ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cardio-respiratoire

Spiromètrie

Rédigé par JCE VD le Mercredi 21 Septembre 2011



Spirométre pour les kinés, Henri Fouré
Spirométre pour les kinés, Henri Fouré
La spiromètrie est devenue un passage obligé de la plupart des examens en pneumologie.
A notre connaissance peu de kinésithérapeutes sont en charge de réaliser cet examen de routine. La plupart du temps l’operateur est un manipulateur d’électroradiologie, une infirmière ou le médecin lui-même.
Pourtant le kiné semble avoir sinon des capacités au moins une approche particulière de la respiration (une oreille ?) qui a priori pourrait contribuer à obtenir d’abord une bonne participation du sujet et peut être aussi des résultats réalistes.

Nous démarrons aujourd’hui une suite de notes au sujet de la spiromètrie.
Dispersées au fil des semaines à venir toutes ces informations visent à vous inciter à revoir cet examen si courant, à vous pencher sur la manière de faire et au final pourquoi pas en faire passer vous-même et devenir opérateur.


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1736 fois


1.Posté par lesacs le 21/09/2011 20:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Travaillant dans un centre de réhabilitation respiratoire, je faisais toutes les explorations fonctionnelles respiratoires.Les médecins ne faisaient que les épreuves d'effort.Le gros avantage, c'est que dans votre prise en charge, si vous avez l'EFR en tête, c'est que du bonheur pour le traitement: ventilation dirigée, désencombrement et réentrainement!
A mon avis, le kiné a sa place à prendre.Transfert de compétence messieurs les médecins?

2.Posté par Phi. le 23/09/2011 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut saluer une fois de plus sur ce sujet le travail mené par le regretté Henri.

Pour abonder dans le sens de l'auteur de l'article, et pour avoir une expérience de ce domaine, le MK (expérimenté) me semble un acteur indispensable dans la (bonne) réalisation des spirométries, pour laquelle la bonne compréhension de l'examen par le patient est garante de la fiabilité des résultats. Notre compétence en matière de mécanique ventilatoire et de pédagogie est très précieuse, il faut dans la mesure du possible "nous emparer" de ce bilan ... qui reste un bilan fonctionnel.
S'agissant de la bonne maîtrise des résultats, de la courbe débit-volume, il me semble aujourd'hui difficile d'assurer une bonne prise en charge en kiné respiratoire en négligeant ces paramètres ... par exemple de bien comprendre le drainage autogène.
Faut-il donc faire des bilans spirométriques dans nos cabinets ?

J'attends avec impatience les nouvelles notes sur ce sujet.

3.Posté par JCE VD le 23/09/2011 18:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est justement la question qui se profile. Mais sommes nous prêts, sont ils prêts à nous laisser faire ? Devons nous attendre leur autorisation ?
Nous entrons dans la période critique hivernale. Nos médecins prescripteurs devront voir autre chose cette année.
Restons sur la spirométrie, merci pour ces commentaires. Nous tacherons de glaner des infos à l'ERS.

4.Posté par DELPLANQUE le 27/09/2011 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La spirométrie, comme l'auscultation, n'est pas réservée qu'aux médecins! Cela fait 30 ans que je pratique ces examens, à mon cabinet et que j'envoie aux médecins, même à des pneumologues. Il faut éviter de poser un diagnostic médical ou une interprétation à visée médicale. Par contre, cet examen participe à l'élaboration du diagnostic kinésithérapique avec une interprétation orientée par l'action kinésithérapique. En fait, le choix des mots est important! diminution des volumes mobilisables (au lieu de syndrome restrictif) et comportement dynamique des bronches à l'expiration forcée (au lieu de syndrome obstructif) sont bien dans un modèle de pensée kinésithérapique guidé par l'action kinésithérapique.
D Delplanque

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires