ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Membre inférieur

Drainage veino-lymphatique manuel du membre inférieur

Rédigé par le Jeudi 2 Mars 2017



Ah ! Le massage du membre inférieur de Pereira-Santos et ses différentes déclinaisons dans les IFMK...
Il était sensé, par tous les moyens physiques disponibles au kinésithérapeute (actif, passif, massage) de «faire chanter le doppler» à la racine de la cuisse sans interruption, comme lors de la marche, que ce massage mimait.
A la suite d’une interprétation hasardeuse, des enseignants ont découpé en stations de 6 secondes de pression chaque progression, comme si chaque pas débutait pas un appui talonnier de 6 secondes... Pourquoi 6 secondes ?

Ses objectifs :

Suppléer à la diminution du retour veineux chez des sujets alités. Le poids de la colonne sanguine d’un sujet debout exerce une pression de l’ordre de 80 mmHg à la cheville. Au bout de 20 à 50 mètres de marche, celle-ci tombe à 30 mmHg [9]. Le massage circulatoire vise à reproduire les sollicitations que subit le membre inférieur lors de la marche.

Procédure :

Le patient est en décubitus, le membre inférieur en légère rotation latérale, abduction, reposant sur un coussin triangulaire, afin d'assurer une déclivité proche de 45°, angulation optimale, permettant une diminution de pression dans les artères tibiales postérieures [6].

Le kinésithérapeute réalise successivement :

- Pression statique sur le talon
- Pression glissée du talon à la base des métatarsiens
- Pression statique sur la base des métatarsiens
- Dorsi-flexion passive des orteils
- Extension active dynamique de la cheville contre forte résistance
- Pression glissée profonde à la face médiale de jambe et de cuisse, en direction du triangle de Scarpa et donc de la crosse de la veine saphène médiale.

La veine saphène médiale est anté-malléolaire, elle longe le bord médial de la jambe et de la cuisse. La veine saphène latérale est retro-malléolaire, elle est médiane à la face postérieure de jambe, se jetant dans la veine poplitée. Un canal anastomotique fréquent (veine de Giacomini ?) part médialement de la saphène latérale, pour rejoindre la saphène médiale.

Le rythme doit être lent (1 série de manœuvres toutes les 15 secondes), permettant la meilleure restauration possible de la compliance veineuse.

Il n'y a pas de manœuvres abdominales préalables, ni de manœuvres respiratoires associées : l'inspiration diaphragmatique ample arrête la circulation veineuse, l'expiration diaphragmatique diminue le calibre de la veine fémorale... Vous pouvez oublier la citerne de Pecquet [7]

Cette simulation du retour veineux lors de la marche n'est peut être pas la meilleure façon de réaliser le drainage veineux...

Certaines études ont montré que la dorsi-flexion du pied active ou passive exerce des effets de chasse plus importants que l’extension [1, 5], surtout chez le sujet sain, que le massage des orteils vers le talon est plus efficace que celui exercé dans le sens inverse [1], que la compression du talon et des têtes métatarsiennes sont sans intérêt comparativement à la compression forte du milieu de la plante du pied [9].

On retrouve néanmoins le rôle de la flexion plantaire contre-résistance importante (poids du corps...), qui exerce une vidange complète et rapide des veines profondes chez les sujets insuffisants veineux et variqueux [5].  L'extension active des orteils ne produit pas de flux veineux ; l'extension passive peut le produire. La flexion passive ou active produit une intense accélération du flux tibial postérieur [9].

Pourquoi la semelle de Lejars n’existe pas ? [9]

Lejars a décrit une semelle plantaire sous-cutanée [10] ayant fait croire à des générations de kinésithérapeutes qu’ils marchaient sur des éponges. De fait, il existe bien une pompe veineuse plantaire, que la moindre pression exprime. Mais, contrairement à ce que disait Lejars, elle n'est pas constituée par le réseau veineux dermique et sous-dermique, dont le calibre physiologique, de l'ordre du millimètre, est incapable d'assumer cette fonction, mais d'un réservoir veineux profond correspondant aux troncs collecteurs, veines plantaires externes et internes.
Il se draine dans les veines tibiales postérieures et communique avec les veines superficielles dorsales par des perforantes. Il faut des conditions pathologiques (thrombose de la veine plantaire principale) pour que le calibre cutané soit développé. Le réseau profond est plaqué contre le squelette et les formations ligamentaires adjacentes.

Un patient allongé effectuant des mouvements de flexion des orteils accélère nettement son flux tibial postérieur, ce qui n'est pas en faveur d'une pompe sous cutanée ou cutané. Il faut une compression intense de la plante pour réaliser une chasse mécanique passive.

Validité du massage circulatoire :

Des études anciennes [2, 3, 4] présentent des résultats contradictoires.

Validité du DLM du membre inférieur :

Cette étude transversale [11] s’est chargée d’évaluer l'effet du drainage lymphatique manuel (DLM) sur le flux veineux lorsqu'il est appliqué aux aspects médial et latéral de la cuisse et de la jambe chez des patients souffrant d'insuffisance veineuse chronique (IVC) et des sujets sains.

Cinquante-sept sujets ont participé à cette étude (moyenne d’âge 43 ± 14 ans, dont 38 femmes). Parmi ces sujets, 28 étaient atteints de IVC (moyenne d’âge 47 ±12 ans) et 29 sujets n'en avaient pas d'ICV (moyenne d’âge 39 ±14 ans).

L’intervention :

Le DLM a été appliqué par un physiothérapeute certifié aux faces médiales et latérales de la cuisse et de la jambe.

Les indicateurs :

Les vitesses du flux sanguin dans la veine fémorale, la veine saphène interne, la veine poplitée et la petite veine saphène au début et au cours du DLM, ont été mesurées par échographie vasculaire.

Résultats :

Le DLM augmente le flux sanguin dans les veines profondes et superficielles. Il doit être appliqué longitudinalement aux vaisseaux veineux pour améliorer le retour veineux.

Est-ce que cela améliore la santé du patient, tout ça ?

Promis, dès que je trouve une réponse, à défaut de LA réponse, je fais une note.

Références bibliographiques :

Pleins de vieilles références, que vous trouverez sur Kinédoc et qui proviennent d'une époque où les étudiants cadres MK devaient faire un mémoire technique concernant la kinésithérapie à la fin de leur année scolaire.

[1] Harichaux P., Viel E. Etude de la circulation de retour par dopplérographie veineuse. Cinésiologie n° 171. 21-25. 1997

[2] Royer A. Etude objective des percussions manuelles appliquées au membre inférieur. Annales de Kinésithérapie tome 13 n°4. 167-75. 1986

[3] Sullivan J. Effects of massage on alpha motoneuron excitability. Physical Therapy vol 71 n° 8. 551-60. 1991

[4] Vanderthommen M., Depresseux J-C. A scintigraphic study of post-massage blood flow in human lower limb. Eur J Phys med rehabil. 1999 ; 8 n°6 p 159-162

[5] Joly B., Steimer B. Assistance au retour veineux. Flexion dorsale ou plantaire ? Opposition ou association ? Annales de Kinésithérapie tome 25 n°2. pp 50-54. 1998

[6] Bouchet J.Y., Koenig S. Variation de la pression artérielle tibiale postérieure en fonction de la position des membres inférieurs. Annales de Kinésithérapie tome 25 n°2. pp 88-90. 1998

[7] Thumerelle M., Franco A. Application de l'échotomographie Doppler à l'étude de l'hémodynamique veineuse des membres inférieurs. Annales de Kinésithérapie tome 14 n° 4 p 183-6 1987

[8] Pereira Santos G. Drainage veineux du pied (étude transcutanée par ultrasonographie Doppler). Mémoire MCMK Bois-Larris. 1982
[9] Gillot V. Veines plantaires et pompe veineuse. Phlébologie 1995

[10] Testut. Anatomie Humaine. Editions Octave Douin. 1900

[11] R.S.S. Crisóstomo, M.S. Candeias, P.A.S. Armada-da-Silva. Venous flow during manual lymphatic drainage applied to different regions of the lower extremity in people with and without chronic venous insufficiency: a cross-sectional study. March 2017 Volume 103, Issue 1, Pages 81–89


Article disponible en ligne en 2017

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2105 fois

Examen général | Hanche | Genou | Pied | Cervicales | Thoraciques | Lombales | Pelvis | Épaule | Coude | Poignet | Main | Membre inférieur | Membre supérieur




S'inscrire à la lettre hebdomadaire



Si tu es trop ouvert d'esprit, ton cerveau risque de tomber par terre

Info Éric Arnaud.