ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cardio-respiratoire

L'étude Bronkinou enfin publiée !

Rédigé par P T le Lundi 4 Octobre 2010



DR iStockphoto
DR iStockphoto
Cela faisait plusieurs mois que l'on entendait parler de l'étude Bronkinou sans jamais en voir les résultats.

L'étude vient d'être publiée dans PLoS Medicine et est accessible gratuitement en ligne

Une version pdf est disponible sur ce lien

La kinésithérapie respiratoire de la bronchiolite n'a pas montré son efficacité sur les critères de résultats sélectionnés. A Suivre...

Rectificatif du 10 Novembre 2010 : Merci à Hervé Robin pour la version française de l'article

Une analyse critique de l'étude est proposée sur ce lien avec résumé et commentaires méthodologiques

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 22705 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

25.Posté par P T le 02/05/2011 09:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, il y aura des dérives à l'open access. Je pense que tous ceux qui ont écrit un article en France ont déjà été sollicités par Hindawi ou Intechweb ou autre éditeur "open access" qui proposent aux auteurs d'écrire des chapitres de livres ou des articles. C'est un fait, au lieu de chercher des "abonnés", on cherche des "auteurs". Il faut bien financer l'édition qui ne tombe pas du ciel.

Pour l'étude Bronkinou, c'était sans doute difficile de publier dans un journal "en anglais" car la kiné respi de la bronchiolite est une spécialité francophone européenne et que publier "à l'international" sur une technique "française" qui ne montre pas de résultat ne devait pas intéresser une myriade d'éditeurs. Le choix de revue en open access est une solution. Du coup, ce biais de publication (les études avec absence de résultats ou les études "négatives" sont moins publiées que les études montrant des résultats) est réduit par l'open access. Ce qui est un gain en terme de "représentation réelle" des connaissances.

Tu peux consulter les "metrics" de l'article sur PloS qui permet de suivre la diffusion et les commentaires de la publication bronkinou. Tu verras il n'y a rien !!!
Cela n'a rien à voir avec la qualité méthodo, mais juste à la possibilité de diffuser...

24.Posté par rulleau thomas le 02/05/2011 08:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci des précisions Pierre,

mais ce type de rémunération ne risque-t-il pas d'entrainer des dérives ?

23.Posté par P T le 01/05/2011 21:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut dissocier la revue et l'article. C'est la méthodologie qui est importante. La revue PloS est en train de révolutionner le monde de l'accès gratuit des articles.

Plus de 35 000 chercheurs supportent le projet PloS. Le modèle actuel était de soumettre dans une des 5 revues médicales majeures (BMJ, Lancet, NEJM, etc.) et ensuite en cas de refus de descendre jusqu'à être publié.

Si la méthodo n'est pas bonne, il n'y a pas de publications possibles. Si la méthodo est correcte, on est publié.

Pour PLoS les articles "non sélectionnés" mais publiables sont conservés et publiés en "open access". Ce qui créé un volume de publications plus important mais qui n'est pas lié à la perte de qualité mais au soucis de "conserver les auteurs" et les articles.

PLoS est soutenu par les scientifiques qui considèrent que le savoir doit être en accès libre (ou "libre accès") et que payer n'a plus de sens pour les lecteurs.

Cela ne remet donc pas en cause la qualité de la publication sur le plan méthodo.

Lisez l'éditorial d'avril 2011 de Kinésithérapie, la revue, pour comprendre le changement qui est en train de s'opérer :http://www.em-consulte.com/showarticlefile/288084/index.pdf

22.Posté par thomas rulleau le 01/05/2011 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
" Mais quand même, quand PLoS ONE charge environ 2000 €, et accepte 70 % des articles soumis... j'ai du mal à croire que la qualité reste leur objectif"

extrait du site d'HM... ça me laisse dubitatif et je revoie d'un autre oeil beaucoup de lecture... dont la bronkinou

21.Posté par Jean-philippe REGNAUX le 01/05/2011 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
En effet, il s'agit bien de la revue PLos medecine. Revue internationale qui est en openAcess, dont l'impact factor (2009) est de 4.351 (source Wikipedia?).

20.Posté par thomas rulleau le 30/04/2011 07:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
est-ce que le PLos où est publié cet article est le même que celui dont parle Hervé Maisonneuve ci après ?

http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2011/04/lopen-access-trop-de-conflits-dintérêts-car-un-article-refusé-est-une-perte-de-ressources.html


19.Posté par François le 21/11/2010 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les auteurs sont malhonnètes puisque la kinésithérapie par accélération de flux expiratoire (AFE) a eu le même résultat (efficace) que les aspirations bronchiques réalisées en service hospitalier. Si l'AFE n'avait aucun effet, le groupe témoins (aspirations nasales aurait du guérir beaucoup plus vite et connaître moins de complications ... mais ce n'est pas le cas.

Ouvrez les yeux on cherche à entuber les kinés, un point c'est tout.

18.Posté par thomas le 10/11/2010 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci, j'attend avec impatience un commentaire dans la Revue ou KS...

17.Posté par Herve Robin le 10/11/2010 10:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ thomas: version française ?
vous voudriez l'article du Dr Gajdos et al. publié dans PloS, mais en français?
http://www.plosmedicine.org/article/fetchSingleRepresentation.action?uri=info:doi/10.1371/journal.pmed.1000345.s001
ou page de l'article / Jump to [cartouche de navigation à droite de l'article] / Supporting information / premier lien : "Alternative Language Text S1"
cordialement

16.Posté par thomas le 09/11/2010 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'ai une question sur ce sujet:
existe-il des articles scientifiques de réponses à celui-ci pour débattre de sa pertinence (du point de vue des critères d'inclusions par exemple)?

ps je recherche le lien de la version francophone mais sur le pdf ça ne marche pas, quelqu'un l'a?

15.Posté par FR S le 09/11/2010 18:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
>Version consultable sans compte facebook:

http://www.facebook.com/v/501493010349

14.Posté par FR S le 09/11/2010 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Évocation dans le journal de la santé aujourd'hui:
http://www.facebook.com/video/video.php?v=501493010349

13.Posté par Patrice Piette le 22/10/2010 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le grck poursuit ses activités, les rentrées des trois promos sont finies, le travail de restructuration des contenus de formations en relation avec la recherche est bien avancé (nous ne formons pas de chercheur mais des professionnelles capables de l'intégrer à leur pratique quotidienne) , le travail sur les outils et l'organisation doit se terminer pour passer à la phase opérationnelle. La recherche clinique n'est pas un exercice simple, elle a besoin de rigueur, d'organisation, de méthode, d'outils, de personnes et ce coté opérationnel doit être bien pensé, nous prenons notre temps pour privilégier la qualité. Merci de prendre de nos nouvelles.

12.Posté par Pierre Trudelle le 21/10/2010 21:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PierreTru
La note d'ActuKiné précise aussi le lien vers la revue où cet article est publié. Medline ne fait que reprendre le lien de PLoS Medicine.

11.Posté par Jean Mougel le 20/10/2010 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Kineplanete
L'étude Bronkinou est consultable en accès gratuit par ici: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2946956/?tool=pubmed

10.Posté par Jean Mougel le 16/10/2010 08:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et le relai dans la presse grand public:
http://www.topsante.com/sante-au-quotidien/Actus/Bronchiolite-on-arrete-la-kine

9.Posté par Herve Robin le 12/10/2010 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
à relire
http://www.actukine.com/Programme-Hospitalier-de-recherche-infirmier-24-programmes-retenus_a722.html
et l'intervention de Patrice Piette
je souhaite bon vent au GRCK (Groupement de Recherche Clinique en Kinésithérapie) dont je cherche le portail web à la recherche de premiers projets.
quelqu'un a des nouvelles ?

8.Posté par Herve Robin le 07/10/2010 21:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Félicitations aux auteurs, aux investigateurs (TOUS : pédiatres, MKDE, IDE, psychologues cliniciens [C. Perez], AS, ASH, et autres "petites mains" : stagiaires, internes, élèves, étudiants), aux biostatisticiens, aux petits patients et à leur famille qui nous montrent aujourd'hui (2010) qu'UNE étude de GRANDE valeur (multicentrique, randomisée, en aveugle pour les patients et les évaluateurs cliniques, analyse en intention de traiter) EST RÉALISABLE en France (en Europe continentale ?) dans un domaine de Thérapeutique non-pharmacologique (non pharmacological treatment: NPT)
Le thème, la méthodologie et les conclusions peuvent se discuter sans fin, MAIS l'exemple nous est fourni que les moyens éthiques, humains, financiers et biostatistiques sont disponibles maintenant en France pour évaluer nos pratiques thérapeutiques. Quel sujet maintenant aborder ? Le plus fréquent chez nous ? Le plus coûteux ? Le plus discuté ? Le même, mais en ambulatoire ? La SFP, l'AFREK et les URPS (financeurs éventuels sur FIQCS, FAQSV et autres DRDR [dotations régionales de développement des réseaux]) vont donc organiser des enquêtes Delphi pour nous proposer demain d'inclure des patients dans des RCT pratiqués en ambulatoire, n'est-ce pas ?

7.Posté par Jean Mougel le 07/10/2010 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Kineplanete
Cet ouvrage ( http://www.cairn.info/revue-staps-2007-3-p-49.htm) développe la démonstration statistique de Pierre sur l'importance de l'utilisation de la taille de l'effet dans les sciences du sport et en santé de façon plus générale.

Résumé:
"Les notions statistiques d’analyse de puissance et de taille d’effet sont encore très peu utilisées dans les sciences du sport, malgré leur pertinence et leur intérêt. Cet exposé illustre, au travers de deux études distinctes, les nombreux avantages qui peuvent être retirés de leur emploi. Le recours à ces deux notions vise d’une part à mettre en lumière les apports de certaines études se heurtant à un manque de significativité statistique (souvent lié à de petits échantillons, ce qui est le cas du premier exemple présenté) et pour lesquelles il est difficile, malgré leur intérêt réel, de pouvoir défendre les « conclusions ». La détermination de la taille d’effet, en particulier, met en avant l’importance concrète des effets mesurés, témoignant de leur éventuelle significativité scientifique, au-delà de leur simple (non-) significativité statistique. Ces deux notions, taille d’effet et analyse de puissance, permettent d’autre part de pouvoir relativiser certains résultats, pourtant statistiquement significatifs (souvent dus à la taille importante de l’échantillon, comme dans le deuxième exemple), mais dont le pouvoir explicatif s’avère limité. En amont de toute recherche, ces deux notions peuvent également contribuer à la planification des protocoles d’études, permettant ainsi de déterminer au préalable les tailles d’échantillons qui seraient nécessaires. Enfin, la taille d’effet peut servir de mesure de référence pour mener des comparaisons entre différentes études (favorisant ainsi les méta-analyses)."

6.Posté par Fred S le 06/10/2010 22:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme toujours le problème, ça n'est pas l'étude ni ses résultats mais l’interprétation qui en est faite.
Personnellement je n'y connais strictement rien en kinésithérapie respiratoire mais j'avais été bluffé par l'intervention de M. Postiaux au JFK 2009.
Pour en revenir à cette étude j'avais eu l'occasion d'entendre le Dr Gajdos en 2006 parler de cette étude. Les résultats qu'il pressentait allait dans le sens de ce qui est publié.
Pour autant il ne disait pas que la kinésithérapie respiratoire ne devait pas être réalisée car contrairement à ceux qui ne résument l'intervention en kinésithérapie qu'à une approche technique, lui, médecin, savait que dans son service les kinésithérapeutes ne faisaient pas que de l'AFE. La prévention, les conseils prodigués aux parents et le fait des les rassurer justifiaient à eux seuls leur intervention.

1 2
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires