ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
International

Quels remboursements pour la kinésithérapie en 2017 ?

Rédigé par le Lundi 5 Décembre 2016



Photo provenant du site des Voyages Rémi
Photo provenant du site des Voyages Rémi
La kinésithérapie sera encore soumise à prescription pour être remboursée, mais le nombre de séances maximales pouvant être prescrites dépendra de la pathologie.

A côté des pathologies courantes pour lesquelles 8 séances seront, pour la plupart du temps, autorisées, pour une pathologie lourde, ce nombre pourra passer à 32 séances voire 64 (maladies spéciales énumérées sur une liste bien précise).

À partir de 2017, le kinésithérapeute sera libre de choisir la technique qu'il emploiera en séance (massages, ultra-sons etc).

L’ostéopathie n'est pas remboursée, la kinésithérapie l’est à concurrence de 70% du tarif, parfois 100% pour les patients mineurs ou en affections de longue durée. Les kinésithérapeutes devront désormais respecter des normes, que ce soit concernant l’infrastructure du cabinet, sa surface, les soins.

Ainsi, par exemple, le kinésithérapeute ne pourra soigner plusieurs personnes à la fois et devra au moins dédier 20 minutes de son temps à chaque patient.

Lire l’article original sur RTL.lu

 

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 6326 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

22.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 14/12/2016 09:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Que ceux qui pensent qu'ils pourrons demain contractualiser avec ces mêmes complémentaires contre des tarifs supérieurs parce qu'ils ont des comportements thérapeutiques vertueux ou parce qu'ils mettent en oeuvre des protocoles validés, ou encore parce qu'ils ont des supers diplômes à consonances exotiques, calment leurs ardeurs car il est probable que tout cela ne sorte du champ du remboursement, ne laissant que les pathologies dites "lourdes" dans le panier de soins remboursables…ou que lesdites complémentaires cassent encore plus les prix… Qui peut dire ce que sera le système de santé de demain ? "

Alors allons jusqu’au bout de la démarche entreprise par les syndicats et l’Ordre au moment de la loi Touraine : depuis janvier 2016, un kinésithérapeute peut délivrer un acte de kinésithérapie en urgence en l’absence d’un médecin, soit une ébauche de première intention.

Elle passera dans les moeurs et les habitudes du patient dès lors qu’une communication sera faite auprès d’eux et que les syndicats iront jusqu’au bout de la démarche pour exiger un acte en première intention remboursé par l’Assurance-Maladie et les mutuelles. Quel patient préférera avancer 50 € à un ostéo plutôt que de voir un professionnel de santé se faire régler la séance par Sésame Vitale et DRE ?

Pour ça, il faut éviter de courir après plusieurs lièvres et demander à la fois la première intention, couvrir les séances en batterie et les nouvelles possibilités de «faire du black».

A un moment, il faut faire un choix adulte et responsable. J’entend bien que sur le court-terme il fera baisser la 2035, mais comme le long terme s’apparente à 4 séances bien rémunérées pour les ostéos et les chiros sur le petit risque et de la trottinothérapie en EHPAD et domicile pour les kinés... le colibri vole en rond, il a déjà une aile cramée.

21.Posté par Fred S le 14/12/2016 02:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La question posée est pertinente n'en déplaise à Rouch qui manque probablement de testostérone pour se dévoiler… Car quand on écoute certains candidats déclarés aux élections et quand dans le même temps l'UNOCAM (union nationale des assurances maladie complémentaires) vient d'annoncer qu'elle ne participera pas aux négociations conventionnelles, cela sent mauvais, autant que certains commentaires.
Car si les complémentaires ne s'intéressant pas à nous c'est que nous ne les intéressons pas, ni en terme financier, ni en terme d'impact sur la santé publique. Que ceux qui pensent qu'ils pourrons demain contractualiser avec ces mêmes complémentaires contre des tarifs supérieurs parce qu'ils ont des comportements thérapeutiques vertueux ou parce qu'ils mettent en oeuvre des protocoles validés, ou encore parce qu'ils ont des supers diplômes à consonances exotiques, calment leurs ardeurs car il est probable que tout cela ne sorte du champ du remboursement, ne laissant que les pathologies dites "lourdes" dans le panier de soins remboursables…ou que lesdites complémentaires cassent encore plus les prix… Qui peut dire ce que sera le système de santé de demain ? la métaphore du colibri est belle mais au final le colibri n'éteint pas l'incendie et fini cramé.

20.Posté par JL safin le 13/12/2016 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne lâchez pas le morceau, actu-kiné est un acte salutaire pour la profession !

19.Posté par michel gourgues le 12/12/2016 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Eh oui ! les nombreux commentaire sous couvert d'anonymat ( pseudo , prénom , etc ...) sont un problème . Certains se servent de ce procédé délibérément, d'autres peut être ne le voient pas.

18.Posté par Jean-Luc NEPHTALI le 12/12/2016 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au delà de son aspect injustifié, je la trouve bien puante cette critique sous couvert d'anonymat... Rien n'oblige en effet à s'abonner, ni à lire, et si le contenu semble incompréhensible, il faudrait peut-être aller chercher du côté de ses propres insuffisances et de son inaptitude à la lecture... c'est peut-être là la clé du problème.

17.Posté par Sebb le 12/12/2016 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
+1

16.Posté par Alexis le 12/12/2016 12:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Faut pas pousser mémé dans les ortils
Je me demande ou le monsieur voit une baisse de qualité...
On paye 15€/an... et la majorité est accessible gratuitement.

De surcroit je ne connait aucun magazine de kiné qui ait un tel soucis d'argumenter par de la littérature.
Aucun magazine qui n'ait un tel soucis d'honnêteté intellectuelle.
c'est très clairement et de loin la meilleure source d'info disponible pour les kiné français. Et en plus c'est la moins cher

15.Posté par Pierre TRUDELLE le 12/12/2016 10:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tant que français, nous devons transformer nos râlements en production positive et chercher des solutions. On dit souvent qu'un italien est un français de bonne humeur. Je pense que si vous n'appréciez pas le monde dans le quel vous êtes, essayez de le changer en apportant des pierres à l'édifice. Râler n'apporte rien d'autres pour vos prochains. Le site ActuKiné permet de soumettre en ligne des articles. Cette option est accessible à tous.
Quand au coût de l'abonnement, il n'est pas obligatoire.
Confraternellement

14.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 11/12/2016 15:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et c'est qui le Monsieur masqué ? Si j’élude les interrogations sur ton courage (franchement, que risques-tu à signer tes critiques ?), force est de constater que tu n’as pas tort.

Effectivement ActuKiné bat de l’aile depuis un an. Trop peu d’auteurs acharnés à le faire vivre, une intendance lourde assurée par Pierre pour rentrer en comptabilité quelques euros par abonné, de généreux abonnés qui «partagent» leur abonnement avec leurs étudiants, des lecteurs qui ne font même pas l’effort de cliquer sur un lien pour vérifier nos écrits, se limitent à un titre et deux phrases pour se faire leur opinion, ...

La formule a peut être vécu.

Nous perdons des abonnés parce que le réabonnement ne se fait pas par tacite reconduction comme partout ailleurs, parce qu’il nécessite une démarche volontaire (annuelle !), parce que nous avons toujours louvoyé entre le tout payant et le tout gratuit sans trouver notre point d’équilibre, parce nous passons beaucoup de temps (trop ?) à recadrer les indications, effets, (maigres) performances de la kinésithérapie, à briser des espérances et des croyances, à ridiculiser des semaines de formations aux noms ronflants transformant le jus de crâne de profs cupides en Vérité biblique et lucrative...

... et parce que l’essentiel des notes est assuré par un seul kinésithérapeute compulsif, qui les finalise entre deux patients, à l’occasion de la défection de l'un d'entre eux, et qui fait chier le lecteur avec son lexique dépassant les deux cents mots suffisants pour se la péter sur Facebook. Bien désolé.

13.Posté par Rouch le 11/12/2016 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi je trouve que la qualité éditoriale de Actukiné est en chute libre depuis un an. Et JLE n'y est pas pour rien avec ses publications incompréhensibles, écrites en 2 minutes. Et on paye pour ça ? Franchement...

12.Posté par Louis le 07/12/2016 17:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une série qui va concerner l'ensemble de l'Europe??...

11.Posté par Louis le 07/12/2016 17:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cette série d articles qui permet de se rendre compte des différences de rémunération entre France/Luxembourg. Sûrement à nuancer avec le nombre de patients pouvant être rencontré en cabinet, le coût de la vie et des impôts sur place.

10.Posté par JL E le 06/12/2016 16:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je trouve que l'on mâche suffisamment voire trop le travail du lecteur sur ce site… Donc il faut trouver un titre qui l'interpelle et ensuite lui permettre d'assouvir sa curiosité et de vérifier nos dires ;-)

9.Posté par Alexandre GUERIN le 06/12/2016 15:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très intéressant en effet
d'où ma question (la même pour les 3 articles) :
Pourquoi ne pas préciser dans le titre le pays d'où proviennent ces infos ?

8.Posté par Thierry le 06/12/2016 15:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A titre de comparaison ne serait il pas également intéressant de connaître le montant moyen d'une séance de masse kinésithérapie chez nos voisins ?
Belgique, suisse et un peu plus loin Quebec, Australie...

si vous avez quelques infos ... merci.

7.Posté par JL E le 06/12/2016 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est la réalité de pays voisins, au système de santé voisin du nôtre. Pas intéressant ?

6.Posté par Alexandre GUERIN le 06/12/2016 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi ne pas préciser dans le titre le pays d'où proviennent ces infos ? (idem autres articles du jour...)

5.Posté par PERON MAGNAN le 06/12/2016 13:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Précisions pour RTL:
DÉCRET n° 2000-577 du 27 juin 2000 , relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute.

article2: "Dans le cadre de la prescription médicale, il établit un bilan qui comprend le diagnostic kinésithérapique et les objectifs de soins, ainsi que le choix des actes et techniques qui lui paraissent le plus appropriés."

4.Posté par david le 06/12/2016 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La nomenclature, elle, n'est pas du moyen âge et est très différente de la notre : http://cns.lu/files/legislation/Tarifs_kinesith_01_01_2011.pdf

3.Posté par JLE le 05/12/2016 19:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi, j'aime bien avoir des nouvelles des cousins...

1 2
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires