ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Les sous-classifications pour les lombalgiques

Rédigé par P T le Mardi 7 Décembre 2010



© Lulu Berlu - Fotolia.com
© Lulu Berlu - Fotolia.com
Les approches thérapeutiques pour les lombalgies sont variées. Sur ActuKiné vous voyez passer des articles sur "les manipulations", sur la "stabilisation", sur "les exercices spécifiques" sur les "tractions", etc.

Il faut savoir que pas mal de monde publie sur ce sujet et cherche à mieux déterminer des profils de patients pour adapter des prises en charge plus effectives.

Alors un petit quizz, quels sont les facteurs présents à rechercher chez le lombalgique pour l'orienter pour une des 4 prises en charge citées ci-dessus ? Ces facteurs existent et font l'objet de références.

Enfin, est-ce que le fait d'orienter le lombalgique en fonction de ces facteurs vers une prise en charge spécifique est plus économique que de laisser les lombalgiques suivre la prise en charge actuelle sans tenir compte de ces sous-classifications ?

John Christopher McGee (de l'Université de Pittsburgh et non du NCIS ! ) a écrit sa thèse sur ce sujet et a mené les études pour répondre à cette dernière question.

Après ça, il n'y a plus qu'à :
- convaincre les enseignants en IFMK de suivre (cela veut dire aller au congrès même si ils sont loin de leur domicile, et faire des journal club ou autre temps d'échanges entre IFMK);
- inciter les étudiants à apprendre des données récentes (et de regarder la kinésithérapie comme une profession qui a une expertise clinique pour comprendre comment le patient fonctionne et arrêter de dire "le massage c'est génial" ou faire les "soirées massage");
- pousser les médecins à comprendre et à s'adapter (c'est à dire communiquer sur les publications qu'ils ne lisent pas pour montrer qu'il y a un corpus de connaissance propre à la kinésithérapie et que ce n'est pas parce que l'on ne connaît pas ses publications qu'elles n'existent pas);
- solliciter la sécurité sociale pour l'amener à réfléchir aux solutions économiques qui sont efficientes.

Ou peut être que l'on continue comme au XXème siècle avec ses principes et ses opinions qui "marchent".

Pour lire c'est ici : John Christopher McGee
The cost-effectiveness of a treatment-based classification (tbc) approach compared to a usual care approach in the management of low-back pain in the outpatient physical therapy setting.



Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2677 fois


1.Posté par GUILLARME le 07/12/2010 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le traitement de la lombalgie chronique marque le pas surtout parce que le rééducateur a oublié que "kinésithérapie" signifiait thérapie par le mouvement. Si le traitement antalgique reste un possibilité, il ne doit pas être effectué en première intention mais en seconde , après avoir traité la cause (l'incompétence abdominale a protéger la colonne ) avant de s'intéresser aux conséquences inflammatoires ou douloureuses para vertébrales. Le principe existe et suit les recommandations de l'ANAES qui a valider l'AFE. Le Concept ABDO-MG apporte un plus instrumental à cette tecnhique de souffle régulé et proprioceptif protecteur.

2.Posté par raslesp le 07/12/2010 20:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le prix Nobel pour MR Guillaurme :il a trouvé LA cause de la lombalgie chronique...

3.Posté par Nicolas Savouroux le 07/12/2010 22:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des références bibliographiques Guillarme?

4.Posté par bernard delalande le 08/12/2010 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
"l'incompétence abdominale a protéger la colonne"
C'est une vérité mal comprise, en effet ! Les abdos n'ont jamais eu pour vocation de protéger la zone lombale.

5.Posté par P T le 08/12/2010 14:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est l'activation du transverse qui est citée

6.Posté par bernard delalande le 08/12/2010 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
Pierre, le transverse protège ? Son renforcement guérit-il les lombalgiques ? Quelle est déjà, au fait, le pourcentage d'activation de ce puissant stabilisateur dans les activités quotidiennes ? Moins de 5% et souvent beaucoup moins...

7.Posté par thomas le 08/12/2010 20:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Le prix Nobel pour MR Guillaurme :il a trouvé LA cause de la lombalgie chronique..."
:-)

on retrouve sur votre site les études validants le concept dans le cadre de l'incontinence, pas de la lombalgie...
en attente de liens précis sur la lombalgie, ce type d'assertion de M Guillarme sur la lombalgie à partir d'un concept validé pour une autre pathologie m'incite à me poser des questions sur la validité scientifique du concept Abdo MG...
Je le remercie en outre de son ton professoral pour nous rappeler à nous autres incompétents ce que signifie "kinésithérapie".

pour ma part dans le cadre du (des) paradigme(s) actuel(s) tentant(s) d'expliciter la lombalgie, la résumé a la déficience d'un muscle me paraît entre le risible et le déprimant.

8.Posté par raslesp le 08/12/2010 22:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rigoles pas thomas avec Abdo-MG on traite deux patients à le demi-heure...

9.Posté par P T le 09/12/2010 09:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est-il possible de faire des commentaires sur cette Thèse de doctorat s'il vous plaît car toutes les références sont citées en première partie. Et les avis et opinions n'engagent que celui qui les émets

10.Posté par JL E le 09/12/2010 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas très évidente à lire cette thèse, Peter !
Pour faire le lien, dans le chapitre stabilisation exercises, on retombe à première vue sur une non différentiation abdos spinaux.
Je suis à la recherche d'une étude indiquant que spinaux + abdos c'est mieux que spinaux seul. Pas trouvé encore sauf le résumé d'un vieil article de Spine indiquant l'inutilité du travail des abdos dans la lombalgie.
Tout ceci parce que, s'il est aisé d'expliquer à l'étudiant le rôle des spinaux, une fois balayées les thèses très discutées du caisson abdominal et du transverse qui "étendrait" le rachis lombaire, je ne sais toujours pas comment expliquer devoir travailler les abdos, obliques exceptés (?).

11.Posté par Marc Messina le 09/12/2010 21:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pour Dolto la kinésithérapie était plus la thérapie pour le mouvement que par le mouvement ce qui induit une dimension qualitative qui primerait sur une dimension quantitative... voilà un peu de sémantique pour alimenter le débat.
Pour ce qui est des abdominaux, tout n'est pas clair. le transverse comme les obliques mettent en tension les aponévroses postérieures qui plaquent les spinaux au fond des gouttières, améliorant là sans doute leur efficacité. les obliques auraient un rôle plus dynamique dans le contrôle des torsions du tronc, très toxiques sur le plan discal. le travail des abdominaux sur un mode isométrique semble plus adapté à la pathomécanique discale en minimisant les forces de cisaillement sur le disque par rapport à un travail dynamique... voilà pour le côté didactique

12.Posté par bernard delalande le 10/12/2010 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
Voir cet excellent article des NOisters.
http://noinotes.wordpress.com/2010/12/09/the-transversus-abdominus/

13.Posté par bernard delalande le 10/12/2010 08:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
Ou bien encore ce joli article
Prevalence of classification methods for patients with lumbar impairments using the McKenzie syndromes, pain pattern, manipulation, and stabilization clinical prediction rules

Authors: Werneke, Mark W.; Hart, Dennis; Oliver, Dave; McGill, Troy; Grigsby, David; Ward, Jason; Weinberg, Jon; Oswald, William; Cutrone, Guillermo
Source: Journal of Manual & Manipulative Therapy, Volume 18, Number 4, 2010 , pp. 197-204(8)

Abstract:
Objectives: Aims were (1) to determine the proportion of patients with lumbar impairments who could be classified at intake by McKenzie syndromes (McK) and pain pattern classification (PPCs) using Mechanical Diagnosis and Therapy (MDT) assessment methods, manipulation, and stabilization clinical prediction rules (CPRs) and (2) for each Man CPR or Stab CPR category, determine classification prevalence rates using McK and PPC.
Methods: Eight physical therapists practicing in eight diverse clinical settings classified patients typically referred to rehabilitation by McKenzie syndromes (i.e. derangement, dysfunction, posture, or other), pain pattern classification [i.e. centralization (CEN), not centralization (Non CEN), and not classified (NC)], Manipulation CPR (positive, negative), and stabilization CPR (positive, negative). Prevalence rates with 95% confidence intervals (CI) were calculated for each classification category by McK, PPC, and manipulation and stabilization CPRs. Prevalence rates (95% CIs) for McK and PPC were calculated for each CPR category separately.
Results: Data from 628 adults [mean age: 52±17 years, 56% female] were analyzed. Prevalence rates were: McK — derangement 67%, dysfunction 5%, posture 0%, other 28%; PPC — CEN 43%, Non CEN 39%, NC 18%; manipulation CPR — positive 13%; Stab CPR — positive 7%. For patients positive for manipulation CPR (n=79), prevalence rates for derangement were 89% and CEN 68%. For patients positive for stabilization CPR (n=41), prevalence rates for derangement were 83% and CEN 80%.
Discussion: The majority of patients classified based on initial clinical presentation by manipulation and stabilization CPRs were also classified as derangements whose symptoms centralized. Manipulation and stabilization CPRs may not represent a mutually exclusive treatment subgroup but may include patients who can be initially treated using a different classification method.
Keywords: CLINICAL PREDICTION RULES; LUMBAR SPINE; MCKENZIE SYNDROMES; PAIN PATTERN CLASSIFICATION
Document Type: Case report
DOI: 10.1179/106698110X12804993426965

14.Posté par Sebastien BUCHAILLOT le 23/08/2011 15:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base







accès direct acide hyaluronique acromio-claviculaire acte individuel acupuncture AINS anti-inflammatoires antétorsion fémorale assurance maladie biostatistiques calcanéus camptocormie canal carpien canal lombaire étroit capsulite retractile Cervical. Abord préliminaire Cervical. Bilan actif Cervical. Bilan passif Cervical. Généralités Cervical. Neurodynamique Cervical. Traitement actif Cervical. Traitement passif chicago technique chiropractique chirurgie coiffe des rotateurs conflit sous-acromial contrôle moteur contrôle postural course à pied coxalgie coxarthrose coxo-fémorale Diagnostic différence de longueur des membres inférieurs disque inter-vertébral douleur chronique drainage lymphatique manuel drapeaux jaunes droit femoral Dry needling dégénérescence discale entorse de cheville entorse du genou essai controle randomise etirements EVA evidence based practice Examen du sujet exercices thérapeutiques fasciathérapie fasciite plantaire Fibromyalgie fléau cervical fuseau neuro-musculaire gainage Genou gonarthrose goniométrie GROC hallux valgus hernie discale IFMK inclinométrie incontinence urinaire IRM kappa kinesiotaping kinesitherapie ligamentoplastie Lombaire. Abord préliminaire Lombaire. Généralités Lombaire. Traitement passif Lombalgie lombo-sciatique Maitland manipulation vertébrale massage McKenzie MDT Membre inférieur. Abord préliminaire Membre inférieur. Généralités MRP Mulligan multifide nerf médian nerf radial nerf sciatique nerf tibial nerf ulnaire neuro-sciences neurodynamique nociception oedème Oldies but goldies ondes de choc ostéopathie ostéoporose palpation pelvis Physiotherapie pied piriforme Placebo plagiocéphalie podalgie podologie podomètre poignet points-gâchettes posture posturographie posturologie professions de santé proprioception psoas PSR PTG PTH quadriceps questionnaire rebouteux recommandations de pratique clinique red-flags regle de prediction clinique renforcement musculaire rythme crânio-sacré réflexothérapie rééducation posturale globale sacro-iliaques sacrum scapulalgie sciences de l'éducation scoliose semelles orthopédiques SFP SLR slump-test stabilométrie Start Back Screening Tool strain et counterstrain stretching symphyse pubienne syndrome des jambes sans repos syndrome douloureux regional complexe syndrome du canal carpien syndrome du canal tarsien talagie tapis roulant Temporo-mandibulaire. Bilan actif tendon achilléen tenségrité Test testing therapie manuelle therapie miroir Thoracique. Généralités Thoracique. Traitement passif thrust torticolis Traitement Épaule. Traitement passif épicondylalgie équilibre