ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Syndrome femoro-patellaire: renforcement du quadriceps ou entraînement spécifique du VMO?

Rédigé par Nicolas S. le Mardi 6 Juillet 2010



Syndrome femoro-patellaire: renforcement du quadriceps ou entraînement spécifique du VMO?
69 patients présentant un syndrome femoro-patellaire depuis plus de 3 mois ont été recruté et réparti en 3 groupes. Le premier groupe a bénéficié d'une rééducation axée sur un réentrainement sélectif du VMO selon les préceptes de McConnell (avec utilisation d'un EMG biofeedback, étirements, taping, correction de la position de la patella...).
Le second groupe a bénéficié d'un traitement axé sur un renforcement global du quadriceps (avec étirements, taping, exercices des membres inférieurs...) Le 3ème groupe n'a bénéficié d'aucun traitement. Ces 3 groupes ont été comparé avant et après huit semaines, en évaluant la douleur, la fonction et la qualité de vie (N.B: la fonction mentale a été évalué avec le score SF-36 ce qui confirme la possibilité d'évaluer le modèle bio-psycho-social qui fait débat sur le blog ces jours ci!). 

L'étude démontre que les 2 approches (renforcement global du quadriceps et activation sélective du VMO) améliorent significativement la douleur, l'activité et la participation. Cependant, il n'y a pas de différence entre les 2 approches. Les auteurs préconisent quand même d'utiliser une rééducation sélective du VMO dans les premiers temps de la rééducation, mais de ne pas trop se focaliser dessus notamment sur des patients chroniques. Dans la discussion, ils mettent aussi en avant la relative courte durée d'intervention et de suivi, le manque de spécificité des interventions (ajout d'autres techniques...mais cela correspond à la pratique!) et rappellent la nécessité d'optimiser l'alignement de la patella et du contrôle moteur pelvi-femoral. 

G.Synne et al. / Manual Therapy 14 (2009) 252-263. Résumé sur ce lien 

Article soumis le 26/06/2010 et accepté le 05/07/2010

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 6682 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

21.Posté par J Saugier le 09/07/2010 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne nous laissons pas enfermer par des dogmes. Tout comme Henri, je n'hésite pas à remettre en cause ce que j'ai appris. "la vérité d'aujourd'hui est l'erreur de demain".
Plus haut dans la discussion, il a été question de thérapeute du mouvement, ce que je suis, mais du mouvement juste.Celui définit par Marcel Jousse : " le geste auguste du semeur". Et pour déterminer le mouvement juste, il faut regarder comment se tient la personne. donc partir de la statique. il y tant de différences entre un syndrome fémoré patellaire d'un genu valgum ou d'un genu varum . que ceux ci soit pris en charge par la méthode X ou Y, peu importe, le tout est de rendre le patient fonctionnel (capable de bouger sans difficultés et sans douleur).
personnellement GDS me convient.
PS ( et jez termine là) : réflèchissons en terme d'action musculaires et non seulement articulaires.

20.Posté par Tilly Henry le 09/07/2010 09:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher PT,
La participation à ce genre de rubrique incite à la brièveté, ce qui peut déformer l'expression de la pensée; c'est l'inconvénient du genre. Je posais simplement une question de principe: on n'est pas obligé de taire toute créativité personnelle et d'avoir constamment le nez dans le livre de recettes. Ce qui n'interdit nullement de réviser ses points de vue en permanence en fonction des apports extérieurs. Vous n'ignorez pas, j'en suis convaincu, que la durée du traitement peut avoir un lien avec l'ancienneté de l'affection et le niveau des lésions occasionnées. Il devient donc difficile dans ces conditions de se lancer des chiffres sans connaître les cas cliniques.
Enfin, immergé depuis + de 30 ans dans les "sociétés savantes" et "groupes de travail" de respiratoire et vasculaire, ayant fait la démarche d'un DU dans ces domaines, je ne crains pas le dépoussièrage des connaissances et ne suis donc pas aussi moyennageux que vous avez pu l'imaginer. Simplement , on ne peut être au fait de tout.
H.Tilly

19.Posté par PT le 09/07/2010 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Henri,
Je respecte cet argument moyennement.
Jenny McConnell a publié ses premières série de cas au milieu des années 80 sur les SFP avec près de 90% de guérison en moins de 6 séances...
Tes 30 séances peuvent paraître énorme pour elle, non ?

L'argument "de mon temps c'était mieux" est un jugement de valeur du même niveau que l'avis d'une consommatrice de crème amincissante dans un télé-achat

Peux-tu me dire pourquoi je ne vois que très peu d'enseignant dans les formations McConnell que je fais en France ? Quelles sont leurs références ? Sont-ils aussi dans le " je sais et je ne veux rien intégrer de nouveau" ?

Vous avez une note d'un jeune diplômé qui essaye de suivre l'état de l'art et qui donne des faits et non des opinions et les seuls contre-arguments ne sont que votre expérience personnelle et une certaine condescendance. C'est archaïque !

18.Posté par Tilly Henry le 09/07/2010 00:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n'ai pas eu la chance de lire ou d'écouter Maître Machin; je suis donc bien incapable d'utiliser ses "recettes". Par contre j'ai reçu, à l'école des"Enfants Malades", de 1965 à 1967, une solide formation en Anatomie, Physiologie articulaire, Kinésiologie ( la vraie, au sens de science du mouvement), en fin de compte une formation classique de kiné comme des milliers d'entre nous.
Tout comme la formation des cuisiniers, cette connaissance fondamentale était sensée nous permettre une certaine créativité, pour peu, d'une part que nous l'entretenions et l'enrichissions, d'autre part que nous sachions exercer notre sens critique et notre imagination. Ces deux facultés ont permis et permettent encore de contester des enseignements incomplets ou obsolètes, de les remettre en question et d'inventer de nouvelles approches. Le seul problème qui se pose alors et qui est incontournable si on ne veut pas se prendre "un rateau", est d'évaluer sans concession notre nouvelle approche, au minimum sur le plan clinique; le temps des études scientifiques peut venir après.
H.Tilly

17.Posté par Nicolas S. le 08/07/2010 23:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'approche selon McConnell prend aussi en compte le pied et la hanche, ce n'est pas le problème.
Une fois que l'on a mis en évidence un déficit de rotation médiale ou latérale (ou je ne sais quoi ,peu importe!), c'est bien mais qu'est qu'on fait? C'est la qu'intervient la notion de "reprogrammation", de contrôle neuro-moteur. Et ça sans s'occuper du quadriceps (en autres) ça va être dur! L'article est juste là pour affiner notre manière de faire. Ceux qui ne sont pas convaincus peuvent toujours écouter Maître Machin.

16.Posté par JL E le 08/07/2010 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Mme Struyf avait pris l'habitude de dessiner ses patients, et elle avait trouver que dans la statique, nous avions une prédominence à la rotation interne à droite et à la rotation externe à gauche, avec l'épaule droite légèrement plus basse que la gauche"
Je cherche aussi depuis des années une bibliographie sur les épaules plus basses chez les droitiers. Le problème consiste à trouver suffisamment de cobayes gauchers et ne pas avoir de sujets aux épaules de même niveau, ce qui sous-entend de les mesurer avec un instrument de précision (tout çà pour éviter de faire un chideux à 2 degrés de liberté). Du coup, quelle que soit la qualité des praticiens, on en reste au vécu thérapeutique. Dommage.

15.Posté par J Saugier le 08/07/2010 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salut Henri " Jourdain". instinctivement, nous faisons du ttt global et non plus symptomatique. Personnellement, je réfléchis (non comme un miroir) ou du moins j'essaie, en termes musculaires et plus en termes articulaires : qui fait quoi eet qui donne point d'appui à qui?
cela est valable même en pathologies respiratoires, dès que l'on parle de l'appareil locomoteur.
Nous en reparlerons à notre prochaine rencontre.

