ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Organisations des soins

Séparer le bon grain de l'ivraie

Rédigé par le Lundi 16 Janvier 2012

60% des dépenses de santé espagnoles pour les traitements kinésithérapiques des rachialgies et scapulalgies sont inutiles



Image provenant de Wikimedia Commons
Image provenant de Wikimedia Commons
Les douleurs de dos et d’épaule sont les plus communément traitées en physiothérapie.
Aux Iles Canaries, lieu de l’étude, 35 séances sont accordées pour le traitement des scapulalgies, 30 pour le traitement des cervicalgies ou lombalgies.

Les séances comportent des actes à l’efficacité reconnue (thérapie manuelle, exercices actifs) et des actes sans efficacité démontrée, voire inutiles (application de chaud, TENS, ultra-sons, électrothérapie, tractions, ondes courtes, laser, ionisations).

Le coût différentiel de ces différentes thérapies a été estimé, entre 2004 et 2007.
8308 cervicalgiques chroniques, 4693 lombalgiques et 5035 scapulalgiques ont été inclus dans cette étude.

Ils ont bénéficié à 39.88 % de traitements à l’efficacité prouvée, alors que 23.06 % du temps de traitement était consacré à des traitements inefficaces, 13.38 % à des traitements dont on ne peut arriver à prouver l’efficacité, et 23.66 % de traitement insuffisamment étudiés dans la littérature pour se prononcer.

Le coût total des traitements était de 5107720 €. Seuls 2069932 € étaient consacrés à des traitements à l’efficacité prouvée.

Remarque :

Si les frais d’imagerie médicale inutiles pouvaient être aussi mis en balance par ces économistes, ce serait un plus, mais ce n'est pas le sujet.

Question 1 :

Si les kinésithérapeutes des Iles Canaries ne pratiquaient que des thérapies manuelles ou par exercices, pour un même budget alloué pour leur prestations, à combien se monteraient les honoraires d’une séance ?

Question 2 :


Et si moi je passe un contrat individuel avec la CNAM et les mutuelles sur l’engagement à ne pratiquer que des thérapies dont l’efficacité a été prouvée, à combien pourrais-je négocier mes AMS ?

Références bibliographiques

Serrano-Aguilar P, Kovacs FM, Cabrera-Hernandez JM, Ramos-Goni JM, Garcia-Perez L. Avoidable costs of physical treatments for chronic back, neck and shoulder pain within the Spanish National Health Service: a cross-sectional study. BMC Musculoskelet Disord. 2011 Dec 21;12(1):287.

Article disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1630 fois


1.Posté par jean marc le 16/01/2012 12:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ça revient au taux d efficacité de bcp de médicaments!

2.Posté par Djf le 16/01/2012 22:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour intéresser la CNAM, il faudrait être plus de 500 par région.

3.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 16/01/2012 22:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi ce chiffre ?

4.Posté par Djf le 16/01/2012 22:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est une estimation de ma part, suite à une discussion non officielle. Ce qui intéresse les caisses , c'est la contractualisation d'un nombre important, pas d'un MK solo.

5.Posté par Laurent ROUSSEAU le 17/01/2012 08:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LaurentR
C'est la même chose en France. Nous pourrions très bien réaliser ces économies sur les soins et les réinvestir dans une augmentation des actes et surtout dans une meilleure prise en charge de la prévention. Il serait d'ailleurs préférable que ce soit nous qui nous en occupions, car si d'autre le font je connais déjà la triste fin de cette histoire.

Sommes nous en mesure de le faire, et surtout en avons nous conscience collectivement et individuellement? A l'heure de la restructuration complète de la santé en France avec la mise en place des ARS et de leur missions dont la prévention fait partie, nous avons une petite chance de pouvoir mettre en place des programmes efficaces dans ce domaine, ne nous en privons pas.

6.Posté par Djef le 17/01/2012 14:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne vous fiez pas au résumé de résumé
La démarche scientifique de cette publication a été juste une analyse d’un « PMSI ».
• de rechercher , de prendre dans des publications de pays anglo –saxons, suédoise hollandaises et autres recommandations et d’en déduire, donc de définir les catégories «  efficaces » , je dirais plutôt référencées , donc de prendre à priori un classement déjà existant et non de définir une efficacité par analyse de résultats à postériori.
(Ceux évalués positivement pour [supérieur ou égal à] 70% des critères ont été utilisés pour classer les thérapies physiques comme efficace; inefficace; Inconclusive et insuffisamment évaluées)

• il n’y a aucune mise en étude de la satisfaction, ou de l’efficience des traitements . Le principal résultat a été le coût des thérapies physiques inclus dans chacune de ces catégories
• rappel en France les actes référencés ci-dessous ne sont pas rémunérés à l’unité.
exercice
1.25
manip
4.5
IR
2
tens
1
US
1.25
compresse chaleur
1.25
électrostimulation
2.5
traction
1
short wave
2.5
cutaneus laser
3
ionisation
2.5
Magnetothérapie
3

http://www.biomedcentral.com/content/pdf/1471-2474-12-287.pdf

toute publication à la limite de ce que, trop souvent, on veut lui faire dire . Il est temps de faire nous même le travail notre recherche ET NOS CONCLUSIONS

7.Posté par JLE le 17/01/2012 17:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La détermination de l’efficacité des traitements s’est faite à l’aide des guides cliniques et revues systématiques publiés.

L’estimation du temps consacré à diverses techniques semble s’être faite à partir de la prescription, les Iles Canaries étant les premières à s’être dotées de ce système en Espagne.

Cela ne signifie donc pas que le kinésithérapeute soit responsable de cette prescription, ni qu’il la respecte à la lettre.

Cette estimation est aussi sujette à l’assiduité que met le rédacteur à compléter ses écrits.

« The Canary Islands’ ISHC was one of the first health information systems to be implemented within the Spanish National Health Service, and it does not gather data on the criteria behind the prescription of any particular form of treatment. Moreover, it does not record additional treatments which are applied once the prescribed ones have started to be administered; therefore, patients may have actually undergone more forms of treatment than those which were identified in this study. The coding procedure is likely to be accurate, since it determines payments, but it may be influenced by the experience of the coders and their interest in administrative and/or clinical details. However, this is the only systematic and validated mechanism for post-implementation surveillance of physical therapies within the Spanish National Health Service. »

Mais je ne saisi pas bien l’intérêt que nous aurions à délibérément prescrire ou exécuter des actes inutiles ou sans bénéfice thérapeutique démontré ???

8.Posté par BERNARD le 18/01/2012 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut se méfier de certaines études, il est évident que le massage et toutes formes de thérapies manuelles appportent un soulagement au patient. "on soigne mais peut-on guérir ?".
Dans les études l'on explique jamais comment on utilise les adjuvants comme (chaud, Tens, ionisation). L'efficacité d'une technique dépend souvent de son mode d'application, de la réceptivité du patient et de la maitrise du thérapeute (jamais pris en compte dans les résultats), par contre la rentabilité des actes...Restons malgré tout ouvert à toutes nouvelles études.

9.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 18/01/2012 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La maîtrise du thérapeute est souvent prise en compte dans les études : vous lirez que ce physio à 5 ans d'expérience par exemple.
Les applications en électrothérapie sont somme toute les plus standardisables de nos interventions. Il est même possible de faire du double aveugle lorsqu'on les étudie !
Il reste l'argument des variations possibles et infinies en terme de temps d'application, type de courant, ..., mais même çà a été étudié : de mémoire, une étude à comparé 20 Hz à 200 Hz en antalgique...

Reste à valider les courants de Bernard ! (pardon pour cette mauvaise blague que les p'tits jeunes ne peuvent pas comprendre...)

10.Posté par jean pierre le 22/01/2012 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
suite à un cours donné par un épidémiologiste à la faculté Jean monnet de St etienne concernant 3000 études médicales Chinoises publiées ces derniéres années, il s'est avéré que 89% des personnes ayant réalisés ces études ne savaient pas ce que signifiait le mot "ramdomisé"!!


Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires