ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Courir pour fortifier… ses disques !?!

Rédigé par le Lundi 1 Mai 2017



Image issue de l'article
Image issue de l'article
Durant votre vie de thérapeute, vous avez surement dû entendre un de vos patients vous expliquer qu’il a stoppé la course à pied sur des conseils avisés de son spécialiste. La « logique » pousse peut-être certains praticiens à recommander « l’épargne » à leurs patients lombalgiques en pensant, par exemple, que le running constitue une activité compressive (« tassante ») pour les disques intervertébraux (DIV) - on laisse de côté la relation douleur/état du disque (vous commencez à connaitre la maison!). Cette conduite de non-sollicitation (ou en tout cas de contrôle minimaliste de la contrainte) est remise en cause depuis plusieurs années pour la plupart des structures constituant notre corps (os, muscles, tendons, etc.) : des mises en charge adaptées et répétées de ces tissus forcent leurs adaptations et ont démontré une efficacité thérapeutique. Concernant le DIV, nous n'avions jusqu’ici pas grand-chose à se mettre sous la dent sauf chez les rongeurs (1, 2) où des études montraient l’impact bénéfique de certaines activités physiques sur la trophicité des disques. Et chez l’homme alors ?


Un travail récent (3) évoque la possibilité d’impacter positivement la morphologie du DIV par l’exercice physique de type course à pied. Cette étude transversale a cherché à comparer la trophicité des DIV lombaires entre des sujets ne faisant pas de sport depuis au moins 5 ans, des joggers (20-40 km/sem depuis au moins 5 ans) et des coureurs à pied sur long distance (+ 50km/sem depuis au moins 5 ans) . 79 participants, hommes et femmes âgés entre 25 et 35 ans ont participé à cet essai. Les instruments de mesure utilisés étaient l'IRM (analyse en T2) et l’accélérométrie (un dispositif était porté en permanence durant une semaine).


Les résultats ont montré une meilleure hydratation et des niveaux plus importants de glycosaminoglycanes (GAG) des disques des deux groupes de coureurs à pied par rapport au groupe non-sportif. Il existait des preuves d’hypertrophie des DIV chez les coureurs de longue distance dont la hauteur relative des DIV par rapport aux corps vertébraux était plus importante. Le temps total d’activité physique n’était pas en lien avec ces adaptations mais les amplitudes d’accélérations si. La fourchette d’accélération associée à des hauteurs plus grandes en T2 se situait entre 0.44 et 0.59g. Celle-ci correspond approximativement à une marche rapide / course lente se situant aux alentours de 2m/s (environ 7 km/h).


Deux conclusions :
1/ Pas de panique, il ne s’agit que d’une étude transversale qui montre des associations mais ne peut éviter des biais de confusion
2/ Peut-être faut-il relire le lièvre et la tortue : « rien ne sert de courir (vite ?) il faut partir à point (mais d’un bon pas ?) »



Références

(1) Brisby, H. et al. The effect of running exercise on intervertebral disc extracellular matrix production in a rat model. Spine 35, 1429–1436 (2010).
(2) Sasaki, N. et al. Physical exercise affects cell proliferation in lumbar intervertebral disc regions in rats. Spine 37, 1440–1447 (2012).
(3) Belavý DL, Quittner MJ, Ridgers N, Ling Y, Connell D, Rantalainen T. Running exercise strengthens the intervertebral disc. Sci Rep. 2017 Apr 19;7:45975. En accès libre ici


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 4760 fois


1.Posté par JL E le 01/05/2017 23:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Top ! Par contre, arriver à faire 50 km / semaine à 7 km/h, faut laisser tomber le libéral ou faire les doms en courant.

2.Posté par Greivmeuh le 02/05/2017 06:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ca fait 7 km/jour. C'est pas non plus le Pérou !
Une pierre de plus pour dire que marcher vite, c'est bien.

3.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 02/05/2017 07:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une heure de marche rapide par jour ? Faut être à la retraite ! Mais là, les sujets ont entre 25 et 35 ans. Pas sûr que nos vieux disques asséchés bénéficient de la même alternance de lordose / délordose...

En tout cas bien d'accord : encore une pierre dans le jardin des doctes adeptes du pas bouger : "Vous avez mal en respirant ? Arrêtez de respirer !".

4.Posté par Yannick Barde-Cabusson le 02/05/2017 08:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, le papier vaut ce qu'il vaut et il faut faire attention à ne pas trop extrapoler. D'ailleurs les auteurs le mentionnent clairement ; il est un préalable à d'autres études bien nécessaires. Ce qui est intéressant c'est surtout de pouvoir combattre une croyance structurelle par un papier qui justement s'est intéressé aux changements de structure : il me semble avoir déjà vu passer des papiers sur le running et la lombalgie qui ne trouvait pas d'association mais les patients sont tellement focalisés sur la structure que ce travail me semble (presque) plus pertinent pour les faire "changer" d'avis...

5.Posté par Greivmeuh le 02/05/2017 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une heure de marche rapide par jour ? Faut être à la retraite !


Les Parisiens qui parcourent le réseau métro RER n'en sont pas très loin.

les patients sont tellement focalisés sur la structure que ce travail me semble (presque) plus pertinent pour les faire "changer" d'avis...


Et le corps médical en général. De même que les organismes payeurs : si la structure n'explique pas la douleur, difficile de faire reconnaître les invalidités par exemple.

6.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 02/05/2017 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Les Parisiens qui parcourent le réseau métro RER n'en sont pas très loin."
Les alternances de pompage discal nutritionnel en lordose / délordose quand tu piétines en attendant ton métro doivent être un peu limitées. 7 km/h c'est trop pour de la marche et pas assez pour de la course...

7.Posté par Nabessa le 09/05/2017 00:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et pour ceux qui ont une discopathie aux cervicales ?? C4 au C6 est ce que c'est bénéfique aussi ?? Ça pourrait régénèrer les fibres en faisant de la course régulièrement ?? Je suis suis un sportif et ça me rend triste de m'arrêter à cause de cette discopathie même si je ne ressens pas encore de douleurs mais juste par précaution pour ralentir le tassement des disques.

8.Posté par Jacky OTERO le 16/05/2017 07:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si courir vous fait du bien alors pourquoi arrêter ?

Pour vous dégrader encore plus vite.

La dégradation des structures avec l'âge est un phénomène normal, comme les rides du visage.

Cela vous empêche de rire, d'avoir des rides ?
Non, alors courir ne devrait pas poser de problème non plus.

Attention aux croyances qui risquent de vous clouer au lit à force de réduire vos activités une à une.

Si ça fait mal alors il faut traiter, adapter votre façon de courir et être plus progressif dans la reprise... Mais reprendre pour que le corps s'adapte aux changements = pas de lien entre état du disque et incapacité.

En avant... Doucement mais sûrement.

9.Posté par Nabessa le 21/05/2017 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est ce que Le fait de courir avec une discopathie cervicale pourrait résoudre le probleme en régénérant le disque ???

10.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 21/05/2017 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas vu d'écrits là dessus. En lombaire, peu de mobilisations passives permettent d'améliorer l'imbibition discale mais personne ne sait si ça tient dans le temps. Sûrement qu'à partir d'un certain âge (35 ans ?), ces tissus se racornissent, perdent leur eau et se transforment en matériau aussi souple qu'un tuyau d'arrosage.

Par contre rien n'indique qu'une dégénérescence discale cervicale soit génératrice de douleurs cervicales, ça, c'est maintenant largement admis, bien que jamais indiqué dans les compte-rendus des radiologues, qui ne vont sûrement pas se tirer une balle dans le pied ;-)

11.Posté par Nabessa le 21/05/2017 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'importe quel disque cervicale dès qu'il touche le nerf ça génère des douleurs, c'est Le même fonctionnement que les dorsales et lombaires

12.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 21/05/2017 22:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toutes les structures innervées du corps sont susceptibles d'informer le cerveau qu'il existe une compression, une chaleur anormale, ... mais aucune autre structure que le cerveau ne génère de douleurs.

13.Posté par beto le 22/05/2017 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
no brain.no pain.nociception n'égale pas douleur.C'est le plus important à savoir et hélas toujours très méconnu.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base







accès direct acide hyaluronique acromio-claviculaire acte individuel acupuncture AINS anti-inflammatoires antétorsion fémorale assurance maladie biostatistiques calcanéus camptocormie canal carpien canal lombaire étroit capsulite retractile Cervical. Abord préliminaire Cervical. Bilan actif Cervical. Bilan passif Cervical. Généralités Cervical. Neurodynamique Cervical. Traitement actif Cervical. Traitement passif chicago technique chiropractique chirurgie coiffe des rotateurs conflit sous-acromial contrôle moteur contrôle postural course à pied coxalgie coxarthrose coxo-fémorale Diagnostic différence de longueur des membres inférieurs disque inter-vertébral douleur chronique drainage lymphatique manuel drapeaux jaunes droit femoral Dry needling dégénérescence discale entorse de cheville entorse du genou essai controle randomise etirements EVA evidence based practice Examen du sujet exercices thérapeutiques fasciathérapie fasciite plantaire Fibromyalgie fléau cervical fuseau neuro-musculaire gainage Genou gonarthrose goniométrie GROC hallux valgus hernie discale IFMK inclinométrie incontinence urinaire IRM kappa kinesiotaping kinesitherapie ligamentoplastie Lombaire. Abord préliminaire Lombaire. Généralités Lombaire. Traitement passif Lombalgie lombo-sciatique Maitland manipulation vertébrale massage McKenzie MDT Membre inférieur. Abord préliminaire Membre inférieur. Généralités MRP Mulligan multifide nerf médian nerf radial nerf sciatique nerf tibial nerf ulnaire neuro-sciences neurodynamique nociception oedème Oldies but goldies ondes de choc ostéopathie ostéoporose palpation pelvis Physiotherapie pied piriforme Placebo plagiocéphalie podalgie podologie podomètre poignet points-gâchettes posture posturographie posturologie professions de santé proprioception psoas PSR PTG PTH quadriceps questionnaire rebouteux recommandations de pratique clinique red-flags regle de prediction clinique renforcement musculaire rythme crânio-sacré réflexothérapie rééducation posturale globale sacro-iliaques sacrum scapulalgie sciences de l'éducation scoliose semelles orthopédiques SFP SLR slump-test stabilométrie Start Back Screening Tool strain et counterstrain stretching symphyse pubienne syndrome des jambes sans repos syndrome douloureux regional complexe syndrome du canal carpien syndrome du canal tarsien talagie tapis roulant Temporo-mandibulaire. Bilan actif tendon achilléen tenségrité Test testing therapie manuelle therapie miroir Thoracique. Généralités Thoracique. Traitement passif thrust torticolis Traitement Épaule. Traitement passif épicondylalgie équilibre