ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Exercice professionnel

Prix de l'ordre 2016

Rédigé par le Mercredi 14 Décembre 2016



image du site www.ordremk.fr
image du site www.ordremk.fr
La troisième édition des prix de l'Ordre a récompensé les meilleurs travaux de fin d’études, mémoires de master 2 et thèses de recherche pour l'année 2016.

Bravo aux lauréats pour leur travail et félicitations toutes particulières à notre confrère de la rédaction Antoine Zaczyk pour sa revue systématique sur les effets des étirements sur la mobilité articulaire passive et la spasticité chez les patients cérébrolésés (second prix sénior).

Retrouvez le palmarès 2016 ici


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1396 fois


1.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 14/12/2016 16:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dommage que la Restauration Fonctionnelle du Rachis comme le massage des patients fibromyalgiques soient perçues par le jury comme des thérapies promises à un grand avenir...

2.Posté par Fabien BONNEFOY le 14/12/2016 23:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai que les sujets ne font pas rêver....

3.Posté par Thomas le 16/12/2016 06:07 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,
L''objet de ce prix est de récompenser un travail de bonne qualité méthodologique.
On ne peut donc regretter les choix du jury en terme de sujets. Éventuellement le choix des prétendants qui ont eu la possibilité d''être bien encadrés

4.Posté par Thomas le 16/12/2016 06:14 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On peut aussi simplement féliciter de ces initiatives et surtout féliciter les récipiendaires : Bravo à eux
Ou on peut encore et toujours critiquer 😊

(j''ai qq conflits à déclarer: récipiendaire d''un prix et jury pour les juniors)

5.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 16/12/2016 08:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo pour le travail assurément, mais quel dommage de ne pas lire régulièrement ActuKiné ;-)

6.Posté par fabien BONNEFOY le 16/12/2016 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous.
Mon commentaire était effectivement trop court pour résumé le fond de ma pensée!!!
Il faut bien évidemment à tout prix encourager ce genre d'initiatives et s'assurer d'une qualité méthodologique permettant de publier ces études et de faire avancer la profession vers l'EBP.
L'école de Grenoble, dont je suis issu, demande aux étudiants des mémoires de recherche depuis plus de 10 ans maintenant et la qualité de ces travaux ne cesse d'augmenter. d'année en année, avec des sujets très variés.
Je suis aussi un peu actif dans ce domaine en encadrant chaque année un étudiant pour son mémoire et en intégrant les jury en fin d'année pour les noter.

L'avis que j'ai déposé était plutôt par rapport à l'intérêt de ces études sur l'évolution de ma pratique personnelle et en aucun cas une critique envers ces remarquables initiatives indispensables à notre évolution vers plus d'autonomie et de reconnaissance!!!


,

7.Posté par dumas le 17/12/2016 08:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un IMMENSE BRAVO à tous les lauréats qui permettent par leur travaux de tracer la voie. MERCI à eux.

Vincent DUCOURNEAU:
Mémoire de fin d’études : « L’utilisation du massage thérapeutique dans la prise en soin antalgique des patients cancéreux atteints de métastases osseuses.»
IFMK – CHU Hôpitaux de Bordeaux
Marion LARRIBE MONNERY:
Mémoire de fin d’études : « Compétences des Masso-Kinésithérapeutes en Education Thérapeutique du Patient. Analyse des pratiques professionnelles au cours d’un programme hospitalier de Restauration Fonctionnelle du Rachis agréé ETP par l’ARS »
IFMK de Montpellier
Emilie DA COSTA:
Mémoire de fin d’études : « Mesure de l’endurance musculaire anaérobie du quadriceps : création d’un test kinésithérapique et étude de sa validité. »
IFMK – ENKRE Hôpitaux de Saint-MauriceLisa COHEN:
Mémoire de Master 2 : « Caractérisation du risque de chute dans la maladie de Parkinson : approche biomécanique. »
Université Paris-Est Créteil- Faculté de médecine.Antoine ZACZYK:
Mémoire de Master 2 : « Effets des étirements sur la mobilité articulaire passive et la spasticité chez des patients cérébrolésés. Revue systématique de la littérature. »
Université catholique de Louvain – Faculté des Sciences de la motricité.Arnaud CHOPLIN:
Thèse : « L’imitation socioconstructiviste au service de l’efficience palpatoire des étudiants masseurs-kinésithérapeutes : émergence d’une habileté massothérapique dans la prise en charge de la fibromyalgie. »
Université d’Aix-Marseille – Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines.

8.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 17/12/2016 09:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, vous avez raison, il faut encourager toutes les initiatives...

9.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 21/12/2016 16:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sauf les initiatives de l'Ordre lui-même, "qui définit la faute déontologique pour le MK qui promeut ou effectue des techniques non validées scientifiquement" au lieu de définir l'exercice du MK comme tous les possibles à part les techniques invalidées par la science...

10.Posté par dumas le 21/12/2016 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La faute déontologique est issue d'un texte ( le code de déontologie) proposé par l'ordre certes, mais soutenu par le pouvoir exécutif ( le ministère) avec contrôle par le conseil d'Etat.. Ce texte est donc parfaitement conforme à la loi. Ce texte reprend pour une partie des principes légaux et d'autre tissus de la jurisprudence. Il est important de comprendre que la déontologie ne peut pas s'opposer ni contrarier ces normes légales et jurisprudentielles qui lui sont supérieures. Il en est ainsi de la notion de soins conformes aux données de la science; cette notion n'est absolument pas propre à la déontologie, ni même aux seuls MK mais régit le droit de la responsabilité médicale ( au sens large puisqu'il concerne tous les professionnels de santé) depuis 80 ans et l'arrêt Mercier prononcé par la Cour de Cassation en 1936. Si vous me suivez bien vous n'aurez pas de peine à vous convaincre que la déontologie ne fait que reprendre un grand principe du droit médical qui s'impose à tous les MK qu'il y ait ou qu'il n'y ait pas d'ordre professionnel pour en faire une faute déontologique. A la différence qu'avec un ordre le principe est mis en exergue. Par ailleurs "conforme aux données de la science" ne signifie absolument pas "qui n'a pas été invalidé par la science". Car c'est au découvreur, promoteur, défenseur d'une technique particulière de soins qu'il incombe d'en démontrer l'efficacité, l'innocuité ou le rapport bénéfice risque favorable. Je rajoute toujours qu'en l'absence de preuve l'ordre se contente d'un consensus professionnel, la notion

11.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 22/12/2016 08:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous nous appliquons tous effectivement à prodiguer des soins conformes aux données de la science, et cela même avant la naissance de notre Ordre, mais les données de la science ne dictent pas nos pratiques, d'abord parce que la science raisonne par modèle, ce que n'est pas l'individu humain, ensuite parce que son champ d'application est depuis toujours de critiquer, au sens noble, les pratiques pré-existantes, il est donc parfaitement schizophrène de renvoyer la charge de la preuve aux artisans de la Santé...

12.Posté par dumas le 22/12/2016 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne suis vraiment pas certain que " nous nous appliquions tous avant la naissance de l'ordre à prodiguer des soins conformes aux données de la science ...". Ni après sa naissance d'ailleurs ! Ce dont je suis certain en revanche c'est que l'ordre montre la voie aidé en cela par les sociétés savantes. Ensuite l'histoire schizophrène / charge de la preuve / artisans, je ne comprends pas bien le sens de la critique ( au sens Kantien du terme) ...

13.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 22/12/2016 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si tant est que nous ayons tous poursuivis nos études dans des établissements réglementés, et que de surcroît nous ayons d'une part continué à élaborer les traitements conformément aux enseignements reçus, et d'autre part que nous ayons satisfait à l'exigence de formation continue, je me garderais bien pour ma part, de mettre en doute le travail de mes confrères et consœurs.
A lire les décisions du CNOMK et les argumentations de ceux qui les justifient, j'ai la plus grande inquiétude sur les dérives scientistes qui menacent notre profession (et le fait que la loi et le ministère public l'y encouragent, ne fait qu'accroitre mes craintes !), non pas que je renie la science qui reste le meilleur outil à ce jour pour évaluer les pratiques, les sélectionner et les améliorer, mais parce que prétendre que tout ce qui n'est pas science en médecine est déviance, fragilise la médecine au lieu de la renforcer...Pourquoi ? parce que la médecine n'est pas une science appliquée, parce que le niveau de recherche en France n'est pas bien plus haut que les pâquerettes, parce que le consensus professionnel est à géométrie variable d'un pays à l'autre, parce que si on s'en tient aux techniques validées c'est 40 000 des 65 000 kinés qui vont pouvoir se tourner les pouces, pendant que les non-PS se frotterons les mains... ne serait ce pas étrange, que ceux qui sont chargés de promouvoir la profession la conduise au bord du gouffre (avec la bénédiction de tous ceux que ça ne chagrine guère).

14.Posté par dumas le 22/12/2016 23:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous exprimez une inquiétude quant à une soit disant dérive scientiste de l'ordre. C'est bien mal lire toutes les productions de l'ordre pour pouvoir en arriver à une telle conclusion caricaturale. Vous nous reprochez de conduire la profession au bord du gouffre sans étayer vos craintes d'arguments fondés. Vous nous faites donc un procès d'intention. Par ailleurs nous ne sommes plus 65 000 MK mais actuellement 89 000 en exercice. Vous citez 40 000 MK qui ne pourraient plus travailler sans expliquer comment vous le calculez. Peut être que votre statut de kinésithérapeute ostéopathe vous place dans une situation peu propice à une analyse dénuée de toute approche affective. Défendre l'intérêt général peut effectivement amener à combattre des intérêts personnels. Toutefois l'évolution ne doit pas se faire brusquement, mais elle doit se faire et il nous faut encore et encore communiquer pour expliquer les raisons de l'évolution et les enjeux pour la profession.

15.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 03/01/2017 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une inquiétude n'est pas un procès, mon avis n'est pas le reflet affectif de ma petite personne, il est largement partagé par les deux syndicats représentatifs de la profession (Stéphane MICHEL de l'UNION et le communiqué dernier de la FFMKR)...
Ne pas voir ou écouter la critique surtout quand elle tend à se généraliser, est une dérive en soi...
Vouloir que la kinésithérapie française progresse sur le chemin des approches validées est louable, décréter que la faute déontologique menace tout MK qui appliquera des protocoles non validés scientifiquement est une posture qui côtoie l'imposture...
Mais je l'ai compris, nous ne trouverons pas de terrain d'entente sur le sujet Mr DUMAS du CNOMK

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires