ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cardio-respiratoire

Recommandations sur la Bronchiolite, un guideline américain (2)

Rédigé par le Vendredi 28 Novembre 2014



Voici des recommandations sur la prise en charge de la bronchiolite publiées dans la revue Etasunienne Pediatrics.  ce mois ci.
Il est intéressant tout d’abord de remarquer la manière d’écrire et la forme du texte que vous avez sous les yeux : clair, concis, pratique.
Lisons ensuite le contenu et allons à l’essentiel.
De nombreux traitements sont indiqués comme inefficaces et donc déconseillés. C’est une curiosité que de lire dans un guide pratique ce qu’il ne faut pas faire avec pas grand chose à retenir comme efficace.
Pas de salbutamol, pas de corticoïdes, pas de kinésithérapie respiratoire, pas d’antibiotiques, Oxygénothérapie si besoin, sérum salé nébulisé  mais pas en urgence. Une molécule a leur faveur, le palivizumab, vendu en France sous le nom de Synagis et des mesures d’hygiène et de prévention.
 
Bien entendu nous allons retenir cette annonce : pas de kinésithérapie respiratoire.
Mais de quoi s’agit-il au juste ? Savez-vous ce qu’est la « Chest Physiotherapy » ?
Outre Atlantique la kinésithérapie respiratoire de désencombrement bronchique repose sur les techniques de drainage postural, vibrations percussions sur la cage thoracique et toux provoquée.
Sur quoi les kinés francophones basent ils leur méthode de travail avec les nourrissons atteints de bronchiolite ?
Sur les recos HAS de 2000
Et en particulier le chapitre 4. Les techniques retenues par les experts et donc de grade" C" étaient la désobstruction des voies aériennes inférieures et supérieures avec expirations lentes prolongée, toux provoquée, désobstruction rhinopharyngée rétrograde.
Autrement dit la kinésithérapie déconseillée par le guide américain n’est pas pratiquée en France depuis tout juste 20 ans.
 
Au final l’intérêt de ce guideline est très mince voire nul pour nous, ici et maintenant.
Les prescripteurs qui voudraient en tenir compte pour la prise en charge de la bronchiolite commettraient une erreur.
Par contre nous poursuivons notre exploration des guidelines

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2268 fois


1.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 29/11/2014 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi encore et toujours parler de technique ? On se croirait dans un guideline pour lombalgie ;-)

Cas n°1 :

Elle traverse le parking bien emmitouflée. Il fait un froid de gueux. Le bébé est dans sa poussette, les jambes à l’air, bien marbrées.

Cas n°2 :

Ils ne fument jamais devant leur enfant et s’enferment dans la cuisine pour cloper avant le repas. Qu’ils prennent ensuite tous ensemble, en famille, dans la cuisine.

Cas n°3 :

Ils viennent à deux aux séances et sont bouleversés de voir la chair de leur chair hurler son désespoir sur la table. Ils sont enrhumés jusqu’aux yeux, mais le couvrent de bisous pour le consoler. Le kinésithérapeute fait la séance de profil en fente arrière en essayant de se frayer une place entre les deux géniteurs éplorés.

Cas n°4 :

Le kinésithérapeute retire le body poisseux de l’enfant et demande à la cantonnade si le filtre de la friteuse à côté de laquelle dort l’enfant ne serait pas bouché. La prochaine fois, il fera moins le malin s’il veut que la mère revienne payer la séance.

Cas n°5 :

Cet appartement est une ménagerie ; chien, chats, rat dans une cage sur la table du salon, perruches voletant dans une autre cage et projetant des particules vers l’enfant qui semble peiner à les évacuer. Le père fume sur le balcon et a désormais bien compris qu’il ne fallait pas fumer dehors avec l’enfant au bras mais fumer dehors en surveillant l’enfant resté à l’intérieur.

Cas n°6 :

La totote est tombée par terre. La maman la suce goulûment avant de la replanter dans l’orifice prévu à cet effet.

Cas n°7 :

La chambre est à 22°, parce qu’un enfant, c’est fragile et «qu’il se découvre tout le temps».

Cas n°8 :

....

Discours médical adapté :

C’est une bronchiolite. Allez voir le kiné, il vous expliquera ce qu’il faut faire et ne pas faire.

2.Posté par Greivmeuh le 29/11/2014 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'accord avec toi Jean-Louis, mais parfois, la maman sait tout mieux que tout le monde (médecin, kiné, sage femme, ...).

Pas plus tard qu'hier, je me suis fait rembarrer par une mère qui s'obstinait à laisser dormir le petit dans une chambre chauffée à 25° et qui sert à faire sécher le linge : "sa grande sœur dormait là avant et elle est pas tombée malade ! C'est certainement un truc qu'il a choppé quand on est allés se promener dans le parc hier" m'a alors dit Madame Groseille...

Je passe l'odeur et le brouillard de tabac qui régnait dans le salon, j'espère que j'arriverai à l'enlever de ma blouse !

Cette série d'articles est très intéressante, vivement la suite !

3.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 29/11/2014 15:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans le genre, les Lequesnnois ne sont pas mal non plus.

4.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 30/11/2014 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Mitosyl, quel niveau de preuve ???

5.Posté par Henri LAMBERT le 01/12/2014 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le grade « C », c’est bien entre « présomption scientifique » et « faible niveau de preuve » ?

6.Posté par Jean Christophe Villiot-Danger le 02/12/2014 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Présomption c’est plutôt le grade B, et faible niveau c’est grade C.
Mais il me semble que ces gradations sont dépassées et hors sujet pour le praticien de terrain. On verra ça doucement.

Une note parue sur Actu Kiné sur l'article de Barbara Michiels contribue à cette réflexion.

Je me demande pour le cas 8, et les suivants ?
Pour un prochain chapitre ...

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires