ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Enseignement

Et ch’fais koâ moâ comm’ mémouare, si j’veux pô faire de la recherche ?

Rédigé par JL E le Jeudi 7 Avril 2011

Ben faites un Kèsriporte !



© RTimages - Fotolia.com
© RTimages - Fotolia.com
- Un koâ ?
- Une étude de cas, un case report.

- C’est quoi une étude de K ?
- C’est pareil, comme avant.

- Ah, un mémouare, quoi ?
- (soupir) Voui, c’est çà.

- Mais ch’sais pas comment faire...
- Bin c’est simple : Vous décrivez ce que vous faites sur un ou plusieurs patients en stage, et puis vous trouvez une problématique réflexive en 3 pages que vous poserez sur le descriptif, pour faire joli. Désormais, vous pouvez mettre 27 pages de descriptif au lieu de 12 avec plusieurs morceaux de vrais patients dedans. Ce que vous décriviez en 12 pages, vous pouvez le faire en 27, non ?

- Ah ouais ? Ah OK, OK. Et c’est pas un peu ch... barbant à lire 27 pages de descriptif de techno de base ?
- Euh si, un peu, autant que vous à l’écrire. Maintenant, si vous voulez augmenter la pertinence de vos écrits, allez faire un tour dans Physical Therapy : quasiment tous les mois, vous avez une étude de cas. Vous pourrez vous en inspirer. Et puis nous, çà nous sortira de l’ordinaire...
Par exemple celle disponible ce mois-ci : Development of a Therapeutic Exercise Program for Patients With Osteoarthritis of the Hip.

Chez eux (ici la Norvège...), ils partent de la problématique et l’illustrent par un ou plusieurs cas. C’est une démarche plus logique. Et ce ne sont pas des écrits au rabais, même si celà n’a pas valeur de preuve (en 30 pages...)

- Mais c’est écrit en anglais, pas cool.
- Pfff.... Justin Bébert y chante bien en anglais, et votre petite sœur l’écoute quand même.

- Mouais, mais c’est pô pareil. Et ch’fais koâ moa comme problématique ?
- On en cause demain ?

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1374 fois


1.Posté par Djef le 07/04/2011 00:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Y a pas à dire, l'élite sait parler au bas peuple.

2.Posté par JLN le 07/04/2011 00:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et sur le fond, skud ?... Rien à dire, comme d'habitude ?

3.Posté par Djef le 07/04/2011 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hello JLN,

La forme domine le propos. Dommage car le fond est bon.
Cependant, depuis juillet 2010, la recherche paramédicale est permise à TOUS les MK. A partir du moment que l'étude soit rattachée à un "établissement de santé" ( ce que peut être un cabinet libéral, stricto sensu) .
C'est ce à quoi, il serait bon d'inciter, faire des réseaux régionaux, faire émerger les plateaux techniques ( salariés ou non) qui ont déjà l'habitude de faire des protocoles. L'intérêt est que ces études rentrent dans les critères de la DGOS et soient publiables à l'internationale.
Que ce soit une étude de cas ou autre.
Mais le problème fondamental est le financement. Espérons que les élus URPS ne passeront pas à coté de ce genre de projet.
Voilà pour le fond.

4.Posté par Ano nyme le 07/04/2011 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellent ! un peu d'humour pour traiter un sujet d'importance, à savoir la "platitude" et l'absence d'intérêt des mémoires...(tout au moins une grande partie...). Il faudrait une bonne fois pour toutes demander aux étudiants de rédiger un véritable mémoire, et pas une de ces études de cas ch...... comme vous le dites fort justement, et qui n'apportent rigoureusement rien à la profession ni surtout à l'étudiant ! Pour faire partie d'un jury chaque année, je peux vous dire que les membres voient toujours d'un bien meilleur oeil une vraie étude plutôt que le" traitement d'une entorse de genou chez le footballeur" !

5.Posté par JL N le 07/04/2011 20:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"La forme domine le propos"

Surtout quand on ne fait pas l'effort de comprendre le fond du propos.

En effet, comme tu as sans doute oublié de le lire, la note de JLE est dans la rubrique "enseignement" et elle concerne le mémoire de fin d'étude, pas le travail de recherche paramédicale devenu accessible à tout MK.
On peut légitimement supposer que, si les étudiants se frottent assez tôt à la recherche bibliographique, à la lecture critique, à la méthodologie de la recherche, et à la rédaction, les professionnels qu'ils seront s'inventeront moins de barrières ou de mesures plus ou moins réalisables pour initier des protocoles et pour publier leurs études de cas ou leurs analyses argumentées sur un sujet donné.

Allez, un petit effort de lecture consciencieuse, la prochaine fois, skud, pour un commentaire moins gratuitement agressif et un peu plus dans le sujet...

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires