ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Différence de longueur des membres inférieurs (2) : évaluation posturographique

Rédigé par le Dimanche 1 Octobre 2017



Est-ce que la différence de longueur des membres inférieurs s’observe en posturographie ?

Des études antérieures sur l'influence de l'asymétrie des jambes sur le contrôle postural rachidien n'ont pas été concluantes. C’est le but de cet article.

Dans leur introduction, les auteurs avancent que, dans la littérature, il est indiqué que :

- Une différence de longueur du membre inférieur de plus de 2 cm se retrouve chez 7% des enfants entre 8 et 12 ans
- 2 cm de différence de longueur du membre inférieur rendent la marche moins économique (augmentation de la consommation d’O2)
- Une différence de longueur du membre inférieur simulée, inférieure à 15 mm, modifie la statique pelvienne et induit une torsion pelvienne, sans modification de la position du rachis.
- Au delà de 15 mm, une inclinaison latérale du tronc s’observe (scoliose fonctionnelle), majorée à 20 mm dans toutes les composantes rachidiennes et pelviennes.
Une différence de longueur du membre inférieur expérimentale augmente l’activité des muscles distaux et lombaires lors de la marche.

(Lire l’article pour accéder aux références bibliographiques).

Méthodes :

38 sujets (dont 19 présentant une différence de longueur du membre inférieur et 19 sujets sains) ont été inclus.
L'examen comprenait une mesure de la longueur des membres inférieurs et de la répartition du poids ainsi qu'une posturographie statique.

Toutes les analyses statistiques ont été effectuées avec des tests non-paramétriques (les signaux obtenus par la plateforme de posturographie peinent à suivre une loi normale).

Les différences entre les groupes et la corrélation entre la vitesse moyenne de déplacement du centre de pression (CdP) et la valeur de la différence de longueur du membre inférieur comme la répartition du poids ont été considérées comme statistiquement significatives à p <0,05.

Résultats :

Il y a eu une différence significative dans l'asymétrie de la répartition du poids entre le groupe de patients et les sujets sains (p = 0,0005).
Les différences dans un examen posturographique entre les groupes n'étaient pas statistiquement significatives (p> 0,05).

Des différences significatives dans la vitesse moyenne de déplacement du CdP dans la direction médiolérale entre la position tandem avec les yeux ouverts et fermés ont été détectées dans les deux groupes (dans les témoins p = 0,000134, chez les patients avec la jambe courte en position avant et arrière, p = 0,029, p = 0,026 respectivement).

Il y a une corrélation modérée positive entre la valeur de la différence de longueur du membre inférieur et la valeur de la vitesse moyenne de déplacement du CdP en position normale dans le sens médioléral avec les yeux ouverts (r = 0,47) et fermés (r = 0,54) et dans le plan antéro-antérieur avec les yeux fermés (r = 0,05 ).

Conclusions :

Le fait qu'il n'y ait pas de différences significatives dans la posturographie entre les groupes pourrait indiquer des compensations à la posture altérée et des adaptations neuromusculaires chez les patients présentant une inégalité structurelle en longueur des jambes.

La différence de longueur du membre inférieur entraîne une asymétrie accrue de la répartition du poids.
Cette étude a confirmé un rôle fondamental de la vue dans le contrôle postural, en particulier dans des conditions instables. L'analyse de la vitesse moyenne d'oscillation du CdP peut suggérer une détérioration proportionnelle du contrôle postural avec l'augmentation de la valeur de l'asymétrie de longueur de jambe.

Ce que ne dit pas le résumé, mais qu’indique l’article :

Les personnes souffrant de différence de longueur du membre inférieur ont été recrutés chez des patients susceptibles de bénéficier ultérieurement d’un allongement de membre de type Illizarov...pas le modèle courant des «boiteux» donc et plutôt des petits, soit des gens plus instables que les grands selon le modèle du pendule inversé : essayez de faire tenir vertical un stylo au bout de votre index et faites de même avec une baguette de 50 cm...

J’ai cherché la comparaison entre les deux échantillons, qui se doivent d’être similaires, différence de longueur du membre inférieur mise à part. Eh ben, pas trouvé. De plus, une moyenne d’âge de 14 ans dans un groupe, de 18 dans l’autre, est-ce que les échantillons sont semblables ?

La réponse doit être ans le fait qu’il s’agit d’une étude préliminaire... Donc, pas de conclusions hâtives, voire, pas de conclusions du tout...

Référence bibliographique :

Eliks M, Ostiak-Tomaszewska W, Lisiński P, Koczewski P. Does structural leg-length discrepancy affect postural control? Preliminary study. BMC Musculoskelet Disord. 2017 Aug 9;18(1):346. doi: 10.1186/s12891-017-1707-x

[Accès à l’article]url:http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28793888

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 612 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base







accès direct acide hyaluronique acromio-claviculaire acte individuel acupuncture AINS anti-inflammatoires antétorsion fémorale assurance maladie biostatistiques calcanéus camptocormie canal carpien canal lombaire étroit capsulite retractile Cervical. Abord préliminaire Cervical. Bilan actif Cervical. Bilan passif Cervical. Généralités Cervical. Neurodynamique Cervical. Traitement actif Cervical. Traitement passif chicago technique chiropractique chirurgie coiffe des rotateurs conflit sous-acromial contrôle moteur contrôle postural course à pied coxalgie coxarthrose coxo-fémorale Diagnostic différence de longueur des membres inférieurs disque inter-vertébral douleur chronique drainage lymphatique manuel drapeaux jaunes droit femoral Dry needling dégénérescence discale entorse de cheville entorse du genou essai controle randomise etirements EVA evidence based practice Examen du sujet exercices thérapeutiques fasciathérapie fasciite plantaire Fibromyalgie fléau cervical fuseau neuro-musculaire gainage Genou gonarthrose goniométrie GROC hallux valgus hernie discale IFMK inclinométrie incontinence urinaire IRM kappa kinesiotaping kinesitherapie ligamentoplastie Lombaire. Abord préliminaire Lombaire. Généralités Lombaire. Traitement passif Lombalgie lombo-sciatique Maitland manipulation vertébrale massage McKenzie MDT Membre inférieur. Abord préliminaire Membre inférieur. Généralités MRP Mulligan multifide nerf médian nerf radial nerf sciatique nerf tibial nerf ulnaire neuro-sciences neurodynamique nociception oedème Oldies but goldies ondes de choc ostéopathie ostéoporose palpation pelvis Physiotherapie pied piriforme Placebo plagiocéphalie podalgie podologie podomètre poignet points-gâchettes posture posturographie posturologie professions de santé proprioception psoas PSR PTG PTH quadriceps questionnaire rebouteux recommandations de pratique clinique red-flags regle de prediction clinique renforcement musculaire rythme crânio-sacré réflexothérapie rééducation posturale globale sacro-iliaques sacrum scapulalgie sciences de l'éducation scoliose semelles orthopédiques SFP SLR slump-test stabilométrie Start Back Screening Tool strain et counterstrain stretching symphyse pubienne syndrome des jambes sans repos syndrome douloureux regional complexe syndrome du canal carpien syndrome du canal tarsien talagie tapis roulant Temporo-mandibulaire. Bilan actif tendon achilléen tenségrité Test testing therapie manuelle therapie miroir Thoracique. Généralités Thoracique. Traitement passif thrust torticolis Traitement Épaule. Traitement passif épicondylalgie équilibre