ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Politique Professionnelle

Les psychomotriciens s’implantent en gérontologie selon la Fondation Médéric Alzheimer

Rédigé par MG le Vendredi 30 Décembre 2011

La Lettre de l'Observatoire de la Fondation Médéric Alzheimer de décembre 2011 publie les résultats d'une étude auprès des psychomotriciens avec la Fédération française des psychomotriciens (FFP)



Les psychomotriciens s’implantent en gérontologie selon la Fondation Médéric Alzheimer
La prise en charge des maladies neurodégénératives (notamment Alzheimer) se veut pluridisciplinaire. Alors que nous connaissons pour beaucoup la place des psychomotricien(ne)s dans le suivi des enfants, cette profession semble prendre de plus en plus d'importance auprès des personnes agées. Selon l'enquête réalisée auprès de plus de 4000 professionnel(le)s, la moitié d'entre eux estime que les prescriptions médicales permettant leur intervention dans le domaine de la gériatrie sont encore difficiles à obtenir. Une majorité de ces prescritions ne précise pas le nombre de séances de psychomotricité.

Cela avance-t-il l'avenir des prises en charge diversifiées et complémentaires pour le bien être des patients où est-ce simplement une autre profession paramédicale qui cherche son champ d'action au sein du système de rééducation ?

Lien vers article

Article soumis le 13/12/2011 et accepté le 30/12/2011

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 4168 fois


1.Posté par Francois GAUME le 02/01/2012 08:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore un champ de notre activité qui va passer à une autre profession...! mais ce n'est pas la première fois, loin de la !

2.Posté par thomas le 02/01/2012 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
est-ce que nous avons la même formation ?
la même compétence ?
la même approche ?
donc est-ce que nos métiers sont complémentaires pour nos patients ?

3.Posté par Bernard le 03/01/2012 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'exerce en gériatrie depuis 30 ans et les thérapies que proposent les psychomotriciens je les pratique
gymmastique, relaxation, prévention des chutes et je les enseigne en institut de formation kiné.
Je crois simplement que devant la pénurie croissante de masseur-kinésithérapeutes en gériatrie (trop bien payé) l'on se tourne vers un ersatz de la rééducation fonctionnelle en embauchant licence staps et psychomotriciens
qui sont payés par contrat plutot que par actes donc moins coûteux.

4.Posté par Matthieu G le 03/01/2012 21:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai cette année l'occasion d'être en relation avec des psychomotricien(ne)s. Je ne connaissais que de nom cette profession "unique" en France. J'ai d'abord compris leur approche de la relation mère-enfant mais je n'ai pas compris leur rôle en gériatrie. En effet comme tu le dis Bernard, leurs pratiques sont également les notres : gymnastique, relaxation, prévention. Le problème c'est que ce sont des pratiques qu'ils apprennent au sein de leurs écoles.
Pour réponder @thomas, leurs écoles sont des écoles privées avec une sélection sur concours et ils ont un cursus de 3 ans.

Leur approche du soin et du patient est beaucoup plus psycho-socile que la notre qui est plus basée sur la mécanique du corps.

De ce fait, et malgré quelques similitudes dans le programme de formation, nous n'avons pas les même compétences.

C'est là dessus qu'il faut essayer de jouer afin de pouvoir travailler ensemble et non en se tirant dessus.

Ne soyons pas si pessimiste sur le fait de perdre une part de notre profession.

5.Posté par Kamil F. le 04/01/2012 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toutes les ecoles de psychomot' ne se valent pas et helas, une majorité est fortement ancree dans un corpus theorique obsolete car fortement ancré dans la psychanalyse. Ainsi, pour eux beaucoup de troubles neuro- ou neuro-devellopentaux trouvent en fait leurs sources dans la relation mere-enfant et le travail a faire se situe dans ' l'envellope psycho-coroprelle '.

Genre: on met des enfants autistes devant un ventilateur etc etc

pas de competition de ce coté-là de la psychomot' donc, rassurez- vous.

6.Posté par bernard le 04/01/2012 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Peut être que les psychomotriciens m'expliquront dans leur langage ésotérique pourquoi une personne de 85 ans marche avec la tête à Paris et les fesses à Lille, l'essentiel pour moi est qu'après un traumatisme d'un membre inf cette personne retrouve une marche sure et sécurisée...Maintenant qui n'a pas des problèmes avec ses parents et à 85 ans il est toujours temps de s'en préoccuper. "Eduquer vos enfants comme vous voulez de toute façon vous vous tromperez" S.FREUD.
pour moi le problème est ailleurs, devant la péburie de kiné en hopitaux les directeurs se tournent vers des palliatifs moins coûteux.

7.Posté par mar le 21/08/2012 08:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis psychomotricienne exerçant aussi bien avec des enfant qu'en gériatrie et travaillant avec des kinés, et je pense que c'est surtout le manque de connaissances de nos métiers respectifs qui fait du tort!!
Premierement la formation se fait principalement, dans des écoles publiques pour la plupart, et durent trois ans, avec un diplôme du ministere de la sante (comme les kinés.. tiens!). elle existe depuis 74.
Ensuite l'emploi d'un psychomotricien n'est donc pas "moins coûteux!!" que de préjugés! Il existe un décret de compétences qui détermine les actes de soins propres à chaque profession, très instructif...
Je pense que le rôle du psychomotricien en gériatrie est à défendre, tout comme celui de kiné, dans des institutions qui font trop souvent l'impasse sur ces professions pour des raisons économiques.
Nous travaillons sur le lien entre les émotions et le corps... c'est à dire principalement sur l'envie et le plaisir liés au mouvement (ce qui nécessite un travail en amont des kinés au niveau fonctionnel), et qui joue sur la qualité de mouvement. Mais aussi sur la confiance en ses capacités corporelles: on peut rééduquer à la marche tant qu'on veut une personne âgée qui a peur de tomber, cela ne donnera rien! d'où l'interet de travailler ensemble.
Notre rôle est aussi de travailler sur l'expressivité du corps, et la relaxation qui fait bien partie du décret de compétences des psychomots, depuis 1974 donc!
Je trouve dommage ce manque d'ouverture...il n'y a pas de compétition lorsque chacun sait où est sa place!

8.Posté par thomas le 21/08/2012 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

En effet, il serait intéressant de s'intéresser au travail des autres... ainsi peut-être nous ne serions plus réduit à la "trottinnothérapie" comme dans votre message, ce qui niveau préjugé se classe bien haut.
Une question, dans quel(s) autre(s) pays existe cette profession de psychomotricien ?

cordialement

ps : kinésithérapeute

9.Posté par Nathanaël le 21/08/2012 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@mar : tout à fait d'accord avec toi
Ce coté kiné tout puissant me fatigue .
@bernard : "pour moi le problème est ailleurs, devant la péburie de kiné en hopitaux les directeurs se tournent vers des palliatifs moins coûteux. "
franchement tu crois vraiment qu'ils sont payés moins alors que leur diplôme a la même valeur, c'est un DE. A l'AP-HP : on est payé pareil..... ;)
C'est que tu n'est pas prêt pour le "travailler ensemble"
@gaume : j'ai failli pleurer, "champ de notre activité" : parce que tu as fait de la psychomot à l'école..... Extraordinaire

Pluridisciplinairement à tous,

10.Posté par raslesp le 21/08/2012 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"on peut rééduquer à la marche tant qu'on veut une personne âgée qui a peur de tomber, cela ne donnera rien!"
Un patient qui a peur de tomber a bien souvent de bonne(s) raison(s) :avant de travailler sur les émotions ne seraient pas plus logique de rechercher ce qui est à l'origine de cette peur?comme par exemple des troubles sensitifs superficiels,profonds,vestibulaire,visuel... moteurs?ça c'est le boulot du MK,mais lui laisse t'on le temps de le faire,les moyens?

11.Posté par mar le 21/08/2012 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le métier de psychomotricien, ou thérapeute en psychomotricité existe en Belgique, en Suisse, en Espagne, au Portugal,en Italie, au Danemark, en Allemagne, Autriche, mais aussi en Amérique latine (Mexique, Chili, Brésil, Pérou) et au Liban. Moins dans les pays anglos-saxons. Une des écoles parisienne est agrée ERASMUS.

12.Posté par Philippe C. le 04/11/2012 20:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je m'interroge sur l'efficacité réelle de la rééducation psychomotrice sur des patients qui sont malheureusement déments.

13.Posté par Vanessa le 13/11/2012 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans mon centre de gérontologie ils sont obligés d'employer des kinésithérapeutes en Espagne, et pas qu'un peu la majorité!

De quoi se plaignent les kinés français? Vous manquez de confiance en vous? Y'a pas de pénurie de l'emploi en tout cas ou alors venez dans mon centre on manque cruellement de kinés français (pas libéraux hein, eh ouais ça paye moins mes pauvres chéris)...

Je suis psychomotricienne, je trouve que les kinésithérapeutes font des miracles, on s'entend super bien au travail, y'a même deux ergo, personne ne marche sur personne...

La pluridisciplinarité, une espèce en voie d'extinction??

Dommage, avec ces querelles de bac à sable on en oublierait le soin...

Chacun son métier mes chers.

Amicalement.


14.Posté par Henri LAMBERT le 14/11/2012 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien vu, Vanessa, l'image du "bac à sable". Ton message est certainement le fait d'une personne ne pleurant pas la bouche pleine, et n'ayant pas peur de son ombre.
Bien à toi.

15.Posté par solene le 17/03/2013 09:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Vanessa, tu es psychomotricienne en Espagne? Je suis étudiante en psychomotricité et je recherche dans quels pays peut-on exercer?
J'aimerais des renseignements sur les démarches à suivre pour exercer en Espagne?

16.Posté par sel le 07/05/2013 18:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
je suis également psychomotricienne et je ne peux m'empécher d'être attristée par de telles réactions. Je viens de l'école de Lyon, ou nous avons des cours communs avec les kinés et les ergos. Et bien loin de se marcher les uns sur les autres on se complète il me semble. Un stage en gériatrie à suivre kinés, ergos et psychomot m'a bien éclairé! Première réaction: pffff... ils font les mêmes tests que nous et les mêmes médiations! ... après discussion: nous n'observons pas la même chose, ne portons pas notre attention au même endroit et ne tirons pas les mêmes conclusions, donc n'axons pas notre travail sur les mêmes choses! Comme dirait St Ex' : "Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit!"
N'ayez crainte on fait le Tinetti, on apprend un peu la gonio mais on n'est pas kinés, ni ergo, ni psy, ni inf, ni... on est psychomot! et non on ne met pas les enfants autistes devant des seches-cheveux! on fait un DE comme vous! On est présent dans de nombreux pays!
au passage un petit article qui résume assez bien tout ca : http://www.b-paramedical.fr/psychomtricite/pratiques-professionnelles/17-kine-ergo-psychomot-quelles-differences.html

17.Posté par Maxime le 08/12/2013 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour ! Il me semble qu’une petite explication de la profession de psychomotricien s’impose.
Je suis en 3ème année de psychomotricité à Bordeaux et je suis actuellement en stage en EHPAD. Je pourrais donc peut être vous éclairer sur la profession en générale et plus particulièrement en gériatrie.

« Un patient qui a peur de tomber a bien souvent de bonne(s) raison(s) :avant de travailler sur les émotions ne seraient pas plus logique de rechercher ce qui est à l'origine de cette peur?comme par exemple des troubles sensitifs superficiels,profonds,vestibulaire,visuel... moteurs? ça c'est le boulot du MK,mais lui laisse t'on le temps de le faire,les moyens? »

« Je m'interroge sur l'efficacité réelle de la rééducation psychomotrice sur des patients qui sont malheureusement déments »

Il me semble que ces propos (et d'autres), basés sur des a priori, sont un peu réducteur mais au moins on voit bien que pour travailler ensemble il faut d'abord connaître les professions.

En psychomotricité nous disons prendre la personne dans sa globalité. Nous sommes une profession paramédicale donc avec une approche paraMEDICAL, et sommes soumis à la prescription médicale. Nous n’allons pas prendre une personne au hasard dans la foule et dire : « allez hop on va travailler sur les émotions ». Avant de prendre en soin un sujet, le psychomotricien rencontre la personne, l’évalue par un bilan psychomoteur (par des tests standardisés ou non, cela dépend des capacités du patient), créer un projet de prise en soin et apporter un suivi régulier.

Dans notre pratique nous recherchons un mieux-être psychocorporel ce qui pourrait grossièrement être traduit par « être bien dans son corps pour être bien dans sa tête ». Notre observation ne va en effet pas porter sur les même choses car nos compétences et notre pratique est clairement différente tant dans les décrets de compétence que dans nos formations respectives.
Actuellement il y a un remaniement des formations paramédicales avec de nouveaux référentiels de compétence et de formation qui sont établis pour l’universitarisation des filières. La demande de grade licence et master pour nos formations pourrait éclaircir les choses et recadrer les compétences de chacun en fonction des connaissances et pratiques apportées lors des formations. Le but n’est pas de scindé le bloc paramédicale en plusieurs petit morceaux mais plutôt d’apporter une spécificité à chacun afin de travailler ENSEMBLE.

Notre champ d’action va du plus jeune au plus âgé, et nous intervenons dans un cadre rééducatif, thérapeutique et éducatif. De ce que j’ai compris du rôle du kiné il s’agit de rééduquer une FONCTION (pour faire très court ^^). En gériatrie nous ne sommes donc pas dans la rééducation mais plus dans le thérapeutique, la réadaptation. Certes, certaines propositions peuvent paraître similaire dans le NOM mais avez-vous déjà suivie une séance de psychomotricité (ou de kiné pour les psychomotriciens) ? Cela est selon moi très instructif. Il y a en effet une place pour tout le monde. Et nous ne disons pas pouvoir prendre en soin toutes les personnes mais parfois seulement les accompagner ce qui correspond à du palliatif.

Si vous allez jusqu’au bout de ce roman je vous dis merci de votre attention et pour mes collègues, n’hésitez pas à rectifier et compléter mes paroles.

18.Posté par Thomas le 08/12/2013 17:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Maxime,
merci pour les explications,
j'ai en effet assisté à qq séances de psychomotricité durant mes études de kiné sithérapie.
Une autre remarque concerne cette phrase : En psychomotricité nous disons prendre la personne dans sa globalité.
c'est amusant car des diverses formations initiale et continues (MK,chainiste, posturo, ostéo, E-apa) que j'ai eu l'occasion de faire, c'est la prétention de chaque profession, mais ce qui est dedans diverge radicalement...

Le problème vient peut-être de la sensation vraie ou fausse que diverses professions se sont construites et existent en France spécifiquement par le manque qualitatif ou quantitatif de kinésithérapeutes (psychomot, osteo, apa...).

ps: mon esprit taquin me ferait rapidement dire que vous avez un module déterrage de topic dans votre formation, non ?

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires