ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Enseignement

Et les portes de l'université se refermèrent une nouvelle fois : les leçons de l'histoire

Rédigé par le Mardi 29 Septembre 2015

Passage de la formation initiale à l'Université : Rejet de l'amendement au Sénat !



L'enseignement en kinésithérapie a connu plusieurs tournants avec des choix des instances professionnels qui ont eu des retombées sur le niveau des praticiens et des enseignants.
Après mai 68, les écoles dentaires passaient à l'Université; alors que les écoles kinés se confortaient pour la plupart dans des écoles privées et passaient de 2 à 3 ans d'études. Regardons où sont arrivés les chirurgiens dentistes maintenant.

En 2015, les représentants professionnels, qui revendiquaient un master universitaire en 5 ans, n'ont obtenu ni le passage à l'Université, ni le grade de master. Les IFMK privés pourront continuer à vivre avec une 4ème année et les représentants professionnels pourront continuer à organiser des réunions d'enfumage sur "vive la recherche en Kinésithérapie en France".
Le Sénat vient de rejeter le passage de la formation initiale à l'Université.
Quand à la FNEK qui cherche à faire baisser le coût des études pour les étudiants, elle va voir une augmentation des tarifs lié à une 4é année à financer.

Pendant ce temps-là, le train de la kinésithérapie/physiothérapie moderne continue d'avancer avec des conférences internationales qui proposent des retombées directes en pratique notamment en terme de contrôle moteur pour les lombalgiques (le 17 octobre à Chicago)
Les intervenants viennent d'Europe, d'Australie et d'Amérique, aucun de France. Quand aux auditeurs dans la salle, les français que l'on rencontrera là-bas seront surtout des STAPS-APA qui progressent d'année en année (Ils sont universitaires pour ceux qui ne l'auraient pas remarqué).
La moyenne européenne de la formation initiale est à 210 ECTS avec des facultés de kinésithérapie intégrées dans celles de médecine, des sciences du mouvement, des sciences de la santé ou des professions de santé et ce format permet des sorties à différents niveaux avec un effet pyramidal qui tire la profession vers le haut. Les intervenants cités dans la conférence de Chicago ont suivi un parcours de formation initiale de 3,5 ou 4 ans et ont ensuite poursuivi. Alors que les étudiants et représentants français ont hurlé "master en 5 ans pour tous", nous attendrons de nombreuses années pour être intégrés complètement.

Si vous voulez vous remonter le moral, regardez les 35 thématiques présentées au Salon Rééduca d'octobre 2015 à Paris qui représentent le "marché et l'état actuel de la profession" : électrothérapie, huiles essentielles, physiothérapie, aromathérapie, cryothérapie, phytothérapie, dépresso-massage, ostéologie, vacuothérapie, appareils de chaleur, électrostimulation, appareils de remise en forme, appareils d'ultrasonothérapie, matériel de cardio-training, luminothérapie - UV, traumatologie du sport, balnéothérapie, presse professionnelle, hydrothérapie, vêtements professionnels, spas, saunas, enseignements, hammams, logiciels informatiques de gestion de cabinets, pressothérapie, assurances, crèmes de massage, organismes de financement, tables de massage, organisme de représentation, appareil d'amincissement, endermologie, produits naturels (source page 39 de Kiné Actualité du jeudi 24 septembre 2015).

C'est vrai que les cataplasmes chauds, comme ceux de la bouse de vache, ont des vertus thérapeutiques anti-inflammatoires et cicatrisantes mais au final c'est quand même faire de la m.... et les médecins qui cherchent à réduire les dépenses posent l'intérêt de rembourser cela (commentaire de la FFMKR "propos insultants")

Bref, il y a une partie de la profession qui utilisent des adjuvants et font tourner les patients dessus, une partie qui parade en disant que la France est trop forte et une dernière qui rêve de recherche en kinésithérapie mais qui ne met en place aucune stratégie d'implémentation des recommandations internationales existantes (combien de kinésithérapeutes ou enseignants peuvent citer les résultats de 20 essais contrôlés randomisés de mémoire ? Combien de congrès de synthèse des recommandations de bonnes pratiques actuellement disponibles ?).

Prochain rendez-vous en ...

PS : lien vers un article connexe

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 4084 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

58.Posté par Thomas le 08/10/2015 06:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
vive la république et que dieu sauve la planète kinésithérapie.


《Citoyen premier Consul, je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse.》surtout quand on parle d'Université, de Recherche et de Science.

57.Posté par pascal pommerol le 07/10/2015 21:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
en attendant la loi a été votée par le sénat, va en commission paritaire puis surement retourne à l'assemblée
soyons vigilant il n'est pas trop tard pour agir et envoyer un mail à votre député par le biais de son attaché parlementaire
Courage tous pour un et un pour tous comme disait Alexandre Dumas et allez doucement avec l'ordre des MK, il fait beaucoup et c'est une structure importante. "ne tirez pas sur le pianiste"
vive la république et que dieu sauve la planète kinésithérapie.

56.Posté par ANKF le 07/10/2015 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@dumas : Suite à vos propos sur la fasciathérapie, l'ANKF rappelle qu'elle condamne toute utilisation déviante que feraient certains kinésithérapeutes de la fasciathérapie. Dans le cas où vos propos, Mr Dumas s'avéraient exacts, l'ANKF attend du CNOMK qu'il engage officiellement un traitement disciplinaire à l'encontre de ces kinésithérapeutes afin que cesse la perpétuelle mise en cause généralisée de professionnels sans la moindre distinction et sans respect de la présomption d'innocence. Nous rappelons qu'à ce jour, et depuis plus de trente ans, aucun kinésithérapeute n'a été sanctionné pour sa pratique de la fasciathérapie.
L'ANKF adressera directement un courrier au CNOMK ne souhaitant pas faire de ce forum un tribunal public.

55.Posté par Thomas le 06/10/2015 10:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,
des fois je me dis qu'il est logique que notre profession n'ait pas la place qu'elle mérite... en plus des détracteurs externes, les promoteurs internes (dont j’apprécie les qualités et leurs engagements) semblent passer plus de temps à se déchirer qu'à s'épauler.
J'en viens à me demander si une reconversion n'est pas à envisager... 3 pages de "commentaires" pour quel résultat ? J'ai perdu le fil.
Un confrère un peu dépité,
Bien respectueusement,

54.Posté par JL E le 06/10/2015 00:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C’est quand même extrêmement dommage de ne pas profiter de l’interdisciplinarité et de la compétence des APA pour résoudre enfin ce problème hands on / hands off.

Personnellement, je prescris quotidiennement des exercices à visée thérapeutique tout en étant pas sûr de leur bonne réalisation et observance. Un coaching à domicile sur prescription me permettrait de m’assurer du respect de la posologie indiquée.

Bien sûr, je pourrais surveiller moi-même mon gymnase ; il y a un côté ludique, lucratif et bon enfant, mais je ne suis pas le copain de mes patients et le mélange des genres me ferait perdre une crédibilité indispensable pour faire passer le message thérapeutique.
Vivement que les physiothérapeutes français puissent salarier des techniciens en réhabilitation physique !

53.Posté par dumas le 05/10/2015 21:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
https://www.youtube.com/watch?v=Ij0aS6VjaHQ

52.Posté par Symeon le 05/10/2015 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Dumas : "Je ne partage pas cet avis car ce raisonnement dépend des pathologies à prendre en charge..." j'entend votre avis. Je reste persuadé que si le patient peut bosser sans surveillance corrective au cabinet, il peut le faire chez lui, et ça coutera moins cher à la SECU. Et si je veut bien entendre qu'un acte de pedia respi ou que certaines pathologies puissent être prises en charges en séances de groupe, je suis aussi persuadé que cela est loin de la majorité si l'on ne veut pas bien travailler mais chercher à encore mieux travailler. de fait avoir une moyenne de 3 patient à l'heure, soit on ne prend que des fin de traitement de pathologie traumatique, soit à un moment ou l'autre on pourrai espérer encore mieux prendre en charge...

"Tout simplement parce qu'il faut bien le reconnaitre dans certains cas l'acte unique de s'impose pas...." dans certains cas... ce qui veut bien dire que dans d'autres oui, ce qui devrai permettre d'en sortir statistiquement une "limite volume/horaire"... entre parenthèse je crois que l'acte unique n'est pas ce dont je parle mais bien d'acte individuel.

"Donc on peut s'attendre à une avalanche de plaintes de la sécu..." Je pense que si c'est ce que vous attendez pour commencer à le dénoncer, vous n'avez pas trop de craintes à avoir. Mais je note que la plainte est le niveau à partir duquel vous estimez devoir commencer à reflechir à agir... Dommage, la prévention à tellement sa place, et pas uniquement dans le soin. Un rapport de la cour des comptes n'a donc aucune valeur informative sur laquelle construire votre action?...

"Euhhh, je ne pense pas qu'il y ait beaucoup d'élus du CNO qui viennent sur les forum pour rendre compte, ce que je fais, alors me suspecter de manque d'ouverture ..." en effet, une présence se limitant à refuser la critique sous l'argument qu'elle provient de l'extérieur est à mon sens un manque d'ouverture... N'étant pas un membre actif de la SFP, je m'abstiendrai de répondre en son nom, mais personnelement si un jour une critique me venait de l’extérieur sur le fonctionnement de ma famille, de mon cabinet... je me garderai le droit de ne pas être d'accord mais pas sous prétexte que je fait comme je veut car c'est ma famille, mon cabinet...

51.Posté par Pierre TRUDELLE le 05/10/2015 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Dumas : je ne représente pas la SFP sur ce webzine dont je suis le responsable de publication. Tu la cites 5 fois. La SFP a fait 8 propositions pour la réforme de la formation initiale après une journée de travail pluri-groupes professionnels en 2007 où toutes les parties prenantes ont été autour de la table. Tout a été enregistré et est disponible de manière transparente sur ce lien.

L'organe qui représente la profession sur le plan des questions est le collège de la masso-kinésithérapie (CMK). Il représente toutes les parties professionnelles. La HAS s'appuie systématiquement sur cette structure pour toute question et toute recherche d'experts. Aucun ordre n'a mis en place une structure scientifique connexe comme l'Ordre des kinés essaye de faire avec la SFR. J'ai fêté la semaine dernière mes 20 ans à la HAS et je pense que c'est plutôt cette étiquette que tu aurais pu citer.

Concernant la formation, j'ai une autre casquette en ayant été désigné Président des experts qui ont évalué l'enseignement initial en kinésithérapie en Belgique communauté française (désigné par mes pairs). C'est surtout au vue de mon expérience que j'ai essayé d'argumenter et comparer notre situation où nous sommes les seuls non intégrés à l'Université (il n'y a pas de filière kiné non plus dans les autres pays. J'ai déjà cité les facultés qui nous recevaient dans les commentaires).
Une nouvelle fois, l'histoire jugera les décisions prises. Rendez-vous dans 5 ans pour voir les premières cohortes sorties en action.

50.Posté par dumas le 05/10/2015 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Symeon
" Certes l'acte individuel n'est pas preuve de qualité à lui seul... Mais à mon sens, lors d'un acte multiple, la qualité du soin ne pourra égaler celle d'un acte individuel. Dis autrement l'acte individuel peut permettre une fourchette de qualité de médiocre à très bonne (oui oui je crois dans les bases scientifique de notre métier nous permettant de viser/esperer l'excellence) tandis que l'acte multiple restera dans une fourchette de médiocre à (sans y croire réellement) bonne."

Je ne partage pas cet avis car ce raisonnement dépend des pathologies à prendre en charge...

" Comment un représentant de l'ordre cherchant (je crois) à tirer notre profession vers le haut, fermerai la porte à l'excellence en ne condamnant pas l'acte multiple?" Tout simplement parce qu'il faut bien le reconnaitre dans certains cas l'acte unique de s'impose pas....

" Pour la sécu, le rapport de la cours des comptes va dans ce sens, en les incitant à plus/mieux contrôler. Pour les patients, encore faudrait il les informer de leurs droit? Et est ce à nous, praticiens, de transmettre ce message? Si personne ne prend la parole, comment pourrait il en avoir connaissance?"Donc on peut s'attendre à une avalanche de plaintes de la sécu...

" Enfin et même si cette remarque ne m'est pas destiné "Je note que tu as un avis bien prononcé sur un ordre qui ne te concerne pas puisque tu n'exerces plus et que donc tu n'y es pas inscrit." Quel dommage de fermer la porte aux avis extérieurs... quand bien même l'ordre ne concernerai pas ceux qui n'y sont pas inscrit (j'ose croire que les patients qui n'y sont pas inscrit peuvent se sentir concerner par ce que fait l'ordre...), il est bien dommage de lire un tel manque d'ouverture... après tout la france ne doit ce qu'elle est qu'à elle même, nous aurions tord de ne pas rester entre nous..." Euhhh, je ne pense pas qu'il y ait beaucoup d'élus du CNO qui viennent sur les forum pour rendre compte, ce que je fais, alors me suspecter de manque d'ouverture ... Et si je vous suis je suis tout à fait légitime à critiquer le fonctionnement de la SFP alors que je ne suis pas membre ???

" Dans l'espoir qu'un jour nous puissions nous enrichir les un les autres de nos avis et non dépenser toute notre énergie à démonter une à une les critiques qui se veulent constructives..." Je suis entièrement d'accord et je redis là ce que j'ai déjà écrit avant; le CNO et la SFP ont tout intérêt à travailler ensemble. Cette volonté est-elle partagée? Pour l'instant je n'ai pas de réponse...

49.Posté par Symeon le 05/10/2015 18:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous et à chacun,
Si je peut mettre mon petit grain de sel... Certes l'acte individuel n'est pas preuve de qualité à lui seul... Mais à mon sens, lors d'un acte multiple, la qualité du soin ne pourra égaler celle d'un acte individuel. Dis autrement l'acte individuel peut permettre une fourchette de qualité de médiocre à très bonne (oui oui je crois dans les bases scientifique de notre métier nous permettant de viser/esperer l'excellence) tandis que l'acte multiple restera dans une fourchette de médiocre à (sans y croire réellement) bonne. Comment un représentant de l'ordre cherchant (je crois) à tirer notre profession vers le haut, fermerai la porte à l'excellence en ne condamnant pas l'acte multiple? Certes vous dites ne pas avoir reçu de plaintes de la part des patients ou de la sécu. Pour la sécu, le rapport de la cours des comptes va dans ce sens, en les incitant à plus/mieux contrôler. Pour les patients, encore faudrait il les informer de leurs droit? Et est ce à nous, praticiens, de transmettre ce message? Si personne ne prend la parole, comment pourrait il en avoir connaissance?
Enfin et même si cette remarque ne m'est pas destiné "Je note que tu as un avis bien prononcé sur un ordre qui ne te concerne pas puisque tu n'exerces plus et que donc tu n'y es pas inscrit." Quel dommage de fermer la porte aux avis extérieurs... quand bien même l'ordre ne concernerai pas ceux qui n'y sont pas inscrit (j'ose croire que les patients qui n'y sont pas inscrit peuvent se sentir concerner par ce que fait l'ordre...), il est bien dommage de lire un tel manque d'ouverture... après tout la france ne doit ce qu'elle est qu'à elle même, nous aurions tord de ne pas rester entre nous...
Dans l'espoir qu'un jour nous puissions nous enrichir les un les autres de nos avis et non dépenser toute notre énergie à démonter une à une les critiques qui se veulent constructives...

48.Posté par Nicolas S le 05/10/2015 16:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@dumas: je pense les actes multiples n'aident pas vraiment à être crédible vis à vis des médecins, ni des politiques pour réclamer l'université (ou d'autres choses) et encore moins des patients qui renvoient l'image de la profession. Les patients prennent ce que l'on propose et se font une idée de ce qu'est le métier de kiné (parler des massages aux huiles aux essentiels, non plus).
Ne pas voir ce commentaire comme une attaque mais juste le retour d'un praticien, surement frustré de gagner 3 fois moins qu'un kiné qui prend 3 patients par 1/2h.

47.Posté par dumas le 05/10/2015 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Seb OUI nous avons reçu des plaintes et signalement concernant la fasciathérapie. Pour l'ostéopathie si vous nous lisez bien vous sauriez que nous y travaillons avec un collectif de chercheurs. Patience tout vient à point pour qui sait attendre.

@Henri Lambert. Les plaintes pour agressions sexuelles peuvent être traitées par ce que vous nommez la "justice", en sous entendant j'imagine le pénal, qui certes est une émanation de la justice, tout comme les chambres disciplinaire le sont aussi contrairement à ce que certains tentent de faire croire ! Alors tout dépend du plaignant, c'est lui qui choisi sa juridiction.

@Trudelle Je note que tu as un avis bien prononcé sur un ordre qui ne te concerne pas puisque tu n'exerces plus et que donc tu n'y es pas inscrit. Pour ma part je ne suis pas à la SFP c'est pourquoi je ne me permettrai pas de donner mon avis sur son fonctionnement, car cela ne me regarde pas. Je te répète que l'ordre doit pouvoir travailler en bon intelligence avec la SFP, sauf si elle ne le souhaite, le cas échéant restons en là.

46.Posté par Pierre TRUDELLE le 05/10/2015 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Dumas : ce ne sont pas les intentions dont je parle, mais la stratégie (et la capacité de s'autocritiquer pour s'améliorer) et les résultats. Pour le moment, on reste sur sa faim sur pas mal de dossiers. Pour l'intégration universitaire, des IFMKs sont très proches des universités et ils devraient soutenus explicitement. Pour le reste, rendez-vous dans 5 ans, tu as pu exposer la position du CNO et nos notes sont datées dans le temps.
PS : je ne suis pas aigri, mais exigeant et une culture du résultats.

45.Posté par Henri LAMBERT le 05/10/2015 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Les mauvaises pratiques parlons-en, sais tu combien de plaintes et de condamnations on a traité pour des faits de moeurs du type agression sexuelle ou viol ???? "
Pourquoi ces plaintes et ces faits ne sont-ils pas réglés par la justice, et d'abord la justice?

44.Posté par Seb le 05/10/2015 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne vous suis pas : un MK qui fraude l'assurance maladie ne respectent pas l'honneur et la probité qui s'impose aux MK.Pourquoi une plainte serait elle nécessaire pour dénoncer ces pratiques?Avez vous eu des plaintes de patients ou d'organismes payeurs concernant la fascia,la micro-kiné et la biokinergie?Et en passant pourquoi vous êtes arrêté en si bon chemin et traiter l'ostéopathe de la même manière?

43.Posté par dumas le 05/10/2015 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Les actes en parallèle" comme vous le dites, constituent une fraude à l'assurance maladie. Pourquoi, vous qui apparemment avez beaucoup le mot déontologie à la bouche, ne dénoncez pas ces pratiques? Cela fâcherait trop de petits copains?

Nous n'avons enregistré aucune plainte, ni d'un patient ni d'un organisme payeur, qui s'appuierait sur ce critère.

Si celui qui paye ou celui qui reçoit les soins les conteste, alors nous enregistrons et traitons les plaintes.

Et je répète l'acte unique est pas un gage de qualité, ce que sait pertinemment l'assurance maladie.

42.Posté par seb le 05/10/2015 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Et sur le bonnes pratiques au regard du type d'activité, je sens dans tes propos un rappel du grand débat qui oppose praticiens à l'acte unique et praticiens aux actes en parallèle. Or l'acte unique n'a jamais été un gage de qualité. C'est pourquoi il est illusoire de penser qu'une imposant l'acte unique le niveau va progresser. "
"Les actes en parallèle" comme vous le dites, constituent une fraude à l'assurance maladie. Pourquoi, vous qui apparemment avez beaucoup le mot déontologie à la bouche, ne dénoncez pas ces pratiques? Cela fâcherait trop de petits copains?

41.Posté par dumas le 05/10/2015 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne suis pas certain que les raccourcis soient les meilleurs promoteurs d'une cause....

Le conseil national défend et promeut les bonnes pratiques et affirme que l'acte unique s'il peut assurer une pratique excellente ne constitue pas pour autant une garantie de bonne pratique.

Se consacrer deux heures à un patient exclusif en lui prodiguant des techniques de microkinésithérapie, puis fasciathérapie et enfin biokinergie ne fonde pas une bonne pratique.

En revanche l'acte unique fondé sur les preuves alors là oui, à tel point qu'il devrait être nettement mieux rémunéré que l'acte moyen actuel.

C'est en ce sens que les sociétés savantes et l'ordre ont des rôles complémentaires.

40.Posté par Seb le 05/10/2015 09:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Trop fort...un élu au CNO qui défend l'acte multiple!

39.Posté par dumas le 05/10/2015 07:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Truelle, merci de reconnaitre pour le travail que le CNO entreprend, vos propos paraissent ainsi bien moins manichéens.

Pour ce qui est de la stratégie appliquée à la réforme de la formation initiale, il faut bien avoir en tête que ce n'est pas parce qu'on réclame que l'on obtenir. Pour transformer l'essai encore faut-il que les interlocuteurs soient en accord avec les revendications. Or si le ministère d la santé est plutôt favorable à une formation initiale de haut niveau, universitaire, chacun sait que le grade master leur poserait un problème par la suite d'ordre salarial. Et pour ce qui est du MESR, il ne peut imaginer une filière universitaire de physio et a freiné des 4 fers pour enrayer le processus de réforme. Libre à chacun de penser que la réforme sera inefficace, mais nul ne peut nier sauf à pratiquer la mauvaise foi, que les textes parus en juin et septembre sont un bond en avant, avec désormais 60 + 120 + 120 ECTS pour venir kiné

Ta position était et est toujours d'ailleurs, d'cacheter une intégration totale universitaire quel qu'en soit la durée. Ceci était par principe refusé par les ministères, puisque le mESR refuse la création d'une filière. Donc personne ne pouvait accepté ce que tu proposais puisque cela ne nous était justement pas proposé....

Ensuite passer à 4 ans en IFMK, tu prétends que c'est la proposition la plus basse et qui date de 1989. Ceci est faux car la proposition était certes 4 années en IFMK mais avec 60 ECTS de pré requis et 240 ECTS propres aux 4 années, e qui n'avait jamais été proposé en 1989.

Tu prétends que les IFMK privés ne pouvaient pas refuser les 4 ans, explique moi donc pourquoi ils engagent des recours administratifs contentieux contre ces textes alors.

Au risque d eme répéter, la position d l'ordre est limpide: la déontologie, la déontologie et encore la déontologie, puis la gestion du tableau, en cohérence avec les autre missions qu'accordent les textes législatifs. On ne fait rien sans s'assure du fondement juridique de notre habilitation. Pour être plus clair on ne fait pas ce que l'on veut.

Tu parle sd erelever le niveau de la kiné, donc on est d'accord. Regarde les avis qui interdise d faire, au regard de dérives thérapeutiques, cela nous a valu des menaces, d'accident et de mort pour moi au passage ! On ne peut pas dire que l'on assume pas nos responsabilités.

Nous sortons un rapport, nous diffusons un film pour répondre au bashing anti kiné, mais cela n'est jamais assez bien à ton goût. Je me trompe peut être mais je te trouve assez austère dans ton comportement,voir aigri et toujours à laisser entendre que toi tu aurais fait mieux.

Les mauvaises pratiques parlons-en, sais tu combien de plaintes et de condamnations on a traité pour des faits de moeurs du type agression sexuelle ou viol ???? Et de cela tu ne t'en soucis pas, trop auto centré sur la pratique technique qui est essentielle certes, mais au delà de la technique il y a l'éthique, la morale, la déontologie, le respect de la dignité de la personne humaine par exemple, dont tu ne sembles pas t'inquitéter quand tu dis ne rien voir de notre stratégie !!! ; Or nous nous y somme très attachés, nous, lis en ce sens l'avis que nous avons rendu sur la pratique de souches pelviens.

Et sur le bonnes pratiques au regard du type d'activité, je sens dans tes propos un rappel du grand débat qui oppose praticiens à l'acte unique et praticiens aux actes en parallèle. Or l'acte unique n'a jamais été un gage de qualité. C'est pourquoi il est illusoire de penser qu'une imposant l'acte unique le niveau va progresser.

Pour ce qui est de magouilles dans les EHPAD, des escroqueries à l'assurance maladie va faire un tour sur notre site dans l'onglet jurisprudence, et tu trouveras ton bonheur en lisant les condamnations à radiation ou interdiction d'exercer. Il ne faut donc pas dire que nous n'agissons pas, c'est grossier erroné et mensonger. Mais oui nous ne sommes pas des Robespierre de la déontologie si c'est ce que tu sous entends.

Enfin je te le redis, nous ne sommes pas ton adversaire nous agissons dans le même but, à chacun d'être capable d'accepter les différences de l'autre, l'altérité, afin de travailler efficacement et ensemble, nous la déontologie et vous les données scientifiques.

Sur ce dernier point j'entends ça et là de vilaines critiques sur les projets que nous menons avec des universitaires. Alors que les choses soient bien claires. Nous avons un dispositif législatif qui nous permet de développer les oeuvres intéressant la profession. Or ces mêmes universitaires sont venus frapper à notre porte aux JFK. Nous ne sommes pas allés les chercher mais ça semble tout à fait hors de portée de ton imagination. Et oui nous ne les avons pas envoyés sur les roses, nous les avons écoutés, nous partageons avec eux beaucoup de points communs sur l'évolution d notre profession, et nous avons décidé de formaliser cela par la création d'une structure dont 'objet est de recenser les universitaires, les faire connaitre, promouvoir leurs travaux et demander leur avis sur des questions très précises comme nous l'avons fait avec le CORTECS. Sauf erreur de ma part il ne me semble pas que la SFP ait le monopole de la démarche scientifique.

Avant on reprochait à l'ordre de ne rien faire, de ne servir à rien, maintenant on lui reproche d'en faire trop.

Telle est la vie!

1 2 3
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires