ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cervicales

Mettre en évidence une instabilité crânio-cervicale IV

Rédigé par le Dimanche 2 Avril 2017

Note originellement publiée en Février 2015



Tests du ligament alaire (occipito-odontoïdien latéral)

Plusieurs variantes pour un même principe de test : analyser l'excursion de C0 par rapport à l'épineuse de C2.

Examen du sujet en décubitus

Principe :

Lors d’une inclinaison latérale G, ou une rotation G il doit y avoir une translation latérale D du processus épineux de C2. Une absence de mouvement controlatéral de C2 peut indiquer une atteinte du ligament alaire controlatéral au mouvement. Le maintien ferme de l’épineuse de C2 lors du mouvement est susceptible de créer une contrainte sur le ligament alaire.

Dans une rotation ou inclinaison latérale G on doit ressentir le mouvement du processus de C2 du côté opposé parce qu’un ligament alaire intact entraine en rotation homolatérale C2.

Il existe cependant des variations anatomiques concernant les attaches, comme concernant la direction, ce qui explique pour quelle raison il est nécessaire de réaliser le mouvement dans différentes positions de flexion extension [1].

(Source : The Student Physiotherapist)

Le même test en assis :

Un autre test qui prend en compte la partie latérale de C2 pour le même mouvement.

Une variante en décubitus :

Une autre description, stabilisant plus fermement le crâne, sujet en décubitus, et recommandant de faire le test en position neutre, légère flexion, légère extension.

Un test assis à la validité mesurée :

Mettre en évidence une instabilité crânio-cervicale IV
Le patient est assis, la tête stabilisée par l’abdomen du praticien. Le kinésithérapeute est controlatéral au ligament testé.
Les deux mains sont placées homolatéralement à la jonction crânio-cervicale. Index et médius de la main caudale stabilisent C2 par un appui caudal sur sa lame.

Le test du ligament est réalisé par une traction de la main crâniale sur la masse latérale de l’atlas en  rotation, le médius la contactant, l’index sur le processus mastoïde. Le test est réalisé dans différents degrés de rotation cervicale, de façon à localiser la position exacte dans laquelle un mouvement maximal est ressenti entre C1 et C2.

Valeurs :

Elles sont qualitatives ordonnées. Le praticien classe les structures selon leur atteinte, 0 pour un ligament ou une membrane normale, 1 pour une augmentation mineure de leur amplitude habituelle, 2 pour une augmentation modérée, 3 pour une augmentation importante.

Validité :

L’estimation d’un thérapeute manuel a été comparée à celle d’un radiologiste. Les valeurs du kappa pondéré apparaissent au delà de 0,62 pour le ligament alaire [2].

Références bibliographiques :

[1] Wendy Aspinall. Clinical Testing for the Craniovertebral Hypermobility Syndrome. J Orthop Sports Phys Ther 1990;12(2):47-54.
Article disponible en ligne

[2] Bertel Rune Kaale, Jostein Krakenes, Grethe Albrektsen, Knut Wester. Clinical assessment techniques for detecting ligament and membrane injuries in the upper cervical spine region - A comparison with MRI results. Manual Therapy 13 (2008) 397–403

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 616 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Examen général | Hanche | Genou | Pied | Cervicales | Thoraciques | Lombales | Pelvis | Épaule | Coude | Poignet | Main | Membre inférieur | Membre supérieur




S'inscrire à la lettre hebdomadaire



Troisième pouce