ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Organisations des soins

Docteur, qu'est-ce que je pourrais faire plus tard ?

Rédigé par le Mardi 17 Avril 2012



Docteur, qu'est-ce que je pourrais faire plus tard ?
A l'heure où la communauté française de Belgique (Master 1, 4 ans d'étude) essaye de rattraper la communauté flamande (Master 2, 5 ans d'étude) pour la création de spécialisations, le gouvernement français demande aux médecins quelles spécialisations seraient pertinentes pour les kinés en France.
Vous trouverez le courrier en pièce-jointe adressé à Monsieur Olivier Goeau-Brisonniere (Président de la Fédération des spécialités médicales). Est-ce que ce Professeur de médecine peut citer les spécialités reconnues pour les kinésithérapeutes à travers le monde ? Est-ce qu'il peut citer les articles de référence sur le sujet ? Nous aimerions savoir quels sont les critères de sélection et les arguments qui sont utilisés pour répondre à cette question et la connaissance de ce qu'est la kinésithérapie au niveau mondiale.

La Belgique a proposé : la cardiologie, la thérapie manuelle, la kinésithérapie neurologique, la rééducation abdomino-pelvienne, la kinésithérapie respiratoire et la pédiatrie (mise à jour de l'information le 17/04/2012) (cf note ActuKiné du 04/06/2010 sur ce lien )

Les principales associations de kinésithérapie à travers le monde propose des spécialisations dans de nombreux domaines et des publications démontrent l'efficacité de la prise en charge.

En France, nos syndicats sont contre les spécialisations et le débat ne semble pas ouvert. Le conseil de l'Ordre propose un Master 1 de kiné-ostéopathe.

Une opportunité politique s'ouvre, mais de combien de centimètres ?

courrier_olivier_goeau_brissonniere_saisine_kine_d.pdf courrier Olivier GOEAU BRISSONNIERE saisine kiné D.pdf  (735.21 Ko)


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 3786 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

48.Posté par Michel GOURGUES le 22/04/2012 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Je pense que ce qu'il manque aux kinésithérapeutes pour pouvoir développer pleinement ces techniques lorsqu'elles sont acquises et maîtrisées c'est le diagnostic d'exclusion et une démarche clinique approfondie".
Je partage ces propos. De plus il nous faudrait un niveau scientifique et technologique un peu moins minable que celui acquis,à l'heure actuelle, dans nos IFMK.

47.Posté par Fred S le 22/04/2012 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Je pense que ce qu'il manque aux kinésithérapeutes pour pouvoir développer pleinement ces techniques lorsqu'elles sont acquises et maîtrisées c'est le diagnostic d'exclusion et une démarche clinique approfondie".

"La thérapie manuelle se distingue justement par un raisonnement clinique validé"

Bein j'ai l'impression qu'on dit la même chose. Maintenant si vous réussissez à faire un diagnostic de la connaissance d'un sujet et de la maîtrise de ce sujet en lisant quelques lignes sur un blog, cela me paraît quelque peu simpliste, rapide et caricatural, bref tout l'inverse de ce qu'il faut faire devant un patient...

"C'est vilain de juger "sans connaître""

Bein justement "je connais" car je suis formé à la thérapie manuelle par des kinésithérapeutes français, et à la thérapie manuelle par des physios suisse et américains. Par ailleurs, je passe beaucoup de temps à côtoyer et à partager des expériences cliniques concrètement avec des kinésithérapeutes dont les parcours sont multiples et variés...Cependant, je ne juge pas, parce que je ne suis pas un juge, mais je tente de faire une analyse des activités, des compétences et des connaissances pour les mettre en oeuvre...En revanche vous, j'ai l'impression que vous avez la conclusion hâtive et le jugement facile...

Si vous votez en France il y a une candidate juge avec des lunettes verte pour vous...

46.Posté par thomas rulleau le 22/04/2012 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lire ce genre de choses, c'est vraiment dure un dimanche matin !
Je suppose que cela provient d'un esprit non averti et souffrant d'une méconnaissance totale du sujet. Attention, cher monsieur c'est vilain de juger sans connaître.


je pense que Fred est plutôt "averti", mais il a simplement oublié le terme "français" derrière kinésithérapeute... et les formations continues étant très disparates (toujours en France)...

45.Posté par Renaud Hage le 22/04/2012 09:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Je pense que ce qu'il manque aux kinésithérapeutes pour pouvoir développer pleinement ces techniques lorsqu'elles sont acquises et maîtrisées c'est le diagnostic d'exclusion et une démarche clinique approfondie".

Lire ce genre de choses, c'est vraiment dure un dimanche matin !
Je suppose que cela provient d'un esprit non averti et souffrant d'une méconnaissance totale du sujet. Attention, cher monsieur c'est vilain de juger sans connaître.
1. La thérapie est manuelle n'est pas un étalage de techniques. La thérapie manuelle se distingue justement par un raisonnement clinique validé (Maitland, Jones...).

2. C'est en thérapie manuelle que le nombre de techniques validées est le plus important (Jull, Falla, O'Leary, Lee, Paris, .............)

3. Dans différents pays d'europe (Pays bas, Suède, Norvège, UK) les thérapeutes manuelles ont l'accès direct aux soins. Donc, le diagnostic d'exclusion fait partie de notre enseignement. Et croyez moi avant d'avoir octroyé ce genre de chose il y a eu dans ces pays pas mal d'études de faites, et cela continue.

Alors oui nous développons les techniques acquises et maitrisées, oui nous apprennons le diagnostic d'exclusion et oui notre démarche clinique est approfondie et scientifique puisque si la médecine n'est pas une science, la façon de l'utiliser peut être quant à elle très scientifique.

bien à vous

44.Posté par Stella le 22/04/2012 08:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On se bouge le cul
Tous aux urnes

43.Posté par Fred S le 22/04/2012 01:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il doit y avoir une confusion car la thérapie manuelle "n'appartient pas aux kinésithérapeutes", ils n'en ont pas l'exclusivité, tout comme la rééducation.

A titre personnel j'ai toujours pensé que les techniques mises en oeuvre en thérapie manuelle étaient très proches de celles développées dans ce qui est considéré comme les techniques "structurelles" en ostéopathie.
Je pense que ce qu'il manque aux kinésithérapeutes pour pouvoir développer pleinement ces techniques lorsqu'elles sont acquises et maîtrisées c'est le diagnostic d'exclusion et une démarche clinique approfondie.
Ensuite ce que je souhaiterais c'est que les milliers de kinésithérapeutes qui ont bénéficié pendant des années de formations en thérapie manuelle de qualité (qui sont multiples et variées) puissent revendiquer d'un "plus" en terme de titre et de niveau, qu'ils soient valorisés...

42.Posté par Djef le 21/04/2012 23:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M.Srour,
"Comme quoi il peut y avoir dans le même journal des idées différentes voir divergentes, parce que nous ne sommes pas dans une secte...Chacun apporte sa pierre à l'édifice..."

Il me semble qu'un syndicat défendant un profession doit faire des choix visionnaires avant de faire des choix opportunistes pour balayer large en adhérents.

Aussi, faire le choix simultané de l'ostéopathie et de la kinésithérapie est forcément au détriment du second.

Par ailleurs la TM appartient aux MK, encore. Aussi, en toute logique, Alizé a fait le choix de la thérapie manuelle et Non de l'ostéopathie pour anoblir et porter la kinésitherapie. Peut être que ce choix pour la profession n'a pas été dicté par un quelconque conflit d'intérêt de formation continue, mais uniquement par la volonté de porter la kinésithérapie à sa juste place.

41.Posté par Fred S le 21/04/2012 21:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai Pierre il y a un article d'un confrère (ancien responsable national du syndicat, qui ne l'est plus aujourd'hui) qui apporte une idée que je n'avais jamais envisagée. Cet article a été repris par la rédaction du Monde parce qu'il a le mérite de sortir des discours redondants. Comme quoi il peut y avoir dans le même journal des idées différentes voir divergentes, parce que nous ne sommes pas dans une secte...Chacun apporte sa pierre à l'édifice...
Quant à mon confrère qui stigmatise des pratiques qui sont exceptionnelles chez des praticiens qui ont tout oublié de leurs missions (comme on en retrouve dans tous les métiers d'ailleurs) sachez que ça n'est pas en dévalorisant l'exercice de notre profession que l'on améliorera les pratiques, ça n'est pas en stigmatisant ceux qui ne font pas, qu'on les fera faire...Il faut un peu plus de pédagogie.

En revanche, je pense que ce discours ravira tous ceux qui souhaitent à tous les niveaux que nous restions des exécutants

40.Posté par Didier Nicodeme le 21/04/2012 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ce qui ne vole pas haut, c'est:
50 séances pour des cervicalgies
300 pour une chirurgie de coiffe
4 patients assis sous optocinétique
10 minutes de DLM du membre sup pour un lymphœdème
etc etc.....
ce qui ne vole pas haut , c'est
des praticiens qui n'évaluent pas leurs patients, et oublient certainement par intérêt de les réévaluer. Soigner un patient c'est un engagement moral et une obligation de moyens. Permettez moi de douter que celle-ci soit souvent le souci de certains confrères.
Mais si les syndicats et l'ordre ferment les yeux......on peut rêver , on est loin comme vous pouvez le souhaiter de l'accès direct et des 30€ la séance.

39.Posté par Pierre Trudelle le 21/04/2012 10:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Frédéric,
Pour être complet, tu peux aussi citer la page 17 du numéro 27 où un responsable de chez vous (et auprès de l'ARS) prône aussi un diplôme d'Etat d'ostéopathie...

38.Posté par Fred S le 21/04/2012 00:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
" faisons la promotion de la TMO auprès des patients, des médecins, en leur prouvant que c'est de la kinésithérapie mais une kinésithérapie intelligente, réfléchie basée sur un examen clinique. Fini les soins à l'emporte pièce et le package "IR, massage ,électro"comme c'est encore trop souvent le cas."

Ça vole pas haut...

"En France, nos syndicats sont contre les spécialisations et le débat ne semble pas ouvert"

Sur quels éléments, quelles lignes politiques et quelles décisions s'appuie cette affirmation?

Changer le nom "ostéopathie" en autre chose, ça va être un peu plus compliqué que chez les Allemands qui ont décidé du jour au lendemain de changer le nom des physios, parce que nous ne sommes pas Allemands. Ça va être un peu plus compliqué que lorsque Raider est devenu Twix.. Les plus jeunes ne peuvent pas comprendre ça date de 91!!...

"Mon kiné", "mon ostéo", ce sont presque des marques. Mon thérapeute manuel ...ça n'est pas encore rentré dans le langage courant mais bon...peut être que dans quelques dizaines d'années...

Pour ceux qui ne l'ont pas eu, n°25 page 10 :

http://snblog.free.fr/blog/KiosqueAPEK

37.Posté par Djef le 20/04/2012 23:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'autant plus d'accord, que je pense qu'il faut, tout simplement, ne plus parler d'ostéopathie, et le remplacer par kinésithérapie manuelle d'urgence, ou TM ou kinésithérapie globale, mais là est la révolution dans les esprits: assumer le statut de MK et ramener dans le giron de la kinésithérapie, les valeurs attribuées à l'ostéo. (voir à ce sujet le programme organisé à Montpellier sur alizelr).
De la sorte nous revaloriserons la profession.

36.Posté par Didier Nicodeme le 20/04/2012 08:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait d'accord avec JCR. Ne sommes nous pas rééducateur fonctionnels, donc susceptibles d'évaluer une fonction. Notre travail n'est pas de faire un diagnostic médical, mais un diagnostic fonctionnel; ce que ne sait pas faire le médecin. ce n'est d'ailleurs pas ce qu'on lui demande. On lui demande un diagnostic d'exclusion.
Ce qui fait que si notre examen clinique est fort bien mené , on devient expert dans ce domaine et donc "prétentieusement " peut- être irremplaçable
c'est pourquoi nous avons besoin de kinés plus experts dans certains domaines et qu'il me semble indispensable de développer des "spécialités" ou spécificités kinésithérapiques.
.

35.Posté par jcR le 20/04/2012 07:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Beaucoup de discussion sur l' Ostéopathie! mais pour le rachis , la méthode Mc Kenzie est tout aussi valable, notamment pour l' évaluation et le tri diagnostic avec semble t' il de nombreuses publications référencées.
Orientons notre spécialisation sur l' évaluation car 60% des médecins généralistes ne savent pas faire une évaluation du rachis. Demain le glissement de tâche se fera dans se sens. Sommes nous pas les spécialistes du musculo squelettique ? . Certaines publications montrent l' importance de l' évaluation du physiothérapeute avant de faire une quelconque imagerie.
Des radiologues prescrivent des bilan musculo squelettique avant de réaliser une infiltration scanno guidé ( la clinique, l' imagerie) .
Notre spécialisation doit aller dans ce sens N' est il pas ?

34.Posté par thomas rulleau le 19/04/2012 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Elle n'en devient pas passionnante de ce fait, étant un petit peu répétitive, mais je me dit (au risque de vous faire pousser de hauts cris) que la diversité des champs offert par la kinésithérapie pourrait aujourd'hui très bien se résumer en 3 ans si elle n'abordait que le factuel.

aucun cris, même une compléte approbation,
d'ailleurs l'université, c'est souvent 3 ans d'apprentissage de bases, et deux ans supplémentaires où on apprend à remettre en cause les acquis, apprendre l'incertitude, la mesurer, l'accepter... et quelques cours d'approfondissement... c'est la différence entre un technicien et un ingénieur, et souhaiter un master 2, c'est aussi ça IMHO

33.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 18/04/2012 23:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Non mais Jean Louis c est un dizieme du boulot ça tout dépend du bilan évidement mais après le recentrage articulaire tu n'harmonises pas la posture, le musculo tendineux? sinon c est sur que pour le voir tous les 2 mois en ostéo c est pas mal! "

J'ai un travers inhérent à mes pratiques ;

1) la veille biblio me fait privilégier ce qui semble validé.
2) L'enseignement tend à réduire la complexité du patient par la simplification des cas pathologiques.
Toute ceci fait que ma pratique tend à aller à l'essentiel.

Elle n'en devient pas passionnante de ce fait, étant un petit peu répétitive, mais je me dit (au risque de vous faire pousser de hauts cris) que la diversité des champs offert par la kinésithérapie pourrait aujourd'hui très bien se résumer en 3 ans si elle n'abordait que le factuel.

Serait-ce réducteur ?

A mon avis sûrement pas quand on voit que chaque jour une nouvelle étude est susceptible de moduler l'existant. Il est d'ailleurs honteux que ces nouvelles études soient passées sous silence, ce qui veut dire que les enseignants de MK ne font pas bien leur travail.

Est-ce nécessaire ?


Imaginez qu'aujourd'hui de fortes preuves soient en faveur d'un traitement améliorant les patients cancéreux. Vous prononceriez-vous en faveur du maintien de l'enseignement dans les facultés de médecine de la saignée et des fumigations puisque ceci y était enseigné en 1900 pour traiter ces patients ?

32.Posté par renaud Hage le 18/04/2012 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Allez une fois, je vais être désagréable ! JLE a tout à fait raison. On ne sait pas ce qu'on fait, sur quoi on agit. Alors pas de "recentrage articulaire", pas de réharmonisation de tout ce qu'on veut, pas de "remise en place"...tout ça c'est du vent.

31.Posté par LIONEL ROYER le 18/04/2012 18:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ben oui, c'est une façon correcte de dire les choses. On pourrait en plus lui expliquer ce qu'est une vertèbre, l'importance du mouvement pour une structure et le corps en général , lui dire que l'on essaye passivement de diminuer la ou les raideurs qu'il n'arrive pas à surmonter seul et activement. Raideurs qui sont peut être à l'origine de ses ou de son problème (douleur, gène, lancement....) On peut lui dire qu'on a choisi la manipulation comme outil thérapeutique par ce que notre bilan et l nos examens nous y ont amené. Mais peut être qu'avant la manipulation on aurait pu essayer les "mobilisations" en choisissant une manoeuvre adéquat (Graduellement par ex). On peut aussi lui dire que nos techniques ne se consomment pas comme un médicaments, mais qu'elles sont individuelles et choisies méthodiquement en fonction des signes cliniques. Que si nous avons des résultats bon ou mauvais nous transmettrons au médecin et à nos collègues nos remarques qui peut être pourront eux aussi ajuster leur traitement avec ce même patient. On pourrai lui montrer et conseiller des exercices spécifiques ou lui déconseiller d'autres. On pourrait enfin compléter méthodiquement notre dossier patient que tout le monde pourrait lire et comprendre pour donner son avis en cas de difficultés dans le traitement. Sinon en cas d'échec dans notre traitement malgré une méthode rigoureuse on pourrai lui conseiller de consulter un confrère avec qui il aura peut être plus de feeling.
Donc on pourrait faire de la simple kiné mais il faut une cinquième année ou une spé. bref "espoir es tu là....." ;-))

30.Posté par jm.O le 18/04/2012 17:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non mais Jean Louis c est un dizieme du boulot ça tout dépend du bilan évidement mais après le recentrage articulaire tu n'harmonises pas la posture, le musculo tendineux? sinon c est sur que pour le voir tous les 2 mois en ostéo c est pas mal!

29.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 18/04/2012 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il s'agit donc de lui dire que l'on ne sait pas pourquoi, mais que quand on le manipule, statistiquement, il va aller mieux. C'est çà ? ;-))

1 2 3
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires