ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cervicales

Mettre en évidence une instabilité crânio-cervicale V

Rédigé par le Dimanche 2 Avril 2017

Note originellement publiée en Février 2015



Mettre en évidence une instabilité crânio-cervicale V
Les deux derniers tests décrits dans l’article de Kaale et Krakenes à propos de l’évaluation clinique des nappes ligamentaires entre l’occipital, l’atlas et l’axis.

Test de la membrane tectoriale

Le sujet, assis, a la tête stabilisée sur le thorax de l’examinateur.
 Le test évalue le degré de translation horizontale dorso-ventrale entre C0, C1 et C2.
La main dorsale, qui réalise le test passif, est placée à la région sub-occipitale, comprimant à l’aide de la première commissure la partie inférieure de l’occiput, les autres doigts étant fléchis. C1 suit le mouvement crânial et ventral de C0. C2 est stabilisée à l’aide d’une prise ventrale. Le mouvement de test est en direction ventrale sous traction. Il est réalisé à différents angles de flexion et degrés de traction. Un test positif se traduit par une translation excessive (?) entre C0-C1 et C2.

Remarque :

La stabilisation de C2 ne doit pas être d’un confort extraordinaire pour le patient.

Valeurs :

Elles sont qualitatives ordonnées. Le praticien classe les structures selon leur atteinte, 0 pour un ligament ou une membrane normale, 1 pour une augmentation mineure de leur amplitude habituelle, 2 pour une augmentation modérée, 3 pour une augmentation importante.

Fiabilité :

L’estimation d’un thérapeute manuel a été comparée à celle d’un radiologiste. Les valeurs du kappa pondéré sont de 0,72 pour la membrane tectoriale.

Test de la membrane occipito-atloïdienne postérieure :
 

Mettre en évidence une instabilité crânio-cervicale V
Le sujet, assis, a la tête stabilisée sur le thorax de l’examinateur.
Il évalue la stabilité de la partie postérieure du cou entre occiput et atlas. Les deux mains sont placées dans la région sub-occipitale, la main caudale stabilisant C1 à l’aide d’une pression caudale sur les masses latérales de l’atlas. La main crâniale tracte l’occiput en direction crâniale en différentes positions de flexion.

Valeurs :

Elles sont qualitatives ordonnées. Le praticien classe les structures selon leur atteinte, 0 pour un ligament ou une membrane normale, 1 pour une augmentation mineure de leur amplitude habituelle, 2 pour une augmentation modérée, 3 pour une augmentation importante.

Fiabilité :

L’estimation d’un thérapeute manuel a été comparée à celle d’un radiologiste (Kaale 2008). Les valeurs du kappa pondéré sont de 0,78 pour la membrane atlanto-occipitale.

Validité :

Comparativement à une IRM, les valeurs apparaissent très encourageantes, voire très (trop ?) optimistes...Nous attendrons que d'autres auteurs se prononcent, en nous entraînant à retrouver les différentes structures sous les doigts.

Référence bibliographique :

Bertel Rune Kaale, Jostein Krakenes, Grethe Albrektsen, Knut Wester. Clinical assessment techniques for detecting ligament and membrane injuries in the upper cervical spine region - A comparison with MRI results. Manual Therapy 13 (2008) 397–403


Mettre en évidence une instabilité crânio-cervicale V

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 643 fois


1.Posté par Alexis le 05/02/2013 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour ces articles sur le fléau cervical. Ca m'a permis de connaitre un peu plus cette pathologie que je n'ai pas abordé dans ma formation initiale.

2.Posté par Spatola LUCAS le 25/10/2016 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, j'ai lu un article plus récent sur l'instabilité cervicale de Francois Girondin proposant que la valeur de ces tests ainsi que ceux présent à la partie III est plutôt à visée d'exclusion à toute manipulation qu'un réel outil diagnostique (en tout cas ceux qui doivent réduire ou accentuer la symptomatologie). Qu'en pensez vous ?
De plus en admettant qu'il soit possible de dissocier les différentes atteintes structurelles ce qui suggère d'avoir une expérience subjective de leurs différentes tensions physiologiques, quels conclusions en tirer et quel approche pratique et thérapeutique cela nous force t'il a adopter ?
Un jeune diplômé qui ne cherche dans le scepticisme que la rationalité :)

3.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 25/10/2016 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, je pense que Françis a raison. Même pour des tests plus rudimentaires comme le Sharp Purser T ou le test du ligament alaire, il semble, dans des écrits plus récents, que même la fiabilité ne soit pas au top. Ces auteurs étaient assez branchés sur la recherche d'une lésion anatomique dans les fléaux cervicaux. Peu d'auteurs les suivent..

4.Posté par Francis GRONDIN le 25/10/2016 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Spatola LUCAS
J'espère de pas faire doublon avec l'article de Jean-Louis Estrade qui aborde plus la pratique de ces tests alors que mon post résume l'avis des auteurs d'une revue systématique sur le sujet (je ne propose rien!). Selon cette revue et à ma connaissance, à ce jour aucune étude ne confirme la validité de ces tests d'instabilité et que leur fiabilité et reproductibilité n'est pas suffisante. Cependant, des auteurs suggèrent que ces tests sont tout de même pertinents dans l'examen de sujet avec un historique de trauma, des signes neuro-vasculaires ou dans l'examen pré-manipulatif. Ce dernier point est notamment retenu par des auteurs de la dernière édition de la bible Modern Musculoskeletal Physiotherapy. Il disent quoi les autres auteurs, les "Peu d'auteurs les suivent" JLE ?
Bien cordialement

5.Posté par Spatola LUCAS le 26/10/2016 14:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Autant pour moi Francis. Oui c'est sur qu'il faut remettre le contexte, surtout si la bible le dit !
En tout cas merci de vos réponses rapides et de leur précision, je vais pouvoir continuer mes recherches avec un peu moins de zones obscures, bien confraternellement.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Examen général | Hanche | Genou | Pied | Cervicales | Thoraciques | Lombales | Pelvis | Épaule | Coude | Poignet | Main | Membre inférieur | Membre supérieur




S'inscrire à la lettre hebdomadaire



Troisième pouce