ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Enseignement

Devenir infirmier : 24000 €

Rédigé par le Vendredi 26 Décembre 2014



Photo issue de rue-de-la-fete.com
Photo issue de rue-de-la-fete.com
Le Canard Enchaîné du 17 décembre se fait l’écho d’une mesure visant à faire payer aux étudiants des IFSI de l’AP-HP leur scolarité (8000 € par an), allant jusqu’à demander la rétroactivité des frais de scolarité. Ces étudiants représenteraient la moitié des étudiants en soins infirmiers formés en France.

Cette information se retrouve sur la Toile sur divers sites, comme celui du SNPI.

L’Assistance Publique est soutenue par la Région Ile De France depuis 2013 dans son effort annuel de 42 millions d’euros pour former les futurs infirmiers, mais la Région n’envisagerait pas d’éponger les dépassements de ce budget (il manquerait 2 millions d'euro cette année).

De fait, il semble bien exister des conditions à la prise en charge des frais de scolarité, même si ces conditions sont vraisemblablement observées par la grande majorité des étudiants.

Le site infirmiers.com énumère les candidats exemptés d'avoir à payer au delà des 300 € annuels d'inscription :

«- les étudiants en formation initiale (sortis du système scolaire depuis moins d’un an) à l’exception des apprentis ;
- les jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire depuis plus d’un an, suivis par une mission locale ;
- les demandeurs d’emploi, inscrits à Pôle Emploi depuis trois mois au minimum, dont le coût de formation n’est pas pris en charge ou partiellement par Pôle emploi ;
- les bénéficiaires des contrats aidés (CAE, CIE, Contrat d’avenir …) avant l’entrée en formation ;
- les bénéficiaires du RSA.
(...)
- des étudiants qui seraient inscrits depuis moins de trois mois au chômage ;
- des étudiants qui ont suivi une formation de préparation au concours d’entrée dans les IFSI relevant des critères correspondant à la formation initiale.»


Autant dire que vouloir devenir infirmier à 35 ans en reconversion, ce n’est pas donné...Il pourrait en être de même pour les formations d’aide-soignant, aide-puéricultrice (7000 € par an quand même).

A une époque où l’on commence à reparler dans certaines régions de chômage pour les jeunes diplômés en soins infirmiers, les prises en charge par la collectivité les frais de formation se font de plus en plus discrètes.

Au fait, pour les kinés ? Une tendance inverse pour les 10 ans à venir ?  Difficile d’y voir clair dans ces évolutions de l’offre et de la demande masquées par diverses mesures administratives, mais, en ces temps de vaches maigres, il est vraisemblable que les régions se mettent à gérer au plus près les sous qu'on leur confie.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 3699 fois


1.Posté par François-Régis S. le 27/12/2014 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La mesure s'applique à tous les étudiants des IF de l'AP-HP : kinés compris.

2.Posté par Jle le 27/12/2014 12:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
24000 € pour faire Kiné dans un institut public ? Bientôt 32000 € ? On n'arrête pas le progrès... Mais après tout, si c'est le prix que coûte cette formation à la collectivité ?

3.Posté par Thomas le 28/12/2014 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il existe déjà des instituts publics qui font payer cher les étudiants...
Je serais en accord avec toi, JLE, si toutes les formations étaient payantes et que nos impôts étaient réduits d'autant.

4.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 03/01/2015 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toutes les formations ont un coût. Moins la collectivité participe, plus tes impôts seront réduits. Après, il s'agit d'un choix ; doit-on consacrer les sommes issues de la solidarité nationale à procurer une formation aux chômeurs pour qu'ils trouvent un métier, aux taulards pour éviter qu'ils ne récidivent, ou pérenniser les castes sociales en avantageant les classes moyennes et supérieures ?

5.Posté par Thomas le 03/01/2015 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon propos était plutôt sur l'équité pour la formation, soit toutes gratuites soit toutes payantes. Sinon, si tu veux faire une formation payante comme la notre, tu te retrouves aussi par l'impôt à payer les autres... Comme si tu payais tes cotisations sociales mais que tu n'avais aucune prise en charge lors d'une consultation médicale ou une hospit...


L'autre point discutable, c'est la relative gratuité des études en France ne profite au final pas à ouvrir à toutes ces formations à tous, contrairement à ce que tu laisses entendre la proportion des enfants d'ouvriers/cadres étudiants dans le supérieur ne correspond pas à leur importance démographique.

6.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 03/01/2015 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous sommes d'accord.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires