ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Thrust thoracique dans les scapulalgies : pas mieux qu’un placebo

Rédigé par le Lundi 13 Novembre 2017



La thérapie manuelle thoracique est réputée efficace dans les scapulalgies. Cependant, quelle en est la portée ?

Pour comparer ses effets thérapeutiques à ceux d’un traitement placebo, une revue systématique avec méta-analyse a été réalisée à partir de 4 études contrôlées randomisées plutôt de bonnes qualités méthodologiques, à l’exception d’une à fort risque de biais. La méta-analyse indique une absence d’effet significatif sur la douleur immédiate et celle survenant lors du mouvement.

Conclusion :

Il y a des preuves de faible qualité voire de très faible qualité qu’une seule séance de thérapie manuelle thoracique ne pourrait immédiatement, pas plus qu'un traitement placebo, améliorer une scapulalgie.

Commentaire AK :

A voir en lisant l’article l’effet sur le plus long terme, ce que les auteurs appellent un placebo, la différence éventuelle entre manipulation vertébrale et mobilisation passive thoracique, la classification des scapulalgies, ...

Après, vous pourrez ou non vous recycler comme placebiste.

Référence bibliographique :

Bizzarri P, Buzzatti L, Cattrysse E, Scafoglieri A. Thoracic manual therapy is not more effective than placebo thoracic manual therapy in patients with shoulder dysfunctions: A systematic review with meta-analysis. Musculoskelet Sci Pract. 2017 Oct 14;33:1-10. doi: 10.1016/j.msksp.2017.10.006. Article en pré-publication.

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1041 fois


1.Posté par Simon le 13/11/2017 09:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La thérapie manuelle manuelle du thorax se résume donc à un dog? Je ne vois pas l'intérêt d'un tel article... qui réalise uniquement un thrust thoracique dans l'approche manuelle d'un patient scapulalgique sans s'occuper des tissus mous, de la sphère vicérale ( extrémistes de l'EBP, pitié ne me jetez pas au buché!) ...? quelqu'un pour m'expliquer?

2.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 13/11/2017 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Perso, faire une dog isolée sur une scapulalgie sans signes d'épaule dès la première séance, c'est assez commun. Ca me permet de savoir à la deuxième s'il me faut continuer dans cette direction. Pas vraiment le temps de faire autre chose.
Tissus mous ? Tu veux dire masser ? C'est vrai qu'ils aiment bien.
Viscéral ? Pourquoi pas, mais aucun niveau de preuve. Je regarde si Barral prépare une étude sur Clinicaltrials.gov et je te dis.

3.Posté par Simon le 13/11/2017 10:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
massage? ils aiment bien, mais moi j'aime pas trop... ah ah. Je pensais par tissus mous : trigger point, manipulation fascial (stecco) , ou peu importe... en fait ce qui me choc c'est le côté binaire et réducteur des articles qui sont sensés implémenter nos pratiques.

4.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 13/11/2017 11:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Beaucoup de techniques, peu de preuves. Le côté complexe de notre métier, ce n'est pas les techniques (n'en déplaise aux formateurs qui prospèrent grassement grâce à leur imagination débordante), mais la relation avec le patient.

5.Posté par Yannick Barde-Cabusson le 13/11/2017 18:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jean-Louis juste un mot pour commenter ton illustration : géniale ! Sinon pour répondre à Simon, l'idée en EBP est d'isoler une composante du traitement pour évaluer son efficacité intrinsèque...

6.Posté par Beto le 13/11/2017 22:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si peu importe la technique,pourquoi continuer à les évaluer à travers d' études? Si la relation que l'on a avec notre patient est essentielle ,considérons clairement que c'est l'effet "contexte" qui améliore nos patients.Point barre.

7.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 14/11/2017 08:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non, puisque intrinsèquement, certaines techniques se distinguent d'autres. Ainsi, pour rester (sans vouloir polémiquer) dans la discussion, rien ne permet d'affirmer que toucher un ventre ait un intérêt thérapeutique dans une scapulalgie, alors que des preuves existent en faveur d'une prise en charge manipulative ou en traitement des points-gâchettes.

Simplement, leurs effets sont modestes mais leur emploi avec un discours ciblé semble permettre de potentialiser ces effets. Il faut donc :

- savoir quelle est la bonne technique
- connaître le bon discours

Il n'y a donc pas des jours et des jours à passer en formation pour apprendre à faire son métier.

8.Posté par Beto le 14/11/2017 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir Mr Estrade.Existe-t-il un registre ou sont répertoriés les différents types de techniques efficaces pour telle pathologie?Sait-on expliquer pourquoi telle technique fonctionne pour telle pathologie ?Existe-t-il une formation ou sont apprises les différentes techniques efficaces avec une explication en rapport avec les connaissances actuelles sur la neurophysiologie de la douleur?Vous parlez de "bon discours",c'est quoi ?Merci.

