ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Organisations des soins

La CNAM nous envoie ses DAM

Rédigé par le Jeudi 14 Septembre 2017



Je suis repéré :

La DAM est venue me voir : dans mon profil d’activité, je suis «généraliste au cabinet». Apparemment, nous sommes désormais classés en fonction de notre activité principale :

- Soins aux jeunes enfants
- Soins en établissement
- Soins avec balnéothérapie
- Soins aux personnes âgées
- Soins à domicile
- Généraliste au cabinet

Nos pratiques usuelles sont scrutées, soupesées, notées. Ainsi, mon nombre moyen de séances par patients est de 6.69, contre 18.28 pour les autres «généralistes au cabinet».

Quatre hypothèses :

- Je suis le meilleur
- Je suis le pire, tellement mauvais que les patients fuient le plus tôt possible le cabinet pour trouver un vrai kinésithérapeute
- Je fais de la rhumato en thérapie manuelle et pas de la traumato en salle de rééducation.
- Je fais de la rhumato en thérapie manuelle mais je mange de l'ail.

Comme les pathologies ne sont pas déclinées, nous ne pourrons pas en savoir plus.

Et vous, elle vous a dit quoi la DAM ?

Les vieux coûtent trop cher :

Le vrai motif, amené avec diplomatie par la DAM, mais dont le sens apparaît clairement, c’est : comme vous ne les faites que marcher, quand ils sont vieux, c’est du 6 soit 14,3 € pour 20 minutes de traitement.

Elle n’a pas relevé ma blagounette sur les actes multiples en AMC 6 + 6/2 si je marche bras dessus bras dessous avec deux personnes âgées en même temps.
Elle n’a pas su répondre à la question «à quel âge est-on vieux ?», dont le nécessaire développement philosophique et existentiel débordait la demi-heure de notre entrevue.

Elle a surtout introduit une nouvelle notion, donnée à titre d’exemple, mais assurément issue d'un cheminement cérébral tortueux : un kinésithérapeute peut désormais bénéficier d’une rémunération (temporaire) en AMK8 au lieu de 6 si la personne âgée est «en reprise d’autonomie suite à alitement pour pneumopathie».

A regret, la cotation en AMK8.1 pour pneumopathie d’origine virale et AMK8.2 pour pneumopathie d’origine bactérienne n’a pas été retenue ?

Il s’agirait d’une modification unilatérale de la nomenclature ?

Étonnamment, la prise en charge des personnes âgées correspond à une majoration du tarif de la consultation pour le médecin généraliste et une diminution de notre rétribution. Ce ne sont pas les mêmes vieux ? Seuls les sympas vont en kiné ? Le costume tâché du médecin devra passer au pressing et la blouse du kiné supporte la machine ? Nos anciens n'ont pas le droit au même respect que leurs enfants ?
La CNAM nous envoie ses DAM

Il y en a que pour les gros bras

C’était une évolution de la NGAP pour les patientes opérées d’un cancer du sein qui était la bienvenue : depuis des années,  pour je ne sais quelle mystérieuse raison, prendre soin d’elles était moins bien payé que faire bouger un petit doigt.

Du coup, AMK 15.5, c’est carrément l’Amérique. Pourquoi tant de munificence ?

Ces patientes ont besoin d’écoute, d’être rassurées, bien mobilisées de leur épaule en douceur, bien informées sur ce qui leur est arrivé et sur les suites. Souvent, moins de 10 séances suffisait.

Assurément, les décideuses de la CPAM peuvent comprendre quel traumatisme représente cette affection et pour quelle raison nous devons agir (avec tact ;-), mais peut être ce ne sont que des décideurs ?

Qui a décidé que nous devions y passer une heure ?

Pour poser des bandages que personne ou presque ne pose depuis les progrès de la chirurgie survenus les 20 dernières années ???
Parce qu’un spécialiste de la lymphologie ne faisant que ça (à tour de bras ;-) a été le seul expert consulté ?
Parce que la CNAM estime qu'un AMK7 ça suffira bien pour prendre en charge les détresses "simples" ?

Du coup, le kinésithérapeute réputé pour bien prendre en charge ces pathologies retourne à la case départ de ces AMK7, et freine des quatre fers pour prendre en charge les patientes qui se sont données le mot sur la qualité de ses interventions....En terme de santé publique, quel bénéfice ?

Pas de solutions sérieuses et adultes ?

Franchement, vous n’avez pas envie un moment de simplement nous faire confiance avec un acte unique avec indication de la pathologie ?

Nous nous éloignons de plus en plus de cette solution pragmatique tant que ces pratiques hors-sol seront utilisées. Il doit bien y avoir une explication. Des emplois désormais rendus caducs par l’informatisation ?

Sans rapport ou presque, cette conclusion judiciaire, qui montre que même pour des fraudes avérées...


 

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 6208 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires