ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Belgique

Les tarifs des soins kiné en Belgique. La France se rapproche

Rédigé par P T le Samedi 1 Mai 2010



Les tarifs des soins kiné en Belgique. La France se rapproche
Le service rendu au malade et l'impact sur la santé publique des interventions de santé sont des critères de remboursement importants. Les médicaments pour être remboursés doivent montrer un impact majeur. Il fut un temps où les "phlébotoniques" étaient dans le TOP 10 des médicaments les plus vendus. Leur intérêt pour diminuer la sensation de "jambes lourdes" a fait long feu, tout comme le remboursement.

La Kinésithérapie francophone est confrontée au challenge de montrer son intérêt. LA base de données PEDro a recensé, au 12/04/2010, 13189 essais cliniques randomisés (ECR) qui montrent dans bon nombre de cas l'intérêt de la Kinésithérapie et son impact dans la santé publique. Combien de kinésithérapeutes connaissent parfaitement ces études ? Combien de médecins prescrivant la kinésithérapie ? Combien de personnes au Ministère de la Santé ? Est-ce que Roselyne en connaît un seul ?
A noter que seulement 62 ECR ont été publiés en français sur l'ensemble de la production mondiale de 13189.

Rien que durant le mois de mars 105 ECR ont été intégrés dans PEDro soit près de 3 par jour se répartissant dans les domaines suivants :
- Cardiothoraciques (22 ECR)
- Incontinence & santé de la femme (8 ECR)
- Ergonomie & santé au travail (3 ECR)
- Gérontologie (16 ECR)
- Musculosquelettiquel (26 ECR)
- Neurologie (10 ECR)
- Orthopédie (6 ECR)
- Pédiatrie (10 ECR)
- Sports (4 ECR)
Où sont les sites français ressourcent pour diffuser et communiquer aux patients, aux pouvoirs publics et aux professionnels de santé ces résultats ?

Pour parler des conditions de travail, des difficultés professionnelles et se répandre sur les forums, il y a des clients. Mais pour construire et diffuser des informations et le faire dans un esprit de construction et d'énergie positive pour l'avenir, on cherche des volontaires. Car la charge de travail est importante.

La Belgique rembourse 18 séances de kinésithérapie maximum par an pour les pathologies courantes. Voir les modalités sur le site d'AXXON.

La Belgique a des Universités et des docteurs et professeurs en kinésithérapie qui ont produits beaucoup de données pertinentes et fondamentales aidant la kinésithérapie. Mais il est temps au XXIè siècle de mettre en route des essais cliniques comme l'ont fait les autres pays pour conserver et développer son existence dans le champ de la Santé Publique. Parmi les 62 ECR en langue française combien viennent de Belgique ? Je vous laisse répondre à la question en utilisant PEDro cela devrait vous prendre moins de 10 minutes.

En ce jour de fête du travail, où vous verrez les centrales syndicales défiler dans la rue pour montrer leur puissance aux hommes politiques; il est temps qu'une partie importante de la profession se mette au travail, pour valoriser sur des données fiables la pertinence de la kinésithérapie. Le ratio temps passé sur les forums à répondre à des messages qui sont les mêmes que ceux que nous lisions dans les années 80 doit s'inverser au profit d'une démarche "constructiviste" fondée sur la recherche et la diffusion de données objectives et scientifiques.

En travaillant à plusieurs, la charge de travail est moins importante et l'adhésion aux productions réalisées est plus forte.
Bonne fête du travail !

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 6583 fois


1.Posté par paulgide le 01/05/2010 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour ,

vos considérations tombent sous le sens ..... mais comme vous le précisez ,le problème essentielle dans la production et la valorisation de données scientifiques est .... l'existence des scientifiques en question .. or notre recherche ( si tant est qu'elle existe ) est aux mains des médecins et des staps ..L'urgence reste de créer les facilités de progression universitaire .

A titre personnel , j'aimerais m'inscrire en licence /maitrise , mais actuellement , à part santé publique et éducation a la santé ..... quid de la bioméca , ou d'autres disciplines ??

2.Posté par JL E le 01/05/2010 18:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'est pas nécessaire d'être universitaire pour s'adonner à la recherche, mais anglais + statistiques est le cocktail que tout MK souhaitant aborder la recherche doit s'infuser. C'est le passage obligé.
> Actukiné vous met le pied à l'étrier avec des revues en anglais en ligne. Si certains points vous sont obscurs, faites nous part de vos questions.
> Le Cesam fait une excellente formation par correspondance à la statistique. Compter une journée par semaine à consacrer à l'étude des stats. C'est un D.U.
http://cesam.vjf.inserm.fr/
> L'IFMK de Grenoble procure une formation à la recherche dont nous nous sommes fait l'écho. Vous devez pouvoir contacter Jean-Louis Caillat-Miousse sur le sujet.


3.Posté par marc messina le 02/05/2010 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il est beaucoup plus facile d'évaluer l'effet thérapeutique d'un médicament que celui de la rééducation... les deux difficultés principales sont l'absence de l'insu et de groupe témoin placebo.
a l'exception de quelques cas il n'existe pas d'intervention de kinésithérapie où le malade ne peut pas être conscient du traitement qu'il reçoit ou des exercices qu'il réalise.
l'aveugle du patient et de l'opérateur n'est pas le plus souvent possible...
cependant, je suis d'accord, il est nécessaire de poursuivre les efforts en matière de validation scientifique de nos techniques
cela passera à mon sens par de véritables thèses universitaires de la part de nos futurs diplômés, donc par une formation des MK à la fac
en dehors de cela qui validera des travaux véritablement scientifiques en matière de kinésithérapie ?
le chemin s'annonce plus que long et laborieux pour y arriver...

4.Posté par JL E le 02/05/2010 23:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les Annales de Kinésithérapie étaient, jusqu'à il y a 15 ans, en partie composées d'articles issus des mémoires des Bois-Larrissiens. Ils n'était pas la conséquence du statut de l'institution, mais celle de la volonté de quelques uns. Si quelques mémoires d'IFMK pouvaient s'en inspirer, en attendant l'Avènement de la Recherche Universitaire en Kinésithérapie, ce serait déjà un bon début...

5.Posté par Pierre Trudelle le 03/05/2010 09:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Marc,
Oui c'est certains et reconnu qu'il est plus facile d'évaluer un médicament que la rééducation. Mais les psychologues font aussi des études contrôlés randomisés en évaluant des approches thérapeutiques les unes par rapport aux autres. Sur ActuKine nous publions toutes les semaines des études comparatives. La notion de "placebo" n'est pas importante car la mesure de la taille de l'effet compense les effets non liés au traitement. Il faut lire les articles du dossier "Efficacité des traitements". Le lien est en bas de page mais tu peux l'avoir en cliquant ici
L'important c'est que l'évaluateur soit indépendant du traitement. C'est le meilleur moyen disponible pour éviter pas mal de biais de mesure.
Dans les critères PEDro, ce paramètre est évalué "Blind assessor". La différence entre les résultats des groupes "traitements classiques" versus "traitement évalué" permet de calculer la taille de l'effet. La connaissance de la "taille de l'effet" est un enjeu majeur pour les kinés.

L'appel lancé ici est d'inciter les lecteurs à aider à lire et recenser les articles, c'est la première implication souhaitée (notamment dans des domaines spécifiques de la kiné). ActuKine offre la possibilité de soumettre des articles à tous !

Il est nécessaire aussi de regrouper la profession au sein d'associations professionnelles et de produire des registres et synthèse de l'état de l'art de différentes spécialités pour contribuer à réduire l'écart entre l'état de l'art publié et la pratique.


6.Posté par Seb Mateo le 03/05/2010 14:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis bien d'accord avec vous sur les besoins de recherche et de chercheurs en kinésithérapie.
Je voudrais éclaircir un point. Pierre cite "on" a besoin de votre participation pour traiter la masse de productions scientifiques produites et qui suit une tendance de croissance exponentielle. C'est dire que le lecteur kinésithérapeute a et aura de moins en moins la tache aisee. La question du on c'est a dire de qui fait un tri se pose. Plutôt que de chercher a créer une nouvelle structure pour arriver a cette fin, pourquoi ne pas se reposer sur des structures existantes. Vous penserez en premier lieu a votre site. Je pensais a notre société savante la SFP. N'a t elle pas en changeant de nom initie le changement pour aller dans cette direction?
Concernant la production
scientifique portée par les memoires des etudiants, c'est évidemment une excellent idée. Mais il me semble que les limites sont de plusieurs ordres: d'une part liees a l'encadrement qui doit posséder les
competences nécessaires pour encadrer solidement l'étudiant; d'autre part la durée sur laquelle l'etudiant travaille sur ce mémoire, durée bien souvent inférieure a 6 mois (sauf Grenoble précédemment citée).
Enfin sans critiquer les excellents travaux réalises a bois larris, la rigueur scientifique portée par l'université et la thèse en science est tout autre. Malgré tout il ne sert a rien d'être extremiste et de ne vouloir jurer que par l'un ou l'autre. La profession et ses bénéficiaires directs ne tireront pas de bénéfices d'un tel affrontement.
Merci d'avance pour vos réactions. Et je m'excuse pour les éventuelles fautes, je n'arrive pas a le relire.
SM.
MKDE PhD student neurosciences.

7.Posté par P T le 03/05/2010 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'est pas vraiment question de nouvelle structure mais de participants pour agir et travailler. Ils peuvent aller dans les associations ou autres entités mais il est nécessaire d'écrire. Le site ActuKine a besoin d'auteurs variés qui fassent une synthèse sérieuse de la littérature. C'est l'appel lancé.
La SFP et ActuKiné collabore.

8.Posté par JL E le 03/05/2010 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Concernant la production scientifique portée par les memoires des etudiants, c'est évidemment une excellent idée. Mais il me semble que les limites sont de plusieurs ordres: d'une part liees a l'encadrement qui doit posséder les competences nécessaires pour encadrer solidement l'étudiant; d'autre part la durée sur laquelle l'etudiant travaille sur ce mémoire, durée bien souvent inférieure a 6 mois (sauf Grenoble précédemment citée)."
Accord total.
"Enfin sans critiquer les excellents travaux réalises a bois larris, la rigueur scientifique portée par l'université et la thèse en science est tout autre".
Bien sûr, mais depuis 15 ans, en France, nous ne disposons même plus de cette première ébauche. Il faut se projeter à l'échelle d'une génération et créer l'empathie envers la recherche et le doute clinique auprès de nos étudiants, maintenant, pour ne pas reproduire des professionnels à notre image.

9.Posté par Fred S le 05/05/2010 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le 1er mi c'est la fête du travail et tu nous demandes de bosser!!
T'as oublié qu'on était en France ou quoi?

10.Posté par entenich audrey le 11/12/2010 06:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
en france, c'est effectivement compliqué de s'inscrire en DEA après des études de kiné. Cependant, je suis issue d'une formation belge, j'ai travaillé en recherche avec une personne "reconnue" en biomécanique et neurophysiologie en belgique mais aussi dans un labo ufr staps (en tant qu'étudiante) ce qui m'a permis de m'inscrire "sans "problème en DEA à Dijon. Mais, en toute sincérité, ce cursus à la "française" ne pas pas du tout convenu, trop scolaire, mais également parce que ce sont les médecins qui envahissent ce type de formation pour prétendre à un meilleur poste en milieu hospitalier. Donc, en france, nous en revenons toujours au meme problème, à celui de sélection et excluons la motivation voir la passion. Complètement ininteressant selon mon point de vue. Un prix nobel originaire de la Haute savoie a d'ailleurs écrit un article sur ce sujet, fort interessant, concernant le mode de sélection Française. Nous sommes très en retard en france...2 petits exemles typiques pour des préparations à l'accouchement: biomécaniquement, la position "gynécolgique" est complétement erronée......dans les suites d'AVC: il faut agir dans les 48h en kiné pour espérer récupérer des informations (mobilité de la main, du bras...) et "faire des transferts de données d'un hémisphère, à l'autre" (je schématise grossièrement)....vous ne verrez jamais ça en France! moi, je ne l'ai jamais vu dans tous les cas....des petits détails qui ne cessent de ce sur-ajouter....
Je confirme, si vous souhaitez faire de la recherche, il n'y a pas nécessité de repasser par un master! vous pouvez le faire par vous meme, et publier!

11.Posté par thomas le 12/12/2010 15:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ce type de DEA peut-il être suivit à distance?
ou au moins en complément d'une activité professionnelle?

ps pour la prise en charge précoce des AVC, c'est le type de service où je travaille, je peux t'assurer qu'en France cette prise en charge est faite de manière cohérente.

12.Posté par Antoine ZACZYK le 13/12/2010 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
antoine_zaczyk
Audrey pourrais tu donner ta référence exacte concerne l'article sur la sélection stp ? Je suis intéressé pour le lire.

As tu des publications / documents concernant cette notion d'agir dans les 48h post-avc en kiné ?

13.Posté par Jerome.R le 14/12/2010 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout cela est passionnant et assurément les années à venir s'annoncent importantes pour notre profession si... Il est évident qu'une refonte de notre système de formation est incontournable et devra passer par l'université, car l'accès à la recherche passe par là, pour des raisons évidentes de structures, de moyens ainsi que l'émulation intellectuelle qui y règne. Moi, kinésithérapeute libéral, suis attristé de voir à quel point il est difficile d'accéder à des thèses validées, prouvées dans notre domaine. Des théories, il y'en a, mais validée... Alors est ce que quelqu'un peut me dire clairement comment, aujourd'hui un kiné lambda peut accéder, intégrer une structure de recherche. On sent un frémissement,un chuchotement, que les choses commencent à bouger, malheureusement notre profession peine à se mobiliser pour son avenir mais pour que les choses évoluent il faudra bien plus que ça. En tout cas bravo à tout ceux qui font avancer les choses, leur tache est immense et ils méritent tout notre soutient, pour eux, pour notre avenir et surtout pour le bien de nos patients.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Belgique | Suisse




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires