ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Enseignement

Google Traduction

Rédigé par le Vendredi 22 Juillet 2011



Google Traduction
Immédiatement, simplement avec un coupé-collé, les grandes lignes d'un résumé PEDro sont disponibles en français, grâce à Outils Linguistiques de Google.

En infra, l'exemple tiré au hasard de "Land-based versus water-based rehabilitation following total knee replacement: a randomized, single-blind trial" traduite par Google sous la forme "terrestres par rapport à base d'eau de réadaptation après arthroplastie totale du genou: une étude randomisée," Bon, je vous l'accorde, le titre traduit est perfectible, mais il reste compréhensible en se servant a minima du néo-cortex, non ?

Résumé original :

i[Author/Association: Harmer AR, Naylor JM, Crosbie J, Russell T

Title: Land-based versus water-based rehabilitation following total knee replacement: a randomized, single-blind trial

Source: Arthritis and Rheumatism 2009 Feb 15;61(2):184-191

Method: clinical trial Method Score: 8/10 [Eligibility criteria: Yes; Random allocation: Yes; Concealed allocation: Yes; Baseline comparability: Yes; Blind subjects: No; Blind therapists: No; Blind assessors: Yes; Adequate follow-up: Yes; Intention-to-treat analysis: Yes; Between-group comparisons: Yes; Point estimates and variability: Yes. Note: Eligibility criteria item does not contribute to total score] *This score has been confirmed*

OBJECTIVE:
To compare outcomes between land-based and water-based exercise programs delivered in the early subacute phase up to 6 months after total knee replacement (TKR).

METHODS:
Two weeks after surgery (baseline), 102 patients were randomized to participate in either land-based (n = 49) or water-based (n = 53) exercise classes. Treatment parameters were guided by current clinical practice protocols. Therefore, each study arm involved 1-hour sessions twice a week for 6 weeks, with patient-determined exercise intensity. Session attendance was recorded. Outcomes were measured at baseline and at 8 and 26 weeks postsurgery. Outcomes included distance on the 6-Minute Walk test, stair climbing power (SCP), the Western Ontario and McMaster Universities (WOMAC) Osteoarthritis Index (n = 85 English-proficient patients), visual analog scale for joint pain, passive knee range of motion, and knee edema (circumference). Planned orthogonal contrasts, with an intent-to-treat approach, were used to analyze the effects of time and time-group interactions.

RESULTS:
Compliance in both groups was excellent with 81% attending 8 or more sessions. Loss to followup was 5%. Significant improvements were observed across time in all outcomes at 8 weeks, with further improvements evident in all variables (except WOMAC pain) at 26 weeks. Minor between-group differences were evident for 4 outcomes (SCP, WOMAC stiffness, WOMAC function, and edema) but these appear clinically insignificant.

CONCLUSION: A short-term, clinically pragmatic program of either land-based or water-based rehabilitation delivered in the early phase after TKR was associated with comparable outcomes at the end of the program and up to 26 weeks postsurgery.]i

Résumé traduit par Google :

Auteur / Association: Harmer AR, Naylor JM, Crosbie J, Russell T

Titre: terrestres par rapport à base d'eau de réadaptation après arthroplastie totale du genou: une étude randomisée,

Source essai à simple insu: Arthritis and Rheumatism fév 2009 15; 61 (2) :184-191 Méthode: méthode d'essai clinique Score: 8 / 10 Les critères d'admissibilité [: Oui; répartition aléatoire: Oui; attribution cachée: Oui, la comparabilité de base: Oui, les sujets aveugles: Non, thérapeutes aveugles: Non, les évaluateurs aveugles: Oui; Un suivi adéquat: Oui, en intention de traiter l'analyse: Oui, les comparaisons entre groupes: Oui; estimations ponctuelles et de la variabilité: Oui. Note: Critères d'admissibilité élément ne contribue pas à score total] * Ce score a été confirmée *

Objectif:

comparer les résultats entre terre et à base d'eau des programmes d'exercice délivré dans la phase subaiguë début jusqu'à 6 mois après le remplacement total du genou (PTG).

Méthodes:

Deux semaines après la chirurgie (de base), 102 patients ont été randomisés à participer soit à terre (n = 49) ou à base d'eau (n = 53) des classes d'exercices. Paramètres de traitement ont été guidés par des protocoles de pratique clinique actuelle. Par conséquent, chaque bras étude a impliqué une séances d'une heure deux fois par semaine pendant 6 semaines, avec une intensité d'exercice déterminés par le patient. Participation session a été enregistré. Les résultats ont été mesurés au début et à 8 et 26 semaines après la chirurgie. Parmi les résultats à distance sur le test de marche de 6 minutes, puissance montée d'escaliers (SCP), les universités Western Ontario et McMaster (WOMAC) Indice de l'arthrose (n = 85 patients maîtrisent anglaise), l'échelle visuelle analogique pour les douleurs articulaires, la gamme passive du genou du mouvement, et un oedème du genou (circonférence). Prévues contrastes orthogonaux, avec l'intention de traiter approche, ont été utilisées pour analyser les effets du temps et de l'heure-groupe des interactions.

RÉSULTATS:

La conformité dans les deux groupes a été excellente avec 81% assister à 8 séances ou plus. Perte de suivi était de 5%. Des améliorations significatives ont été observées à travers le temps dans tous les résultats à 8 semaines, avec des améliorations évidentes dans toutes les variables (sauf la douleur WOMAC) à 26 semaines. Mineur différences entre les groupes étaient évidentes pour 4 résultats (SCP, la raideur de WOMAC, la fonction de WOMAC et œdème), mais ceux-ci apparaissent cliniquement insignifiante.

Conclusion:

Un court-terme, le programme clinique pragmatique de la réadaptation soit sur terre ou à base d'eau livrée à la phase précoce après arthroplastie totale du genou a été associé à des résultats comparables à la fin de ce programme et jusqu'à 26 semaines après la chirurgie.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 14165 fois


1.Posté par Jean MOUGEL le 22/07/2011 13:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Be careful quand même:

Exemple:
"These studies provide moderate-quality evidence that stretch has a small immediate effect on joint mobility (mean difference 3, 95% confidence interval [CI] 0 to 5) and high-quality evidence that stretch has little or no short-term or long-term effects on joint mobility"

Ze google traducteur dit:
"Ces études fournissent des preuves de qualité moyenne qui s'étendent a un petit effet immédiat sur la mobilité des articulations (différence moyenne 3, intervalle de confiance à 95% [IC] à 0 à 5) et de haute qualité des preuves qui s'étendent a peu ou pas à court terme ou à long effets à long terme sur la mobilité des articulations"

Amusant isn't it?

2.Posté par Guillaume GALLIOU le 22/07/2011 14:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En effet, Google traduction est assez habitué a ce genre de contre sens (voire non sens), mais ca permet une premiere approche, et comme le dit Jean Louis, avec le "neo cortex", et un anglais niveau terminal, on peut aisément comprendre....

3.Posté par Guillaume GALLIOU le 22/07/2011 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et ca vaut pour tous les logiciels en ligne de traduction genre lexilogos etc....

4.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 22/07/2011 16:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je préconise l'affichage du texte original et du texte traduit en infra : Personne n'est infaillible et dans le cas d'une erreur réelle ou supposée du traducteur, le seul risque est d'augmenter les débats sur la question, pour le plus grand bien des connaissances de tous.

5.Posté par thomas le 22/07/2011 20:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
et pour traduire une texte en français en anglais, difficulté qui me casse la tête actuellement, quelle méthode préconisez-vous ?
(ma difficulté étant justement mon défaut d'entraînement du néo-cortex en anglais pour parfaire le texte une fois traduit)

6.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 22/07/2011 21:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ca j'adore... J'écris en anglais, et Google Traduction me fait une traduction française instantanée. J'arrête quand Google me donne en français ce que je pense avoir écrit en anglais.

7.Posté par thomas le 23/07/2011 10:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je demande ça pour un raison précise, j'ai 12-15 pages à produire en anglais, je me demandais si il est préférable de produire en anglais ou de produire en français, traduire en anglais avec un outils comme google traduction puis de peaufiner ?

8.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 23/07/2011 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne saurais pas te dire. Pour traduire un résumé d'article, ce n'est pas comme pour un article. Essaie d'écrire en anglais et voit comment Google traduit. Après, il sera temps de montrer ta prose à un fluent english..
D'autres idées les autres ?

9.Posté par Jean MOUGEL le 23/07/2011 14:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Google Translator est un outil pratique pour aborder une traduction. L'exemple du résumé PEDro est très bien: on approche le contenu et on le peaufine au niveau syntaxe, et on corrige les gros contresens robotisés...
De là à en faire un compagnon de traduction pour une production de 12 à 15 pages.
Ça dépend ce que c'est, en fait.
Si c'est en vue de publier, la qualité de l'anglais est importante. Hier soir, un ami et néanmoins frangin s'est vu retoqué un bel article dans Diabetologia pour pauvreté du style en anglais (pourtant je le trouve très bien moi son anglais, m'enfin....).
Je pencherai pour "J'appelle un ami" (scientifique et anglophone de préférence).

10.Posté par thomas le 23/07/2011 17:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est pour un master...
j'ai commencé en Anglais, mais autant la lecture est fluente, autant l'écriture est... fastidieuse et je pense imparfaite.
je vais suivre ton conseil, je vais écrire en anglais et peaufiner auprès d'un meilleur anglophone que moi

11.Posté par Pierre Trudelle le 24/07/2011 07:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème n'est pas uniquement "le niveau" d'anglais écrit mais la forme de rédaction. Il y a des règles de rédaction pour l'édition scientifique. Il existe des livres entiers sur le sujet. Si vous rédigez un texte en anglais parfait mais faible sur la rédaction scientifique, vous serez aussi recaler. Il y a un style pour les résumés d'articles, les soumissions de résumés pour un congrès et pour les articles scientifiques. Si vous lisez les textes écrits par des asiatiques en anglais, vous verrez que l'anglais n'est pas de l'anglais d'Oxford et encore moins de Google translate. D'autant que la version française ne suit souvent pas les critères de rédaction scientifique.
Nous avons reçu des années de cours pour rédiger en français à l'école jusqu'au bac et à peine quelques heures pour expliquer la rédaction scientifique. Le niveau de rédaction français a un peu augmenté entre 2001 et 2011 (j'ai 5 ans d'expérience de relecteur entre 1996 et 2001 et 10 ans de rédac chef entre 2001 et 2011). Nous pouvons encore faire mieux. C'est difficile de l'expliquer aux kinés et dans les IFMK. Hervé Maisonneuve forme des médécins universitaires à la lecture et rédaction scientifique. Il fera un séminaire pour les kinés pour la première fois cette année. Si votre texte est bien écrit en français, il sera facile à traduire en anglais. D'ailleurs un des conseils de l'écriture pour la rendre plus accessible est : "Si vous avez des difficultés à raccourcir vos phrases en français, imaginez que vous devriez écrire cela en anglais". Et l'auteur trouve alors les mots tout simplement et son texte français s'allège....
Pour rappel les Thèses et mémoires sont quasi toutes en anglais dans les pays du Nord...Il faut que cela soit naturel. Probablement les étudiants devraient suivre chez nous (en Belgique, c'est déjà le cas pour certaines Univ ou HE).
Bon courage et bonne continuation

12.Posté par thomas le 24/07/2011 07:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci beaucoup pour ses conseils, Pierre.

13.Posté par yassin le 20/05/2012 14:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je veux qu'il joint à cette page

14.Posté par JCE VD le 21/05/2012 20:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il me semble ne pas y avoir 36 solutions, le texte doit être rédigé directement en anglais et le choix du vocabulaire sera plus simple qu'en français.
Je conseillerai comme le fait Jean de se faire épauler par quelqu'un qui a déjà publié en anglais mais pas forcement anglophone. Thomas c'est ici que tu vas être à l'épreuve. Ce n'est pas par hasard que la science a choisi l'anglais tu verras que tu vas avoir à trouver le bon mot pour la juste expression; il est important de soumettre à un jury pour savoir quelle est notre valeur, un reviewer anglais joue aussi ce rôle.
Google traduction est un piège qu'il faut savoir éviter, la traduction d'une manière générale est un risque qu'il faut ménager.
Le mieux est donc de lire en anglais, d'écrire en anglais.
Dans les labo c'est la manière de faire en tout cas.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires