ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cardio-respiratoire

Faire le lien entre la recherche clinique et la pratique de terrain. Guideline, le mal français (5)

Rédigé par le Vendredi 13 Février 2015



DR ActuKine jcvd
DR ActuKine jcvd
Lorsque les recommandations sont trop complexes, à trop vouloir être exhaustives, le clinicien pour peu qu’il soit allergique au changement ne les mettra jamais en pratique. A fortiori si le langage est  pesant ou trop éloigné du terrain et de la vie de tous les jours avec les patients. 
Voici un exemple de guideline qui montre qu’il est possible de faire une sorte de mode d’emploi d’un soin.

Inspiratory muscle training for patients with chronic obstructive pulmonary disease a practical guide for clinicians par Kylie Hill et sa bande. 
Lire le full text

Tout est dit dans le titre : il s’adresse aux cliniciens, le contenu est applicable en pratique tout en étant étayé par les résultats de la recherche. Kylie Hill souligne toutefois que des remarques sont issus de l’expérience des auteurs ce qui est recevable dans la mesure ou le sujet traité est ici l’utilisation d’outils. Un certain savoir faire est accepté. Prenez garde cependant au fait que ce guideline pourrait être qualifié d’autoritaire dans la mesure où il n’a pas fait l’objet d’un accord consensuel de la part d’un groupe de travail.
Ce texte vient clarifier la technique d’entrainement des muscles inspiratoires ; la proposition est simple puisqu’on ne trouvera ici qu’une description concrète et pratique : choisir les patients, les indications, les contre indications, évaluer, superviser, assurer la sécurité. Une attention particulière est accordée à la détermination de la charge initiale de travail, la manière de progresser en difficulté et au final comment préserver les acquis.
Le schéma rédactionnel est un bon exemple avec un texte court, des explications faciles à comprendre, des données concrètes qui proposent les réglages élémentaires.

Nous avons besoin de guideline en kinésithérapie.
 
Guideline-le-mal-français (1)
Recommandations-sur-la-Bronchiolite : un guideline étasunien (2)
Bronchiolite ! Un guideline ! Vite ! (3)
Recommandations de pratique clinique: Guideline, le mal français (4)

 

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 910 fois


1.Posté par Greivmeuh le 13/02/2015 16:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des guidelines en kinésithérapie, ça veut dire qu'on accepte de privilégier la qualité des soins, et non leur rentabilité. Que ce soit au niveau des kinés eux-même qui remplissent leur salle ou leur balnéo, et de la sécu qui considère qu'un patient atteint d'un AVC doit avoir presque la même prise en charge qu'un autre souffrant d'une épicondylite.

Il faut pour cela un organisme indépendant, et non la HAS dont l'intérêt est de faire baisser les coûts par tous les moyens. Cela aurait pu être la mission de l'Ordre, mais il s'est perdu en chemin...

Peut-être que la SFP, dans l'enthousiasme suscité par les JFK, arrivera à faire quelque chose ?

2.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 13/02/2015 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut pour cela un organisme indépendant, et non la HAS dont l'intérêt est de faire baisser les coûts par tous les moyens. Cela aurait pu être la mission de l'Ordre, mais il s'est perdu en chemin...

Peut-être que la SFP, dans l'enthousiasme suscité par les JFK, arrivera à faire quelque chose ?

Si vous souhaitez une indépendance, il ne faut pas demander à l'Ordre, ni à la SFP, qui sont parties prenantes. Le procès d'intention envers la HAS me semble étonnant. Vous avez des exemples ?

3.Posté par Greivmeuh le 13/02/2015 20:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le procès d'intention envers la HAS me semble étonnant. Vous avez des exemples ?

C'est une extrapolation : 93% du financement de la HAS vient de la sécu et de l'état (source : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_637731/fr/budget-et-sources-de-financement).

Dans une étude scientifique, quand le financeur est la même personne que le commanditaire de l'étude et le fournisseur du produit, on appelle ça un conflit d'intérêt.

Après, on peut jeter un œil à la composition administrative (chose que je n'ai pas pris le temps de faire).

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires