ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Exercice professionnel

La kinésithérapie à Kunduz

Rédigé par le Samedi 5 Novembre 2016



Un rapport d’enquête militaire présenté vendredi 29 avril par le Pentagone considère que le bombardement par l’aviation américaine d’un hôpital tenu par Médecins sans frontières (MSF) à Kunduz, l’an dernier en Afghanistan, n’était pas un « crime de guerre » mais une succession d’« erreurs ». Quarante-deux personnes ont été tuées et 37 autres blessées dans la destruction de l’établissement le 3 octobre 2015 dans la ville du nord de l’Afghanistan.

L’officier a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un crime de guerre parce qu’aucun militaire ne savait qu’un hôpital était visé. Selon les conclusions de l’enquête, l’incident a été causé par des « erreurs humaines non intentionnelles, des erreurs de procédure et des défauts d’équipement ». Le rapport ajoute la fatigue et « un rythme élevé d’opérations » comme autres facteurs explicatifs [1].

Le docteur Kathleen Thomas, spécialisée en soins intensifs, évoque une journée typique dans cet hôpital, ainsi que les événements qui se sont déroulés lors de la semaine d’intenses combats qui a précédé l’attaque.

En Afghanistan, Médecins Sans Frontières a dispensé des soins spécialisés aux traumatisés au Centre de Traumatologie de Kunduz, dont de la physiothérapie.

Dans cette étude [2], les auteurs décrivent l'élaboration d'un score fonctionnel adapté de la MIF pour le suivi des patients, les soins de réadaptation fournis et les résultats des patients par rapport à ce score fonctionnel.

Méthodes :

Une étude de cohorte descriptive a été réalisée, incluant tous les patients hospitalisés dans le service hospitalier de Kunduz entre janvier et juin 2015. Le score fonctionnel adapté a été recueilli à quatre moments : à l’admission et à la sortie du centre comme en ambulatoire.

Résultats :

Sur les 1 588 patients admis, 92,3% (n = 1410) ont reçu au moins une séance de physiothérapie.
Au total, ces 1022 patients souffraient de fractures des membres inférieurs, supérieurs, de lésions cérébrales traumatiques ou de lésions multiples.

Parmi eux, 966 patients ont été pris en charge par un physiothérapeute, 696 patients ont bénéficié de séances dont 596 (61,7%) dans les 2 jours suivant leur admission.
L'indépendance fonctionnelle a augmenté avec le temps;

Parmi les patients ayant une note fonctionnelle prise à l'admission et la sortie de l'hôpital, 32,2% (172/535) étaient indépendants à la sortie et parmi les patients ayant un score fonctionnel à l'admission et à la sortie, 79% (75/95) d'entre eux étaient redevenus autonomes.

Conclusion :

La prestation de la physiothérapie était réalisable dans ce contexte humanitaire et la MIF adaptée semblait un score pertinent.

Références bibliographiques :

[1] Le Monde.fr avec AFP. 30.04.2016 à 01h00. Pour les Etats-Unis, le bombardement de l’hôpital de MSF en Afghanistan n’est pas un crime de guerre.

Lien vers l’article

[2] Gohy B, Ali E, Van den Bergh R, Schillberg E, Nasim M, Naimi MM, Cheréstal S, Falipou P, Weerts E, Skelton P, Van Overloop C, Trelles M. Early physical and functional rehabilitation of trauma patients in the Médecins Sans Frontières trauma centre in Kunduz, Afghanistan: luxury or necessity? Int Health. 2016 Oct 13. Article sous presse

Article disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 729 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires