ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Belgique

Les spécialisations belges en cours de reconnaissance !

Rédigé par P T le Vendredi 4 Juin 2010



Les spécialisations belges en cours de reconnaissance !
A l'heure, où la France parle de "massage" et "niveau de sortie" à bac + 5, la Belgique arrive à faire avancer le dossier des spécialisations.
Voici les les domaines au sein de la kinésithérapie qui pourront dans l’avenir faire une demande de reconnaissance :
· La cardiologie
· La thérapie manuelle
· La kinésithérapie neurologique
· La rééducation abdomino-pelvienne
· La kinésithérapie respiratoire
Le projet d'arrêté ministériel est acté et le passage au Moniteur (Note de la rédaction: le Journal officiel belge) devrait suivre prochainement. Il faut bien noter que du côté de la Flandres les "qualifications particulières" sont une demande ancienne.
Plus d'information sur le site d'Axxon

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 4168 fois


1.Posté par SAFIN JL le 08/06/2010 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore une histoire belge !
Mais cette fois, c'est une leçon qui est donnée à nos représentants professionnels et ça n'est pas la première de la part des belges qui ont bien compris où étaient les vraies pistes de revalorisation et d'émacipation de la profession. Ils ont des référentiels, des contraintes mais une formation et des capacités de développement qui s'affirment .

2.Posté par TILLY le 08/06/2010 14:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La créativité des officiels étant en panne depuis déjà belle lurette chez nous, et se résumant à plagier les (mauvaises solutions) des autres quand ceux-ci s'apprêtent à en changer, il serait bienvenu que pour une fois, ils consentissent à imiter nos amis belges qui, eux au moins, n'ont rien à nous envier en matière de niveau de formation. Alors, bienvenue aux "spécialités", ou appelons les comme on veut puisque tous les débats sémantiques du monde ne peuvent effacer des réalités et puis, comme disait Maître Déproges:" Mettez la plume où vous voudrez, je ne sais pas faire les bouquets".
H.Tilly

3.Posté par michel gourgues le 08/06/2010 19:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En règle générale, notre profession a toujours refusé les spécialisations.A une époque ,on a même supposé que le diplôme de cadre formerait des "super-kiné".Voyez le résultat . Certains cadres,aujourd'hui, déclarent qu'ils ne font pas le même métier.
Cherchez l'erreur!

4.Posté par Kamil F. le 08/06/2010 19:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui bon magnez-vous de recconaitre ces spécialités en France aussi, car dans queleques années je reviens en france avec un Master de Therapie Manuelle!

5.Posté par Tilly le 08/06/2010 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, bien sûr, une certaine partie de la profession a refusé, de longue date, les spécialisations, en les caricarurant au besoin, arguant que c'était un risque d'enfermement dans une pratique, ce qui témoignait d'un manque singulier de vision prospective. Chacun était bien libre de se "spécialiser" au vrai sens du terme, s'il en avait le goût et la demande, ou plus simplement de s'enrichir en connaissances et en pratiques dans tels ou tels domaines d'affinité, tout en demeurant "généraliste"jusqu'au jour, peut-être, où il choisirait de recentrer son activité sur un domaine de prédilection.....mais peut-être pas.
Il fut un temps où le diplôme de cadre formait des kinés d'un calibre réhaussé en connaissances et en technique. Pourquoi a-t-on dévié leur formation pour en faire des mini-énarques? et finalement conclure qu'un cadre infirmier pouvait se substituer à un cadre kiné puisqu'on voudrait bien gommer la formation d'origine pour les rendre interchangeables.
Nous sommes dès lors très loin du débat sur les spécialités et j'aurais tendance à dire à ces cadres-là qu'effectivement nous ne faisons pas le même métier. Faut-il aller jusqu'à ajouter:"Arrache toi d'là t'es pas d'ma bande!"??? J'hésite encore un peu.
H.Tilly MKDE 1967 --CEC Paris V respi+vascul.

6.Posté par michel gourgues le 09/06/2010 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais alors, si les cadres ne font pas le même métier ,une bonne fois pour toutes :de quel métier parlons nous?

7.Posté par jyga le 14/06/2010 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah... Le bon vieux temps des moniteurs qui savaient tout mieux que les autres. Et les pauvres cadres administratifs qui ne savent rien...

Aujourd'hui, les cadres encadrent et forment toujours, pas plus mal qu'avant 1996. Jusqu'à preuve du contraire, ils encadrent toujours d'autres rééducateurs et ne sont pas d'avantage encadrés pas les infirmières.

Les cadres attendent plus encore que la plupart des physiothérapeutes les moyens universitaires nécessaires à une impulsion nouvelle. Ils bénéficient (diplôme - fruit de leurs efforts voire compétences) d'un double métier s'y souvent décrié par jalousies de pouvoirs.

Ils sont légion parmi les moteurs spécialisés de et pour la profession. Laquelle ? Vous savez, celle qui se dit capable de scier la branche sur laquelle elle est assise.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Belgique | Suisse




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires