ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Organisations des soins

S’installer dans l’Indre ?????

Rédigé par le Mardi 19 Juillet 2011

La tribu Kiki montre ses biceps à la tribu SéKu



S’installer dans l’Indre ?????
Les négos ont commencé et les Echos s’en font l’écho, la Mutualité Française aussi.

Le chef des SéKu, Mr Van Roekeghem voudrait que les kinésithérapeutes s’installent dans des régions sous-dotées, désormais clairement identifiées.
Le chef des Kikis, Alain Bergeau dit que ce sera plus difficile à faire passer qu’avec les fermières, parce que les kikis y sont aussi masseurs et ostéopathes et ils dépendent de moins en moins de l’assurance-maladie.

Ce sont des chefs de tribus parisiens, parce que, chez les tribus Indriennes, c’est pas pareil. Là-bas, à Chateauroux, les chirurgiens sont aussi aides-kinés : ils font les premiers levers des PTG qu’ils opèrent.

Faut dire qu’en ce moment, c’est les vacances, et les Kikis Indriens font la transhumance pour rendent visite aux confrères de bord de mer, qui eux tournent à plein régime : c’est la période de la moisson aux AMS. L’ouverture de la chasse au patient ne débutera pour eux en Septembre, lorsque les lâchés du troisième âge se feront à la sortie de l’autobus.
Vu la hauteur de ses marches, c’est bien le diable si un pied ou une vertèbre mal tournés, une prothèse mal posée, n’améliore pas l’ordinaire du carnet de rendez-vous. S'il n'y avait pas ces référentiels limitant les séances bi-quotidiennes pour entorses de cheville...

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2282 fois


1.Posté par thomas le 19/07/2011 20:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
...
comment dire...
libéral ? oui, mais non, pas de liberté d'installation pour être conventionné ?
libéral ? oui, mais non, pas de liberté tarifaire pour être conventionné ?
libéral ? oui, mais non, si tu pars en vacances tu dois assurer la continuité des soins
libéral ? oui, mais non, t'as des papiers à faire

libéral ? oui, mais non, tu fais partie du service au public
je fais parti du service public ?
ben, non?
alors, libéral ? ben oui, payes tes charges, tes formations, tes congés (non payés),

ou une raison de plus pour moi de ne pas redevenir libéral...
et ce serait à refaire, je ne sais même pas si je re-choisirais ce métier, cette passion :-(

2.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 19/07/2011 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous pleurons la bouche pleine...Il faut savoir dans quelle société nous vivons. Regarde les difficultés des bacs + 4, 5, 6 à trouver du travail...Et prie Sainte-Sécu

3.Posté par thomas le 19/07/2011 20:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qui ont fait quelles études ?
quels concours sélectifs ?

et est-ce une raison pour tout accepter ?

et regarde mon salaire après mes 4 ans d'études initiales, mes formations continues et mes DU à l'hôpital
(que j'ai eu avant d'y être, je précise, parce que le temps d'attente pour faire un DU est d'environ 4 ans)

4.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 19/07/2011 21:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour gagner plus de 3000 € par mois, il y a une sélection, que ce soit pour Maths Sup/Spé, P1 ou Prépakiné. Et une fois en place, tu ne dois pas compter tes heures, que tu sois ingénieur ou kiné libéral.
Sauf qu'apprendre en réunion et sur diaporama que tu es viré la semaine prochaine, vivre en "open space", supporter les aigreurs d'estomac de l'incapable qui te commande, ne pas avoir à discuter sur le rapport à rendre pour lundi qui te bouffe le week-end, ......, çà ne se fait pas chez les kinés libéraux.

Et ce n'est pas une raison pour accepter les injustices dont nous sommes responsables.

5.Posté par thomas le 20/07/2011 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
on ne doit pas connaitre les mêmes ingénieurs ni commerciaux, qui sont eux salariés (avec les droits aux vacances...) qui ne passent pas certains week-end à faire une formation, leur compta...

de plus comment peut-on vouloir forcer des professionnels à s'installer là où les écoles, les postes... les services publics ferment ?

6.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 20/07/2011 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Plus de 200 MK pour 100000 habitants à Paris, dans l'Hérault, moins de 60 dans le Cher. C'est le fond du problème. Le reste, c'est de la blague.

7.Posté par Jean MOUGEL le 20/07/2011 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Plus de prises en charges à domicile dans un secteur de 5000 habitants près de mon lieu d'exercice.
Un ballet hebdomadaire de VSL pour répondre aux problèmes d'automie pour quelle qualité de prise en charge kinési pour ces personnes une fois rendues dans un cabinet de kinésithérapie? (impossibilité de mise en situation écologique, difficultés à poser des objectifs fonctionnels concrets...)

8.Posté par thomas le 20/07/2011 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas de problème,
je soutient par contre que c'est un problème plus global que simplement forcer-inciter des professionnels "libéraux" à s'installer

et non, le reste n'est pas de la blague JLE, sinon pourquoi certains se sont déconventionnés pour devenir ostéo exclusifs ? ;-)

9.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 20/07/2011 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'évoquais les kinésithérapeutes. Eux ont fait le choix d'un autre métier. Ils ont la conviction que leur pratique est une médecine manuelle et non une thérapie manuelle. Comme les homéos, les acupuncteurs.

Quand tu pratiques la thérapie manuelle, il n'y a pas mieux que la kinésithérapie pour ce qui est de la diversité du métier, des pathologies, des prises en charge.
Choisir de ne "faire que du dos" parce que çà rapporte plus que les PTG ou la respi est vite usant. Et ce n'est pas pour celà qu'ils se sont déconventionnés.
C'est parce qu'ils sont fascinés par le pouvoir curatif qu'ils pensent détenir entre leurs mains. Et que confirme leurs patients croyants (ils oublient que les autres patients prennent çà pour du flan, mais c'est impossible de se remettre en cause quand on se plonge dans le concept)

10.Posté par thomas le 20/07/2011 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
certains confrères ont choisit le déconventionnent vers l'ostéo pour le reste, pas de DEP-DAP, tarifs libres, accès direct, pas de SNIR, pas de justification d'acte... une vraie profession libérale quoi
pas seulement par convictions ou croyances

s'installer dans un village où la poste ferme, j'ai testé, c'est... handicapant quand tu veux mettre tes DEP, au niveau du lien social et sa diminue le service au public

combien coûte une pharmacie et qui peut financièrement se permettre de l'acheter ?

donc non, je persiste, le reste n'est pas de la blague et la prise en charge doit être globale et n'est pas dépendante uniquement des jeunes praticiens

11.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 20/07/2011 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"s'installer dans un village où la poste ferme, j'ai testé, c'est... handicapant quand tu veux mettre tes DEP,"
??? C'est au MK de poster les DEP maintenant ?
??? Il y a encore des DEP à poster ?
C'est quoi une DEP ???

12.Posté par thomas le 20/07/2011 20:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quand je travaillais en libéral, il y en avait encore
population gériatrique en domicile, donc oui, c'était le cas, je postais beaucoup de mes DEP.

mais que penses-tu du désengagement des services public d'un côté et de la volonté de maintenir des professionnels dits libéraux dans ces mêmes territoires ?
parce que mon propos est là ?

13.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 20/07/2011 22:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne vois pas où tu peux considérer qu'il existe un désengagement des services publics. Tu as des exemples géographiques ?

14.Posté par luc maillard le 21/07/2011 13:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"de plus comment peut-on vouloir forcer des professionnels à s'installer là où les écoles, les postes... les services publics ferment ?"

Dans l'Indre, le CDOMK a fait fermer un cabinet de kinésithérapeute parce-que la titulaire âgée de plus de 60 ans ne payait pas sa cotisation....

De même lors de mon installation en milieu rural comme kinésithérapeute non-conventionné, tout a été fait pour m'empêcher d'exercer (non-conventionnement refusé, saisie du TASS, procédures de recouvrement pour non-paiement des cotisations d'assurance-maladie, inspection de la DDCCRF, "visites" de la gendarmerie pour suspiscion de secte, etc... etc...), jusqu'au jour où j'ai appris que le maire est un con-frère !

"Engagez-vous, rengagez-vous qu'ils disaient" comme on lit dans Asterix, la concurrence dans les campagnes est encore plus féroce que dans les villes, il faut être coopté, adoubé, parrainé, sinon c'est le bouillon, comme cela est écrit dans le livre "la mafia des tribunaux de commerce" de Denis Robert. Certains notables ont le bras long et les réseaux plus ou moins occultes sont puissants.

Je vous souhaite bien du courage, surtout si le CDOMK s'y met aussi !

Un Berrichon fier de l'être.

15.Posté par thomas le 21/07/2011 20:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JL, j'ai vécu se désengagement, venant de m'installer en Vendée dans un village cherchant un kinési depuis 4-5 ans,
une classe ferme, la poste ferme...

si c'est vers ce type de poste que l'on veut forcer de jeunes kinési à aller, sans commodité, comme dans certains coins du centre Bretagne,
ou est-ce pour augmenter le prix de revente des cabinets (cf les pharmacies) ?

16.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 21/07/2011 21:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A mon avis, la réforme de la fonction publique n'est pas à mettre en parallèle avec la désertification médicale, ce ne sont pas les postiers qui désertent les campagnes !

17.Posté par thomas le 21/07/2011 22:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je pense que si, vouloir imposer à de jeunes praticiens de s'installer dans un lieu en phase de désertification est un non sens quand les mêmes pouvoirs publics considèrent pouvoir supprimer des acteurs sur ces mêmes lieux.

un exemple pour être plus clair :
où scolarise-je ma fille si l'école ferme ?

et autre question d'importance :
combien va coûter un cabinet de kinésithérapie dans quelques années ?

18.Posté par Gyokuro le 24/07/2011 01:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ca fait froid dans le dos ces nouvelles du front...

19.Posté par luc maillard le 04/08/2011 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"En Juillet 2009, la loi HPST entérinait plusieurs mesures susceptibles d'assurer l'accès aux soins des habitants en zones rurales. Ce "contrat solidarité santé" prévoyait notamment de mettre dès 2013 à l'amende (3000 euros de contribution forfaitaire annuelle) les médecins exerçant dans des zones sur-denses, refusant de prêter secours à leurs confrères des zones déficitaires. (...)
En Juillet 2011, les parlementaires UMP, sous la pression des lobbies et avec l'aval du ministre de la Santé Xavier Bertrand, viennent de renoncer à cette mesure coercitive en adoptant de façon définitive la proposition de loi Fourcade. Cette reculade aberrante illustre l'absence de cohérence politique de l'UMP en matière de lutte contre la désertification médicale."
Yann Galut
Vice-Président du Conseil Général PS du Cher

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires