ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Organisations des soins

La Cour des Comptes juge l'activité du secteur des "soins de suite et de réadaptation" (SSR)

Rédigé par le Mardi 25 Septembre 2012

la cour fait le compte pendant 30 pages de la situation du secteur SSR qui représente un peu plus de 10% de l'enveloppe offerte à l'ensemble des établissements de santé



La Cour des Comptes juge l'activité du secteur des "soins de suite et de réadaptation" (SSR)
La cour trouve que l'offre de soins de ce secteur est hétérogène, avec une multiciplicité des types de prise en charge, par des établissements très divers dans le statut et dans la gestion. Ce secteur a eu, selon elle,une régulation tardive et partielle de son dynamisme, avec un pilotage sans cap prècis et une réaction tardive et aux effets incertains.

rapport_securite_sociale_2012_soins_de_suite_readaptation.pdf rapport_securite_sociale_2012_soins_de_suite_readaptation.pdf  (393.19 Ko)


La cour estime que la priorité doit être le renforcement de l'efficience du secteur, avec une fluidification du parcours du patient entre les établissements d'amont et d'aval. Elle estime également que la recherche d'un financement adapté est nécessaire. En effet, elle montre les défauts du système actuel (dotation annuelle de fonctionnement, prix de journée) mais elle pointe aussi les problèmes futurs que semble présenter l'orientation (abandonnée depuis ?) vers la T2A. (modulation par l'indice de valorisation de l'activité, lacunes du PMSI-SSR)
Le soignant "économicus" que nous devenons, pourra consulter les recommandations finales du rapport joint. Pour plus d'informations, voici l'adresse du site

Merci à Patrice Piette pour l'information

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1310 fois


1.Posté par Stephane martine le 30/09/2012 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'adore faire partie des moyens d'économie de la santé au sein de mon modeste cabinet. Certes je dépend d'une ordonnance (non) quantitative mais je sais stopper un traitement d'un patient améliorer avant terme. Pourquoi ne suis je pas récompensé par des points retraite , des ASV , des cotations qui augmentent? Bah non je me prends des référentiels quantifiants du subjectif.

2.Posté par Shahmaei le 04/10/2012 22:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les meilleurs passages nous concernant dans le rapport SSR (ou consternant !!!)

Depuis que je suis diplomé on me parle de T2A et voilà qu'elle est fortement remise en cause. A bon entendeur....

"Pour autant, les patients continuent à subir blocages, délais et orientations inadéquates dans leur entrée en SSR comme pour leur sortie. L’enjeu est majeur pour les ARS de parvenir à une meilleure fluidité dans une trajectoire de soins articulant de manière cohérente MCO et SSR, SSR et médico-social, SSR et dispositifs de soutien au retour à domicile, qu’il s’agisse des professionnels de santé libéraux ou des travailleurs sociaux gérés notamment par les départements."

Sans ce meilleur fonctionnement global, la mise en œuvre d’une tarification à l’activité, qui suppose en tout état de cause d’importants arbitrages de fond qui n’ont pas encore été rendus et l’achèvement d’un travail technique très lourd et complexe, risque fort d’augmenter les multiples dysfonctionnements constatés plus qu’elle ne contribuerait à les résoudre."

3.Posté par Thomas le 05/10/2012 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est vrai que la fluidité en SSR est problématique, que la tarification à l'acte en MCO l'est tout autant, avec des patients partant vite du court séjour, se retrouvant en moyen séjour sans avoir tout stabilisé (il y a une place, faut pas la louper), résultat il satgne là bas et doivent faire des examens supplémentaires.

ou les patients dont personne ne veut, parce qu'ils seront trop difficiles à relancer en aval (manque de place en EHPAD, RAD impossible, psy, dément...).

et puis c'est intellectuellement génant de ne voir un patient qu'en terme de rapport financier surtout en institution... mais il faut l'admettre.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires