ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Déontologie Ethique

Série de l’été, éthique : la fin d'une série

Rédigé par JCE VD le Mardi 31 Août 2010

Au final qu'est ce qu'une démarche éthique ?



Série de l’été, éthique : la fin d'une série
C'est d'abord renoncer à un quelconque pouvoir ou supériorité sur autrui.
Puis se poser des questions, se retourner vers des valeurs universelles, préférer le raisonnement à la conclusion, savoir s'effacer, respecter l'autre quelle que soit sa condition ou son origine.
Prodiguer des soins nous offre la possibilité de mettre en œuvre ces valeurs.

La série de l'été est terminée.

Nous tenons à remercier toutes les personnes proches ou éloignées du monde de la santé qui ont répondues à nos questions et discutées nos propositions pour préparer cette série. Antoine, Christiane, Louis, François, dans le désordre: Médecins, Historien, Infirmiers.


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2067 fois


1.Posté par Jean Mougel le 04/09/2010 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Kineplanete
Je trouve que l'exemple que vous avez développé en moultes épisodes au cours de la saison estivale laisse un peu perplexe... Si on fait une synthèse de la réflexion (c'est peut-être ce qu'il ne faut justement pas faire mais bon... trop tard!): une vieille dame en perte d'autonomie et secrètement fortunée a pu retourner vivre chez elle entourée de toutes les aides nécessaires (humaines et techniques); en première intention, on envisageait plutôt un placement en institution vu sa situation financière supposée déplorable...

Il s'agit plutôt d'une réflexion pluridiciplinaire s'adaptant aux nouvelles données sociales connues concernant cette dame plutôt qu'une prise de décision "éthique". Dans le contexte final que vous avez décrit, je trouve qu'il n'y avait aucune raison d'aller contrer la volonté de cette dame qui a les moyens financiers de son projet de vie "normalement" accompagné.

L'éthique professionnelle, dans le sens ou vous l'employez, ne permet t-elle pas plutôt de sortir des protocoles connus dans un objectif de respect du projet d'une personne responsable de ces actes?
Exemple: laisser une personne avec un risque de chute important rentrer à domicile après hospitalisation lorsque l'accompagnement humain est impossible, accepter la décision d' un patient qui ne souhaite pas reprendre la marche après une opération cliniquement réussie d'une PTH sur coxarthrose, accepter qu' un patient ne souhaite pas qu'on le mobilise après une fracture du 1/3 supérieur de l'humérus...

Qu'en pensez-vous?

2.Posté par JCEVD le 28/09/2010 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JCEVD
Pour vous Jean ce cas ne posait pas de difficultés, pour ma part non plus.
Pourtant au nom de la protection des personnes, de la non assistance à personne en danger le projet de soin allait contre la patiente. Le conflit éthique était avéré.
Mais je partage votre remarque jean, l’histoire contée ici n'est pas tout à fait représentative de l'idée que l'on se fait et même des exemples que l'on a pu retenir (euthanasie, cellules souches, fécondation, mère porteuse...) de l'éthique en médecine. Comptabilisant le nombre de "?"dans votre commentaire je pense que nous nous rejoignons. Et vos questions sur la PTH seraient à poser.
Le genre narratif est difficile et des aspects de l'histoire étaient plus importants que d'autres. Celui de la riche rentière est mineur et relève de la simple anecdote, ce n'est pas ce fait qui a fait pencher la balance.
C’est souvent que l’on s’arrête sur l’anecdote et que surgit le jugement (ou pire l’opinion), on ne voit plus alors les principes élémentaires.
Le service social de l'institution qui recevait cette dame a toujours trouvé des ressources quelles que soit les conditions de vie d’une personne pour lui garantir un suivi à domicile (revenu minimum, logement pour les sans domicile, etc.). Riche ou pas riche dans ce cas le résultat aurait été le même.
Ensuite des détails quant à la démarche éthique auraient été utiles pour bien comprendre comment on procède mais j’ai choisi d’évoquer un cas pour relier des expériences dans vos pratiques et moins s’attarder sur la théorie.
Pour une réponse sur ce cas deux principes étaient remis en cause la liberté et la justice.
Une discussion approfondie s'imposait. C'est le récit que vous avez lu.
A posteriori nous pensons tous cette solution qui maintenant s'est imposée mais au moment des faits je rappelle que l'unanimité était réunie autour de la décision de ne pas entendre l'avis de la patiente.
Je voyais difficilement choisir un cas compliqué comme celui que nous évoquons au sein du comité à chaque fin de réunion.
Voici.
Un cas qui dérange et que nous travaillons petit à petit: un patient en état de démence et atteint d'un cancer digestif est alimenté par nutrition parentérale (plus rien ne passe par la bouche). Il refuse l'alimentation et s'arrache régulièrement la sonde. Que faire ? Contention (attacher les mains), sédation, perfuser ou ne rien faire?
Nous reviendrons sur le sujet de l’éthique, l’époque est devenue très favorable à son développement. Nous sommes concernés. Mieux vaut se préparer d’avance à répondre quand on nous questionnera ou quand nous aurons a nous exprimer. Sinon la réponse risque d’être comme souvent chez les kinés, limitée à une opinion personnelle, isolée : « ça ne m’intéresse pas, je sais tout, ».
Une porte de plus qui se ferme.
Jean Christophe

3.Posté par Jean Mougel le 25/10/2010 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Kineplanete
Quelque chose d'intéressant à imaginer: un comité éthique en kinésithérapie modérant un forum en ligne autour de situations propres à notre exercice.

Je pense que cette initiative permettrait de réfléchir à plusieurs à de nombreuses impasses décisionnelles où l'on se retrouve bien seul à assumer une décision complexe.
De plus j'imagine que pour certaines de ces impasses, nous les vivons tous plusieurs fois par an. (exemple: Gestion de la prise de risque chez un patient âgé fragile en gain d'autonomie grâce à la kinésithérapie), ce forum jouerai presque le rôle de FAQ. (j'exagère!)

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires