ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cardio-respiratoire

Évaluation de la kinésithérapie respiratoire avec augmentation du flux expiratoire dans la prise en charge de la de la première bronchiolite du nourrisson

Rédigé par le Mardi 25 Juillet 2017

Tout n'est pas à lire en recherche



DR jcvd
DR jcvd
Cette étude a été publiée dans une bonne revue pourtant, elle ne semble pas avoir été relue.

La lecture critique est interminable.

Des erreurs, des fautes de méthode, d'interprétation, ça parait incroyable.
On pense aussi à tous ceux qui ne verront pas, ne comprendront pas, prendront au pied de la lettre, au premier degré. Pire, ceux qui diffuseront ce message erroné, quasiment faux. 

On se demande où vont les moyens, les énergies, le temps qui vaut de l'or, les motivations collectives. Quel dommage.
On se demande où sont les chercheurs qui veillent à un travail soigné, une rigueur, une éthique de recherche.

Nous avions déjà évoqué ici le risque qu'il y aurait à vulgariser la recherche en kiné en faisant croire que tous les kinés peuvent en faire. 
On y est.

Le lecteur pourrait très bien se dire qu'il vaut mieux passer du temps sur des résultats autrement produits.
Mais tentez votre chance, nous y reviendrons plus tard.

Article disponible ici

Evenou, D., Sebban, S., Fausser, C., & Girard, D. (2017). Évaluation de l’effet de la kinésithérapie respiratoire avec augmentation du flux expiratoire dans la prise en charge de la première bronchiolite du nourrisson en ville. Kinésithérapie, la Revue.
 
 

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 6396 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

27.Posté par Guy Postiaux le 31/07/2017 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Objectivement, les critiques avancées par JCVD sont fondées et modérées face aux analyses reçues de plusieurs collègues rompus à la rédaction de protocoles de recherches. Leur conclusion (j’abrège) est que cette parution n’était pas recevable, dès lors ils supposent :
1. Hypothèse 1 : le manuscrit (Bronkilib 1) n’a pas été relu et est publié en l’état…
2. Hypothèse 2 : le manuscrit a été analysé par des re-lecteurs dont le degré d’expertise ou d’indépendance pose question
3. Question : la précipitation à publier des résultats préliminaires qui ne sont pas en rapport avec la RCT annoncée est-elle justifiée ?
Quoi qu’il en soit, les auteurs annoncent la parution d’une RCT (Bronkilib 2). Si celle-ci est bien faite, c’est-à-dire si elle répond à des prescrits méthodologiques et rédactionnels rigoureux, on avancera dans l’étape indiquée à ce jour d’une possible transposition de la KR du secteur hospitalier à la pratique ambulatoire. Ce serait une réelle avancée.
Et tant qu’à faire, pourquoi ne pas tenter une publication dans une revue référencée à caractère international et en anglais de préférence de sorte à dépasser un niveau d’impact régional. Le degré d’exigence des reviewers patentés et indépendants est en général très élevé et garantirait la validité de l’étude si l’obstacle est surmonté… L’intérêt réside également dans la pertinence des critiques émises qu’il faut accepter avec modestie comme de précieuses contributions à l’amélioration du manuscrit original.
Mais plus fondamentalement, on n’aura pas encore répondu à LA question : « Sommes-nous certains de vraiment traiter la bronchiolite virale aiguë du nourrisson ? ». On n’en est qu’à l’apéritif (c’est de saison).


26.Posté par Jean-Luc Nephtali le 29/07/2017 20:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah Ah...

Mesdames et/ou messieurs CLambert, OB, laurent, PascalG, vous avez lu l'article ? Vous avez lu les remarques de Jean-Louis Estrade (JLE) ? Avez vous des réponses à ses interrogations ? On attend peut-être une réaction des auteurs, ils doivent certainement avoir eu vent de cet "affront" ignominieux qui leur est fait et ont sans doute les moyens de discuter et argumenter leur travail sans avoir besoin d'une armada d'offusqués anonymes aux commentaires trolloïdes...

25.Posté par OB le 29/07/2017 18:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Désapprobation M. Villiot-Danger : on ne se comporte pas de cette façon !

24.Posté par laurent le 27/07/2017 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J’vois pas l’intérêt de tels palabres faussement offusqués sur un article comme les autres. Ca pue le règlement de comptes

23.Posté par PascalG le 27/07/2017 07:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Honteux d'agir ainsi

22.Posté par CLambert le 27/07/2017 06:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faudra bien que le justicier JCVD s’explique sur ce procédé pour le moins pas très glorieux, et ses motivations.

21.Posté par Frédéric le 26/07/2017 21:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Apparemment ça agace plus que de se poser les vraies questions : en quoi le message de cet article est « erroné » ; « quasiment faux » ? quels sont les faits objectifs qui forcent à condamner « les moyens, les énergies, le temps qui vaut de l'or, les motivations collectives » ?
En quoi ce travail manque t-il d’ « éthique de recherche » ?
Ces accusations graves et toujours inexpliquées ne vous choquent-elles donc pas ?


Je pense qu'il y a un décalage entre ce que veut dire l'auteur du post et son post en lui meme
Je partage l'avis de l'auteur du post, où un grand nombre d'article tire des conclusions de leur étude, alors que la conclusion devrait etre : " au vue des différents type de grade et qualité d'une étude, la notre n'est pas de bonne qualité, donc les résultats sont à prendre avec des précautions extrèmes"

Le fait meme de ne pas tenir cette conclusion est un manque "d'éthique de recherche"

Apres je te le concède Martial, et je suis d'accord avec toi, un très grand nombre d'études ( 97%?) concluent alors que la qualité de ce qu'ils ont fait n'est pas bonne... et ben faut toutes les critiquer pour ça.

Et je me mets juste à la place de JCVD (Jean Claude Van Damme ?), je pense que c'est un coup de gueule pour un ensemble d'étude qui ne sont pas bonne et qui passe comme ça dans n'importe quelle revue, et qui peut etre relayée par la sphère médiatique, qui ne lira juste le titre (voire si on a de la chance, la conclusion) et on se retrouvera comme y'a quelques années, où il y avait des informations erronées sur la kiné du nourrisson.

Enfin, une étude, c'est du temps, de l'argent, de la motivation, de l'énergie et tout et tout..., mais Valerian, le film de Luc Besson c'est pareil, c'est beaucoup d'investissement, donc les critiques vont quand meme dire "Bon Luc, ton film est pourri, mais bon, t'as l'air d'avoir bossé, donc je te donne un encourageant 3 étoiles dans Télérama"

Heureusement que la recherche est soumise à la critique, sans quoi, tout le monde pourrait publier des contres vérités

Et re enfin, effectivement, je te l'accorde, JCVD n'aurait pas du critiquer sans avancer ses arguments.

20.Posté par Martial le 26/07/2017 21:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce n’est pas ça l’esprit critique : le minimum d’intégrité intellectuelle consiste à analyser la méthode, les résultats et leurs extrapolation potentielle avec rigueur et méthode, et non pas en lançant à la vindicte des sentences inexpliquées. Et même s’il a raison sur le fond, ce ne sont pas des façons scientifiques et déontologiques de faire : on ne joue pas à l’apprenti critique scientifique sur le dos de ceux qui font l’effort de produire. Leur effort mérite un minimum de courage d'explicitation.
Je ne pense pas nécessaire d’en ajouter à ces évidences. Je n’interviendrai plus sur le sujet.

19.Posté par Abel le 26/07/2017 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Martial : C'est aussi un peu la ligne éditoriale d'AK : susciter la curiosité, faire travailler l'esprit critique. Et ne pas apporter tous les elements de réponse d'emblée peut paraitre un peu trop scolaire, mais ça a le mérite de faire réagir ;)
Après tout patience, jean-christophe dit qu'il y reviendra plus tard, et JLE a déjà commencé à éteindre le feu.

18.Posté par Alexis le 26/07/2017 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci bcp JLE pour toutes vos précisions détaillées

17.Posté par dg le 26/07/2017 16:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour
pour alimenter votre discussion, les résultats préliminaires de l'etude suivante dont il est question dans la conclusion de cet article



http://www.reseau-bronchio.org/kinesitherapie-respiratoire-avec-afe-en-ville-et-bronchiolite-les-resultats-preliminaires-dune-etude-controlee-randomisee-multi-centrique-en-simple-insu-bronkilib-2/resultats-preliminaires-bronkilib-2-30-05-2017/

16.Posté par Corentin GLON le 26/07/2017 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n'ai pas lu l'article, mais tous les points soulevés par JLE me semblent pertinents, donc ça me semble expliqué, moi...

15.Posté par Martial le 26/07/2017 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n’attaque pas, mais dénonce cette facilité de dénigrer sans se donner la peine de justifier : c’est inadmissible.
J’ai déclaré mes non-liens d’intérêts et expliqué ma réaction.
Apparemment ça agace plus que de se poser les vraies questions : en quoi le message de cet article est « erroné » ; « quasiment faux » ? quels sont les faits objectifs qui forcent à condamner « les moyens, les énergies, le temps qui vaut de l'or, les motivations collectives » ?
En quoi ce travail manque t-il d’ « éthique de recherche » ?
Ces accusations graves et toujours inexpliquées ne vous choquent-elles donc pas ?
C’est la réaction qu’elles provoquent qu’on préfère juger…

14.Posté par Corentin GLON le 26/07/2017 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SI je peux me permettre, Martial (et j'espère ne pas jeter d'huile sur le feu), tu reproches une attaque un peu virulente, voire gratuite sur un article, mais tu attaques l'auteur sur ses compétences, et sur de supposés conflits d'intérêt, sans preuve et de façon un peu gratuite...

13.Posté par Martial le 26/07/2017 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Je ne pratique pas la kiné respi et n’ai pas de lien d’intérêt avec les auteurs.
Je trouve juste révoltant de jeter en pature le travail des autres sans fondement ou de prétexter des contre-vérités gratuitement.
Par déontologie, ce message aurait du être modéré dans l’attente d’argument plus avérés.
La deuxième réponse de JLE est plus argumentée, mais ces commentaires pourraient s’appliquer à bon nombre d’études publiées
Pourquoi celle-là ? Quels sont les intérêts de JCVD pour dénoncer avec tant de hauteur ?
Quand fournira-t-il son analyse critique qu'il a forcément déjà faite avant d'être si incisif ?

12.Posté par Thomas le 26/07/2017 09:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une étude "non interventionnelle" signifie qu'aucune procédure supplémentaire de diagnostic, traitement ou de surveillance ne doit être appliquée aux patients => En gros :
c'est la prise en charge standard.


Je ne partage pas ton avis sur le parallèle avec l'amplitude du sphénoïde, puisque là le test de Wang semble valide comme critère d'évaluation (contrairement à la mobilité du sphénoïde). Par curiosité, je viens de relire Bronkinou... mais les critères d'évaluation sont quasi tous non applicables en cabinet.
Je suis aussi interrogatif sur tous les autres points que tu décrits JLE.

11.Posté par JL E le 26/07/2017 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bon, je veux bien admettre que prêter aux auteurs l’intention de leurrer le lecteur est exagéré, mais faudrait quand même pas nous prendre pour des lapins de six semaines.

L'objectif de cette étude a été d'évaluer l'effet de la KR avec AFE sur les paramètres respiratoires des nourrissons atteints d'un premier épisode de bronchiolite via la mesure du score de Wang.

Ce n’est pas possible avec une telle étude. Elle n’est ni contrôlée ni randomisée. On ne démontre rien avec une étude préliminaire. On met en place un protocole et on voit s’il peut tenir la route dans une future étude.

Pour respecter les exigences d'un protocole de recherche non interventionnel, les patients n'ont pas été tirés au sort.


Je ne comprends pas ce que signifie «non interventionnel» puisque des interventions thérapeutiques ont eu lieu. Je lis entre les lignes que les auteurs n’avaient pas jugé nécessaire de mener une étude contrôlée. Ou peut être simplement s'éviter la lourdeur des diverses lois régissant le droit des patients dans notre pays.

Les nourrissons dont les parents ont manifesté leur opposition à leur entrée dans l'étude. (n’ont pas été inclus).

Cela me semble être un biais relatif puisque dans l’absolu si seuls les parents convaincus du bien fondé de telles pratiques confient leurs enfants aux kinésithérapeutes, ....

Au total, 163 nourrissons ont été inclus.


Pourquoi autant de sujets dans une étude préliminaire ? Quel intérêt ? Je me trompe ou les auteurs ont pensé (à tort) que plus le nombre d’inclus était grand plus la portée (je n’emploie pas à dessein le terme de puissance) de leur étude était grande ?

Les scores de Wang avant et après chacune des deux séances de kinésithérapie ont été comparés à l'aide d'un test des rangs signés de Wilcoxon pour échantillons appariés.

Je ne suis pas compétent en tests non-paramétriques, mais je me demande si un test destiné à mesurer une variable quantitative est bien adapté à la mesure d’une variable qualitative ordonnée ? Est-qu’un score de Wang à 2 est deux fois plus grave qu’un score à 1 ?
Apparemment Postiaux a utilisé aussi un test destiné à des variables quantitatives dans son étude (contrôlée randomisée ;-), donc je suppose que mon argument n’est pas partagé ? C’est vrai qu’on le fait aussi pour l’EVA.


Néanmoins, elle comporte certaines limites telles que la présence d'un biais d'observation (l'évaluateur est l'opérateur dans notre étude) et l'absence de groupe contrôle.


Ca, c’est un biais majeur. Vous feriez confiance à des ostéopathes mesurant l’amplitude des ailes du sphénoïde sur des enfants avant et après qu’ils aient eux même réalisé leur traitement ? Et s'ils écrivaient que grâce à ça les enfants ne pleurent plus après la séance ?

Dans une étude préliminaire il faudrait au moins vérifier que le dispositif de mise en aveugle de l’examinateur tienne la route. Ca sert à ça une étude préliminaire. De même, définir l’installation du groupe contrôle, basiquement où sont placés les gosses pendant la durée de temps destinée à traiter le groupe expérimental. Faute de quoi, les auteurs de la future étude contrôlée randomisée vont devoir refaire une étude préliminaire...

Le constat de la baisse du score de Wang semble témoigner d'un apport des techniques de kinésithérapie respiratoire dans l'amélioration des paramètres respiratoires en complément du rôle reconnu du kinésithérapeute dans la surveillance du nourrisson et l'information des familles

Non, ce n’est pas licite de dire cela. Ce n’est pas parce qu’un évènement A s’est produit avant un évènement B que l’évènement B est la conséquence de l’évènement A.

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d'intérêts.

Certains sont formateurs dans le domaine. Je suppose qu’ils sont rémunérés pour ça. Ils ne le seraient pas dans le cadre de leur association ? Ils passaient ou passent du temps à encadrer des stagiaires prenant en charge des patients. C'est du bénévolat ? Toujours cette pudeur mal placée, comme si gagner de l'argent en faisant son métier était honteux ?

10.Posté par Thomas le 26/07/2017 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,
Martial, tu demandais les travaux menés qui permettaient de critiquer, je te réponds que sans aucun travail publié ON DOIT CRITIQUER
et que l'auteur de ce billet a mené une étude...
Si on ne veut pas de critique de nos travaux, on ne fait pas de recherche... pas plus compliqué que ça.
J'en viens donc, au vu de ton agressivité, à demander tes conflits d’intérêt sur cette étude ou les auteurs.

Je suis aussi d'accord sur l'absence de leurre, il est indiqué que l'étude est observationnelle... manquerait le terme cohorte.
Je regrette aussi le suivi à très court terme.
Je ne ferai pas non plus plus de kiné respi et ne présenterait pas ce type d'étude à des médecins pour augmenter les prescriptions...

9.Posté par Jacky OTERO le 26/07/2017 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je maintiens que les '' noms d' oiseaux'' ne servent à rien.

Cette étude n' est pas une RCT / ECR donc je ne crois pas avoir été trompé lorsque je l'ai lu.

Je n'ai pas conclu que la prise en charge du nourrisson en KR est un bon traitement et donc pas eu l'impression qu'il fallait que je me remette à en faire à tour de bras (comme ce fut le cas il y a des années !)

Je me suis juste dit '' tient des critères d'évaluation existent, mais le fait que le kiné soit juge et partie fausse l'interprétation du résultat''.

Dommage pour l'étude mais faut bien commencer par quelque chose pour que la prochaine soit encore meilleure... Et donc une RCT serait la bien venue (comme le précisent les auteurs).

Voilà, pas de quoi se prendre la tête...

Bref qui ne fait rien n'a rien et là on a un début de quelque chose...

Voyons la suite.

8.Posté par Martial le 26/07/2017 06:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comment est-possible d'oser ainsi accuser les auteurs de leurrer les lecteurs ???
Le design de l’étude est bien précisé : il s’agit d’une étude non controlée, comme bien d’autres qui sont publiées dans les plus grandes revues.
La dernière phrase de l’article rappelle justement cette limite « Les résultats observés dans cette étude incitent à la mise en place d'une étude randomisée, avec groupe contrôle, axée sur la mise en évidence d'une amélioration clinique afin de se départir des biais relevés. »
Qui veut leurrer les lecteurs ?
Après l’accusation sans explication, on a maintenant la diffamation !
Bravo

1 2
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires