ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Enseignement

DPC : La formation continue en santé et l'argent !

Rédigé par le Mercredi 15 Octobre 2014



Quatre des plus gros syndicats de médecine libérale dénoncent un système "marchandisé" du Développement Professionnel Continu (DPC).

Nous recevons régulièrement des demandes concernant le DPC et son obligation pour les kinésithérapeutes en France.

La France a repris un acronyme anglophone : Continuing Professional Development qui met en avant la planification de sa formation continue en fonction de ses besoins.

L'adaptation française a consisté à soutenir des "programmes" qui comprennent une partie d'évaluation de sa pratique clinique (par exemple, à partir de dossiers) pour analyser et déterminer des éléments d'amélioration. Ce diagnostic permettant de mettre en place un plan de formation et de suivi pour améliorer les paramètres de sa pratique.

Plus de détails sur les principes de DPC ici

Les organismes reçoivent des financements publics pour mettre en place ces programmes et les participants ne payent rien et reçoivent un dédommagement pour perte de revenus.

Un des éléments critique est l'enregistrement des organismes par un organisme qui gère le DPC (l'OGDPC). Il suffit pour l'organisme de formation de soumettre un programme "vitrine" à cet organisme qui montre ce qu'il fait (il montre sa patte blanche) et tous ses programmes sont reconnus "DPC" jusqu'à évaluation de commissions scientifiques indépendantes selon sa discipline ou professions...

Les commissions ne pouvant pas matériellement évaluées les milliers d'organismes qui sont venus chercher des financements. Les programmes DPC ont fleuris un peu partout avec "open bar" pour les participants ou les organismes de formation.

Vous pourrez lire que l'Organisme gestionnaire est content de son rapport d'activité 2013 !!

A noter que jusqu'en juillet 2013, les organismes historiques (généralement liés à des syndicats professionnels) étaient les seuls à être reconnus organismes DPC. Puis, tout le monde a pu soumettre un organisme pour bénéficier de financement public...Le gâteau a rétréci et les financements ne sont plus garantis.

A noter que le DPC est une obligation légale annuelle pour tous les kinésithérapeutes quel que soit son mode d'exercice. Ce qui garanti aux organismes de formations reconnues des clients...

Le communiqué de presse commun de la CSMF, MGFrance, FMF, SML.

communique_commun_20141015.pdf Communiqué commun 20141015.pdf  (162.4 Ko)


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1067 fois


1.Posté par Thomas le 16/10/2014 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
merci pour ces informations.
Elles sont à mettre en rapport avec le dernier Point sorti :à lire ici

où l'on peut se demander l'objectivité des 5 centrales syndicales risquant de perdre une grosse partie de leurs revenus si on met le nez dans ces affaires. A lire ce post, je me pose la question de l'objectivité des syndicats cités qui semble perdre leur monopole sur cette bonne affaire...

Ceci étant dit, l'obligation pour les salariés est à la charge de l'employeur, qui lui n'a pas de sous... Que risque le salarié dans ce cas ?

2.Posté par axel le 16/10/2014 08:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est bien évident qu'un organismes agrée ne garanti en rien la qualité intrinsèque de ses formations : des stages DPC que j'ai pu faire, aucun ne s'inscrivait dans une démarche d'EBP ... alors que d'autres non agrées font en permanence référence a des niveaux de preuves.

Cependant, je me méfie un peu du discours des médecins qui depuis le début ne veulent pas d'une obligation de formation (et veulent démolir le DPC) mais de choix de formation basés sur le volontariat des praticiens !! (populisme quand tu nous tiens ...).

Beaucoup de choses a améliorer dans ce DPC mais peut être a t il l'avantage de pouvoir faire doucement avancer les mentalités vers une formation obligatoire pour tout praticien comme c'est le cas dans d'autres pays.

3.Posté par Pierre Trudelle le 16/10/2014 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'obligation de la formation continue obligatoire est de rigueur en France pour tous les professionnels de santé, Axel. Sur le plan législatif, cette obligation se fait au travers du DPC.

4.Posté par Jean-philippe REGNAUX le 22/10/2014 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

pour compléter ce post, un édito d'H Maisonneuve dans le sérieux British Medical Journal
qui résume la situation. Il cite dedans notamment le rapport de l'IGAS de 2013 qui n'est pas faveur d'un fonctionnement efficace.

On peut aussi lire dans ce rapport (p 53, [279]) que le législateur impose à 4 professions de respecter leur obligation de DPC: médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes et sages-femmes. Pour les autres, seul le respect des régles (lesquelles?) d'organisation et de prise en charge propre au secteur d'activité est mentionné (article L.4242-1 et 4382-1 CSP). Sans doute encore un témoignage de tout l’intérêt que le législateur porte aux autres professions de santé. Rien d'étonnant qu'aucune mention des paramédicaux ne soit faite dans le dernier projet de loi de santé du 15 octobre 2014. Ceci est d'autant plus incompréhensible lorsqu'on sait que les interventions non pharmacologiques (dont nous faisons partie) constituent > 40% des essais cliniques réalisés (Hopewell S. BMJ 2010), qu'elles sont souvent aussi efficaces que les médicaments (Zhang. Osteoarthritis Cartilage 2008; Naci. BMJ 2013); que de nombreux enjeux de santé publique auront pour traitement des interventions non médicamenteuses, délivrées par des paramédicaux. Pour paraphraser la phrase d'E Merckx: " le changement c'est comme une bicyclette, quand elle avance pas, elle tombe."

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires