ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Douleur

« Vous croyez que le temps peut jouer sur ma douleur* ? »

Rédigé par le Vendredi 9 Juin 2017



© Klekta Darya - Fotolia.com
© Klekta Darya - Fotolia.com
Et paf ! Vous avez cliqué pour ouvrir cette note qui parle bien du temps… mais pas celui auquel vous pensez !



La « perspective temporelle » (PT) est un concept fréquemment employé en psychologie sociale. Si sa définition précise fait encore débat, on peut la considérer comme la tendance d’un individu à accorder une importance particulière (focus) à son passé, son présent ou son futur et en y associant une attitude (positive, négative, fataliste, hédonique) (1).

Classiquement, on distingue 5 formes basiques de PT chez un individu :
- Orienté négativement vers son passé
- Orienté positivement vers son passé
- Orienté vers son futur (planification/projets)
- Orienté vers son présent avec une attitude hédoniste (l’individu se concentre sur les plaisirs du moment)
- Orienté vers son présent avec une attitude fataliste (l’individu est passif dans le présent car il croit qu’il lui est impossible d’influencer son propre futur

On considère que la PT peut affecter la satisfaction de vie et les comportements mis en œuvre pour se soigner (1,2).


Une étude s’est intéressée à la perspective temporelle des patients devant subir une chirurgie viscérale et à son impact sur les douleurs post-opératoires (3). 76 patients ont participé à cette étude. Les évaluations se déroulaient 24h avant la chirurgie puis à 1, 2 et 3 jours en post-opératoire (à 7h le matin avant la prise d’antalgiques et à 21h après que la totalité des antalgiques aient été administrés). Les instruments de mesures utilisés en préopératoire étaient : short form of the McGill pain questionnaire (SF-MPQ), Zimbardo Time Perspective Inventory. Les instruments de mesures en post-opératoire étaient : Numerical Rating Scale (NRS), pain coping strategies questionnaire, prises d’antalgiques en secours. Une analyse par régressions multiples a été conduite pour dégager les prédicteurs de douleurs aiguës post-opératoires en termes d’intensité et de catastrophisme.


Résultats : il semble qu’une PT en préopératoire de type « orientation négative vers le passé » puisse constituer un prédicteur de l’intensité de la douleur et du catastrophisme après chirurgie. Les auteurs notent qu’il n’existe pas de corrélation entre l’intensité de « l’évènement » négatif du passé et la douleur reportée avant chirurgie : les individus qui ont tendance à évaluer négativement (les évènements de) leur passé ne semblent pas rapporter des douleurs de plus fortes intensités ou être plus sensibles à la douleur dans leur vie de tous les jours. Les auteurs notent également que l’intensité de la douleur en post-opératoire est corrélée positivement avec une attitude fataliste. L’hédonisme n’est en revanche pas corrélé aux douleurs aiguës post-opératoires.





* Pour témoigner et porter plainte concernant le titre trompeur de cette note, envoyer un SMS au 666 666 en mentionnant votre code de carte bancaire (prix d'un appel international vers les Caïmans)***


*** Et paf ! Vous vous êtes encore fait roulé ! Décidément...




Références

(1) Zimbardo, P.G., Boyd, J.N. (1999). Putting time in perspective: A valid reliable individual differences metric. J Pers Soc Psychol 77, 1271–1288.

(2) Klingeman, H. (2001). The time game: Temporal perspectives of patients and staff in alcohol and drug treatment. Time Soc 10, 303–328.

(3) Sobol-Kwapinska M, Plotek W, Bąbel P, Cybulski M, Kluzik A, Krystianc J, Mandecki M. Time perspective as a predictor of acute postsurgical pain and coping with pain following abdominal surgery. Eur J Pain. 2017 Apr;21(4):635-644. doi: 10.1002/ejp.967. Epub 2016 Oct 13.


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 935 fois


1.Posté par Luc ANDRE le 14/06/2017 14:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a au moins 25 ans que le Prof HOLLAND U S.(ce n'est pas le nôtre) a disposé des patients en caissons étanches et a fait varier température, hygrométrie, pression et a constaté que c'est la variation de pression à gradient rapide qui exacerbe les douleurs musculo-squelettiques.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base