ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Lombales

Une thérapie pas plus efficace que d’autres, tous comptes faits

Rédigé par le Mercredi 31 Octobre 2012



Une thérapie pas plus efficace que d’autres, tous comptes faits
Une revue Cochrane vient de rendre son verdict concernant l’utilisation de la manipulation vertébrale lombale dans les lombalgies aiguës. En général, pour les principales variables mesurées, des preuves de faible voire très faible qualité suggèrent qu’il n’y a pas de différence notable dans les effets thérapeutiques de la manipulation vertébrale lombale comparativement à des adjuvants inertes, une manipulation vertébrale placebo ou lorsque la manipulation vertébrale est associée à d’autres interventions.

Des preuves de qualité moyenne à très faible suggèrent qu’il n’y a pas de différence dans les effets thérapeutiques entre manipulation vertébrale et autres interventions sur le rachis, à l’exception d’une étude de faible qualité qui montre un effet clinique significatif modéré sur le court-terme concernant la douleur comparativement à des adjuvants passifs ; de même, des preuves de faible qualité montrent un effet clinique modérément significatif sur le court-terme pour les déficits fonctionnels lorsque la manipulation vertébrale est associée à une autre intervention.

Généralement, les technique en rouleau lombaire ou patient en décubitus apportent une amélioration significative sur le court-terme plus importante que les techniques non-manipulatives.

Il reste que pour cette revue, la manipulation vertébrale n’apparait pas plus efficace que les autres thérapies.

Vous trouverez en infra les références bibliographiques utilisées dans la revue. Certaines ne sont pas trop récentes...

Références bibliographiques :

Rubinstein SM, Terwee CB, Assendelft WJJ, de Boer MR, van Tulder MW. Spinal manipulative therapy for acute low-back pain (Review) Copyright © 2012 The Cochrane Collaboration. Published by John Wiley & Sons, Ltd.

Résumé disponible en ligne

Cherkin DC, Deyo RA, Battie M, Street J, Barlow W. A comparison of physical therapy, chiropractic manipulation, and provision of an educational booklet for the treatment of patients with low back pain. New England Journal of Medicine 1998;339:1021–9.

Article disponible en ligne

Childs JD, Fritz JM, Flynn TW, Irrgang JJ, Johnson KK, Majkowski GR, Delitto A. A clinical prediction rule to identify patients with low back pain most likely to benefit from spinal manipulation: A validation study. Annals of Internal Medicine 2004;141:920–8.

Article disponible en ligne

Cleland JA, Fritz JM, Kulig K, Davenport TE, Eberhart S, Magel J, Childs JD. Comparison of the effectiveness of three manual physical therapy techniques in a subgroup of patients with low back pain who satisfy a clinical prediction rule. Spine 2009;34(25):2720–9.

Résumé disponible en ligne

Protocole disponible en ligne

Farrell JP, Twomey LT. Acute low back pain: comparison of two conservative treatment approaches. The Medical Journal of Australia 1982;1:160–4.

Glover JR. A clinical trial of rotational manipulation of the spine in back pain cases occurring in a factory. Proceedings of the Royal Society of Medicine 1966;59:847.


Article disponible en ligne

Glover JR, Morris JG, Khosla T. Back pain: A randomized clinical trial of rotational manipulation of the trunk. British Journal of Industrial Medicine 1974;31:59–64.

Article disponible en ligne

Hadler NM, Curtis P, Gillings DB, Stinnett S. A benefit of spinal manipulation as adjunctive therapy for acute low- back pain: a stratified controlled trial. Spine 1987;12: 703–5.

Résumé disponible en ligne

Hadler NM, Curtis P, Gillings DB, Stinnett S. The use of manipulation in acute low back pain: A group-controlled study [Der nutzen von manipulationen als zusazliche therapie bei akuten lumbalgie: eine gruppenkontrolierte studie]. Manuelle Medizin 1990;28:2–6.

Hancock MJ, Maher CG, Latimer J, McLachlan AJ, Cooper CW, Day RO, et al. Assessment of diclofenac or spinal manipulative therapy, or both, in addition to recommended first-line treatment for acute low back pain: a randomised controlled trial. Lancet 2007;370:1638–43.


Résumé de l’article disponible en ligne

Hancock MJ, Maher CG, Latimer J, McLachlan AJ, Cooper CW, O Day R, et al. Manipulative therapy and/or NSAIDs for acute low back pain: design of a randomized controlled trial. BMC Musculoskeletal Disorders 2005;6:57.

Article disponible en ligne

Buerger AA. A controlled trial of rotational manipulation in low back pain. Manuelle Medizin 1980;2:17–26.

Hoiriis KT, Pfleger B, McDuffie FC, Cotsonis G, Elsangak O, Hinson R, Verzosa GT. A randomized clinical trial comparing chiropractic adjustments to muscle relaxants for subacute low back pain. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics 2004;27:388–98.

Juni P, Battaglia M, Nuesch E, Hammerle G, Eser P, van Beers R, et al. A randomised controlled trial of spinal manipulative therapy in acute low back pain. Annals of the Rheumatic Diseases 2009;68:1420–7.

MacDonald RS, Bell CMJ. An open controlled assessment of osteopathic manipulation in nonspecific low-back pain. Spine 1990;15:364–70.

Postacchini F, Facchini M, Palieri P. Efficacy of various forms of conservative treatment in low back pain: a comparative study. Neuro-Orthopedics 1988;6:28–35.

Rasmussen GG. Manipulation in treatment of low back pain: a randomized clinical trial. Manuelle Medizin 1979;1: 8–10.

Seferlis T, Lindholm L, Nemeth G. Cost-minimisation analysis of three conservative treatment programmes in 180 patients sick-listed for acute low-back pain. Scandinavian Journal of Primary Health Care 2000;18:53–7.  

Seferlis T, Nemeth G, Carlsson AM, Gillstrom P. Conservative treatment in patients sick-listed for acute low- back pain: a prospective randomised study with 12 months’ follow-up. European Spine Journal 1998;7:461–70.

Skargren EI, Carlsson PG, Oberg BE. One year follow-up comparison of the cost and effectiveness of chiropractic and physiotherapy as primary management for back pain. Subgroup analysis, recurrence, and additional health care utilization. Spine 1998;23(17):1875–83.

Skargren EI, Oberg BE, Carlsson PG, Gade M. Cost and effectiveness analysis of chiropractic and physiotherapy treatment for low-back and neck pain. Six month follow- up. Spine 1997;22(18):2167–77.

Sutlive TG, Mabry LM, Easterling EJ, Durbin JD, Hanson SL, Wainner RS, Childs JD. Comparison of short-term response to two spinal manipulation techniques for patients with low back pain in a military beneficiary population. Military Medicine 2009;174(7):750–6.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1960 fois


1.Posté par Stephane martine le 31/10/2012 22:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mince. Y'a-t-il un risque pour que les ostéos le prennent mal?
Pire, leurs écoles !

2.Posté par Thomas le 01/11/2012 20:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pas que, pas que, tous les thérapeutes manuels sont concernés, pas de raison de stigmatiser certains

3.Posté par ronan PAUL le 02/11/2012 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Beau plaidoyer pour l' etnokinésithérapie, l' etnothérapie manuelle...

4.Posté par thomas le 02/11/2012 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qu'est ce que c'est (encore...) que ça ??

5.Posté par Vincent ARIN le 03/11/2012 18:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme quoi, on peut toujours tout faire dire à une étude, pourquoi pas boire de l'eau ne désaltère pas ou l'amputation d'un membre ne présente aucun préjudice fonctionnel, il y a toujours de talentueux avocats de la médiocre cause pour rendre l'évident douteux ou négociable.

6.Posté par Thomas le 04/11/2012 08:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
...
Vincent, je crois comprendre que, comme moi, tu es kinésithérapeute de formation initiale et ostéopathe de formation continue ?

quelques questions pour faire un parallèle : peux-tu me dire l'intérêt du clapping en kinésithérapie respiratoire ? pourquoi celle-ci a été abandonné malgré l'"évidence" de ses grandes qualités thérapeutiques liées a une utilisation par de nombreux praticiens ?

et un conseil de lecture :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2770065/

7.Posté par ARIN Vincent le 04/11/2012 08:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Reponse à Thomas: oui pour le clapping effectivement je suis de la génération qui l'a généreusement pratiqué notamment à l'hopital Trousseau à Paris, où nous pratiquions dans les années 80 des clappings violents, mais nous sauvions aussi des centaines d'enfants. Le clapping a été abandonné à cause de son coté un peu barbare, je regrette aussi que l'aseptisation autoritaire des traitements priment dorénavant sur leur efficacité!

8.Posté par Thomas le 04/11/2012 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A la lecture de nombreux articles, dont celui-ci, je soutiens que non, le clapping n'est pas efficace voire délétère... http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1779012308700585

As-tu lu le lien que je te proposais précédemment ?
en français : http://www.actukine.com/Pourquoi-les-traitements-inefficaces-apparaissent-utiles_a216.html

je préfère l'evidence base physiotherapy anglophone à l'"évident" francophone ;-)

9.Posté par LUCIE P. le 04/11/2012 12:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oh oui il est déplorable que tant d'enfants meurent aujourd'hui car nous avons abandonné le klapping...! Mr Arin en vous relisant vous devez vous rendre compte que l'approche en elle même et le champs lexical que vous utilisez pour la décrire n'ont absolument rien de scientifique, ceci exprime votre ressenti et votre expérience personnelle. Si cela a été abandonné, et c'est chose rare en kinésithérapie au regard de certaines techniques utilisées depuis plusieurs décennies sans ré-actualisation des connaissances, ce n'est pas pour rien. De plus, vous parlez d'enfants hospitalisés, et selon Postiaux notamment (et je ne dis pas que sa parole est sainte, c'est simplement un des rares francophones et non francophone d'ailleurs à faire de la recherche en kinésithérapie respiratoire) la kiné respi chez le nourrisson n'a plus d'intérêt une fois que l'enfant est hospitalisé (en tenant compte que l'hospitalisation était réellement justifiée mais ça c'est une autre histoire!). Ceci est juste un exemple qui montre l'intérêt de continuer la recherche et surtout de faire des études de bonnes qualités afin de définir clairement les intérêts et les limites de telle ou telle technique. Se baser sur son ressenti et sur l'effet immédiat d'une pratique, dépendant majoritairement de l'interprétation de chacun si aucun outils d'évaluation validé n'a été mis en place, ce n'est pas suffisant. Et ça ce n'est même pas de l'évidence based practice mais de la logique pure.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Examen général | Hanche | Genou | Pied | Cervicales | Thoraciques | Lombales | Pelvis | Épaule | Coude | Poignet | Main | Membre inférieur | Membre supérieur




S'inscrire à la lettre hebdomadaire



Glissements du plexus brachial