9.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 15/11/2017 18:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans l'ordre :

1- Pas en français à ma connaissance, mais les guides de l'APTA ou Physiopedia sont des sites très complets, avec la rigueur qui sied au monde anglo-saxon
2- Le lien biomécanique est de plus en plus ténu. A mon avis, une bonne technique est une technique qui a du sens pour les 2 cerveaux en présence
3- Tous les formateurs qui ne fonctionnent pas uniquement sur leur passé et ressentent le besoin d'en savoir plus passent aujourd'hui par Explain Pain et al, la neurodynamique, ...
4- Un discours qui parle au cerveau du patient et non uniquement à son véhicule (impliquer le cerveau dans le soin versus regretter avec lui pendant une demi-heure que Buffone termine sa carrière aussi malheureusement)

10.Posté par Beto le 15/11/2017 22:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Donc manipuler ou faire des points gachettes a du sens pour le cerveau de nos patients par rapport à toucher le ventre si on reprend notre exemple.Et ce sens a une action thérapeutique.Pourquoi selon vous?est ce culturel?Notre héritage de rebouteux des campagnes?Les techniques efficaces ne seraient elles pas en lien avec une culture plus ou moins consciente de traitement manuel pratiqué depuis des lustres?L'etre humain a toujours voulu aidé ses congénères, en douleur.C'est l'empathie.Il s'est rendu compte que le toucher pouvait avoir une action thérapeutique intéressante et soulager .Puis une culture du traitement manuel s'est instauré au fil du temps en fonction des croyances.Pour reprendre notre exemple et par rapport à notre culture actuelle,je pense qu'un traitement par manipulation et point gachettte sera efficace sur la majorité des patients mais qu'une minorité préféreront un toucher du ventre,plus en accord avec leur croyance(prof mgen).L'intéret n'est il pas de bien comprendre son patient au départ pour lui appliquer une technique qui lui parle un maximum?Ainsi,les patients sont soulagés par rapport au sens qu'ils donnent à notre geste thérapeutique et par rapport à la conviction et l'habileté que l'on a effectué et à "vendre" notre geste...

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base







accès direct acide hyaluronique acromio-claviculaire acte individuel acupuncture AINS anti-inflammatoires antétorsion fémorale assurance maladie biostatistiques calcanéus camptocormie canal carpien canal lombaire étroit capsulite retractile Cervical. Abord préliminaire Cervical. Bilan actif Cervical. Bilan passif Cervical. Généralités Cervical. Neurodynamique Cervical. Traitement actif Cervical. Traitement passif chicago technique chiropractique chirurgie coiffe des rotateurs conflit sous-acromial contrôle moteur contrôle postural course à pied coxalgie coxarthrose coxo-fémorale Diagnostic différence de longueur des membres inférieurs disque inter-vertébral douleur chronique drainage lymphatique manuel drapeaux jaunes droit femoral Dry needling dégénérescence discale entorse de cheville entorse du genou essai controle randomise etirements EVA evidence based practice Examen du sujet exercices thérapeutiques fasciathérapie fasciite plantaire Fibromyalgie fléau cervical fuseau neuro-musculaire gainage Genou gonarthrose goniométrie GROC hallux valgus hernie discale IFMK inclinométrie incontinence urinaire IRM kappa kinesiotaping kinesitherapie ligamentoplastie Lombaire. Abord préliminaire Lombaire. Généralités Lombaire. Traitement passif Lombalgie lombo-sciatique Maitland manipulation vertébrale massage McKenzie MDT Membre inférieur. Abord préliminaire Membre inférieur. Généralités MRP Mulligan multifide nerf médian nerf radial nerf sciatique nerf tibial nerf ulnaire neuro-sciences neurodynamique nociception oedème Oldies but goldies ondes de choc ostéopathie ostéoporose palpation pelvis Physiotherapie pied piriforme Placebo plagiocéphalie podalgie podologie podomètre poignet points-gâchettes posture posturographie posturologie professions de santé proprioception psoas PSR PTG PTH quadriceps questionnaire rebouteux recommandations de pratique clinique red-flags regle de prediction clinique renforcement musculaire rythme crânio-sacré réflexothérapie rééducation posturale globale sacro-iliaques sacrum scapulalgie sciences de l'éducation scoliose semelles orthopédiques SFP SLR slump-test stabilométrie Start Back Screening Tool strain et counterstrain stretching symphyse pubienne syndrome des jambes sans repos syndrome douloureux regional complexe syndrome du canal carpien syndrome du canal tarsien talagie tapis roulant Temporo-mandibulaire. Bilan actif tendon achilléen tenségrité Test testing therapie manuelle therapie miroir Thoracique. Généralités Thoracique. Traitement passif thrust torticolis Traitement Épaule. Traitement passif épicondylalgie équilibre