ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Quels sont les tests permettant d'inclure ou d'exclure une tendinopathie du moyen fessier chez des patients avec une douleur latérale de hanche ?

Rédigé par le Dimanche 13 Novembre 2016



http://bjsm.bmj.com
http://bjsm.bmj.com
65 patients avec une douleur latérale de hanche ont été examinés pour évaluer la capacité de tests diagnostics à confirmer la présence de tendinopathie du moyen fessier avec comme référence l'IRM.

Les IRMs étaient réalisés par un radiologue, "en aveugle" des données de l'examen clinique qui comportait la palpation du grand trochanter et plusieurs tests de provocation.

La puissance de l'étude n'étant peut être pas assez importante, les résultats sont à prendre avec des pincettes.
Mais il apparait que de la douleur provoquée lors d'un test unipodal de 30 secondes aurait une forte probabilité de confirmer la présence d'un tendinopathie du moyen fessier, alors que l'absence de douleur à la palpation du grand trochanter permettrait d'exclure ce diagnostic.

20 patients avaient une tendinopathie visible à l'IRM mais sans manifestation clinique lors des tests.

Note réalisée à partir du résumé

Référence
Grimaldi A, Mellor R, Nicolson P, Hodges P, Bennell K, Vicenzino B. Utility of clinical tests to diagnose MRI-confirmed gluteal tendinopathy in patients presenting with lateral hip pain. Br J Sports Med. 2016 Sep 15. pii: bjsports-2016-096175.

Si vous voulez aller plus loin tout en travaillant votre anglais, il y a ce podcast du BJSM sur la tendinopathie du moyen fessier



Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2534 fois


1.Posté par Fred S le 14/12/2016 02:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bon et bien il va quand même falloir continuer à palper nos patients pour poser des diagnostics apparemment.…
Quant à l'IRM, dans les faits, seuls les patients qui présentent une douleur persistante peuvent être amenés à bénéficier d'un tel examen. S'agissant du résultat obtenu, l'altération structurelle du tendon ne peut pas constituer à elle seule une tendinopathie si elle n'est pas associée une altération fonctionnelle et à une douleur, ce qui, chez un vrai patient est systématique puisqu'en général il a mal et c'est ce pour quoi il consulte. Donc à moins de se planter de diagnostic ...
L'association douleur-altération structurelle semble ne pas être pertinente, mais c'est celle qui est servie aux patients qui se forgent une image et contre laquelle il est difficile de lutter, à moins d'aller dans ce sens si l'on vient d'investir dans une machine d'ondes de choc.

2.Posté par Jacky OTERO le 16/12/2016 12:49 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un gros doute !

Une tendinopathie est diagnostiquée chez des personnes asymptomatiques, grâce à IRM ?

Donc 20 faux positifs à l''image ou 20 faux négatifs aux tests ?

Valeur du Gold Standard, dans ce cas ?

3.Posté par Brice le 21/12/2016 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le gold standard à peut être du plomb dans l'aile si on en croit cette étude sur l'interprétation des IRM (d'accord l'étude dont je parle fait référence à une autre région, les lombaires, en l’occurrence) :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/27867079/
A méditer ;-)

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Synthèses & Cours








Épaule rhumatismale