ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Épaule

Dry needling ; une revue systématique et méta-analyse du traitement des points-gâchettes dans les cervicalgies et scapulalgies

Rédigé par le Vendredi 19 Mai 2017

Note originellement publiée le 28/02/2015



Les points-gâchettes seraient l’invention de Travell et Simons, la kinésithérapeute de John Fitzerald Kennedy, qui serait mort, selon la rumeur, d’autre chose.

Le Dry-Needling est la dernière invention pour inhiber, relâcher, traiter ces points-gâchettes.

Cette revue systématique se prononce sur l’efficacité comparée de cette thérapeutique avec les autres prises en charge manuelles dans la cervicalgie et les douleurs d’épaule.

Vingt études contrôlées randomisées cumulant 839 patients ont été rassemblées pour méta-analyse.

Résultats :

Comparativement à un groupe placebo et/ou contrôle cette pratique semble plus efficace sur le court et moyen-terme (premier mois), mais moins que le wet needling sur le moyen-terme (connais pas, mais apparemment, de la lidocaine est injectée en sous-cutanée).

Les autres thérapies, (comme la kinésithérapie) sont d’une efficacité supérieure au dry needling pour le traitement des points-gâchettes sur le moyen-terme.

Cool ! Ca marche mieux avec le pouce ! Ca coûte moins cher que les aiguilles et la prise en charge de la rhizarthrose du pouce par l’Assurance-Maladie c’est gratuit...

Références bibliographiques :

Liu L, Huang QM, Liu QG, Ye G, Bo CZ, Chen MJ, Li P. Effectiveness of Dry Neeedling for Myofascial Trigger Points Associated with Neck and Shoulder Pain: A Systematic Review and Meta-analysis. Arch Phys Med Rehabil. 2015 Jan 7. pii: S0003-9993(15)00003-9. doi: 10.1016/j.apmr.2014.12.015. Article sous presse.

Résumé de l’article disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2164 fois


1.Posté par Pascal POMMEROL le 03/03/2015 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il existe beaucoup de publication sur le dry needling et les modes opératoires sont très différents selon les études (maintien de l'aiguille de 10 à 30 minutes voir sans maintien)
il se pose le problème ,de la reproductibilité de l'examen qui n'est que palpatoire au niveau des triggers ensuite il faut surement extrapoler et le dry needling ne doit pas être utiliser que sur les points gachettes. les associations de thérapie physique et les conseils de l'Etat de la thérapie physique devraient envisager d'élargir la définition des aiguilles sèches pour englober la stimulation des neurones, musculaire, et des tissus conjonctifs, et pas seulement «points sensibles».
bref ces meta analyses comparent des pratiques bien différentes et qu'il est dangereux de conclure .
Il faut rapprocher cette technique à l’acupuncture, je pratique ces techniques mais je me pose la question si on doit l'enseigner dans un cursus de thérapie manuelle qu'en penses tu? il est fort possible que l'acupuncture va être reconnu comme l’ostéopathie et les kiné français resteront sur la touche sans pratique légalisée . Il est encore une pratique qui nous échappera car on aura été frileux dans son enseignement et dans nos revendications alors que bcp de kiné étrangers (belge USA etc )ont cette pratique légalisée

2.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 08/03/2015 07:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut rapprocher cette technique à l’acupuncture, je pratique ces techniques mais je me pose la question si on doit l'enseigner dans un cursus de thérapie manuelle qu'en penses tu? il est fort possible que l'acupuncture va être reconnu comme l’ostéopathie et les kiné français resteront sur la touche sans pratique légalisée . Il est encore une pratique qui nous échappera car on aura été frileux dans son enseignement et dans nos revendications alors que bcp de kiné étrangers (belge USA etc )ont cette pratique légalisée

On va rester a la recherche d'une étude bien conduite qui montrera que ces pratiques font mieux que rien et si possible mieux que ce qui se pratique actuellement, ce qui ne semble pas être le cas selon les auteurs.
Après on est toujours dans les mêmes comportements : quand une technique te plait elle t' apparaît plus efficace, ton empathie étant communicable au patient.
Les notions corporatistes seront liées a l.appétence des MK pour le DN : plus de confrères se l'approprieront plus elles deviendront incontournables pour les MK.

3.Posté par seb le 08/03/2015 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Après on est toujours dans les mêmes comportements : quand une technique te plait elle t' apparaît plus efficace, ton empathie étant communicable au patient."
et inversement...d'ailleurs écrire :
"Comparativement à un groupe placebo et/ou contrôle cette pratique semble plus efficace sur le court et moyen-terme (premier mois), mais moins que le wet needling sur le moyen-terme (connais pas, mais apparemment, de la lidocaine est injectée en sous-cutanée). "
puis :"On va rester a la recherche d'une étude bien conduite qui montrera que ces pratiques font mieux que rien et si possible mieux que ce qui se pratique actuellement, ce qui ne semble pas être le cas selon les auteurs. "
me semble procéder de cela...

4.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 08/03/2015 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas trop compris. Il faut dans tous les cas ne pas confondre les écrits emanants de l'article de mes convictions.

5.Posté par Seb BUCHAILLOT'''''''''''''''' le 08/03/2015 16:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
T'es convictions ou ton "aversion" affichée pour le DN te font dire ça: "on va rester à la recherche d'une étude bien conduite qui montrera que ces pratiques font mieux que RIEN et si possible mieux que ce qui se pratique actuellement,ce qui ne semble par etre le cas selon les AUTEURS"...alors que ta note dit que le DN est plus efficace que le placebo ou que les patients traités svont mieux que ceux du groupe contrôle...

6.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 08/03/2015 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n'ai aucune aversion envers le DN puisque je n'y connaît rien. Encore une fois, ne confondez pas le porteur du message avec l'auteur du message.
Ma conviction, acquise au fil du temps passé à lire des articles plutôt que des commentaires sur ces mêmes articles, est que, d'une manière generale, la différence entre les techniques se situe dans l'épaisseur du trait, mais guère plus. Donc, faire du DN quand son ultra-son est tombé en panne ou que la rhizarthose vous guette, pourquoi pas.

7.Posté par Thomas le 08/03/2015 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Jean-Louis,
qu'appelles-tu l'épaisseur du trait ?

Seb, c'est ce qu'on recherche, non, un technique qui fait mieux que rien et surtout mieux que ce qu'on a actuellement ?
Je n'ai pas bien saisi ce que tu reproches à cette affirmation?

8.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 08/03/2015 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai longtemps cherché la technique qui était largement plus efficace qu'une autre. A force de lire des études comparatives, j'ai acquis la conviction que la différence est la plupart du temps quasi-inexistante. Soigner des patients c'est arriver à comprendre leur fonctionnement, traiter une région porteuse d'une part de la causalité des troubles. Le type de technique servant au traitement de cette région est accessoire. Seuls importent le diagnostic et le comportement du praticien en fonction de celui du patient.

9.Posté par Thomas le 08/03/2015 20:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est un point de vue, je ne le partage que partiellement,
et quand tu parles de l'épaisseur du trait, ça revêt quelle réalité statistique ?

10.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 09/03/2015 05:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est un point de vue ( c'est ce qu'il m'étais demandé au départ), mais la différence entre deux traitements actifs en physio n'a quand même souvent que l'épaisseur d'un petit pet ;-)

11.Posté par Seb le 09/03/2015 08:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Thomas,je ne reproche rien a cette affirmation.Je suis d'accord avec ça.

12.Posté par Thomas le 09/03/2015 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alors je n'ai pas compris votre divergence de vue. Peux-tu m'éclairer ?

13.Posté par ronan PAUL le 09/03/2015 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salut Jean-Louis, je partage totalement ton point de vue, j'avais parlé un temps sur actukiné d' ethnothérapie manuelle, mais cette façon de concevoir le soin est difficilement audible pour certains praticiens. Plus fort que Waddell je propose un modèle bioTECHNOpsychosocial !!!!

14.Posté par seb le 09/03/2015 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Thomas l'article dit :"The results suggested that compared with control/sham, dry needling of MTrPs was effective in the short term (immediately to 3 days) (standardized mean difference [SMD]=-1.91; 95% confidence interval [CI], -3.10 to -.73; P=.002) and medium term (SMD=-1.07; 95% CI, -1.87 to -.27; P=.009)"...
JLE dit:" On va rester a la recherche d'une étude bien conduite qui montrera que ces pratiques font mieux que rien et si possible mieux que ce qui se pratique actuellement, ce qui ne semble pas être le cas selon les auteurs."...
Ces pratiques font mieux que rien sur le court et moyen terme selon les auteurs donc!

15.Posté par JLE le 09/03/2015 12:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ronan: je comprend la difficulté des confrères qui ont besoin de croire en leurs pratiques pour se sentir performants.
Ils se raccrochent à une étude allant dans leur sens, rejettent souvent fortement celle qui va dans le sens contraire. Ils s'impliquent personnellement, parfois viscéralement dans le traitement.

C'est difficile d'avoir une attitude neutre et peut être est-ce plus efficace quand on vend sa technique.

Il faudrait peut être se déplacer dans le domaine des arts et considérer que les peintres classiques, romantiques, surréalistes, cubistes, ..., procurent autant de bonheur à l'amateur d'art...

J'ai quand même l'impression que l'important est de bien cerner le patient et bien cibler la région responsable au moins partiellement du trouble. La technique....

16.Posté par Jo le 10/03/2015 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ils se raccrochent à une étude allant dans leur sens, rejettent souvent fortement celle qui va dans le sens contraire. Ils s'impliquent personnellement, parfois viscéralement dans le traitement.

N'est ce pas justement ce que ne fait pas une revue systématique ? Les études avec des résultats contradictoires sont prises en compte, les résultats étant même combinés dans le cas des méta-analyses.

Dans le cas du DN plusieurs Systematic Review vont dans le même sens en ce qui concerne l'efficacité du DN. Ce n'est pas le cas de bcp de thérapies utilisées en kiné (kinesiotaping, ...)

JL, je ne comprends pas trop tous tes commentaires ici car c'est toi qui poste le plus de résumés d'études sur le site. Au final, alors, en t'écoutant, à quoi bon faire de la recherche?

17.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 10/03/2015 19:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JL, je ne comprends pas trop tous tes commentaires ici car c'est toi qui poste le plus de résumés d'études sur le site. Au final, alors, en t'écoutant, à quoi bon faire de la recherche?

Il y a eu des milliers d'études sur les mérites comparés des différentes prises en charge, en quelque sorte des bancs d'essais d'outils à disposition d'artisans. Elles continuent à montrer globalement que chaque artisan peut disposer de l'outil de son choix pour une prestation équivalente.
Elles restent utiles, mais un monde s'ouvre sur ce qu'il faut faire en amont du traitement, sur l'abord du patient, sur nos capacités diagnostiques.

Ca va être moins facile à aborder, cela va demander d'autres expertises, dans des domaines connexes vraisemblablement. La connaissance passera toujours par la recherche. On y verra plus clair dans 10 ans ;-)

18.Posté par Thomas le 10/03/2015 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
2 points sur les revues systématiques :
la rédaction même peut entraîner un biais de présentation pour le lecteur, donnant un sentiment plus négatif ou positif en fonction de ce que pense l'auteur (qui sera toujours subjective puisqu'une bonne revue est souvent écrite par un expert du sujet), malgré l'exhaustivité. Ce n'est normalement pas le cas sur la méta-analyse...

Ne pas oublier non plus qu'il existe un biais de publication sur les résultats négatifs, qui ne sont pas publiés car moins présentés par les auteurs, ou retenues par les reviewers ou rédacteurs (selon les études sur les biais de publication des études...).
Donc un résultat négatif semble avoir moins de chance de paraître...

19.Posté par Ronan Paul le 10/03/2015 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le praticien choisit ses techniques, le patient choisit son praticien.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Examen général | Hanche | Genou | Pied | Cervicales | Thoraciques | Lombales | Pelvis | Épaule | Coude | Poignet | Main | Membre inférieur | Membre supérieur




S'inscrire à la lettre hebdomadaire



DisKiné