ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Lombales

La préférence directionnelle dans la lombalgie : une revue systématique

Rédigé par le Dimanche 11 Mars 2012



La préférence directionnelle dans la lombalgie : une revue systématique
«Va, je ne te hais point !» Physical Therapy a les yeux de Chimène lorsqu’elle déclare que cinq études contrôlées randomisées de bonne qualité parmi les six retenues permettent de conclure que cette façon de procéder ne permet pas une efficacité inférieure au traitement standard.

Références bibliographiques

Surkitt LD, Ford JJ, Hahne AJ, Pizzari T, McMeeken JM. Efficacy of Directional Preference Management for Low Back Pain: A Systematic Review. Phys Ther. 2012 Feb 16.

Résumé de l’article disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1259 fois


1.Posté par Jacky OTERO le 13/03/2012 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

comment doit-on interpréter ta première phrase de commentaire Jean-Louis ?

merci pour cette précision : le troisième degré n'est pas mon fort !

Amicalement

2.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 13/03/2012 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ils écrivent :
"Six RCTs were included in this review. Five were considered high quality." et "No trials found that DPM was significantly less effective than comparison treatments."

Ce sont quand même des précautions de langage très importantes... Ils retrouvent 5 études d'excellente qualité et au lieu d'écrire "DPM is significatively more effective than comparison treatments" ce qui est ce qu'ils cherchent, ils émettent l'idée qu'il est possible de concevoir que celà ne soit pas pire...

Quand je vois les étudiants qui guérissent les patients de la mort qui tue dans une étude de cas,...

3.Posté par Abel OUDOT le 13/03/2012 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelqu'un peut m'expliquer comment dans le cas d'une grosse protusion discale, voir d'un début d'hernie, les mouvements combinés extension+incli/rotation n'aggravent pas le patient ?

Je veux dire, il y a certainement un niveau de protusion de noyau à partir duquel le mouvement ne va pas le ramener en arrière, mais au contraire l'expulser.

4.Posté par Paul MERCY le 13/03/2012 22:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'importe la théorie discale, ce qui est intéressant est la recherche et l'exploitation pragmatique de la préférence directionnelle. Cela peut être terriblement efficace. Ou pas, comme dirais JLE.

5.Posté par Jle le 14/03/2012 00:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Éric Viel disait qu'il fallait se méfier des mots, notamment à propos de la "théorie du noyau de cerise". Jetez un œil sur la vidéo du JOSPT dont nous parlons dans "leçon discale" : ce noyau est aussi consistant que de la pâte dentifrice quand il existe encore. Ce n'est pas parce qu'il est central qu'il est dur...

6.Posté par Jacky OTERO le 14/03/2012 06:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Attention, la traduction c'est :

"Aucun essais n'ont montré que la DPM a été significativement moins efficaces que les traitements de comparaison".

cela ne sous entend pas qu'il pense que cela pouvait l'être ! Mais evidemment c'est une prudence excessive qui peut poser question.

Cela veut probablement juste dire que tous ne montre pas que c'est supérieur !

Ce qui est vrai ... puisque si l'on applique un traitement avec une PD à une personne qui n'en a pas ... on ne peut l'améliorer !

Cela répond aussi à la question d'Abel = on ne peut soigner tout le monde ... et arrive un moment ou la mécanique ne peut fonctionner. Mais si on ne teste pas on ne peut savoir = l'image n'est pas un critère de choix.

La puissance des tests de mouvements répétés est justement de différencier ceux à qui ça marche et les autres.

L'intérêt de la classification qui en découle est donc évident.

7.Posté par ALLUSSON le 15/03/2012 17:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
n est il pas intéressant de se référer aux nombreuses études qui valident la notion de préférence directionnelle avec des méthodes comme celle de Mc Kenzie et a a partir de la appeler un chat un chat et évoquer une approche non pas "pas inférieure" mais plutôt dans certains cas bien supérieure!!!!
quand aux explications il me semble que l'on parle de modeles

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Examen général | Hanche | Genou | Pied | Cervicales | Thoraciques | Lombales | Pelvis | Épaule | Coude | Poignet | Main | Membre inférieur | Membre supérieur




S'inscrire à la lettre hebdomadaire



DisKiné