ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Exercice professionnel

Un rebouteux sur l'Hermione

Rédigé par le Lundi 17 Novembre 2014



Le Monde du 16 novembre décrit l’enrôlement des gabiers de l’Hermione. Parmi les heureux élus, un rebouteux...

«Voici Mathieu Decamps, kiné, malicieux, la trentaine, qui a joué de son métier pour se faire enrôler sur l'Hermione. " J'ai commencé ma lettre en racontant le départ de La Fayette vers l'Amérique en mars  1780. Bateau flamboyant, ambiance énergique, traversée magnifique… Quand, soudain, l'équipage est frappé par des maux divers. Ce pourrait être tragique. Par chance, ils ont un rebouteux à bord ! " L'argument a porté. Et sitôt sa convocation reçue, Mathieu, qui avait " fait le malin ", s'est inscrit d'urgence à un stage de " reboutement " – oui, cela existe ! D'ailleurs, entre ses deux quarts quotidiens, il masse, soigne les tendinites, soulage des dorsales, remet en place des lombaires. Il propose même une petite séance d'étirements avant le début des manœuvres. " Si on fait ce métier, c'est pour soulager les gens, non ? Et si on vient sur l'Hermione, c'est pour l'aventure humaine. Tout est raccord ! Je suis un passionné de voile. Mais ce qui me fascine ici, c'est la fraternité et la solidarité qu'on a tant de mal à trouver ailleurs. " Après un mois sur le bateau, à terre et en mer, il est formel : " Pas une seule prise de bec ! Tout le monde est tellement conscient de vivre l'exceptionnel ! "»

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 967 fois


1.Posté par Abel OUDOT le 17/11/2014 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Faut dire qu'on parlait tout juste d'ebp au XVIIIème ;)

2.Posté par Lucas le 17/11/2014 20:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les SF travaillent dans l'eutocie, sans complication, le gynécologue travaille dans la dystocie, c'est le gynécologue qui prend la situation dystocique en main, donc ça enlève déjà pas mal de risques aux SF mais on est pas là pour parler d'elles mais de nous. Un grade universitaire représente t'il la probable mort du patient lors de l'acte du thérapeute formé? Des vies ne sont elles pas réduites à néant par la souffrance de certains patients? Ne faut il pas être compétent performant et bon pour agir dans ces situations? L'avenir de ces patients ne dépend il pas de nous pour une part non négligeable? Est-ce moins important d'améliorer la vie de patients, de faire cesser leur douleur, de faciliter leur réinsertion que de faire accoucher une future maman (je stigmatise certes, mais les deux actes pour moi sont on ne peut plus important)? D'où le master

3.Posté par Lucas le 17/11/2014 20:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Trompé d'article désolé :)

4.Posté par Robert BOINI le 17/11/2014 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah bon j'ai eu un instant de perplexité !!

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires