ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Est-ce qu’une tendinopathie achilléenne est un facteur de risque d’une rupture achilléenne ?

Rédigé par le Vendredi 28 Juillet 2017



Cette question est sous-tendue par le patient venant consulter pour tendinopathie achilléenne et je parie qu’elle influence le résultat des séances : une attitude catastrophiste accompagnera les cannes béquilles et l’esquive d’appui, une attitude positive accompagnera la reprise modérée du sport après échauffement quitte à souffrir le lendemain de l’activité.
Mais du coup, ne suis-je pas trop catégorique ? Est-ce que je ne risque pas de pousser les patients vers la rupture de leur tendon d’Achille en favorisant la reprise de l’activité ?

Rien ne vaut une étude bien large tels que les américains savent faire en utilisant leurs bases de données.

Introduction :

Les troubles du tendon d'Achille peuvent être classés en catégories aiguës et chroniques. Peu d'études ont établi qu’une tendinopathie achilléenne chronique puisse précéder une rupture aiguë.
Dans cette étude, les auteurs ont évalué la relation entre la tendinopathie et la rupture d'Achille, clarifiant l'incidence de rupture dans le contexte de la tendinopathie sous-jacente.

Méthodes :

La base de données orthopédique de United Healthcare (20 484 172 patients) a été utilisée pour identifier les patients avec des codes ICD-9 pour la rupture d'Achille et / ou la tendinopathie d'Achille.
Le nombre de patients atteints de rupture aiguë, de tendinopathie chronique et de rupture suite à un diagnostic préalable de tendinopathie a été évalué.

Résultats :

Quatre pour cent des patients ayant un diagnostic sous-jacent de la tendinopathie d'Achille ont subi une rupture (7,232 patients).
Les patients les plus âgés atteints de tendinopathie étaient les plus vulnérables à la rupture.

Limitations de l’étude :

Elles sont à lire, puisqu’elles modulent les résultats.

Et je dis quoi maintenant au patient ?

Pour les jeunes, je sais...mais pour tous et au moins pour les autres, j'aurais bien aimé une analyse multivariée, histoire de me donner le "poids" de cet antécédent dans la survenue de la rupture. Ils ne devaient pas avoir trop de données précises pour aller plus loin. On est là dans l'évènement B qui suit l'évènement A, ce qui ne signifie pas que A soit significativement la cause de B...

Référence bibliographique :

Yasui Y, Tonogai I, Rosenbaum AJ, Shimozono Y, Kawano H, Kennedy JG. The Risk of Achilles Tendon Rupture in the Patients with Achilles Tendinopathy: Healthcare Database Analysis in the United States. Biomed Res Int. 2017;2017:7021862. doi: 10.1155/2017/7021862.

Accès à l’article

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1410 fois


1.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 01/08/2017 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
en synthèse, la tendinopathie achiléenne n'est pas un signe avant coureur de la rupture...Si par hypothèse, on accepte l'augure que les ruptures ne sont pas majoritairement l'épilogue d'une sollicitation supra physiologique, cela voudrait dire que la pathologie d'Achille évolue à bas bruits et que la thérapeutique mise en œuvre dans les tendinopathies n'est qu'à visée antalgique... ai-je bien résumé ?

2.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 01/08/2017 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ben en fait, je ne sais pas. Je dirais que pour un type avant 50 ans, il n'y a pas de lien, mais qu'après ? J'ai des souvenirs de patients décrivant un tendon qui casse comme du verre, par simple contact contre un aspérité ou geste anodin répété mille fois sans problème.
Pas de souvenir de types décrivant des tendinopathies avant, c'est ça mon problème. Et cette étude, en ne pondérant pas le risque 'tendinopathie" ne m'en dit pas plus.
Ce qui me semble sous-jacent, c'est le catastrophisme induit, la peur de la rupture qui limite la rapidité des guérisons.
Parce qu'entre nous, quand ça nous arrive, un bon strap et penser à autre chose quand on court après un démarrage en douceur et basta.
Non ?

3.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 02/08/2017 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si on peut raisonnablement rassurer nos patients algiques sur le faible risque d'aggravation et de rupture (4%), on n'avance guère sur la prophylaxie des ruptures .Et puis quelles conduites à tenir dans les différents cas de douleurs tendineuses?

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base







accès direct acide hyaluronique acromio-claviculaire acte individuel acupuncture AINS anti-inflammatoires antétorsion fémorale assurance maladie biostatistiques calcanéus camptocormie canal carpien canal lombaire étroit capsulite retractile Cervical. Abord préliminaire Cervical. Bilan actif Cervical. Bilan passif Cervical. Généralités Cervical. Neurodynamique Cervical. Traitement actif Cervical. Traitement passif chicago technique chiropractique chirurgie coiffe des rotateurs conflit sous-acromial contrôle moteur contrôle postural course à pied coxalgie coxarthrose coxo-fémorale Diagnostic différence de longueur des membres inférieurs disque inter-vertébral douleur chronique drainage lymphatique manuel drapeaux jaunes droit femoral Dry needling dégénérescence discale entorse de cheville entorse du genou essai controle randomise etirements EVA evidence based practice Examen du sujet exercices thérapeutiques fasciathérapie fasciite plantaire Fibromyalgie fléau cervical fuseau neuro-musculaire gainage Genou gonarthrose goniométrie GROC hallux valgus hernie discale IFMK inclinométrie incontinence urinaire IRM kappa kinesiotaping kinesitherapie ligamentoplastie Lombaire. Abord préliminaire Lombaire. Généralités Lombaire. Traitement passif Lombalgie lombo-sciatique Maitland manipulation vertébrale massage McKenzie MDT Membre inférieur. Abord préliminaire Membre inférieur. Généralités MRP Mulligan multifide nerf médian nerf radial nerf sciatique nerf tibial nerf ulnaire neuro-sciences neurodynamique nociception oedème Oldies but goldies ondes de choc ostéopathie ostéoporose palpation pelvis Physiotherapie pied piriforme Placebo plagiocéphalie podalgie podologie podomètre poignet points-gâchettes posture posturographie posturologie professions de santé proprioception psoas PSR PTG PTH quadriceps questionnaire rebouteux recommandations de pratique clinique red-flags regle de prediction clinique renforcement musculaire rythme crânio-sacré réflexothérapie rééducation posturale globale sacro-iliaques sacrum scapulalgie sciences de l'éducation scoliose semelles orthopédiques SFP SLR slump-test stabilométrie Start Back Screening Tool strain et counterstrain stretching symphyse pubienne syndrome des jambes sans repos syndrome douloureux regional complexe syndrome du canal carpien syndrome du canal tarsien talagie tapis roulant Temporo-mandibulaire. Bilan actif tendon achilléen tenségrité Test testing therapie manuelle therapie miroir Thoracique. Généralités Thoracique. Traitement passif thrust torticolis Traitement Épaule. Traitement passif épicondylalgie équilibre