ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Evidence Based Practice

La Fin du Monde (5). Mouvements sectaires et kinésithérapie : une liberté surveillée

Rédigé par Rémi Rémondière le Mercredi 28 Novembre 2012



La Fin du Monde (5). Mouvements sectaires et kinésithérapie : une liberté surveillée

Le kinésithérapeute, confronté au mouvement sectaire, ce n’est certes pas une nouveauté.
En tant que professionnel du corps souffrant, sa position l’expose plus que les autres à des approches ciblées.
Sans chercher la responsabilité des uns ou des autres sur l’origine du contact, force est de constater que cette situation cyclique doit inciter à la prudence.
Mieux, à la vigilance, car fait nouveau, les sectes arrivent à l’hôpital !
C’est ce qu’affirme un article paru dans Sciences et Avenir en novembre 2012.
Venues des quatre coins du monde, étiquetées mouvements sectaires en France, mais dont les pratiques sont reconnues dans d’autres, le tri est d’autant plus difficile, que les méthodes de communication élaborées visent à les présenter comme un réel complément à la thérapeutique.
Imposition des mains, toucher à visée de réharmonisation, refus et/ou arrêt des soins, absorption de plantes aux vertus non étudiées, culpabilisation face à la maladie, ingestion d’extraits d’urine, autant de pratiques dénoncées.
Un kinésithérapeute serait concerné par ces pratiques et actuellement, 17 thèses sur la fasciathérapie seraient en cours dans les universités françaises.
Pis encore, des chercheurs et des médecins sont aussi concernés.
Certains n’hésitent pas à relayer ces pratiques non éprouvées, tout en conseillant l’étude d’ouvrages ciblés en PACES (Première Années Commune aux Etudes de Santé).
Et les associations ne sont pas épargnées, car sauf exception, elles ne vérifient pas les origines, ni les pratiques de leurs membres.
Vie privée oblige et liberté de pratiques protégées !
Une liste des mouvements sectaires serait utile, mais contraire à la législation française qui l’interdit depuis 2005, préférant avoir recours à une vigilance particulière sur toute organisation qui paraît exercer une emprise dangereuse pour la liberté individuelle de ses membres.
Se pose donc le problème de leur repérage, dont les éléments d’identification les plus convaincants sont liés à leur histoire…
  
 Le site de Science et Avenir

On se reportera avec intérêt au Guide Santé et dérives sectaires, La Documentation Française, 2012, p 85-92.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1171 fois


1.Posté par marco le 05/12/2012 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si il y a actuellement 17 theses sur la fascitherapie dans les hopitaux cela prouve au moins qu'il essaye de prouver leur pratique. Je ne vois pas le probleme???
On leur reproche le manque d'étude sur la pretendu efficacité de la technique et quand ils les mettent en place on leur reproche aussi.
Je ne comprends pas le raisonnement????

2.Posté par Thomas le 05/12/2012 19:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Marco,

le but d'une recherche scientifique est d'évaluer l'efficacité et non de prouver l'efficacité, la démarche de recherche est sinon biaisée par les intentions de l'auteur

l'argument de rédaction d'une thèse dans les universités (et non les hôpitaux) n'apporte pas nécessairement de plus technique ou pratique (cf la thèse de Tessier sur l'astrologie mais en sociologie), par contre il est possible de se poser la question de l'ambivalence des universitaires ayants acceptés de donner cette caution (universitaire) à une pratique explicitement mise en cause dans un rapport inter-ministériel, non ?
par contre je trouve intéressant la promotion d'une démarche de recherche qualitative, mais elle devrait venir en plus d'une démarche quantitative et semble venir à la place.

3.Posté par marco le 05/12/2012 20:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Thomas excuse moi pour mes erreurs dans certains mots. Je ne suis encore qu'un amateur dans la recherche. j'espere que cela changera un jour....

Pour l'instant les theses sont en cours donc on ne peut pas juger de leur apport ou non.
Cependant si des universitaires se porte caution de l'écriture de ces thèses, c'est peut etre parce que les projets sont bien montés et que justement elles peuvent apporter un plus à la vision de la kinésithérapie!!!!
Effectivement la pratique de la fasciathérapie a été mis en cause dans un rapport ministériel mais avec quelle preuve??? Actuellement il n'y en a aucune...... Seul est rapporté le manque de preuve de la technique. Sauf qu'actuellement en plus des théses de fasciathérapie, plusieurs études sont en cours dans des hopitaux (et pas des hopitaux sans influence) pour évaluer l"'éventuel" efficacité de cette méthode. Ce n'est qu'un début mais au moins il y a une démarche qui me semble etre faite dans le bon sens.

Pourquoi ne pas laisser planer un doute sur l'efficacité d'une méthode qui semble en plus vouloir amener les kinés francais à faire de la recherche?
Il y a beaucoup de critique mais quels sont les kinés francais qui font de la recherche??? Combien de kiné n'utilise dans leur pratique que l'EBP??

4.Posté par Thomas le 06/12/2012 08:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Marco,
il y a plus de kinésithérapeutes impliqués dans la récherche que tu sembles le penser, certes ils ne sont pas regroupés pour évaluer-promouvoir une seule technique (ce qui est déjà en soit une bonne chose de la part des fasciathérapeutes). Ce que je regrette c'est que tout le travail des fasciath semble orienté vers du qualitatif, au détriment du quantitatif.
Certains des MK sont devenus maitres de conférences universitaires, d'autres enseignants chercheurs, une poignée à l'HDR et je n'en connais qu'un professeur des universités (mais il y en a peut-être d'autres).
Je t'invite à te rapprocher de la SFP ou de l'AFREK si tu es intéressé par le sujet.
Tout ça pour dire quoi, la recherche c'est bien !

5.Posté par Thomas le 06/12/2012 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une petite recherche sur "l'université" Fernando Pessoa, mon portugais est un peu rouillé mais c'est intéressant, quand à la version française...
http://www.ufp.pt/universidade/apresentacao-2/historia
http://www.ufpfrance.fr/index.php/sciences-de-la-sante/

6.Posté par marco le 06/12/2012 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci thomas de ces précisions!!!

Apres il reste a savoir si il vaut mieux faire de la recherche qualitative ou ne pas rechercher du tous!! Je crois que pour la fascia une seule étude quandtitative est sorti à ce jour. En tous cas ce n'est pas en les accusant de dérive sectaire qu'ils pourront continuer à mettre en place des études (meme qualitative pour l'instant).

Je vois au moins que tu es ouvert à la conversation et au débat ce qui est agréable!!

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base