ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Déontologie Ethique

Fiabilité de la palpation des branches pubiennes

Rédigé par JL E le Mercredi 17 Mars 2010

Non reconnue dans les migraines



Fiabilité de la palpation des branches pubiennes
« En soignant un traumatisme crânien, vous avez placé vos deux pouces sur son sexe pour contrôler les branches pubiennes, c'est cela ? », demande le président Philippe Prudhomme au prévenu. « C'est cela, pour traiter ses migraines. » Le magistrat poursuit : « Une autre dit que vous l'avez embrassée sur la tête. Cela vous arrive-t-il souvent ? ». « C'est vrai mais elle souffrait d'une sciatique et avait l'air malheureuse. C'était pour la réconforter. »
Huit mois de prison avec sursis et 3 000 € d'amende, à la suite de la plainte de trois patientes. Le praticien est passé juste à côté de l'interdiction définitive d'exercer la profession de kinésithérapeute.
Le site Paris-Normandie se fait l'écho du jugement.



Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2447 fois


1.Posté par thomas rulleau le 17/03/2010 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ptitom
non reconnu "juridiquement" dans les migraines... ;-)

2.Posté par Fred S le 17/03/2010 21:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore un juge qui manque de formation et qui ne connait pas l'existence du nerf occipito-pubien!

3.Posté par thomas rulleau le 17/03/2010 21:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ptitom
rappelles-moi, c'est à côté du nerf glutéo-lacrymal?
(celui où tu tires un poil de fesse et ça te fait pleurer)

4.Posté par stéphane Martine le 23/03/2010 14:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je pense que l'interdiction d'exercer aurait été un droit des patientes "touchées" contre ce sex-à-génère...l'affaire ne fait pas sourire et il est heureux que le coupable soit tombé et que le conseil de l'Ordre "connaisse" ce mauvais toucheur (de ce fait il ne pourra faire la même chose dans un département voisin où il aurait été blanc comme neige il y a encore quelques années)

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires