ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Lombales

La Rééducation Posturale Globale à l’épreuve des preuves

Rédigé par le Mercredi 13 Avril 2016



La Rééducation Posturale Globale à l’épreuve des preuves
Des physiothérapeutes italiens se sont penchés sur les avantages de cette méthode dans les cervicalgies.

Jusqu’à lors, aucune étude contrôlée randomisée n’avait recherché si son emploi isolé présentait des effets thérapeutiques remarquables dans les cervicalgies chroniques non-spécifiques.

Les auteurs ont comparé [1] la RPG à la thérapie manuelle sur 94 patients (72 femmes) de 47.5 ± 11.3 ans de moyenne d’âge.
L’EVA, le Neck Disability Index, les amplitude au CROM (Cervical Range of Motion) et la kinésiophobie (Tampa Scale of Kinesiophobia) ont servi d’évaluateurs.

Le groupe expérimental comme le groupe de thérapie manuelle ont bénéficié de 9 séances de 60 minutes de prise en charge en acte individuel.

Les deux groupes ont été invités à suivre des conseils d’ergonomie et à faire leurs exercices à la maison.
Ils ont été évalués immédiatement après traitement comme à 6 mois.

C’est plutôt bien que ces méthodes héritières des concepts de Françoise Mézières cherchent à évaluer leurs pratiques. Déjà l’année passée, une cousine GDS [2] a fait l’objet d’une étude dans le même journal à propos de la lombalgie. Elle est désormais en accès libre.

Il faudrait cependant lire l’article pour savoir à quoi correspond le traitement pour le groupe de thérapie manuelle. La thérapie manuelle pour les cervicalgies, lorsqu’elle est appliquée uniquement à la région cervicale et quelles qu’en soient les modalités et méthodes, n’apparait pas d’une grosse efficacité, c’est le moins qu’on puisse dire...

Références bibliographiques :

[1] Pillastrini P et al. Effectiveness of Global Postural Reeducation in Patients With Chronic Nonspecific Neck Pain: A Randomized Controlled Trial. Phys Ther. 2016 Mar 24. Article en pré-publication.

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

[2] Díaz-Arribas MJ et al. Effectiveness of the Godelieve Denys-Struyf (GDS) Method in People With Low Back Pain: Cluster Randomized Controlled Trial. PHYS THER. 2015; 95:319-336

Article disponible en ligne


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1997 fois


1.Posté par Seb le 14/04/2016 08:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et toujours RIEN du côté de la reconstruction posturale malgré 25 ans de diplôme universitaire.

2.Posté par FRECON Sylvain le 15/04/2016 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bon ben on arrive pas à accéder à l'article en ligne pour préciser les moyens utilisés.
Si les châînes musculaires essaient encore de trouver une place parmi les TM, je trouve toujours intéressant de voir qu'il s'agit la plupart du temps de recherches outre-atlantiques ou que certaines études restent très limite dans la randomisation + sélection des patients ou dans la méthodologie et la comparaison des techniques employées. Probablement, un artefact de ces mêmes techniques qui ne savent pas encore trouver une place cohérente dans l'éventail des techniques en TMO. Pour avoir fait 120h de GDS, travaillé dans un cabinet qui était formé GDS et connaître plusieurs amis kinés formés en RPG, il est très difficile, encore aujourd'hui, d'affirmer que techniques cousines ont plus d'efficacité que dautres traitement (P/A, Mulligan, Fallah...) car c'est une vraie volonté des formateurs de ne pas se comparer... J'en ai eu la preuve récemment avec un ponte de la matière...

3.Posté par HORRUT le 21/04/2016 09:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'étude pose comme problème la pertinence des critères de jugement : soit il s'agit de critères intermédiaires et non de critères cliniques, soit lorsqu'il s'agit de critères cliniques, il ne sont pas valides car subjectifs (comme l'EVA).
Avec de tesl critères, l'etude ne peux conclure à l'efficacité ou non d'un traitement par rapport à l'autre.

4.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 21/04/2016 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"lorsqu'il s'agit de critères cliniques, il ne sont pas valides car subjectifs (comme l'EVA)"

Je suis curieux de connaître les raisons qui vous font déclarer cela, les études qui vous permettent de l'affirmer ?

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Examen général | Hanche | Genou | Pied | Cervicales | Thoraciques | Lombales | Pelvis | Épaule | Coude | Poignet | Main | Membre inférieur | Membre supérieur




S'inscrire à la lettre hebdomadaire



Glissements du plexus brachial