ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Oncologie

Fasciathérapie et cancer : l’irruption des pratiques de massage alternatives au sein de l’hôpital public

Rédigé par le Lundi 5 Mars 2012

Un article de Rue89. ( Article original 17/09/2011 - Mise à jour : 03/03/2012) : Ce texte a été retiré suite aux plaintes de personnes impliquées dans ce texte et à une première décision de justice. La Chambre d'Appel du tribunal d'Angers à casser la décision prise en première instance. Nous remettons donc en ligne le texte initial



© Ljupco Smokovski - Fotolia.com
© Ljupco Smokovski - Fotolia.com
Cet article, originellement crée à partir d’un article de Rue89, a été remanié en date du 16 novembre, Pascale Jeannin, chercheure immunologue et l'Institut de cancérologie d'Angers, ayant obtenu le retrait total de l'article de Rue 89.

L'article de Rue89 relatait l’existence d’un essai randomisé évaluant l'efficacité de la fasciathérapie en soin de support chez des patientes ayant un cancer du sein et recevant une chimiothérapie adjuvante.

Cette étude semble close depuis septembre 2011.
Nous n’avons retrouvé aucun résultat à ce jour.
D’après le descriptif succinct, il n’y a pas de groupe contrôle comportant une apposition neutre des mains comme placebo. Il ne sera donc pas possible de prétendre à un quelconque effet de la fasciathérapie sur ces patientes quelqu’en soit son résultat. Dommage. Pour une fois qu’une étude en simple aveugle pouvait être réalisée dans ce domaine....

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 8117 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

35.Posté par Actu Kiné le 18/11/2011 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les commentaires sont fermés pour ce texte

34.Posté par Jean-Luc NEPHTALI le 18/11/2011 00:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore une fois, Monsieur Courraud, ne le prenez pas mal, mais on traite sur ActuKine de ce que l'on a envie sans avoir à vous demander votre avis... qui n'a, au demeurant, que très peu d'intérêt quoique vous en pensiez.
En quoi est-il "suspicieux" de vous solliciter pour nous informer de la méthode et des résultats de votre essai lorsqu'il sera terminé?... Que craignez vous ?... Vous nous montrez par votre attitude un peu confuse et vos propos décousus que vous êtes plus militant que chercheur... c'est très vilain, vous savez... ça peut même biaiser une étude... merci de cet aveu, cependant.

33.Posté par courraud le 17/11/2011 22:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir,

En réponse à ag, en effet, l'équipe de recherche a pris la décision de ne plus communiquer d'informations sur cette étude avant la fin de celle-ci. La manière dont les informations transmises ont été utilisées par rue 89 a incité l'Institut de Cancérologie de l'Ouest à ne plus divulguer aucune information. Ce choix est parfaitement compréhensible et respectable.

En réponse à Mr Nephtali, je vous rappelle que c'est le site actu kine qui a lancé la discussion. Peut-être pour se faire une certaine publicité... Si vous souhaitez que la fasciathérapie n'apparaisse plus sur ce site, il ne tient qu'à vous de ne plus en parler. Pour ma part, tant que ce site continuera à véhiculer des propos inexacts voire suspicieux sur cette étude et/ou sur la fasciathérapie je m'autoriserais à intervenir.

32.Posté par Jean-Luc Nephtali le 17/11/2011 19:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tiens, Monsieur Courraud... quelle bonne surprise !
Pourquoi une telle agitation ?... Nous avons bien compris et noté que votre essai était en cours, et que vous nous tiendriez au courant de son issue et des résultats. Où est le problème ?... Tout ce que vous viendrez raconter entre temps ne pourra être interprété que comme une promotion insistante de votre chapelle... et vous savez bien que ce n'est pas le lieu.
En attendant donc, puisse votre passage ici vous être aussi agréable... que rapide.

31.Posté par ag le 17/11/2011 18:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir,

à Courraud : Je suis content de voir que vous suivez de prêt cet article et que vous venez régulièrement poster en faveur de la fasciathérapie. Un commentaire vous étant directement adressé ne vous aura donc pas échappé (cf plus bas commentaire de np). Mais n'ayant toujours pas de réponse je me permet de relancer la demande.

Sur le site e-cancer il est clairement mentionné que les personnes souhaitant avoir des informations d'ordre scientifique sur l'étude peuvent contacter différents interlocuteurs qui répondront à leurs questions. Pourquoi n'avons-nous toujours pas de réponse ? Ces réponses mettraient-elles en avant les limites méthodologiques de l'étude ?

30.Posté par courraud le 17/11/2011 11:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Je viens à nouveau sur votre site pour rectifier vos propos qui une fois encore sont erronés :
- Cette étude n'est pas close, vous devriez savoir qu'une telle étude demande du temps et que les délais initiaux sont parfois dépassés
- Il existe bien un groupe contrôle, les patientes qui ne reçoivent pas de traitement de fasciathérapie bénéficient d'une prise en charge standard en soins de support (kinésithérapie, soins infirmiers, etc...) à leur convenance. Ce protocole a été délibérément choisi par l'équipe de recherche
- Vous ne pouvez disqualifier cette étude au seul prétexte qu'il n'y a pas de groupe "apposition neutre", c'est peu respectueux de cette recherche et de ses initiateurs
Quoique vous puissiez en dire, les résultats auront un sens et une valeur comme il es de mise dans toute recherche

29.Posté par courraud le 21/10/2011 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous faites erreur Monsieur,

Je vous rappelle pour mémoire le titre de cet article : Fasciathérapie et cancer l'irruption des pratiques alternatives au sein de l'hôpital public. C'était le thème central de l'article. L'étude n'a été mentionnée que dans ce contexte. Il est essentiel de séparer les deux choses.

Aujourd'hui, une décision de justice vient d'être rendue concernant cette accusation mensongère. Il était urgent de rétablir les faits et je suppose que le site actu kiné dans un souci de neutralité et de professionnalisme donnera autant de place à cette décision qu'à l'article initial.

C'est une question de justice et d'équité.

28.Posté par Arnaud le 21/10/2011 00:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne doute pas que vous serez aussi prompte à communiquer les résultats de cette étude que les démêlés juridiques qui l'entourent. Quels que soient ces résultats, positifs ou pas.

Au final, ce qui m'importe c'est le fond : est-ce que cette technique/méthode apporte un bénéfice aux patients et mérite que les thérapeutes l'emploient ? La forme, la façon dont on en parle, c'est de l'épiphénomène.

...and justice for all.

27.Posté par HB le 20/10/2011 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici un autre lien qui précise que la fasciathérapie est assimilée à un massage.

Le juge des référés d’Angers vient d’ordonner au directeur de la publication du site Rue89 de supprimer un article intitulé « Face au cancer, la fasciathérapie continue de diviser à Angers ».

La « fasciathérapie » est une technique de massage. Le journaliste, Nicolas de la Casinière, et le site internet d’information sont condamnés solidairement à payer 3 000 € de dommages et intérêts à un médecin chercheur immunologue et à l’Institut de cancérologie de l’Ouest.

La vice-présidente du tribunal de grande instance d’Angers, sans se prononcer sur le fond, note que cet article constitue un trouble manifestement illicite et porte atteinte à leur honneur.
http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Massage-et-cancer-l-article-de-Rue89-doit-disparaitre-du-site-internet_40771-2002822-pere-pdl_filDMA.Htm

26.Posté par HB le 20/10/2011 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ANGERS. LE SITE INTERNET RUE 89 CONDAMNE EN DIFFAMATION PAR LE JUGE DES REFERES D'ANGERS

Cher Collègue,

L'article paru sur Rue 89, sur lequel vous vous êtes appuyé pour ouvrir un débat autour de la crédibilité de l'hôpital d'Angers, de la fasciathérapie et de la recherche menée à l'Hôpital d'Angers, vient d'être retiré de Rue 89 suite à la condamnation pour diffamation prononcée par le juge des référés.

Je ne doute pas que votre probité intellectuelle vous conduira vous aussi à publier cette condamnation au même niveau que l'article que vous avez écrit s'inspirant de celui de rue 89, à défaut de le retirer.

Je ne suis pas opposée à la discussion critique, elle est nécessaire dans le milieu scientifique, mais à condition qu'elle soit construite sur la base d'informations sérieuses et argumentées.

Je vous joins la référence parue ce jour dans Ouest France.

http://www.courrierdelouest.fr/actualite/article_-Angers.-Le-site-Rue89-condamne-en-diffamation-par-le-juge-des-referes-d-Angers_36564-59_actualite.Htm

Cordialement.



25.Posté par JL N le 09/10/2011 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hors sujet aussi, quoique...

Des chercheurs ont récemment montré que des particules pouvaient se déplacer à une vitesse supérieure à celle de la lumière…
A lire à cette occasion un article récent du Monde. Extraits :

« … ils (les chercheurs) ont publié les résultats de leurs recherches, exposant de la manière la plus ouverte les détails de leur expérience et ses données brutes. »

« … ils offrent ainsi à la communauté scientifique tous les moyens de mettre à son tour en doute, méthodiquement, le fruit de leurs travaux. Ils s'exposent, volontairement, à la critique de leurs pair. »

A ce jour et à notre connaissance, ces chercheurs n’ont toujours pas assigné en justice ceux qui auraient eu l’impertinence d’émettre ou de relayer des interrogations sur la fiabilité de leur méthode, de leurs mesures ou de leurs résultats…

Le doute scientifique, une attitude exemplaire

24.Posté par thomas le 08/10/2011 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ HB un gros hors sujet :

pour HB, s'il veut bien nous faire profiter de son expérience de thésard :
http://www.actukine.com/forum/these-et-kinesitherapie_m101334.html

23.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 08/10/2011 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce n'est pas une technique d'imposition des mains, c'est un groupe contrôle.
Mais, pour un observateur extérieur ou un patient, quelle pourrait être la différence entre une imposition des mains sans mouvement réalisée par un béotien et des techniques fonctionnelles, de fasciathérapie, micro-kinésithérapie, de déroulement de fascias, techniques crânio-sacrées pratiquées par un expert ?
Pour une fois qu'il est possible de faire une étude MK en simple aveugle, dommage de passer à côté, non ?

Cf le descriptif du groupe contrôle de l'étude des AIM :

We designed the control exposure, simple touch, to control for the time, attention, touch, and healing intent components of the intervention (17). The control con- sisted of placement of both hands on the participant for 3 minutes at each of the following locations bilaterally: base of neck, shoulder blades, lower back, calves, heels, clavicles, lower arms, hands, patellae, and feet. Pressure was light and consistent, with no side-to-side hand movement. Con- trol therapy providers interrupted conscious healing inten- tion by silently counting backward from 100 by 7, reciting nursery rhymes, or planning their day’s activities (18, 19). The control treatments were provided by individuals with no past body or energy work experience.

22.Posté par Kamil F. le 08/10/2011 14:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis au courant des études et des techniques de MFR, elles font partie de l’éventail de techniques manuelles qui n'ont selon moi pas besoin que l'on en crée une sous-sous-spécialité en -thérapie. Sinon on devrait aussi créer la tendinothérapie, l'articularothérapie, la dermatomassothérapie etc.

Je reste perplexe devant cette technique d'apposition des mains, dans l'exemple posé ici par J.-L. Estrade.

21.Posté par thomas le 08/10/2011 13:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
fait donc la recherche sur pubmed des thérapies du fascia,
je pratique le MFR par exemple, et plusieurs articles sur le sujet t'empêcheront de faire une grosse dépression

après la fasciathérapie-fasciapulsologie-fascia... et autres querelles de chapelles... c'est plus de la politique commerciale que de la science

20.Posté par Kamil F. le 08/10/2011 11:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous.

Après avoir pris le temps de lire tous les commentaires jusqu'au bout, et admiré les capacité rhétoriques des uns et des autres, je tombe sur le dernier en date de la part de Mr Estrade et là, la mâchoire m'en tombe: tout ça pour une technique d'apposition des mains?

Autrement dit un genre de Reiki essayant de se faire une crédibilité scientifique? Ou est-ce une variante du cranio-sacral pour les soins palliatifs en oncologie? Faut-il passer par des rites d'initiation pour pouvoir pratiquer?

Detrompez-moi SVP avant que je fasse une grosse dépression.

19.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 07/10/2011 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je comprends que vous puissiez être froissé sur la forme prise par cet article ; je n’en ai pas mesuré suffisamment la portée en assimilant par l’image la fasciathérapie à de la magie. Je vous prie de bien vouloir m’en excuser, ne serait-ce qu'en respect de vos croyances.

Sur le fond, pour ce que je peux en juger, je ne comprend pas ce que pourra apporter aux fasciathérapeutes une telle étude, quelles qu’en soient ses conclusions :

1°- Soit ses auteurs ne peuvent pas rejeter l’hypothèse nulle d’égalité entre les traitements (avec et sans fasciathérapie)

2°- Soit ses auteurs s’autorisent à envisager une hypothèse alternative unilatérale laissant penser qu’une imposition des mains puisse être statistiquement plus bénéfique aux patientes qu’une absence de toucher, au moins sur le court terme : en l’absence d’un groupe contrôle, vous ne pourrez pas aller plus loin.

Or il est impossible que ces auteurs n’aient pas pris connaissance de l’article des AIM cité plus haut (Massage Therapy versus Simple Touch to Improve Pain and Mood in Patients with Advanced Cancer) lors de la recherche bibliographique précédant la réalisation de leur étude préliminaire.

Que dit cette étude qui porte, pour ce qui concerne uniquement le traitement de patientes atteintes de cancer du sein, sur autant de sujets traités chaque bras qu’il en est d’inclus dans l’ensemble de l’étude d’Angers ?

Faire du massage «classique», «suédois» sur des patients atteints de cancer n’offre qu’un intérêt thérapeutique limité, mais plus important que celui du simple toucher réalisé en pensant à autre chose ( ex : poser les mains sur les épaules en comptant de 7 en 7 jusqu’à 100), le simple toucher étant marginalement plus efficace que l’absence de toucher.

Pour un adepte de la fasciathérapie, il n’est donc pas nécessaire d’attendre la fin de l’étude sauf à vouloir se convaincre que ce qu’il fait est sans intérêt : en l’absence d’un groupe contrôle qui s’adonnerait au bon vieux massage enseigné dans tous les IFMK ou a minima qui toucherait le patient sans bouger les mains en pensant aux multiples de 7, rien ne peut rationnellement le convaincre d'employer ce concept alternatif dans le traitement de ces patientes.

18.Posté par Stephan ROSTAGNO le 07/10/2011 15:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour HB,
Nous sommes d'accord sur certains points, ne soyons pas dans l'opposition permanente simplement parce que nous ne sommes pas d'accord sur certains points.
J'ai juste quelques petites remarques:
Le fait d'être scientifique ne dédouane pas ce dernier d'être critiqué, y compris par des non scientifiques, à une condition je vous l'accorde: que la critique soit fondée et scientifique et non pas diffamatoire.
Or Actukiné ne diffame pas mais fait certaines critiques méthodologiques sur certaines études
Ce qui m'amène a ma derniere remarque: l'INCA valide les protocoles d'un point de vue éthique et non pas méthodologique. Je pense que ca se saurait si toutes les études publiées étaient correctes méthodologiquement.
De ce fait nous avons donc le droit de relever des erreurs méthodologiques qui pourraient ne pas protéger les résultats de certains biais. Et cela ne constitue en rien une critique envers l'INCA.
Je vous invite donc à ce que l'on discute dorénavant sur le fond et non la forme (car ne vous en déplaise le débat de ce qu'est un scientifique relève du domaine de la forme)

Pour la remarque sur la TMO, ce n'est pas le sujet du post donc je renverrai simplement au site de l'IFOMPT pour comprendre ce que cela represente au niveau mondial.

17.Posté par HB le 07/10/2011 15:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Un-journaliste-de-Rue-89-assigne-en-diffamation-a-Angers_40771-1997499-pere-redac--49007-abd_filDMA.Htm://

Désolée, le lien du mail précédent ne fonctionne pas, je tente de vous le renvoyer. En cas de nouveau dysfonctionnement, vous pouvez aussi faire la requête : ouest France Angers. La parution date du 7 octobre 2011

16.Posté par HB le 07/10/2011 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je m'étonne devant la question posée par NP : "quel critère prendre pour dire que l'on est un scientifique ?" Le critère est simple : il faut avoir un doctorat et appartenir à une institution scientifique officielle universitaire, au CNRS ou encore à l'INSERM etc. Ceci ne veut pas dire que le praticien ne doit pas avoir un regard scientifique sur les publications , c'est le principe même de l'EBM.

Je suis kinésithérapeute et j'ai fait l'effort de passer un master à Paris 8 où je finalise actuellement une thèse de doctorat. Je peux vous dire que faire de la recherche est un métier qui s'apprend avec ses règles, son éthique et son exigence. Je ne doute pas de votre capacité à évaluer un article scientifique réalisé par d'autres chercheurs. Cependant, la recommandation qui est faite pour chaque article ne dépend pas des praticiens. Ou alors cela nécessiterait un changement paradigmatique... Le critère de rationnalité en science commence d'abord par mettre en doute ce que l'on croit savoir, ses modèles d'intervention et dans ce cas le praticien prend le statut de praticien-chercheur.

Il me semble que Mr. Bois, si l'on se réfère à son CV, présente toutes les garanties de scientificité puisqu'il a un doctorat, qu'il est agrégé (HDR) et dirige un centre d'étude universitaire (CERAP). Si vous consultez le site de l'UFP (université Fernando Pessoa : www.ufp.pt) vous verrez que Mr Courraud y est mentionné assistant invité ce qui signifie qu'il est titulaire d'un master et d'un diplôme de méthodologie de recherche de 3ème cycle. Il est par ailleurs doctorant à l'UFP ce qui lui donne une certaine légitimité scientifique.

En ce qui concerne l'éthique scientifique, je m'étonne de voir Actu kiné poser un avis défavorable sur une recherche en cours et dont le protocole est validé par l'INCA institut national de cancérologie. Pour obtenir sa validation une recherche doit franchir plusieurs commissions qui jugent de la faisabilité et de la pertinence de la recherche. En remettant en cause la crédibilité de l'INCA vous dépassez probablement votre fonction.

Je trouve dommage que l'on ne soutienne pas également toutes les disciplines qui font l'effort de se soumettre à la recherche scientifique en France et que Actu Kiné privilégie les travaux américains ou anglosaxons comme si la kinésithérapie française n'avait pas de valeur.
C'est en tout cas le sentiment qu'Actu Kiné donne en privilégiant une méthode : la thérapie manuelle orthopédique qui à ma connaissance ne figure pas dans la nomenclature des kinésithérapeutes. A ce titre il s'agit en France d'une pratique alternative. Je ne comprends pas alors le terme "Irruption " qui apparait péjoratif dans ce contexte.

Pour informer les lecteurs, je vous fais parvenir un article de Ouest France Angers qui invite à la prudence toutes les personnes qui d'une certaine manière mettent en cause des institutions officielles (hôpitaux universitaires, centres d'études, chercheurs mandatés...)

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Un-journaliste-de-Rue-89-assigne-en-diffamation-a-Angers_40771-1997499-pere-redac--49007-abd_filDMA.Htm://

Je vous invite à cliquer sur ce lien qui vous renverra au journal Ouest France qui a publié un article ce matin dont voici la copie :

Un journaliste de Rue 89 assigné en diffamation à Angers
justice


vendredi 07 octobre 2011

Un journaliste Rue 89, Nicolas de la Casinière, a été assigné en diffamation par un médecin chercheur d’Angers et par l’institut de cancérologie de l’Ouest.

Il avait publié sur le site un article intitulé Face au cancer, la fasciathérapie continue de diviser à Angers. Il mettait en cause cette thérapie introduite depuis 2007 à Angers pour des malades atteints de cancer.

« Au fil d’affirmations déguisées et d’insinuations, ce journaliste stigmatise l’institut de cancérologie et un médecin immunologue », dit leur avocat, Me Alain Fouquet ; qui demande le retrait de l’article du site.

Pour Me Antoine Comte, avocat du journaliste et de Rue 89, « c’est de la censure ». Et d’affirmer : « J’apporte des preuves, les documents et pièces qui ont inspiré le journaliste. »

Réponse du juge le 20 octobre.

1 2

Divers | Technologie | Formations spécifiques | Gériatrie | Incontinence et Santé de la femme | Oncologie | Pédiatrie | Domaines spécifiques (Vidéos)




Inscription à la newsletter