ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Douleur

Les vieux ont-ils la peau dure ?

Rédigé par le Lundi 19 Janvier 2015

Pas de commentaire sur le choix du titre… certains à la rédaction me regardent déjà de travers ;) !



© Printemps - Fotolia.com
© Printemps - Fotolia.com
L’objectif de cette étude était de voir s’il existait une différence dans la prise en charge de la douleur suivant l’âge et le type de douleur des patients admis aux urgences. Une étude multi-centrée rétrospective (5 départements d’urgence aux USA) a analysé 94264 visites et retenu 6948 visites correspondant aux critères d’inclusion : douleurs abdominales et douleurs suite à une fracture. Trois catégories d’âge étaient retenues :
- Patients jeunes : 18-64 ans
- Patients âgés : 64-85 ans
- Patients plus âgés : + de 85 ans


Résultats : il existe des différences dans la prise en charge des douleurs aux urgences en fonction de l’âge et du type de douleur des patients. Ces différences sont complexes car l’âge et le type de douleurs interagissent.


Age : les catégories âgées (65-84 ans) et plus âgées (>85 ans) sont moins susceptibles de recevoir des antalgiques que les catégories plus jeunes (18-64 ans). Parmi ceux qui reçoivent des antalgiques, les catégories âgés et plus âgés sont moins susceptibles de recevoir des opioïdes que les catégories jeunes et la dose totale de morphine employée est également plus basse (3.42 ± 5.42 mg pour les sujets âgés [P < .0001] et 2.61 ± 3.90 mg pour les sujets plus âgés [P < .0001] comparativement à 3.99 ± 5.72 mg pour les sujets plus jeunes).


Type de douleurs : lorsque l'on compare les patients en fonction du type de douleur sans tenir compte des catégories d'âges, les patients avec douleurs abdominales sont plus susceptibles de recevoir des antalgiques (74%) que les patients présentant des douleurs post-fractures (69%).


Age et type de douleur : les catégories de patients âgés et plus âgés se présentant avec des douleurs abdominales aux urgences sont moins susceptibles de recevoir des antalgiques et des opioïdes que les catégories plus jeunes ; lorsqu’ils en reçoivent, les doses employées sont plus basses que chez les jeunes. Pour des douleurs de fracture en revanche, ces mêmes catégories reçoivent plus d’antalgiques que les jeunes.


Nota Bene : y penser au cabinet quand une grand-mère avec fracture costale succède à un jeunot sportif constipé…*


Références

Hwang U, Belland LK, Handel DA, Yadav K, Heard K, Rivera-Reyes L, Eisenberg A, Noble MJ, Mekala S, Valley M, Winkel G, Todd KH, Morrison RS. Is all pain is treated equally? A multicenter evaluation of acute pain care by age. Pain. 2014 Dec;155(12):2568-74. doi: 10.1016/j.pain.2014.09.017. Epub 2014 Sep 20.
Abstract ici


* En réponse aux interrogations possibles sur l’intérêt de cette note en physiothérapie : dans notre raisonnement clinique, dans la prise de nos décisions thérapeutiques, dans la qualité de notre écoute comme dans l’empathie apportée, il est sans doute pertinent de prendre conscience de la part subjective importante qui peut entourer notre évaluation de la douleur de quelqu’un…




Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 606 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base