14.Posté par Mr R le 08/07/2010 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tout ceci est intéressant, mais l'homme est un être dynamique et non statique. la corrélation entre le défaut statique et le défaut en dynamique existe t-il ? En tant que kiné, je suis d'abord, et avant tout, un professionnel du mouvement. ce qui m'intéresse c'est de savoir pourquoi la douleur se réveille en mouvement...pour ma part je n'ai pas vu d'efficacité particulière des techniques spécifiques par rapport aux techniques de base apprises dans les écoles( à moins que ce soit une mauvaise école :-) ... ), sous réserve que celles ci soit bien exécutées biensûr

13.Posté par J Saugier le 08/07/2010 09:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne parle pas d'amplitude articulaire mais de posture préférentielle. je me place du point de vue de la statique et non de la dynamique. Mme Struyf avait pris l'habitude de dessiner ses patients, et elle avait trouver que dans la statique, nous avions une prédominence à la rotation interne à droite et à la rotation externe à gauche, avec l'épaule droite légèrement plus basse que la gauche.
Nous retrouvons cette attitude dans l'homme d'Agrippa et celuid e Léonarde de Vinci

12.Posté par Tilly Henry le 08/07/2010 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci, Jacques. Comme nous sommes sur un forum et non dans un congrès, j'ai voulu faire court en restant dans les généralités, mais je vois que nous sommes sur la même longueur d'onde. De toute manière nous ne pouvons guère espérer de résultat si nous ne remontons pas à l'origine du problème. Plus question , ici , contrairement à la Bronchiolite, de ne traiter que les symptômes, sinon:Pschiiit!. C'est typiquement le cas où l'on peut parler de diagnostic kinésithérapique d'où découlera un traitement approprié au résultat durable( si les séquelles ne sont pas rhédibitoires et si le patient est compliant) . Fini le temps où une prescription- à la louche- nous "enjoignait" des contractions statiques du Vaste interne et une physio quelconque à la sauce ultra-sons. Entre nous - et surtout pas un mot à la reine-mère- bien avant le BDK, je n'en faisais qu'à ma tête et je n'étais pas le seul, car depuis longtemps les kinés faisaient des diagnostics sans le dire, comme
M.Jourdain faisait de la prose.
H.Tilly

11.Posté par JL E le 08/07/2010 08:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Plus grande amplitude de rotation médiale à D, latérale à G, statistiquement ? Je suis preneur d'une bibliographie sur le sujet.

J'en étais resté aux insuffisances MF et rotateurs externes de hanche lors de la fatigue et/ou aux antétorsions fémorales prononcées chez l'ado pour expliquer les conséquences fémoro-patellaires, bref une absence de contrôle du membre inf par les muscles de la hanche expliquant les traumatismes et souffrances sous jacentes lors de la réception.

10.Posté par J Saugier le 08/07/2010 07:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
en Statique, la position de la rotule est à l'aplomb de la coxo-fémorale. A droite, nous avons une préférence pour la rotation médiale de la coxo, et à gauche une rotation latérale. Il faut voir la posture préférentielle de la personne. je rejoins H Tilly. Il ne faut pas oublier que le genou est une articulation qui s'adapte à la position 1. de la cheville 2. de la coxo.
Donc, allons voir ces 2 autres articulations avant.

9.Posté par Nicolas S. le 07/07/2010 23:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je voulais dire rotation médiale de fémur donc défaut de rotation latérale...

8.Posté par JLE le 07/07/2010 23:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rotation médiale de jambe ou défaut de rotation latérale de cuisse ?

7.Posté par Nicolas S. le 07/07/2010 23:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@H.Tilly: L'approche selon McConnell de l'étude prend en compte le problème de rotation médiale du genou.
Cet article n'est pas un référentiel mais une étude qui compare une méthode à une autre. Elle permet à nous praticiens d'en prendre compte, de faire réfléchir et de réajuster (ou pas) notre pratique. Au aucun cas les auteurs érigent un dogme...

6.Posté par P T le 07/07/2010 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Jean-Luc,
Le lien est corrigé

5.Posté par JLN le 07/07/2010 14:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

le lien de l'abstract se fait vers une page non valide apparemment...
On peut essayer ça
http://www.sciencedirect.com/science/article/B6WN0-4SBYYM6-1/2/637cb710c7268665d404d7320c43a6be?&zone=raall

4.Posté par Mr R le 07/07/2010 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci. j'espère que ça donnera des idées à nos confrères. la promotion de la kiné passe aussi par la communication comme internet

3.Posté par JLE le 07/07/2010 11:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
http://www.kinebesançon.com
Impressionnant votre site professionnel. Félicitations.

2.Posté par Mr R le 07/07/2010 09:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
20 à 30 séances ? faisons le calcul,si c'est à raison de 3 par semaine, ça donne environ 10 semaines!

1 2
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base







accès direct acide hyaluronique acromio-claviculaire acte individuel acupuncture AINS anti-inflammatoires antétorsion fémorale assurance maladie biostatistiques calcanéus camptocormie canal carpien canal lombaire étroit capsulite retractile Cervical. Abord préliminaire Cervical. Bilan actif Cervical. Bilan passif Cervical. Généralités Cervical. Neurodynamique Cervical. Traitement actif Cervical. Traitement passif chicago technique chiropractique chirurgie coiffe des rotateurs conflit sous-acromial contrôle moteur contrôle postural course à pied coxalgie coxarthrose coxo-fémorale Diagnostic différence de longueur des membres inférieurs disque inter-vertébral douleur chronique drainage lymphatique manuel drapeaux jaunes droit femoral Dry needling dégénérescence discale entorse de cheville entorse du genou essai controle randomise etirements EVA evidence based practice Examen du sujet exercices thérapeutiques fasciathérapie fasciite plantaire Fibromyalgie fléau cervical fuseau neuro-musculaire gainage Genou gonarthrose goniométrie GROC hallux valgus hernie discale IFMK inclinométrie incontinence urinaire IRM kappa kinesiotaping kinesitherapie ligamentoplastie Lombaire. Abord préliminaire Lombaire. Généralités Lombaire. Traitement passif Lombalgie lombo-sciatique Maitland manipulation vertébrale massage McKenzie MDT Membre inférieur. Abord préliminaire Membre inférieur. Généralités MRP Mulligan multifide nerf médian nerf radial nerf sciatique nerf tibial nerf ulnaire neuro-sciences neurodynamique nociception oedème Oldies but goldies ondes de choc ostéopathie ostéoporose palpation pelvis Physiotherapie pied piriforme Placebo plagiocéphalie podalgie podologie podomètre poignet points-gâchettes posture posturographie posturologie professions de santé proprioception psoas PSR PTG PTH quadriceps questionnaire rebouteux recommandations de pratique clinique red-flags regle de prediction clinique renforcement musculaire rythme crânio-sacré réflexothérapie rééducation posturale globale sacro-iliaques sacrum scapulalgie sciences de l'éducation scoliose semelles orthopédiques SFP SLR slump-test stabilométrie Start Back Screening Tool strain et counterstrain stretching symphyse pubienne syndrome des jambes sans repos syndrome douloureux regional complexe syndrome du canal carpien syndrome du canal tarsien talagie tapis roulant Temporo-mandibulaire. Bilan actif tendon achilléen tenségrité Test testing therapie manuelle therapie miroir Thoracique. Généralités Thoracique. Traitement passif thrust torticolis Traitement Épaule. Traitement passif épicondylalgie équilibre