la pression de certains auditeurs change d'avis et dis en quelques minutes tout et son contraire ...
Je vous laisse lire l'analyse de Richard Monvoisin qui se suffit à elle même avec tout de même une question qui me vient à l'esprit:
Peut-on encore faire preuve d'esprit critique dans le débat publique ?

Pour ceux qui souhaitent développer leur esprit critique:
L'observatoire Zététique
CorteX
Les pseudo-médecines

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 7925 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

22.Posté par Djef le 09/01/2012 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

21.Posté par Jean MOUGEL le 09/01/2012 14:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Effectivement, il faudra bien que notre super FFMKR (oups...), que notre ordre professionnel sorte un jour de son exception française et de ses anciennes revendications syndicales des années 90 pour aligner les pratiques sur l'international. Notre crédibilité est à ce prix.
Avons nous encore le choix? Ce n'est peut-être qu'une histoire de temps, plus ou moins long... Espérons le court avec un ordre réactif dans les prochains mois!

20.Posté par JL E le 09/01/2012 13:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh oui, la thérapie manuelle n'est pas considérée comme une spécialisation potentielle par l'Ordre, a contrario de l'ostéopathie.
Il faut rapprocher ce fait du discours syndical qui considère que les soins d'ostéopathie ne peuvent être remboursés par l'Assurance-Maladie. L'explication est simple et prosaïque : l'ostéo, c'est du black ! Il faut croire que le lobby des kiné-ostéos existe aussi...

Ayant discuté avec un médecin spécialisé en vertébrothérapie (çà existe encore, çà ?) il estimait lui aussi que l'engouement des médecins généralistes envers ces thérapies alternatives pouvait (aussi ?) s'expliquer par la possibilité d'empiler des billets de 50 € sans carte vitale ni FS.
Nous ne sommes pas différents des autres ; ce peut être rassurant quelque part...

Le seul espoir est de voir l'Ordre obligé de composer avec les physios étrangers à propos des équivalences. A un moment, il va bien falloir abaisser ses cartes.
Il serait quand même curieux que cette institution freine les évolutions du métier, non ?

19.Posté par raslesp le 09/01/2012 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'accord avec vous....dommage que nos grands ordinés n'est toujours rien compris:
"Paris, le 03 janvier 2012 Voeux du président du conseil national aux conseillères et conseillers de l’Ordre Chères consoeurs,
chers confrères, Monsieur le Conseiller d’Etat, En cette nouvelle année je présente à chacun d’entre vous mes meilleurs voeux de bonheur et de réussite dans votre vie personnelle, professionnelle et dans votre mandat ordinal. Que vous ayez été nouvellement élus en 2011 ou que vous soyez élus depuis plusieurs années, c’est ensemble qu’en 2012, nous allons entrer, avec détermination, dans la septième année de l’ordre. Nous sommes, en ce début d’année 67 261 inscrits soit 92 % des 72 731 recensés dans la base Cohérence (98% des libéraux et 70 %des salariés sont désormais inscrits). Pour autant, ce bon résultat ne doit pas nous satisfaire : notre mission ordinale s’adresse à l’ensemble des masseurs-kinésithérapeutes du pays ; ils doivent être habilités à exercer par l’ordre ; ils apporteront ainsi aux patients la garantie de qualité et de sécurité des soins. Nous abordons également 2012 avec la confirmation par la toute récente décision de la Cour de Cassation que « l’inscription au tableau rend licite l’exercice de la profession. » L’arbitrage des ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur a enfin répondu à l’indispensable réforme de nos études et de leur conformité aux recommandations internationales. Les conseils de l’ordre deviennent compétents pour s’assurer des obligations annuelles du Développement professionnel continu.(DPC) (décret du 30-12-2011 paru au Journal officiel du 1er janvier 2012). Le rapport de la commission ostéopathie du CNO a été approuvé le 15 décembre. En octobre notre ordre et celui du Québec ont signé officiellement un accord sur la reconnaissance mutuelle des qualifications pour pouvoir exercer la physiothérapie tant en France que dans la Belle Province du Canada. En 2012, nous allons poursuivre la réalisation des missions de chacun de nos trois échelons territoriaux : tout d’abord être la force de propositions représentant l’ensemble de la profession au sein des instances où nous siégeons mais aussi assurer l’organisation de l’Evaluation des pratiques professionnelles (EPP), désormais dans le cadre du DPC, la mise en place des sections des assurances sociales et surtout devenir le fournisseur unique des renseignements et de mise à jour du Répertoire partagé des professionnels de santé (RPPS) (enregistrement du DE, identification du professionnel, de ses qualifications etc…). Nous allons également développer une communication grand public sur le service rendu par la masso-kinésithérapie et la valeur ajoutée du professionnel de santé titulaire de qualifications complémentaires comme l’ostéopathie, la périnéologie etc… Enfin, le 8 septembre 2012 pour la Journée internationale de la physiothérapie nous avons prévu d’organiser un colloque réunissant à Paris les représentants des ordres reconnus dans plusieurs pays. Voilà ce que nous devons attendre de cette nouvelle année qui nous réunira une fois de plus au service de la profession que nous aimons et défendons par notre mandat ordinal.

Bonne année à tous

Jean Paul DAVID Président du Conseil national"

18.Posté par JL E le 09/01/2012 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un M2 de thérapie manuelle. Le M1 est en place et des universités (Lille, Bordeaux, ...) ont déjà des enseignements qui "tournent".
Maintenant, les besoins sont tels que les IFMK seraient bien avisés de prévoir un complément d'information pour leurs étudiants en post-DE. Il y avait un diplôme de Thérapie Manuelle à l'EFOM, autrefois...
La balle est dans le camp des Instituts.

17.Posté par Laurent ROUSSEAU le 09/01/2012 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu vois Jean tout peut arrivé. Mais même si un consensus émerge, le plus dur reste à faire...

16.Posté par Jean MOUGEL le 09/01/2012 09:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais... mais... on arriverait presque à un consensus sur ce sempiternel sujet depuis 5 ou 6 commentaires! Que se passe t-il?
Vivement le prochain!

15.Posté par Laurent ROUSSEAU le 09/01/2012 09:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous sommes donc bien tous d'accord sur le fait qu'une fois de plus c'est une histoire de gros sous. Nous avons tout intérêt à aller le plus loin possible dans le sens de la TM car bientôt la pénurie de médecin généraliste en France pourra nous donné la possibilité de gérer le volet ostéo articulaire en première intention, c'est du moins ce que nous pouvons espérer. Si ce jour arrive, il nous faudra être prêt à assumer pleinement cette fonction. Il nous faut pour cela démontrer aux pouvoirs public notre efficacité à gérer ces problèmes tout aussi bien et même mieux si possible que les médecins qui ne seront plus assez nombreux. N'oublions pas que la loi HPST prévoie la délégation des tâches et que dans cette optique nous pouvons très bien nous acquitter du volet ostéo articulaire.

La TM représente à mon sens le moyen idéal de réaliser cette délégation. Le volet universitaire que propose Djf semble être une voie intéressante, car collant bien au parcours officiel de la connaissance en France, mais qui sera en mesure de proposer des cours à la hauteur de nos ambitions s'il faut aller chercher les enseignants dans cette université qui pour le moment ne reconnait pas vraiment la TM. Si nous regardons un peu ces dernières années la provenance de la connaissance en TM, il faut systématiquement se tourner au delà de nos frontières ce qui n'est pas en soi un problème, mais n'allons nous pas encore une fois tomber face à un problème de formation?

La TM est en mesure de faire faire des économies substantielles à la sécu grâce à une gestion plus rationnelle des pathologies (raisonnement clinique poussé) et une connaissance plus étendue des problèmes (apport notamment des neuro sciences dans le volet de la douleur). Si nous rajoutons à notre panier une bonne dose de prévention (également prévu par la loi HPST et déjà en place grâce notamment aux différents CDPK présents dans toute la France), nous pouvons réaliser une véritable avancé de notre profession et prendre enfin la place qui devrait nous revenir. Mais attention cette vision des choses n'est pas partagée par tout le monde à commencer par les actuels détenteurs du pouvoir médical que sont les médecins et les laboratoires pharmaceutiques voir les universités. Nous voyons bien ici que si nous arrivons à nos fins, nous dérangerons l'ordre établi, mais quoi qu'il en soit nous devons être présent partout et tout le temps si nous voulons nous faire entendre et nous faire reconnaitre. La kinésithérapie doit prendre ce virage ou mourir et c'est maintenant que cela se joue en restant vigilent et surtout en étant présent partout.

14.Posté par Djf le 08/01/2012 23:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'accord avec JLE. Ici, comme ailleurs, il est question de reconnaissance, de titre, mais, en fait peu du fond.

Qu'importe que la thérapie manuelle exclue le mrp ou le cranien, qu'importe qu'il existe une ostéo cartésienne.
Mais de quoi parle-t-on finalement ? de la frontière réelle des compétences ou de l'aspect économique d'un métier ?

Pour ce qui est de la frontière de compétence entre kiné et ostéo: je n'en vois pas, il n'y a pas de différence, l'ostéo remet en mouvement quelquechose de figé ( que ce soit une articulation, une ptose viscérale, une stase liquidienne ou même des flux non encore identifié), il fait donc de la kinésithérapie, c'est la définition même de ce métier.

Faire croire que le MK doit être un rééducateur ou un ingénieur du mouvement est réducteur et arrange l'ostéo de tout poils.

Pour la frontière économique, elle est énorme et correspond à une volonté politique de déremboursement.

La seule voie honnête, emprunt de respect et d'humilité autant que d'ambition, que les MK peuvent prendre, est celle de la thérapie manuelle universitaire.
Sans se préoccuper des ostéos.

Si demain la TM amène une revalorisation reconnue, alors tous les MK ostéos deviendront kiné exclusif.

13.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 08/01/2012 20:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a clairement un intérêt économique bien compris des praticiens, des pouvoirs publics et des prescripteurs dans l'irruption de ce secteur privé. Les premiers voient une revalorisation de leurs actes, les seconds une diminution du coût des couvertures sociales, les troisièmes des "bons points" offerts par la Sécu pour leurs "bonnes pratiques".

Quand il y aura une spécialisation en thérapie manuelle des MK français autorisant la 1° intention, peu d'entre eux s'en plaindront.
Et ils ne considèreront pas alors ces pratiques comme sans fondements scientifiques : voir l'article du JOSPT sur les cervicalgies à paraître demain...par des physios pour des patients de physios.

12.Posté par L Rousseau le 08/01/2012 19:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LaurentR
Il est clair que pour le public la thérapie manuelle n'existe pas et que seule la sacro-sainte ostéopathie a droit de cité. Notre cher gouvernement a tout de même reconnu officiellement l'ostéopathie (contraint et forcé certes mais il l'a fait). Nos mutuelles reconnaissent et remboursent l'ostéopathie et seulement l'ostéopathie, comme quoi ce montage pseudo médical et assurément financier autour de l'ostéopathie fonctionne bien. Crois tu Jean Louis que nos éminents énarques se soient penchés sur le MRP pour signer le décret reconnaissant l'ostéo? Bien sur que non. Nous sommes en train de nous battre contre un hydre à 2 têtes qui sous couvert scientifico médical pompe sans vergogne dans le porte monnaie des gens en se gavant de leur crédulité (clients et ostéo eux même dont le prix des études est exorbitant).

Pour ce qui est de ranger les ostéo dont parle Jean Louis, plutôt que de les ranger ne faudrait il pas mieux essayer de comprendre pourquoi ils ont eux aussi des résultats? La réussite d'un traitement ne réside pas forcément dans sa qualité mais dans l'acceptation de celui ci par le patient ou le client, et dans la confiance dans le praticien ainsi que dans l'aveugle croyance de l'efficacité du traitement par le praticien lui même.

Je suis toujours extrêmement surpris de voir de voir le nombre toujours important de kiné-ostéo venir faire des stages de thérapie manuelle. Ne viennent ils pas chercher un peu de crédit dans leur pratique, un peu de rigueur et de sérieux. Ne sont ils pas à la recherche de techniques moins empiriques et plus validées? Le gros avantage qu'ils ont sur nous autre simples thérapeutes manuels, c'est qu'ils pourront sans souci la possibilité de monnayer leurs nouvelles connaissances fussent elles de thérapie manuelle et non ostéopathique. Mais d'ailleurs qui se souci de ça puisqu'ils sont détenteur du sésame reconnu par nos gouvernants. Qui se souciera de voir s'ils font de la thérapie manuelle ou de l'ostéopathie, et d'ailleurs sait on vraiment qu'elle en est la différence?

Le corps médical lui même a du mal à faire la différence, et envoie sans retenu les patient voir les ostéo, sans doute parce qu'ils les pensent plus efficace mais surtout parce qu'ils sont mal informés et croient faire faire des économies à la sécu et à leur profil....

Je pense que dans un premier temps, il pourrait être opportun d'opérer un rapprochement entre les kinés qui sont devenus ostéo (peut être par l'absence de la thérapie manuelle dans nos chère études) et les thérapeutes manuels. Je pense très sincèrement que les kinés ostéo sont pour la plupart des thérapeutes manuels dans l'âme mais ne renoncerons jamais à leur titre car il est pour le moment le seul moyen d'accéder pleinement à la première intention et également un moyen très à la mode. Personne ne sait vraiment ce qu'est l'ostéo mais tout le monde s'en réclame car c'est pour le moment le bon coup à jouer pour surfer sur la vague, pour combien de temps encore......

11.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 07/01/2012 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La frontière se situe dans l’acceptation ou non des pratiques basées sur les preuves et non dans la dénomination des uns ou des autres, qui n’est qu’un héritage culturel.

Sinon, dans quelle case ranger ces ostéopathes-là ?

Inter- and intraexaminer reliability in palpation of the "primary respiratory mechanism" within the "cranial concept". Sommerfeld P, Kaider A, Klein P. Man Ther. 2004 Feb;9(1):22-9.

Parcourir le dernier ouvrage de sorcellerie que ces auteurs ont commis

Résumé de l’article disponible en ligne

Moran RW, Gibbons P. Intraexaminer and interexaminer reliability for palpation of the cranial rhythmic impulse at the head and sacrum.J Manipulative Physiol Ther. 2001 Mar-Apr;24(3):183-90.

Résumé de l’article disponible en ligne

Cranial osteopathy: its fate seems clear. Hartman SE. Chiropr Osteopat. 2006 Jun 8;14:10.

Article disponible en ligne

Craniosacral therapy is not medicine. Hartman SE, Norton JM. Phys Ther. 2002 Nov;82(11):1146-7.

Article disponible en ligne

10.Posté par axel lardoux le 07/01/2012 00:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
également d'accord avec Nicolas, Laurent et Jean !!
Peut on exercer l’ostéopathie et faire abstraction du crânien ( je pense que non), faire abstraction du MRP ( je pense que non).... l’ostéopathie ce n'est PAS la Thérapie Manuelle. Mais un certain nombre d’ostéopathes font-il peut être de la thérapie manuelle sans le savoir ....
le seul problème est qu'aujourd'hui il faut un certain courage pour s'assumer "thérapeute manuel" et s'affranchir de la mode , de l'engouement d'une société au facile, au miraculeux. il faut aussi un certain courage en tant que thérapeute a accepter les limites de ses thérapies, a accepter l'évaluation de sa pratique, a accepter l'évolution de ses pratiques.
voila pourquoi je pense l’ostéopathie et la physiothérapie différente. voila pourquoi je m’étonne de voir tant de confrères kiné-osteo ????

9.Posté par Kinébog le 06/01/2012 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Thérapie manuelle et SEP, et Parkinson... et AVC peut-être ?
Éducation thérapeutique, et à la santé ?
La répétition ouvre d'autres portes que le geste "magique" (sans douter qu'il soit parfois judicieux ou nécessaire). Car un corps humain ne change pas en deux coups les gros( ou bien fort rarement: accident, chirurgie...).
J'ai souvent le sentiment que la kinésithérapie est tout simplement au coeur du vrai sujet : la santé publique, que le MK peut être l'acteur essentiel de la médecine non médicamenteuse, peu iatrogéne... de l'éducation à la santé, un passeur, au mitan du système, un pivot... quand est-ce qu'on s'en sert, qu'on se donne les moyens ?

8.Posté par Michel GOURGUES le 06/01/2012 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
" Le lobby des ostéopathes "? !! Et que dire du pouvoir médical, celui des politiques , de la bureaucratie qui ont mis les MK depuis longtemps sous la botte.
C 'est toujours la faute des autres.
Comme les autres lobbies celui des ostéopathes se nourrit,aussi , de l'incurie des MK, de la démission de leurs défenseurs ( syndicats), de l'inertie incroyable
de notre formation( IFMK) .Tous vous diront ,en coeur : "qu'ils appliquent les textes, et obéissent aux ordres."
Quant à la " thérapie manuelle " dont j'entends parler depuis 40 ans (mais oui ! ), si on se contente de la " laisser grandir ", on n'est pas sortis de l'auberge.




,

7.Posté par Jean MOUGEL le 06/01/2012 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'accord avec Nicolas et Laurent!
Bougeons les lignes...

Je ne pense pas que l'étiquette "ostéopathie" soit la solution pour exercer la thérapie manuelle de façon réaliste pour les 10 ans à venir. C'est du temps perdu contre-productif et contribue au flou, à la désinformation il me semble.
Rationnellement, chaque minute compte dans ce type de recadrage d'opinion publique. Ne perdons pas de temps.

Encore une fois, il faut choisir entre des choix économiques à court terme au détriment d'une information grand public claire et lisible, et clarifier ce débat en poussant la thérapie manuelle... moins gratifiant actuellement c'est vrai.

6.Posté par Laurent ROUSSEAU le 06/01/2012 09:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LaurentR
Tout d'abord je vous souhaite à tous une bonne année en espérant que ce débat ostéo VS kiné trouvera enfin une issue.
Je suis tout à fait d'accord avec Nicolas et personnellement je ferai tout pour promouvoir la thérapie manuelle et donc la kinésithérapie. Il y a un grand flou entre les deux approches pour ce qui est de la compréhension du grand public. Je n'ai pas de chiffre à vous proposer, mais je suis intimement persuadé que la grande majorité des clients de l'ostéopathie vont chez leur ostéopathe pour se faire "remettre en place" une vertèbre ou autre chose. A cela les praticiens, pour la plupart, ne redisent rien, trop content de pouvoir travailler. Elles sont où les grandes théories holistiques fondatrices de l'ostéopathie quand un thérapeute explique le plus sérieusement du monde qu'il vient de remettre 5 vertèbres et replacer un bassin qui avait tourné comme une toupie, a moins que ce ne soit les os du crâne qui se chevauchaient!!!! Tant que ce discours perdurera rien n'évoluera. Après tout les clients de l'ostéopathie vont voir leur praticien préféré pour entendre ce qu'ils ont envie d'entendre et ne sont jamais déçu. Vous me direz que l'ostéopathie ce n'est pas ça et vous aurez raison, mais les clients eux se foutent totalement de Still et consort, ce qu'il veulent c'est être remis droit rien ne compte plus maintenant que la normalité. Cette idée que tout se résout une fois que l'on a été remis droit est une absurdité que personne n'ose démentir tellement cela parait une bonne chose. Au final nous avons en France un nombre d'école d'ostéopathie tellement important que ça en devient ridicule, et le nombre sans cesse croissant d'ostéopathe frise l'aberration. Y aura t'il un jour quelqu'un quelqu'un assez honnête et assez courageux pour dénoncer ce système dont nous voyons aujourd'hui les limites? Un éminent médecin reconnu ne peut plus donner son avis à la radio sans se faire remettre en place par des gens tellement sûr de détenir la vérité que ça en devient ridicule. Devons nous nous résigner face à cette dictature? Les ostéopathes sont ils vraiment, comme cela a été dit, les mieux formés (mieux que les médecins et bien sur infiniment mieux que les pauvres kinés devenus les forçats de la santé)? A ce rythme là, le lobbying forcené opéré par les ostéopathes, emportera tout sur son passage, sous l'oeil complaisant du ministère de la santé qui y voit une aubaine puisque bien sur ce n'est pas remboursé, après tout de santé ce ministère n'en a que le nom.
Pourvu que la thérapie manuelle réussisse à reprendre sa place rapidement, pour que nous puissions avoir les arguments nécessaires pour lutter à armes égales contre ce lobby.

5.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 06/01/2012 07:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Partiellement pas d'accord avec tous les deux.
Comme tous les kinésithérapeutes-ostéopathes de France, je suis enjoint par le Préfet de Région, sur papier à en-tête de la République, a systématiquement décliner mes deux qualités, celle de masseur-kinésithérapeute et celle d'ostéopathe. Il ne m'est donc pas possible de dire que je fais un boulot systématiquement différent des ostéopathes exclusifs.
L'ostéopathie est une spécialité honteuse de la kinésithérapie en France.

4.Posté par Nicolas S le 05/01/2012 23:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Personne n'as dit que l'ostéopathie ne servait à rien.
Cette note s'appuie sur des arguments objectifs.
Les ostéopathes et les kinésithérapeutes ne font en effet pas le même boulot. Pourtant, en France, l'ostéopathie s'est pseudo-rationnalisé laissant penser qu'il s'agit de thérapie manuelle.
La thérapie manuelle est une spécialité de la kinésithérapie à peu prés partout sur la planète sauf en France où le puissant lobby ostéopathique agit. Cette situation est franco-française.
Il faut laisser grandir la thérapie manuelle française sur le modèle mondiale et lui laisser une chance d'exister en France au même titre que l'ostéopathie. Les patients feront ensuite leur choix.

3.Posté par Jojo le 05/01/2012 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n'arrive pas à comprendre cette rancœur anti-ostéopathie.
Les ostéopathes et les kinés ne font pas le même boulot. Les 2 métiers ont leur noblesse, leurs compétences et leurs lacunes.
Si un ostéo dit que la kinésithérapie ne sert à rien, c'est un âne.
Et si un kiné dit que l'ostéopathie ne sert à rien...et bien il ne vaut pas mieux...
Un peu de respect les uns des autres serait le bienvenu.

1 2
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires